More

    Votre guide de confiance au meilleur prix

    Moscou Divertissements Place rouge à Moscou - Ses monuments et son histoire

    Place rouge à Moscou – Ses monuments et son histoire

    Patrimoine mondial de l'UNESCO

    La place Rouge de Moscou (en russe : Красная площадь) est l’endroit mythique qui évoque la Russie mais surtout l’époque soviétique. Cette place a une histoire que nous allons vous racontez mais avant toute chose faisons un tour d’horizon de tous les monuments qui la composent.

    Infos pratiques

    Plan de la place rouge

    blank

    L’accès à la place rouge se fait de 3 manières.

    • Au nord depuis la place du manège de part et d’autre du musée d’histoire.
    • Au sud après le grand pont de Moscou de part et d’autre de la cathédrale Saint-Basil
    • A l’est par les rues Nikolskaya et Ilyinka

    Les tours Nikolskaya et Spasskaya gardent l’accès ouest et donc l’entrée au Kremlin.

    Fermeture de la place rouge

    La place rouge est un lieu vivant où se déroule de nombreux évènements dont les parades. Par conséquence, il arrive qu’elle soit fermée. Il n’y a pas de planning officiel car c’est suivant la décision du maire. Cela dit nous pouvons vous donner quelques indications.

    • Fermeture 5 jours pour les répétitions et la parade du 5 au 9 mai
    • L’installation du sapin de Noël prend une journée (25 Décembre en 2019)
    • Accès très limité pour le jour de la ville, deux jours au début Septembre

    Autrement la place rouge est ouverte sans interruption.

    Les principaux monuments de la place rouge

    Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux

    Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux sur la place rouge

    La cathédrale de l’intercession sur les douves, ou cathédrale Saint-Basile (en russe: Собор Покрова Пресвятой Богородицы), est située au sud de la Place Rouge. Cet étonnant monument architectural du XVIe siècle est devenu le symbole de Moscou. Il attire le regard, forme l’espace et sert de toile de fond étonnante pour les défilés et les concerts. Cette cathédrale est dédiée à l’importante victoire militaire de la Russie médiévale : la prise de Kazan par les troupes d’Ivan le Terrible.

    Il est à noter que le temple est composé neuf églises indépendantes reposant sur une base commune et réunies dans une composition commune – ainsi l’auteur du projet, l’architecte russe Barma Postnik, a accompli sa tâche de concevoir un temple avec neuf trônes. Les églises sont en l’honneur des fêtes et en mémoire des saints, dont les jours de célébration et de mémoire coïncident avec les jours d’événements importants de la campagne militaire contre Kazan.

    Aujourd’hui, la cathédrale fonctionne comme un musée, mais l’église Saint-Basile organise régulièrement des services divins. En visitant la cathédrale, soyez attentifs aux belles icônes des XVI-XVII siècles, conservées dans ses églises, ainsi que sur les peintures de sa galerie.

    Le monument dédié à Minine et Pojarsky

    Le monument dédié à Minine et Pojarsky

    Ne montrez pas du doigt le leader de la révolution!

    C’est en 1812 que le célèbre monument de Minin et Pozharsky (en russe: Па́мятник Ми́нину и Пожа́рскому), réalisé par Ivan Martos, fit son apparition. Il se dresse aujourd’hui devant la cathédrale Saint-Basile alors qu’il était à l’origine situé sur l’axe central. En effet, Kouzma Minine, qui appelait à la lutte contre les envahisseurs, pointait directement sur le mausolée de Lénine. En 1931, les soviétiques décidèrent de le déplacer.

    Signification du monument

    Le sculpteur Martos crée l’image de deux héros – les chefs de la milice nationale Kouzma Minine et le prince Dmitri Pozharsky. Malgré la différence de leurs origines, ils sont présentés comme des acteurs égaux unis par un même souffle face au danger. L’érection de cette statue intervient juste après la guerre napoléonienne de 1812 ironiquement pour fêter les 200 ans de la victoire sur les Polonais.

    Le musée d’histoire au nord

    À droite de la porte de la résurrection se trouve le Musée historique de l’État. Il a été construit dans les années 70-80 du XIXe siècle par l’architecte V.O. Sherwood. Son style pseudo-russe inhabituel s’harmonise avec l’apparence du Kremlin et de la cathédrale Saint-Basile. Le bâtiment s’est avéré grand, élégant, ses flèches et ses tours font écho aux formes des tours du Kremlin. Le musée historique limite la zone du côté nord.

    Le GUM domine l’est de la place rouge

    GUM signifie magasin universel principal. C’est le monument qui domine le côté est. La Place Rouge est depuis longtemps un lieu de commerce. A l’époque d’Ivan le Terrible, c’était un lieu de commerce avec des baraques en bois. Dans la première moitié du XIXe siècle, après l’incendie de 1812, l’architecte Osip Bove a reconstruit l’espace de la place. Le fossé près du mur du Kremlin a été comblé et un grand bâtiment de commerce dans le style classique fut construit.

    À la fin du XIXe siècle, le bâtiment de Bove était délabré et avait besoin d’une reconstruction radicale. En 1890, de nouveaux quartiers commerciaux ont été construits selon le projet d’A.Pomerantsev dans un style éclectique. Pomerantsev a créé plusieurs rues élégantes avec des petites boutiques sur trois étages avec des voûtes de verre conçu par l’ingénieur Choukhov.

    GUM

    Le mausolée de Lénine

    Mausolée de Lénine

    Le mausolée de Lénine domine la partie ouest de la place rouge. Avec ses formes absolument modernes pour l’époque, le bâtiment du mausolée s’est fondu dans l’ensemble de la place. Dans l’axe du GUM et de la tour du Sénat, il obéit à cette composition, la complétant sans la détruire.

    La nécropole du Kremlin

    Derrière le mausolée de Lénine, près du mur du Kremlin, vous trouverez les sépultures des dirigeants soviétiques. Staline, Budenniy, Vorochilov, Joukov, Brejnev et biens d’autres y sont enterrés. La nécropole du Kremlin est accessible uniquement via le mausolée.

    Les tours du Kremlin

    La tour Spasskaya est sans aucun doute l’un des monuments les plus lumineux et les plus emblématiques de la Place Rouge. Terminée au XVIIe siècle, c’est la tour qui domine l’espace et qui relie la place au Kremlin. Traditionnellement, la porte Spassky du Kremlin est considérée comme une porte royale et sacrée. Autrefois, tous ceux qui la franchissaient devaient enlever leur chapeau. Le carillons de la tour, l’un des plus grands au monde donne l’heure exacte de la Russie. C’est avec lui en fond que le président souhaite la nouvelle année. Aujourd’hui, l’icône orthodoxe et l’étoile à cinq branches qui a remplacé l’aigle à deux têtes (l’emblème de la Russie tsariste) dans les années 1930 coexistent paradoxalement sur une même tour. C’est aussi une sorte d’œuvre d’art et un symbole de son temps.

    La tour Nikolskaya (Saint Nicolas) de l’autre coté de la place est de style gothique. Construite en 1491 elle fut quasiment détruite 3 fois mais toujours restaurée.

    Plus d’information sur les tours du Kremlin dans notre article dédié ici.

    Les monuments secondaires de la place rouge

    La statue du Maréchal Joukov

    La statue du Maréchal Joukov

    Le monument du maréchal Joukov se trouve devant le musée d’histoire, au milieu dans l’axe des deux entrées nord de la place rouge. Il a été créé le 8 mai 1995, interprété par le sculpteur Vyacheslav Klykov avec l’architecte Yuri Grigoryev dans l’esprit du réalisme socialiste.

    La statue équestre du maréchal Joukov est réalisée dans le style du réalisme socialiste. Comme le sculpteur l’a lui-même noté, il a commencé à travailler sur une maquette du monument de sa propre initiative sans ordre préalable. Mettant Zhukov sur un pied d’égalité avec les princes Alexander Nevsky et Dmitry Donskoy, Klykov espérait poursuivre le thème de la sainteté et de l’héroïsme russes. Le commandant est photographié à califourchon sur son étalon, piétinant les symboles de l’Allemagne nazie

    Le kilomètre zéro à l’entrée de la place rouge

    Le kilomètre zéro (en russe: Нулевой километр) est le point de départ pour le calcul des distances routières. Il a été créé en 1996 selon le projet de l’architecte I.N. Voskresensky , avec l’aide du sculpteur A.I. Rukavishnikov. La tradition veut que les passants jettent une pièce par dessus l’épaule gauche au centre du cercle afin que les plus pauvres puissent en bénéficier. Ce geste un hommage à Saint Basil qui a toujours refusé l’aumône.

    Le kilomètre zéro devant la place rouge

    La porte de la résurrection

    Juste après le kilomètre zéro se dresse la porte Voskresenskie (Résurrection). Au XVIIe siècle, deux élégantes tours gardait l’entrée de la ville. La chapelle Iverskaya, érigée en 1781, a été construite pour l’icône de la Théotokos Iverskaya, l’un des sanctuaires les plus vénérés de Russie.

    blank

    En 1931 la porte et sa chapelle furent démolies pour faciliter l’accès à la place Rouge des véhicules militaires lourds lors des parades.

    En 1994-1996 l’ensemble fut reconstruit et une nouvelle icône, peinte sur le mont Athos pris sa place dans la chapelle. Il a été décidé de garder les aigles tsaristes sur la porte de la résurrection pour contrebalancer le fait d’avoir garder les étoiles rouges sur les tours du Kremlin.

    Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan

    Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan sur la place rouge

    À gauche du musée d’histoire se trouve la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan. Bien que son apparence récemment recréée soulève quelques questions chez les historiens de l’architecture, la cathédrale de Kazan est un monument phare de Moscou. Il a été construit au XVIIe siècle sur l’argent du premier tsar de la famille Romanov – Fedor Mikhailovich – pour commémorer la libération de Moscou des envahisseurs polonais. Elle a eu lieu le 4 novembre, jour de la vénération de l’icône de Kazan de la Mère de Dieu. Aujourd’hui, cette date est devenue un jour férié en Russie – le Jour de l’unité nationale. La cathédrale de Kazan a un aspect caractéristique de son époque. C’est un temple sans piliers (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de support à l’intérieur) avec un seul chapiteau et de nombreux éléments décoratifs répétitifs : cocons, filets et bandeaux.

    Place Lobnoe

    La plus ancienne structure de la Place Rouge est la place Lobnoe (en russe: Лобное место), qui est située en face de la tour du Kremlin de Spasskaya. La première mention en est faite dans des documents de 1547. Cette plate-forme circulaire permettait d’annoncer les décrets royaux (Oukaz). Plus tard, en 1597-1598, la plate-forme en bois a été remplacée par une plate-forme en pierre que vous voyez actuellement.

    La place Lobnoe existe sous sa forme actuelle depuis 1786, après avoir été reconstruite selon les plans de l’architecte M.F. Kazakov. Il s’agit d’une élévation en pierre ronde avec une plate-forme entourée d’un parapet et d’un escalier.

    excursion moscou

    Histoire de la place rouge

    L’origine du nom

    La Place Rouge à Moscou est la plus célèbre et la plus symbolique des places au monde. L’histoire de celle-ci commence à la fin du XVème siècle, lorsque devant le mur du Kremlin un espace de 240 mètres de largeur fut dégagée. Les historiens citent la nécessité d’étendre l’espace commercial de Moscou, ainsi que d’assurer la sécurité de la forteresse.

    Au début, l’endroit ressemblait plus à une place de marché et s’appelait Torg (négoce). Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, la place a pris le nom de Krasnyi ce qui signifie « Rouge » mais aussi « Beau » en russe.

    L’histoire la plus courante dit qu’en 1493, Ivan III publia un décret selon lequel tous les bâtiments en bois proches des murs du Kremlin devaient être démolis, car ils créaient un danger potentiel d’incendie. L’exécution de cet ordre entraîna l’apparition de cette esplanade prédécesseur de la Place Rouge. Les petits commerces, non jamais réellement cessés, les maisons en bois étaient reconstruites et ravagées par des incendies périodiquement. Ce fait peu aussi avoir donné le nom à la place. Le rouge symbolisant le feu.

    La plus ancienne structure de la Place Rouge, qui existe encore aujourd’hui, est la place Lobnoe, qui est située en face de la tour du Kremlin de Spasskaya. La première mention en est faite dans des documents de 1547. Cette plate-forme circulaire permettait d’annoncer les décrets royaux (Oukaz). Plus tard, en 1597, la plate-forme en bois fut remplacée par une plate-forme en pierre.

    Aménagement de la place au XVIème siècle

    Au début du XVIème siècle, on creusa un large fossé (36 m de large pour 12 m de profondeur) autour des murs du Kremlin. L’eau de la rivière Neglinnaya rempli les douves et des ponts permettait d’accéder aux tours. A cette époque, les principales rues de Moscou donnaient sur la place ce qui lui donna le rôle de centre commercial.

    Lorsqu’on construisit le mur de Kitai-gorod en 1535, la Place Rouge était enfermée dans ses limites. Sous le règne de Boris Godounov, des commerces en pierre firent leur apparition. À cette époque, le célèbre canon du Tsar qui se tenait près de la place Lobnoe.

    En 1555 Ivan le Terrible lança la construction d’une imposante structure pour commémorer la victoire sur le khanat de Crimée. La cathédrale Saint-Basile est un complexe de 9 églises distinctes, réunies sur une base commune.

    La Place Rouge pris une importance considérable quand on érigea en 1624 la tour Frolovskaya (aujourd’hui Spasskaya). Ses portes servaient de sortie solennelle des individus régnants et du plus haut clergé. Au début de la rue Nikolskaya, qui jouxte la place, la cathédrale Kazan fut construite en 1637 pour commémorer la libération de Moscou des Polonais. Dans la partie nord de Kitay-gorod se trouve la Porte de la Résurrection, par laquelle les ambassadeurs des puissances étrangères arrivaient à Moscou. Il faut savoir que la Place Rouge était pavée de rondins, en plus du commerce mobile animé, il y avait des caves à vin, des tavernes et de nombreux bancs.

    A l’extrémité nord de la place se trouvaient des bâtiments administratifs : la cour de rachat alimentaire (le salaire des domestiques y était versé), sur le côté sud se trouvait la cabane Tiunskiy (centre de gestion des églises de Moscou, qui percevait les impôts et les taxes).

    Une nouvelle étape de transformation

    La vague de transformation suivante a commencé en 1679. A cette époque, la place fut à nouveau débarrassée des bâtiments en bois. On érigea en pierre une partie des tours du Kremlin, le bâtiment de l’ordre des Zemsky et l’Hôtel des Monnaies. Lorsqu’en 1701, Moscou fut menacée par les Suédois, un mur de terre avec des bastions fut coulé le long des murs du Kremlin, et à la fin de la guerre du Nord (1700-1721), la Porte de Triomphe fut érigée sur la Place Rouge.

    Malgré le fait qu’au XVIIIe siècle, Moscou ait perdu son statut de capitale, la Place Rouge a continué à être un lieu d’événements marquants dans l’histoire de l’État. Pour être couronné, tous les régnants venaient encore à Moscou, entrant solennellement par la Vorota Voskresenskie (porte de la résurrection) et la tour Nikolskaya.

    La formation de la Place Rouge s’est poursuivie en 1780, lorsqu’on érigea les Haut rangs de commerces à la place de l’actuel GUM. Ces boutiques à deux étages furent étendues le long des douves et on déplaça la Place Lobnoe où elle se trouve maintenant. En 1804, la Place Rouge fut pavée de pierres.

    La Place Rouge après la Grande guerre patriotique de 1812

    Les troupes de Napoléon ont causé des dommages colossaux à l’apparence architecturale de Moscou. Après la fin de la guerre de 1812, la ville a entamé des travaux de reconstruction, qui ont principalement touché le Kremlin et la Place Rouge.

    Dans la période de 1814 à 1815, selon le projet de l’architecte Osip Bove, on restaura les rues commerçantes et on combla les douves. Le long des murs du Kremlin, on planta deux rangées d’arbres et on aménagea les jardins d’Alexandre. En 1818, le monument à Minine et Pozharsky fut érigé devant le portique central des rangées de commerce.

    Après ces transformations, la Place Rouge cessa d’être un place de marché pour accueillir divers événements festifs et festivals folkloriques. De 1877 à 1883, le bâtiment de l’ordre Zemsky fut démoli et remplacé par le musée d’histoire. Cinq années plus tard de nouvelles rangées commerciales (GUM) accueillaient les premières lanternes électriques sur la Place Rouge. De 1909 à 1930, des rails de tramway longeaient le mur du Kremlin le long de la Place Rouge.

    Histoire contemporaine

    Après la Révolution d’octobre de 1917, la Place Rouge est devenue un lieu de commémoration. Le 10 novembre 1917, les hommes de l’Armée rouge tombés lors des batailles révolutionnaires à Moscou y ont été enterrés au pied du mur du Kremlin (actuelle Nécropole). Un an plus tard, le 7 novembre 1918, V.I. Lénine a inauguré une plaque commémorative à la mémoire des morts, qui a été enlevée en 1950 lors de la restauration de la tour du Sénat.

    La Place Rouge de Moscou est devenue le lieu de défilés et de manifestations militaires solennelles. Après la mort de Lénine en 1924, un mausolée en bois a été érigé sur la Place Rouge, où le corps du dirigeant soviétique a été placé, et en 1930, selon les plans de l’architecte A.V. Chchouzev, le mausolée en pierre a été construit. La même année, la Place Rouge fut de nouveau pavée, des tribunes ont été installées, la cathédrale de Kazan et la Porte de la Résurrection furent démolies (restaurées en 1994-1996), et le monument à Minine et Pozharsky fut déplacé devant la cathédrale Saint Basil où il se trouve actuellement. La circulation automobile fut ouverte devant la façade du GUM.

    Le 7 novembre 1941, les soldats se rendant au front défilent sur la Place Rouge et la Victoire y est aussi célébrée le 9 mai 1945. Dans les années d’après-guerre, les tribunes des invités sont remplacées par des tribunes en béton, la Nécropole a été formée près des murs du Kremlin. Au début des années 70, les tribunes ont été remplacées par des tribunes en granit et la Nécropole fut réaménagée.

    Au même moment on plaça un énorme socle de béton sous les pavés de la place rouge pour garantir la stabilité de l’ensemble. Dans les années 90, la Place Rouge accueilli de nombreux concerts et festivals folkloriques. En décembre 2000, pour la première fois sur la Place Rouge, une patinoire de 30 mètres sur 15 fut installée et l’entrée était gratuite.

    Quelques modifications au XXIème siècle

    Aujourd’hui, la Place Rouge est toujours située à Kitaï-gorod et jouxte le mur nord-est du Kremlin. À l’extrémité sud de la Place Rouge se trouve toujours la cathédrale de l’Intercession (Saint-Basile), au nord – la cathédrale de l’icône de la Mère de Dieu à Kazan et le Musée d’historique, à l’est – le GUM, et à l’ouest – le Kremlin. La longueur de la Place Rouge est de 330 mètres, et sa largeur de 70 mètres.

    Depuis 1993, la vidéo et la photographie professionnelles sont interdites sur la Place Rouge. Le groupe de matériel photographique interdit comprend tous les appareils photo dont la hauteur du corps est supérieure à 140 mm et le diamètre de l’objectif amovible supérieur à 700 mm. L’autorisation de tournage professionnel est obtenue auprès de la commanderie du Kremlin sur demande préalable remise en main propre. Depuis 2001, il est interdit de circuler à bicyclette sur la Place Rouge. La place rouge est de nouveau piétonne.

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Offres d’emploi en Russie pour francophones

    Toutes les offres d’emploi qu’Alexandre de Russie a reçu et trouvé sur les différentes plateformes. Elles sont toutes destinées à des francophones.

    Permis de séjour permanent (VNJ)

    Le permis de séjour permanent VNJ vous permet de rester d'une manière indéfinie en Russie mais pour cela il faut remplir les conditions d'obtention et surtout en faire la demande. Alexandre de Russie vous aide dans ses démarches administratives.

    Île de Kiji sur le lac Onega

    L'île de Kiji située sur le lac Onega est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO et donc à visiter sans attendre. Nous vous expliquons comment faire.

    Îles Solovki et le Monastère Solovetski

    Les îles Solovki en Carélie constituent un archipel unique, patrimoine mondial de l’UNESCO, nature immaculée et tristement célèbre pour son goulag.

    Nos derniers articles

    Jardin de Tauride et son palais

    Le jardin de Tauride est l'un des premiers parcs paysagers de Saint-Pétersbourg. Le palais appartenait à Potemkine l'amant de Catherine II.

    Île de Valaam – Son monastère et ses skites

    Valaam est une île du lac Ladoga connue pour son monastère et ses nombreux skites. Venez découvrir ce charmant archipel avec nous.

    Permis de séjour temporaire (RVP)

    Informations sur le permis de séjour temporaire russe (RVP). Qui en bénéficie? Comment l'obtenir? Procédure et conseil pour ne pas se noyer dans la paperasse.

    Permis de séjour permanent (VNJ)

    Le permis de séjour permanent VNJ vous permet de rester d'une manière indéfinie en Russie mais pour cela il faut remplir les conditions d'obtention et surtout en faire la demande. Alexandre de Russie vous aide dans ses démarches administratives.

    Vous aimeriez lire également