Plus
    CultureCoutumes & TraditionsLa miniature de Palekh

    La miniature de Palekh

    L’artisanat populaire de la miniature en laque est né et s’est développé dans la ville de Palekh, située dans la région d’Ivanovo, à 350 kilomètres au nord-est de Moscou et à 200 km au sud-ouest de Nijni Novgorod.

    Les miniatures en laque est un genre traditionnel unique de peinture appliquée sur différents supports en bois, comme des boîtes ou des coffrets. Palekh, véritable ville d’artistes, est aujourd’hui connue dans le monde entier pour cet artisanat auquel elle a donné son nom.

    Temps de lecture estimé : 9 minutes

    Palekh, une ville d’artistes

    Si Palekh est actuellement connue pour ses miniatures en laque, la ville était autrefois réputée pour la peinture d’icônes religieuses. La peinture de miniatures en laque n’a commencé à se développer qu’après la Révolution d’Octobre en 1917, lorsque la peinture d’icônes est devenue impossible avec l’arrivée des bolcheviks au pouvoir et la mise en place d’une politique anti-religieuse.

    La peinture d’icônes étant devenue sans intérêt au début du XXe siècle, les artistes de Palekh ont dû réinventer leur art. Ils ont alors utilisé leur savoir-faire pour représenter des thèmes non-religieux, en s’inspirant de la littérature, des contes et légendes russes ou des scènes de la vie quotidienne de l’époque.

    Aujourd’hui, la ville est un toujours l’un des hauts lieux de la culture en Russie. Des artistes du monde entier viennent s’y installer, notamment depuis la création de son école d’art, ouverte en 1926, et qui attire toujours de nombreux étudiants.

    L’histoire de Palekh

    Un art ancien

    On sait par des sources écrites que Palekh était déjà un grand village entre le XIIe et le XIIIe siècle. On pense que les peintres d’icônes sont venus à Palekh et dans les villages environnants après la prise de la ville de Vladimir par les Tatars en 1238. Une partie de la population du Pays de Vladimir-Souzdal, dont des moines-peintres d’icônes, a fui les Tatars pour se réfugier dans le village, où ils se sont installés et ont préservé l’art de la peinture d’icônes.

    Au cours du XVIIIe siècle, l’art des iconographes de Palekh s’est développé en un style particulier appelé « art de Palekh ». Ces icônes étaient réputées pour leurs peintures détaillées, leurs couleurs vives et l’utilisation de l’or pour représenter les robes des saints.

    Les peintres de Palekh étaient également reconnus comme étant les maîtres des peintures murales monumentales. Ils ont notamment participé à la peinture ainsi qu’à la restauration de nombreuses églises et cathédrales dans toute la Russie : les Cathédrales de la Dormition de Vladimir, la Cathédrale de l’Annonciation du Kremlin de Moscou, la Cathédrale de la Dormition de Sviajsk, la Cathédrale Sainte-Sophie de Novgorod, le Couvent de Novodievitchi de Moscou, le monastère Ipatiev de Kostroma ou encore le Palais à Facettes du Kremlin de Moscou.

    Arrivée des bolcheviks

    L’iconographie de Palekh, qui a émergé dans les provinces profondes, dans l’environnement paysan, est devenue un phénomène important dans la culture artistique russe. Mais toute l’iconographie religieuse a pris fin naturellement avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviks entraînant la fermeture des ateliers d’icônes.

    blank

    Après la Révolution de 1917 et les changements sociaux et culturels qui en résultent, de nombreuses familles d’artistes se retrouvent alors sans moyens de subsistance et de nombreux maîtres abandonnent alors le métier d’artiste. Cependant, un certain nombre de personnes de Palekh décident d’utiliser leur savoir-faire pour ne pas le perdre. En réussissant à préserver leurs traditions et leurs compétences acquises grâce à la peinture d’icônes, les artistes de Palekh vont réinventer leur art pour donner naissance à un nouveau phénomène artistique : la miniature en laque de Palekh.

    Dès 1918, certains artistes commencent à se regrouper en formant l’artel (une association d’artistes) d’art décoratif de Palekh qui se spécialise dans la peinture sur bois. C’est ainsi que se développent, dans les années 1920, les miniatures en laque de Palekh. Ces dernières feront, encore une fois, la fierté et la renommée de la ville.

    Renommée internationale

    L’art de la miniature en laque de Palekh acquiert sa renommée à l’international en obtenant une récompense à Paris en 1925 lors de l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes.

    De nombreuses autres expositions ont lieu en Union Soviétique, notamment à Moscou, Saint-Pétersbourg ou encore Nijni Novgorod. Palekh est alors à cette époque une véritable vitrine de l’art et de l’artisanat russes. 

    Une union des artistes de Palekh est créée en 1932, et devient en 1935 l’Association des artistes de Palekh. Des ateliers sont alors créés et financés par le gouvernement.

    Dans les années 1990, le travail créatif des peintres a dû être restructuré, une fois de plus, lorsque l’organisation artistique collectiviste qui avait été créée sous le régime soviétique a été abandonnée, entraînant la fermeture des ateliers précédemment créés.

    Les artistes de Palekh se sont adaptés à la situation et ont réussi à préserver l’expérience accumulée au fil des siècles, tant dans la peinture d’icônes que dans la création de miniatures en laque.

    Aujourd’hui encore, ce village d’artistes à l’atmosphère unique est inscrit dans l’itinéraire d’excursion le plus célèbre de Russie, l’Anneau d’or.

    L’anneau d’Or regroupe un ensemble d’anciennes cités princières situées au nord-est de Moscou, entre la Volga et la Kliazma. Ces villes-musées rassemblent églises et cathédrales, couvents et monastères à l’architecture si caractéristique. Classées au Patrimoine mondial de l’Unesco, les villes de l’Anneau d’Or sont le reflet de la richesse du patrimoine historique et culturel de la Russie.

    Bannière N1

    Visiter Palekh

    Palekh est une visite incontournable pour quiconque s’intéresse à l’art, à commencer par son musée d’art dédié à la peinture d’icônes.

    palekh

    Musée national d’art de Palekh

    Le musée national d’art de Palekh a été ouvert à l’initiative du célèbre écrivain russe Maxime Gorki, très impliqué dans la préservation de cet art. Au fil des décennies, de nombreuses œuvres des maîtres de Palekh ont été exposées.

    Le site web du musée est également très informatif et propose une intéressante visite en vidéo de Palekh.

    En plus de l’art, Palekh possède un charme typiquement russe, aussi bien en été qu’en hiver, avec ses maisons en bois et ses anciennes églises orthodoxes.

    Si vous souhaitez ramener un souvenir de votre de visite, il faut savoir qu’une boîte laquée coûte généralement entre 6 000 et 7 000 roubles (entre 70 et 85 euros).

    Il est également possible de s’initier à cet art grâce à des ateliers de peinture sur différents petits objets que vous pourrez ensuite emporter avec vous. L’occasion de ramener un souvenir unique et typique de Palekh.

    Maison d’Ivan Golikov

    palekh

    Ivan Ivanovich Golikov (1887-1937) est l’un des fondateurs de la miniature en laque de Palekh. Sa maison-musée a été ouverte en 1968. L’extérieur de la maison, qui a été construite en 1928, a été conservé dans sa forme originale. L’exposition du musée comprend une salle commémorative avec des objets personnels de l’artiste, ainsi qu’une partie historique racontant la création de l’Artel de la peinture ancienne à Palekh, et l’histoire de la famille Golikov. Le matériel photo unique préservant l’apparence du vieux Palekh. La maison de I.I. Golikov est le point de départ de l’exposition de miniatures en laque de Palekh.

    Maison de Pavel Korin

    La maison-musée de Pavel Korin, artiste du peuple de l’URSS, lauréat du prix Lénine et du prix d’État et académicien de la peinture, a été ouverte à Palekh en 1974. Tout ce qui se trouve dans le musée est authentique, tout comme les murs de la maison elle-même, le plus ancien bâtiment en bois de Palekh. La maison a été construite à la fin des années 1860. Le musée possède une collection unique d’icônes, de peintures d’icônes et de gravures d’Europe occidentale rassemblées par Pavel Dmitrievich. On y trouve des œuvres de son père, de ses frères et de lui-même : « Une branche de sorbier », « Palekh se construit », « Paysage avec des pins » et autres.

    Atelier de Nikolay Dydykin

    En décembre 1978, la municipalité a ouvert un musée et un atelier commémoratifs de Nikolay Dydykin, travailleur artistique honoré de la RSFSR. Nikolai Vasilievich Dydykin vivait et travaillait à Leningrad, et il venait à Palekh en été. Comme la Maison de Korin, ce musée conserve également la mémoire de l’ancienne famille de peintres d’icônes, les Dydykin, qui respectaient et étaient fiers de leur profession. L’atelier et plus d’une centaine d’œuvres de N.V. Dydykin qui s’y trouvaient ont été légués par ce dernier au Musée d’État de l’art paléché.

    Cours de peinture en anglais

    Maison de Nikolaï Zinoviev

    Nikolaï Zinoviev (1888-1979) est un artiste du peuple de l’URSS, héros du travail socialiste, peintre d’icônes et l’un des fondateurs de l’art palekh. Sa maison a été ouverte dans le village de Dyagilevo (à trois kilomètres du village) le 5 décembre 1984, lors de la célébration du 60e anniversaire de l’art de Palekh. La maison a conservé de nombreux objets ayant appartenu à l’artiste : peintures, photographies rares. L’aspect extérieur de la maison, avec ses façades blanches en « dentelle », son haut porche et l’environnement spatial dans lequel elle se trouve, présente un grand intérêt pour les visiteurs du musée.

    5/5 - (3 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Fiodor Dostoïevski

    Dostoëvski est considéré comme l'un des plus grands romanciers russes. Il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

    Vous aimeriez lire également