Plus
    CultureCoutumes & TraditionsManufacture impériale de porcelaine

    Manufacture impériale de porcelaine

    La Manufacture impériale de porcelaine à Saint-Pétersbourg a fêté ses 275 ans en 2019. Depuis presque trois siècles, elle crée des articles et des services de table unique qui décorent les réceptions majestueuses et la vie quotidienne des grands de ce monde. Également offertes comme cadeaux diplomatiques de valeur, ces pièces d’exception sont de nos jours accessibles. Découvrons ensemble l’histoire de la porcelaine russe avec quelques astuces pour s’en procurer.

    Histoire de la manufacture de porcelaine impériale

    Manufacture impériale de porcelaine

    Il y a environ trois siècles maintenant que la manufacture impériale de porcelaine a été fondée. L’entreprise a de quoi être fière de son passé et de son présent. Les pièces créées dans ses murs sont un modèle de vrai goût et les artistes de l’usine sont des créateurs de tendances dans ce domaine.

    Avec le pays tout entier, la manufacture a survécu à toutes les épreuves historiques et a répondu aux grands événements par des œuvres d’art et des découvertes technologiques remarquables.

    1744 – Fondation de la manufacture

    Fondée en 1744 à Saint-Pétersbourg par ordre de l’impératrice Élisabeth, fille de Pierre le Grand, la Manufacture impériale de porcelaine est devenue la première manufacture de porcelaine de Russie et la troisième d’Europe.

    Il y a un peu plus de trois siècles, les Européens n’avaient aucune idée de ce qu’était la fabrication de la porcelaine. Les maîtres chinois gardaient soigneusement les secrets de sa production. En raison de sa rareté et de son prix, la porcelaine était considérée comme de l’or et était souvent appelée « or blanc ».

    Les articles en porcelaine étaient offerts en cadeau aux personnes couronnées, ils étaient utilisés pour embellir les salles d’État et pour dresser les tables lors d’occasions spéciales. Les dames de la cour avaient l’habitude de porter de petites pièces de porcelaine sur des chaînes en or. Ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle que l’alchimiste saxon Johann Friedrich Böttger trouva la recette pour produire de la porcelaine européenne.

    En 1710, la première manufacture de porcelaine d’Europe a été fondée au château de Meissen, inaccessible et étroitement surveillé, à Albrechtsburg. Cet événement ne pouvait naturellement pas passer inaperçu aux yeux de Pierre le Grand, un admirateur passionné de l’expérience scientifique et technologique européenne. L’autocrate commandait régulièrement à l’étranger de la vaisselle en porcelaine et en faïence pour son usage quotidien et pour la décoration de ses intérieurs. Lors de ses visites dans les pays européens, Pierre le Grand a révélé un intérêt pour la porcelaine. Il a même essayé de créer une entreprise similaire avec l’aide d’étrangers en Russie. L’idée de Pierre d’établir une manufacture de porcelaine ne fut cependant réalisée que vingt ans plus tard, par sa fille Elizabeth Petrovna.

    Le 1er février 1744, le baron Nikolay Korf a conclu un accord avec Christopher Gunger. Selon lequel ce dernier était obligé « d’établir à Saint-Pétersbourg une manufacture pour la production de porcelaine pure comme elle était produite en Saxe ». Il s’est toutefois avéré que Hunger en savait trop peu pour organiser une nouvelle production. Le baron Tcherkasov, chargé par l’impératrice de l’organisation et de la supervision de la manufacture, se trouve alors face à un dilemme : chercher à l’étranger un nouvel homme connaissant la production de porcelaine ou confier le « commerce de la porcelaine » à Dmitri Vinogradov, un scientifique russe de talent. Il a été le premier dans l’histoire de la céramique à établir la description scientifique du processus de fabrication de la porcelaine.

    De 1762 à 1801 – Essor de la porcelaine russe

    L’âge d’or de Catherine II, dite la Grande, est la période où l’art de la porcelaine atteint son plein développement en Russie. Dès le début de son règne, Catherine accorde une grande attention à la production de porcelaine. Avant de se rendre à Moscou pour son couronnement, elle confie au Cabinet de Sa Majesté Impériale la sélection des meilleurs articles en porcelaine et les envoie dans l’ancienne capitale de la Russie pour être exposés et vendus.

    Sous son règne, la manufacture de porcelaine de la Neva est réorganisée. En 1765, elle reçoit un nouveau nom – la Manufacture de porcelaine impériale. Depuis cette date, 15.000 roubles furent alloués au développement de la production afin de « fournir de la porcelaine à toute la Russie ». L’efficacité du travail des 200 employés s’est nettement accrue : en un an, 38 000 pièces ainsi que 657 formes et modèles ont été produits.

    Dès le début, l’usine impériale s’est vu confier une double tâche. Produire de la porcelaine artistique représentant un nouveau type d’art décoratif en Russie et fonctionner simultanément comme une entreprise commerciale génératrice de revenus. Jean-Dominique Rachette, un sculpteur français talentueux, a été invité à la Manufacture impériale de porcelaine en tant que maître-modèle en 1779 et a supervisé son département de sculpture jusqu’en 1804.

    Les meilleures pièces de la « porcelaine de Catherine » véhiculent l’idéologie de l’autocratie et de « l’absolutisme éduqué ». Une grande attention est accordée à la personnalité de l’impératrice elle-même : on peut voir des portraits et des monogrammes de Catherine la Grande sur différents objets, ainsi que ses allégories sculptées telles que « Minerve russe », une législatrice ou une bienfaitrice de l’État russe.

    L’empereur Paul Ier (1796-1801) a hérité de sa mère un intérêt pour la porcelaine. Sous son règne, une tradition s’est établie qui consiste à présenter les meilleures œuvres à la famille impériale pour Noël, Pâques et d’autres fêtes. Simultanément, la fabrique continuait à produire des œufs de Pâques, des cadres de miroir, des boîtiers d’horloge, des lustres, des encriers, etc.

    De 1801 à 1825 – Réorganisation sous Alexandre Ier

    Les événements historiques tumultueux qui ont marqué le règne d’Alexandre Ier n’ont pas permis à l’empereur, d’accorder l’attention nécessaire au développement de la porcelaine russe. Le seul homme, qui était responsable de la Manufacture de Porcelaine Impériale pendant tout le règne d’Alexandre Ier, devint le directeur du Cabinet de Sa Majesté Impériale, le Comte Dmitry Guryev.

    En 1809, Dmitri Gouriev, soucieux de rendre le département artistique impeccable, invite à la manufacture le sculpteur Stepan Pimenov, professeur adjoint de l’Académie des Arts. À la demande de Pimenov, Alexey Voronikhin, un neveu du célèbre architecte Andreï Voronikhin, fut également invité. De la Manufacture de Sèvres, célèbre pour ses peintres, ils invitèrent Henri Adam, et plus tard, deux « artistes porcelainiers » – le doreur-décorateur Denis Morot et le peintre Jacques François Joseph Swebach.

    Accueillis chaleureusement à la fabrique, tous ont contribué à l’amélioration de la production de porcelaine ; ils ont éduqué et formé de nombreux artisans russes. La porcelaine russe ne glorifiait pas seulement les actes de l’empereur, mais véhiculait également des idées et des attitudes nationales. Par exemple, le service de table Gourievski est une ode au peuple qui a gagné la guerre patriotique de 1812.

    De 1825 à 1894 – Air de Nicolas Ier, Alexandre II et Alexandre III

    La Manufacture impériale de porcelaine a fourni ses services de table à presque tous les palais de Saint-Pétersbourg sous le règne d’Alexandre Ier et de Nicolas Ier (1825-1855). La porcelaine a bénéficié d’une grande diversité de styles. Fédor Solntsev, archéologue et virtuose russe, a conçu des services de table pour le Grand Palais du Kremlin à Moscou et le Grand Duc Konstantin Nikolayevich de Russie.

    À l’époque de Nicolas Ier, la porcelaine se distinguait par sa peinture artistique. Les vases présentaient les chefs d’œuvres des anciens maîtres (Léonard de Vinci, Raphaël, Titien, Corrège, Murillo, etc.), pour la plupart issus de la collection de l’Ermitage. Les répliques sont remarquables par leur précision et leur raffinement. La palette de couleurs pures et brillantes est en parfait accord avec les originaux.

    Parallèlement, la peinture de portraits, d’icônes et de miniatures sur des vases et des panneaux a également pris de l’ampleur. Les prix des expositions universelles de Londres, Paris et Vienne ont prouvé le leadership de l’IPM dans la peinture sur porcelaine.

    De 1894 à 1917 – Pré-révolution sous Nicolas II

    En 1907, l’empereur Nicolas II a lancé une production de la collection « Peuples de Russie », qui est devenue la plus grande série de sculptures de l’histoire de la porcelaine artistique russe. La direction du projet a été confiée à l’éminent sculpteur et décorateur de théâtre Pavel Kamensky. À l’origine, le projet comprenait 400 figurines, mais après un travail scrupuleux, il a été décidé de représenter 73 peuples, soit 146 figurines masculines et féminines séparées en costumes nationaux. Parmi les meilleures pièces sculpturales de cette période figurent les petites figurines, élégamment coquettes, la dame au masque et l’amoureux sur un rocher.

    Avec la nomination d’un nouveau directeur, Nikolay Strukov, l’influence de l’Union du monde de l’art sur la manufacture de porcelaine s’est accrue. Strukov a invité l’artiste et l’architecte Yevgeny Lanceray, membre de ce cercle, à superviser les activités créatives de l’entreprise. Lanceray, à son tour, a attiré à la fabrique le sculpteur Vasily Kuznetsov et son assistante Natalia Danko.

    Parmi les œuvres qui méritent une attention particulière, il faut signaler les portraits des danseuses de ballet Anna Pavlova et Tamara Karsavina réalisés par le sculpteur Serafim Sudbinin. La statue de Karsavina, ayant un seul point d’appui, la jambe en pointe de la ballerine, était alors le seul exemple au monde.

    La guerre de 1914-17 changea radicalement le profil de la production : la production de porcelaine artistique fut réduite au minimum et la modeste quantité produite fut vendue par le Cabinet lors de fêtes de charité au profit des hôpitaux militaires royaux. Les seules pièces fabriquées en grande quantité étaient des œufs de Pâques, destinés au « baptême des soldats au front ».

    De 1917 à 1930 – La porcelaine après la révolution

    Manufacture impériale de porcelaine

    En mars 1918, la Manufacture de Porcelaine d’Etat est placée sous la tutelle du Commissariat du Peuple à l’Education. Le personnel de l’entreprise s’est vu confier la tâche de transformer le plus rapidement possible l’ancienne usine de cour en un « laboratoire expérimental de céramique d’importance républicaine », produisant une porcelaine de propagande.

    Les premières années post-révolutionnaires ont été marquées par un essor véritablement inédit de l’art de la propagande à grande échelle. Dans cette polyphonie festive aux couleurs éclatantes et vives, dans l’utilisation d’images spéciales pour la propagande de la révolution victorieuse, les produits en porcelaine occupaient une place de choix. Assiettes, soucoupes et tasses étaient décorées avec les mêmes slogans, aphorismes et dictons, que l’on pouvait voir sur les affiches et les panneaux des places et des rues de Petrograd.

    La création de la porcelaine post-révolutionnaire est surtout liée au nom de Sergey Chekhonin, qui est placé à la tête du travail créatif de l’usine. À cette époque, Chtchekatikhina, élève de Nicolas Roerich et d’Ivan Bilibin, connaît un succès en tant que décoratrice de théâtre, mais c’est dans le domaine de la porcelaine que les dons exceptionnels de cet éminent maître se révèlent le plus pleinement.

    De 1930 à 1950 – Pendant la guerre

    Suite à l’industrialisation et à la collectivisation du pays, une « construction culturelle » à grande échelle a débuté au début des années trente. Le réalisme socialiste, qui niait pratiquement toutes les tendances alternatives dans l’art et la littérature, fut proclamé comme la seule véritable méthode à utiliser par les artistes soviétiques.

    La Manufacture de Porcelaine Lomonosov, riche en traditions, est considérée comme la base de la création d’un nouveau style en accord avec la vie quotidienne socialiste. En 1931, le premier laboratoire d’art du pays y a été créé. Un an plus tard, Nikolaï Suétine prend la tête des opérations et regroupe des jeunes artistes de talent qui deviendront des maîtres légendaires de la porcelaine soviétique.

    Ces artistes ont traité les thèmes contemporains de la porcelaine avec un goût subtil et un sens classique de l’harmonie, que ce soit une allégorie de la construction socialiste dans la peinture du service appelé « De la taïga à la construction » ou le thème du développement industriel et de la glorification du travail.

    Pour créer de nouvelles formes de porcelaine soviétique, les sculpteurs se sont tournés vers des formes géométriques simples – sphère, cylindre et ovoïde. Le principe de simplicité et de laconisme correspondait aux vues créatives de Nikolaï Suetin, qui a harmonieusement mis en œuvre les idées suprématistes dans la porcelaine. Il mettait l’accent sur la pureté et la clarté de la forme, l’intégrité logique de la composition, le dynamisme et la concision de la peinture.

    En 1933, sous la supervision de Suetin, Eva Shtrikker a développé la première forme de service pour une production à grande échelle. Un peu plus tard, les formes Standard et Crocus de Suetin ont été créées. Et la nouvelle forme, conçue en 1936 par la jeune sculptrice Serafima Yakovleva pour le Service des tulipes, est devenue une forme classique de la porcelaine soviétique qui a été invariablement présente dans le répertoire de l’usine pendant de nombreuses années.

    Pendant les années de guerre, l’usine est à l’arrêt. L’inestimable collection de porcelaine du musée est évacuées vers l’Oural. Le territoire est utilisé pour le cantonnement d’une unité militaire tandis que de nombreux employés sont envoyés au front.

    De 1950 à 1990 – Période soviétique

    Dans l’art d’après-guerre, après l’ascèse des années de blocus, s’exprime le besoin irrésistible de beauté et de joie. Dans la peinture sur porcelaine, la fertilité et la richesse dans les œuvres d’Anna Efimova, les motifs populaires et les fantaisies de conte de fées d’Alexei Vorobyevsky, l’ornement décoratif d’Anna Yatskevich sont devenus la norme.

    En sculpture, le thème de l’enfance et de la maternité est présent dans les œuvres de Sofia Velikhova et Galina Stolbova. Le monde animal et les personnages littéraires sont représentés dans la plastique de Boris Vorobyov.

    La renaissance de la technique de la peinture sous glaçure commence. À la Manufacture de porcelaine Lomonosov, un travail intense sur de nouvelles formes de services, de vases, de carafes, d’objets décoratifs et d’articles souvenirs est en cours à cette époque. Un chef-d’œuvre incontestable est le vase en cristal du sculpteur Vladimir Semionov, qui lui vaut le Grand-prix de l’Exposition internationale de Bruxelles en 1958. Lors de cette même exposition, des médailles d’or ont été décernées à Serafima Yakovleva pour ses formes de service Tulipe, Printemps et Orient, à Alexey Vorobyevsky pour les décorations peintes des motifs folkloriques et des ensembles d’imprimés folkloriques russes.

    Anna Yatskevich est décorée pour son service Filet de cobalt. Le motif peint du filet de cobalt, inspiré d’un service élisabéthain, met harmonieusement en valeur la forme douce et lobée de la tulipe, créant ainsi une pièce d’une noblesse et d’une élégance classique saisissantes. Ce service est devenu la marque de fabrique de l’usine et est resté sa « carte de visite » jusqu’à ce jour.

    À la fin des années 1960, l’usine Lomonosov a commencé à produire des tasses inhabituelles en porcelaine d’os. Elles se distinguaient de la porcelaine dure ordinaire non seulement par leur élégance, leur légèreté et leur translucidité, mais aussi par une couleur chaude et douce du corps, par une très fine couche de glaçure et par cette sensation de légèreté, caractéristique de la célèbre porcelaine chinoise « coquille d’œuf », également appelée « porcelaine sans corps ».

    De nos jours

    En 2002, la famille d’entrepreneurs et de donateurs russes Tsvetkov a racheté aux propriétaires étrangers la part majoritaire de l’entreprise. Galina Tsvetkova, collectionneuse d’art, connaisseuse et experte en porcelaine artistique russe, a été nommée présidente du comité de surveillance de la société Lomonosov Porcelain Factory. La principale stratégie artistique de l’entreprise réside maintenant dans l’encouragement de la créativité individuelle des artistes contemporains de la porcelaine.

    La manufacture de porcelaine impériale est l’une des rares entreprises de l’industrie de l’art à avoir conservé son équipe créative. Aujourd’hui, une vingtaine d’artistes et de sculpteurs hautement qualifiés travaillent dans le laboratoire créatif de l’entreprise. Les artistes créent de nouvelles œuvres, différentes les unes des autres et qui sont reconnues tant par les amateurs de porcelaine que par les experts.

    À la recherche de nouvelles solutions artistiques, la manufacture invite régulièrement des artistes contemporains de renom à coopérer.

    Outre les expériences créatives, un élément important de la période des années 1990 à 2010 est le tournant vers l’histoire de l’art de l’entreprise. Cet intérêt se manifeste par la création de répliques d’œuvres uniques de la période impériale ainsi que de chefs-d’œuvre de la porcelaine de propagande.

    En 2007, le célèbre vase datant des premières décennies du XIXe siècle, a été recréé. Il a fallu quatre longues années aux sculpteurs et aux artistes pour produire des copies exactes de vases en forme de cratère à partir d’un échantillon datant de 1830.

    Aujourd’hui, plus de deux millions d’articles sont produits chaque année. Le catalogue est régulièrement renouvelé, le réseau de vente au détail est élargi et le volume du commerce extérieur augmente.

    Marquage de la porcelaine impériale

    Le marquage de la porcelaine a toujours été une obligation. Sous l’objet vous aurez toujours un symbole qui, dans certain cas, peut indiqué que vous tenez une pièce inestimable.

    Période élisabéthaine (1744-1761)

    Au tout début on indiquait simplement la date avec la première lettre du nom de famille de l’artisant. Il était aussi possible d’indiqué la numéro de la recette.

    blank

    Plus tard, à partir du milieu des années 1750, la marque prend la forme d’un aigle à deux têtes bleu, noir ou or.

    blank

    Catherine II (1762-1796)

    Sous le règne de Catherine II, le marquage était représenté sous la forme d’un monogramme impérial: la lettre «E» avec le chiffre romain II. La couleur est bleue ou dorée, appliquée sous la glaçure ou par-dessus.

    blank

    Au cours de cette période, commence la production en série de plats en porcelaine pour les besoins de la cour et des palais de Catherine, ces produits sont marqués des symboles «Придвор», «ПК» – qui signifie «greffe», ou l’image de la couronne sur la grille. Parfois, avec eux, l’année de fabrication était indiquée.

    blank

    Paul I (1796-1801)

    On voit que le marquage des produits en porcelaine perpétue la tradition sous la forme d’un monogramme de l’empereur Paul Ier couronné d’une couronne. Les plats pour les courtisans sont également marqués des symboles «ПК». mais avec la lettre «П» en haut. Les couleurs sont les mêmes: bleu ou or, au-dessus de la glaçure ou en dessous.

    blank

    Alexandre Ier (1801-1825)

    Sous Alexandre Ier, la marque prend la forme prévisible de la lettre «A» avec la couronne sans chiffre. Une grande variété de tracés de caractères est principalement due au marquage manuel pendant cette période. Les couleurs et le lieu d’application perpétuent la tradition: bleu ou or, au-dessus de la glaçure ou en dessous.

    blank

    Nicolas Ier (1825-1855)

    Nicolas I change quelque peu la tradition: le monogramme est différent mais la couronne reste. mais je suis ajouté au nom de l’empereur. Sur certains timbres, la couronne est exécutée de manière très pittoresque avec un dessin soigné des détails. Les couleurs restent: dorées ou bleues.

    blank

    Alexandre II (1855-1881)

    La couleur du marquage change: il devient vert olive sous la glaçure, parfois dorée dans la glaçure. L’image représente la lettre A et le chiffre romain II au-dessus desquels la couronne plane, dans certains cas, le monogramme se trouve dans la couronne de laurier.

    blank

    Alexander III (1881-1894)

    La marque sous Alexandre III, comme il n’est pas difficile à deviner, diffère de la précédente figure romaine III. Les couleurs sont les mêmes: vert olive sous la glaçure ou or sur la glaçure. Chez les deux derniers empereurs, la marque de porcelaine est parfois complétée par les deux derniers chiffres de l’année de fabrication du produit.

    Nicolas II (1894-1917)

    La marque a la forme d’une lettre H avec une couronne en haut et un chiffre romain II en dessous. Parfois l’année est indiquée. Couleurs: vert olive sous la glaçure ou or sur la glaçure.

    blank

    Marques de la fabrique de porcelaine d’État (1917-1925)

    Après la révolution de février 1917 et l’abdication de Nicolas II, un immense pays est soudainement laissé sans drapeau, sans armoiries et sans symboles d’État. Par conséquent, pendant les premiers mois, la porcelaine était simplement marquée de l’année de fabrication. À partir de cette période, le nom de l’entreprise est changé en «Usine nationale de porcelaine» (GFZ). Du 21 mars 1917 au 10 juillet 1918, l’aigle bicéphale, privé des insignes impériaux, devient l’emblème de la République russe, et il apparaît également sur les timbres du GFZ.

    blank

    La Révolution d’octobre 1917 a présenté au pays de nouveaux symboles d’État – un marteau et une faucille croisés. D’autres marquages donnent plus d’information comme l’aide la région affamée de la Volga, l’anniversaire de la Révolution d’octobre ou des versions d’exportation avec les inscriptions «made in Russia» et «made in Russia URSS».

    blank

    Marques de la fabrique de porcelaine de Lomonosov (1925-2005)

    En 1925, à l’occasion de l’anniversaire de l’Académie des sciences de Russie, l’usine de porcelaine pris le nom de M.V. Lomonosov en abrégé « ЛФЗ ». Pendant cette période, l’abréviation est présente sur presque tous les marquages, bien que le contour des symboles change. Les options d’exportation sont également accompagnées des inscriptions «made in Russia» et «made in Russia URSS». De 1970 à 1989, la marque indique la qualité des produits et le groupe de complexité des produits. 1 grade était marqué en rouge, 2 – en bleu et 3 – en vert. Les marques des numéros jubilaires ont reçu une couronne de laurier. De 2002 à 2006, les produits sont marqués à la main avec l’inscription « décoré à la main ЛФЗ 1744 St.Peterburg Russie ».

    blank

    Depuis 2005

    En 2005, l’entreprise reprend son nom historique et le marquage sera bleu foncé (cobalt) sans aucune variation (cf. premier paragraphe).

    Bannière N1

    Excursion dans la manufacture de porcelaine impériale

    • Adresse : Saint-Pétersbourg, Prospect Obukhovskoy Oborona, 151 
    • Heures de travail : du lundi au vendredi de 10h00 à 19h00
    • Prix de la visite en anglais : 950 RUB / personne en individuel ou à partir de 600 RUB en groupe
    • Entrée simple du musée : 300 RUB
    • Informations détaillées, inscription par téléphone : +7 (812) 326-17-43 

    L’usine impériale de porcelaine vous invite à faire une visite fascinante de la production de porcelaine.

    Le programme de l’excursion comprend une visite à l’atelier de produits hautement artistiques, où vous pourrez observer le processus de fabrication de divers objets en porcelaine. Vous visiterez également la galerie d’art moderne de la porcelaine, qui présente les meilleurs exemples de l’art de la porcelaine de haute qualité à ce jour.

    Où acheter de la porcelaine russe ?

    Adresses de tous les magasins officiels ici.

    A Moscou

    • Quartier des étangs des patriarches : Bogoslovskiy pereulok 3
    • Dans le GUM
    • Quartier Sretenski : Kuznetskiy Most ulitsa 20/6/9с1
    • Au métro Kitaï-gorod : Maroseika ulitsa 4/2с1
    • Quartier Tverskaya : Tverskaya ulitsa 27c1

    A Saint-Pétersbourg

    • Directement à la fabrique :
    • Il y a pas moins de 5 magasins sur la Nevsky Prospekt donc vous ne pouvez pas les louper.

    A Paris

    27 Avenue de l’Opéra, 75001 Paris, France

    Sur internet

    Notre partenaire Trésors de Russie vous propose une sélection de porcelaine de la manufacture impériale. Cliquez sur la banière pour accéder au site.

    Bannière N1
    4.9/5 - (47 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également