Plus
    MoscouArchitecturePrison de Taganka, le cimetière des vivants

    Prison de Taganka, le cimetière des vivants

    Les portes de l'enfer

    La prison de Taganka, de son nom complet « prison criminelle de la province de Moscou », fut construite en 1804 sur ordre de l’Empereur Alexandre Ier. Elle se situait à l’intersection de la rue Malye Kamenshchiki et Novospassky Lane (l’adresse moderne est Malye Kamenshchiki, maisons 16 et 18).

    Au XIXème et XXème siècles, elle était l’une des trois grandes prisons de Moscou, avec le pénitencier « Matrosskaya Silence » et le centre de transfert Butyrskaya.

    La Taganka était considérée comme la plus dure de ces prisons et avait la réputation d’une prison d’où il est impossible de s’évader.

    Une histoire lourde à la Taganka

    Initialement utilisée pour la détention des criminels, la fonction principale de cette prison était « une maison de travail avec privation de liberté ». Elle regroupait de nombreux ateliers dans lesquels travaillaient les prisonniers, tournage, reliure, plomberie, couture, impression…

    À la fin du XIXe siècle, les prisonniers condamnés pour des crimes politiques ont commencé à être enfermés dans la Taganka. Leur nombre a considérablement augmenté après la révolution d’Octobre 191.

    Pendant la période soviétique, le nombre de prisonniers a régulièrement augmenté. En Juillet 1920, 1200 prisonniers étaient détenus dans la prison (pour 191 gardiens). En 1939, il y en avait 1936 (pour 774 gardiens). Puis en 1940, la prison contenait 4120 détenus.

    Devenu un centre de transfert, à la fin de son existence la Prison de Taganka avait été rebaptisée Prison Centrale de Transit de Taganskaya de la Huitième Direction du Ministère de l’Intérieur de l’URSS.

    En 1958, la majorité des bâtiments pénitentiaires ont été démolis. On y trouve maintenant un jardin d’enfants et quatre immeubles d’habitation de cinq étages. L’un des bâtiments de la prison a été conservé et accueille des bureaux.

    On a retrouvé de nombreux souterrains reliant la prison de Taganka, notamment en 1998 quand une tempête a déraciné plusieurs arbres ouvrant plusieurs passages. Les enfants qui ont grandi et joué dans ces cours racontent qu’ils pouvaient explorer ces passages souterrains jusqu’à ce qu’ils soient tous bétonnés.

    Les conditions de détention des prisonniers

    Les conditions de détention des prisonniers n’étaient pas aussi strictes que dans le bastion de Trubetskoy, mais restaient terribles.

    Les détenus dormaient sur des planches nues, sans matelas ni draps, et tous n’avaient pas de couvertures, ou des couvertures très légères, pour affronter des températures de 5 à 7 degrés en hiver.

    Avec un nombre toujours croissant de prisonniers, les cellules étaient rapidement pleines, favorisant les risques de propagation des maladies infectieuses. Les prisonniers malades, souvent du typhus et de la grippe espagnole, n’étaient pas envoyés à l’hôpital. Les malades étaient répartis dans des cellules contenant d’autres malades et ne recevaient aucun soin médical. Les prisonniers attendaient simplement leur mort.

    En 1918, Dyakonov qualifiait cette prison de cimetière de vivants.

    En tant que centre de travail, les commandes urgentes du Département Punitif Central du Commissariat du Peuple, des forces de sécurité intérieure et des services internes affluèrent après la révolution d’Octobre. De nombreuses tâches étaient réalisées dans ces ateliers. En juillet 1920, 500 personnes étaient employées dans les ateliers et à des travaux extérieurs.

    Les journaux de l’époque écrivaient à ce sujet :

    À l’initiative du camarade Savrasov, du Département Punitif Central du Commissariat du Peuple, des ‘brigades de choc’ ont été organisées pour réparer les égouts, la plomberie, l’électricité et d’autres ouvrages. La prochaine étape est extrêmement importante, afin que ces ateliers s’étendent dans différentes branches de la production.

    Journal Pravda, 02.11.1921

    La même année, le magazine Prison, publié dans la prison de Taganka, informait ses lecteurs que « le travail pénitentiaire devient de plus en plus important »

    Quelques noms…

    Tout au long de son existence, Taganskaya a accueilli de nombreuses personnalités. Savva Mamontov, philanthrope et industriel, le prêtre et philosophe orthodoxe Pavel Florensky, l’écrivain Leonid Andreyev, le poète Leonid Radin, des membres l’Académie des sciences de l’URSS tel que Nikolaï Bauman, les bolcheviques Leonid Krassine, Maximilien Saveliev, Anatoli Lounatcharski, l’un des initiateurs de la « Terreur Rouge » Martyn Latsis, le célèbre guérisseur Porfiry Ivanov ainsi que beaucoup d’autres.

    On pratiquait également des exécutions dans la Prison de Taganka. Ce fut le cas de militant du parti social-révolutionnaire Vladimir Mazurin, pendu en Août 1946, ou encore de l’ancien général Vlasov et de plusieurs de ses camarades qui ont été pendus dans la cour de la prison.

    Destruction de la prison en 1958
    Notez ce post

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact !

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Tarte Moskva

    Moscou la grande devait avoir son gateau alors la tarte Moskva a été créée en 2015. Voici son histoire et sa recette complète.

    Vous aimeriez lire également