Plus
    District SibérienKraï de l'AltaïDe Biïsk à la station de Belokourikha

    De Biïsk à la station de Belokourikha

    Lorsque l’on aura découvert Barnaoul et apprécié ses efforts pour se rendre attractive, on pourra être tenté de découvrir le deuxième joyau du kraï de l’Altaï, la ville thermale de Belokourikha. Pour cela, il faudra rejoindre la R256 en provenance de Novossibirsk et partir en direction du sud-est. Après une bonne heure nous arriverons dans la ville de Biïsk, la plus ancienne ville d’Altaï. Après avoir été une ville forteresse protégeant l’empire contre les Djoungars, elle a été la capitale commerciale de l’Altaï, en liaison avec le développement de la route de la Tchouïa, ou Tchouïsky Trakt pour les Russes.

    Temps de lecture estimé : 10 minutes

    Musée de la Tchouïsky Trakt

    biïsk

    Une escale peut être envisagée pour visiter cet ancien comptoir commercial qui a conservé de très belles anciennes maisons de marchands, en bois ou en briques, et surtout de visiter le musée de la Tchouïsky Trakt, où l’on prendra conscience de l’importance depuis l’antiquité de cette voie commerciale. Certains communicants ont tenté de lancer le concept de route nord de la Soie. C’est très discutable, car la soie n’a jamais transité par ici, mais il est vrai qu’il y a eu des échanges avec la Chine, et depuis très longtemps. Il suffit de regarder les objets trouvés chez les marchands du XIXème siècle et que présente le musée historique de Biïsk : vases, céramiques chinoises, sculptures bouddhistes. Un ancien chariot chinois a même été découvert dans une fouille archéologique. Les fourrures ont bien sûr été échangées, mais on faisait aussi à Biïsk le commerce de produits laitiers. On sera surpris d’apprendre qu’on exportait notamment quantité de beurre vers l’Europe avant la révolution… 

    biisk

    Dans les ruelles de Biïsk

    Les plus belles rues de Biïsk, aux yeux du visiteur, se trouvent dans la vieille ville, près du pont qui franchit la rivière Biïa. C’est le cas de la rue Sovietskaïa, et notamment sa partie qui commence au musée de la Tchouïsky Trakt et mène au parc Leonid Garkavogo à l’Est, où se trouve une belle statue équestre de Pierre le Grand. On y verra quelques très beaux bâtiments du XIXème siècle ou début XXème, dont le théâtre dramatique, plusieurs maisons de marchands, dont la maison en brique d’Assanov abondamment ornées de colonnes, de chapiteaux et de motifs divers.

    biïsk

    On remarquera aussi la cathédrale de l’Assomption, richement ornée et sa coupole peinte. Mais la promenade dans l’ensemble des rues avoisinantes permettra de découvrir de belles maisons aux dentelles de bois, un petit parc d’attraction avec des vieux manèges soviétiques comme autant de pièces de musée, et de prestigieux bâtiments commerciaux, comme celui du 146 de la rue Tolstoï qui, cependant, attendent désespérément une remise en état. Peu à peu Biïsk restaure son patrimoine mais il y a encore beaucoup à faire…

    De Biïsk à Belokourikha

    Depuis Biïsk, et après avoir franchi la rivière Biïa, nous prendrons une route sur la droite en direction de la ville thermale, en russe « Kourort », de Belokourikha. 

    Belokourikha est un petit joyau de ville touristique. S’y rend un tourisme russe très distingué, plutôt argenté, et en tout cas qui s’affiche dans les rues soignées de la ville sous ses meilleures dispositions. On sait que les Russes peuvent être fermés et s’ingénier dans les rues à paraître inexpressifs, voire franchement antipathiques. Eh bien, à Belokourikha, les Russes se montrent autrement, ouverts et polis. Tout est mis en œuvre à Belokourikha pour mettre à l’aise les visiteurs, les parterres sont soignés, les places ornées de décorations et de sculptures. Tout est fait pour que les gens se sentent bien et se détendent.

    Belokourikha

    La ville s’est construite autour d’un premier établissement thermal. Le mot est discutable car l’eau qui a fait l’attrait de la ville n’est pas chaude, mais comportait, notamment par la présence de radon et de quelques sels spécifiques, des vertus thérapeutiques. Ensuite la partie « kourort » de la ville, qu’on pourrait traduire en français « station », s’est construite le long de la rivière Belokourikha. De grands hôtels spas, de beaux hôtels de toutes catégories se sont donc élevés de part et d’autre d’une zone de promenade située sur les deux rives de la rivière. Une disposition assez rare dans les villes russes qui ne facilitent pas la promenade. Donc tout Belokourikha est propice à la promenade, et même, l’été, à la prise de soleil sur les parterres au bord de la rivière. Cette configuration urbaine se poursuit par la possibilité de trouver, depuis la station, un grand nombre de sentiers de randonnée. On trouvera aussi quelques téléskis pour la pratique du ski et un très long télésiège qui permet d’accéder à une forêt offrant des belvédères sur la ville et sur l’immense plaine du nord. Belokourikha est donc sur le contrefort du massif de l’Altaï. Elle est, de ce fait, facilement accessible et ouvre en même temps sur l’immense territoire des montagnes.

    Belokourikha abonde d’hôtels de toute catégorie. À cela, s’ajoute la présence de ces immenses « sanatorium », qui ne sont pas des établissements pour malades, mais des grands hôtels spa destinés aux familles. Un héritage de l’usage soviétique des vacances. Un sanatorium loue des chambres ou appartements à la semaine. Avec la location, on peut profiter d’un ensemble de services inclus ou optionnels, comme des espaces piscine et spas, et des soins pour la santé ou la beauté. On pourrait comparer ces grands hôtels à nos hôtels de Balnéothérapie, proposant autant des séjours touristiques que des séjours de remise en forme ou d’entraînement pour les sportifs. Notez que c’est aussi là qu’on propose des soins de beauté de haute qualité, à des prix défiant toute concurrence avec la France.

    Lesnaïa Skazka le village de chalets

    Un endroit proche de Belokourikha pourrait vous tenter. Il s’agit d’un village de chalets construit dans la taïga, sur les hauteurs à dix kilomètres de la ville. On y trouvera un étang face à la terrasse d’un café, un ensemble de saunas russes, un restaurant et une petite piste de ski avec remontée mécanique. Le village est soigné, avec des allées réservées aux piétons. Les enfants peuvent y jouer en liberté, sans craindre les voitures et de nombreux sentiers permettent des randonnées en été. On trouvera des chalets de base, des chalets familiaux avec tout le confort et une cuisine, et un bâtiment proposant des chambres d’hôtel. Un lieu très attachant pour ceux qui ont envie d’oublier le bruit des villes et des voitures sans pour autant se trouver éloignés de tout.

    La station Belokourikha 2

    Belokourikha

    Enfin, depuis quelques années est en construction, ouvrant peu à peu ses services, une station de montagne et thermale qu’on a appelé Belokourikha 2. Il a fallu pour monter à 600 mètres créer une route en lacet spectaculaire, amener des lignes à haute tension et même un aqueduc amenant des eaux siliceuses alcalines minérales et thermales d’un gisement d’Iskrovskoïe. Leur utilisation est indiquée dans les maladies des systèmes cardio-vasculaire, nerveux, musculo-squelettique, cutané, gynécologique et urologique. Deux montagnes seront utilisées pour créer des espaces skiables, dont l’un est en partie ouvert. Et une piste de ski de fond de dix kilomètres est déjà en service, proposant chaque année une compétition de biathlon. On voit bien que le projet de développement de Belokourikha est très ambitieux et proposera dans quelques années un complexe de première catégorie. On parle déjà d’un projet de Belokourikha 3 et d’un espace skiable qui va bientôt entrer en concurrence avec celui de Chereguiech, le deuxième espace skiable de Russie.

    Belokourikha est donc une adresse recommandée pour ceux qui souhaitent une période de vacances actives ou de repos, de promenades en famille et pourquoi pas, de remise en forme ou de soins esthétiques. Cela représentera aussi une excellente ville étape pour un séjour itinérant en Altaï. En effet, il sera très facile de rejoindre la route menant vers le Haut Altaï, ou République d’Altaï, par une piste d’une magnifique nature sauvage. Mais on pourra aussi, par des pistes qui manquent certainement un peu de confort, et qu’un peu d’asphalte rendraient plus hospitalières, rejoindre les régions de l’Ouest du kraï, qui sont d’une authentique et sauvage beauté.

    Réserver un séjour en Altaï

    En groupe

    Voici un séjour « découverte » de l’Altaï en 8 jours tout compris avec un guide francophone spécialisé. Vous aurez la chance de voir tous les principaux points d’intérêts des montagnes de l’Altaï.

    Aucune difficulté, simplement des petites balades, excursions en bateau et confort en camp (Nuit sous les tentes).

    Transport prévu pour le voyage en véhicule russe tous terrains (GAZ, UAZ, KAMAZ, URAL) adapté à l’itinéraire. J’organise également vos transferts depuis et vers Barnaoul si besoin et vos visas.

    Séjour plus sportif en rafting le long de la Katoun.

    N’hésitez pas ! C’est le moment de découvrir les plus beaux paysages de Russie.

    Anneau d’or de l’Altaï

    à partir de 526€

    Petit groupe jusqu’à 8 personnes
    8 jours
    TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul

    Individuel

    Visite de l’Altaï en 10 jours avec un guide privé francophone qui vous fera découvrir cette région en profondeur.

    • Rencontres avec les communautés
    • Repas dégustation, concerts
    • Soirée avec un chaman

    Aucune difficulté, simplement des petites balades. Nuité confort dans les meilleures chambres de l’Altaï.

    l’Altaï en profondeur

    à partir de 1400€

    Individuel
    10 jours
    Prix par personne TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul
    4.9/5 - (57 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact !

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Novossibirsk la grande ville sur l’Ob

    Novossibirsk compte plus d'un million habitants, ce qui la hisse à la troisième place des villes de Russie.

    Vous aimeriez lire également