More

    Votre guide de confiance au meilleur prix

    Moscou Architecture Monastère Donskoï

    Monastère Donskoï

    L'un des plus ancien monastère de Moscou

    La construction du monastère Donskoï (en russe: Донской ставропигиальный мужской монастырь) a commencé en 1591 sur le site Goulaï Gorod. Quand le Khan de Crimée, Gaza II Giray, s’approche de Moscou avec son imposante armée, il est repoussé par les guerriers russes sur le site de Goulaï Gorod. Le monastère y est construit en l’honneur de cette victoire. La tradition dit qu’une église de campagne avait été érigée sur le site avant la bataille et conservait une importante relique, l’icône Notre Dame du Don. C’est avec cette icône qu’en 1380 Sergius de Radonezh bénit Dmitry Donskoy pour la bataille de Kulikovo, qui a décidé de l’indépendance de la Russie sur les hordes mongoles. Le monastère a ainsi été nommé après l’icône de Dimitri Donskoï.

    Sommaire
    1. L’histoire du monastère Donskoï
    2. Les ensembles architecturaux du Monastère Donskoï

    Adresse
    Donskaya ploshad 1-3, Moscou

    Horaires
    Ouvert tous les jours de 7h à 19h

    Tarifs
    Entrée libre mais priez de respecter les lieux

    facebook
    Instagram
    vkontakte
    site web
    Tsar Visit

    L’histoire du monastère Donskoï

    Première invasion

    En 1591, alors que Kazy-Girey se trouvait déjà près de Moscou, le tsar Fedor Ioannovich, troisième fils d’Ivan le Terrible ordonna de faire une procession autour des murs de la ville avec l’icône du Don de la Vierge Marie, puis de la placer dans l’église du camp de l’armée russe. Au cours de la nuit blanche que le roi passa devant l’icône, il eut une vision confirmant la justesse de ses actes. Lorsque les troupes ennemies s’approchèrent du camp russe, plusieurs affrontements débutèrent. L’armée de Kazy-Giray resta debout une journée avant d’être prise soudainement de panique. Elle s’enfuie abandonnant tout.

    Le monastère de Donskoï était situé sur le prétendu « champ sauvage » – le lieu où se trouvaient les soldats russes avant la bataille avec les troupes tatares. Une église a été érigée au centre du camp en l’honneur de saint Serge de Radonèze avec l’icône du Don de la Mère de Dieu.

    En même temps que la fondation du monastère, une cathédrale de pierre a été érigée en l’honneur de l’icône du Saint Theotokos. Il est possible que ce temple ait été construit par le maître de Moscou Fedor Kon, qui a également érigé les murs de la ville blanche. Ainsi, le monastère de Donskoï est devenu la dernière construction de la campagne défensive des monastères-forteresses de Moscou, destinée à protéger Moscou de l’ennemi. La forteresse du Don a été conçue comme un avant-poste sur la route de Kalouga, la moins protégée de l’époque.

    Après l’invasion polonaise

    Au début du XVIIe siècle, pendant la période de troubles, le monastère de Donskoï fut capturé et mis à sac par les Polonais sous la direction de Hetman Chodkiewicz. Il fut restauré 100 ans après.

    La construction en pierre commence dans le monastère à partir de 1684 avec la construction de la nouvelle cathédrale en l’honneur du Don Icône de la Vierge, plus tard nommé la grande cathédrale. À la même époque, de 1686 à 1711, les murs de monastère dotés de tours ont beaucoup de points communs avec ceux du monastère de Novodievitchi.

    En 1705, l’archimandrite Lawrence (Gabashvili), éminence de l’église imérite, devint recteur du monastère de Donskoï sur l’ordre de Pierre le Grand. Des lors, le monastère de Donskoï devient le centre des relations diplomatiques et culturelles russo-géorgiennes. Environ 150 représentants de familles royales et princières géorgiennes et leurs descendants ont trouvé le repos éternel dans ce cimetière.

    En 1745, par décret de l’impératrice Elizaveta Petrovna, le monastère reçut le statut de monastère de Stavropegic. Il était prévu de transférer ici en 1747 le monastère de Zaikonospassky de l’Académie slave-grec-latine, mais pour diverses raisons, cela ne se produisit pas.

    Après la peste de 1771, le cimetière du monastère commença à se développer et à la fin du XVIIIème siècle, le monastère de Donskoï devint l’un des plus vénérés de Moscou.

    Pendant l’invasion française

    En 1812, le monastère fut ravagé et pillé par l’armée de Napoléon mais tous ses bâtiments ont survécu à l’incendie. Après le départ de l’ennemi, le monastère fut restauré. Tout au long du XIXème siècle, l’ensemble architectural du monastère continue de se former.

    En 1834, une école religieuse fut ouverte dans laquelle les élèves étaient formés pour être admis au séminaire. Les enfants des familles pauvres recevait un enseignement gratuit.

    Après la révolution

    Le monastère Donskoï à Moscou est aussi célèbre grâce à Saint Tikhon (Belavin), le patriarche russe persécuté par le gouvernement soviétique après la révolution d’Octobre 1917, qui a passé la majeure partie de son temps jusqu’à sa mort, le 7 avril 1925.

    En 1926, le monastère est fermé et tous les bâtiments monastiques sont transférés au pouvoir soviétique, les services ne sont plus rendus et les frères du monastère sont dispersés et réprimés. Les bâtiments monastiques sont alors occupés par un musée anti-religieux, un pensionnat, une usine et une ferme laitière. En 1935, un musée de l’architecture russe voit le jour sur le territoire du monastère de Donskoï, appartenant à l’Académie d’architecture de l’URSS, créée en 1934.

    Sur le territoire du monastère ont été transférés six hauts reliefs de la cathédrale du Christ-Sauveur après sa destruction mais aussi une partie de la tour Sukharevskaya et des fragments en pierre blanche de l’église de l’Assomption de Notre-Dame à Pokrovka.

    De 1936 à 1967 le monastère conserve les principaux fragments en bronze de l’arc de triomphe que vous voyez maintenant sur l’Avenue Kutuzov (Kutuzovskiy prospekt).

    Le monastère Donskoï de nos jours

    Ce n’est qu’en 1990 que le monastère fut restitué au patriarcat de Moscou pour le 400ème anniversaire de sa fondation. L’archimandrite Agafador (Markevich) fut nommé premier gouverneur du monastère.

    Depuis le retour du monastère de l’église jusqu’à nos jours, des travaux de restauration minutieux ont été entrepris dans le monastère. Au même moment, trois nouvelles petites églises ont été construites sur le territoire des anciens jardins monastiques.

    Il existe aujourd’hui un département synodal pour la coopération avec les cosaques sur le territoire du monastère de Donskoy, un atelier de restauration, un centre scientifique, un club de jeunes Donskoy, une école du dimanche pour les enfants, des cours de théologie et des cours de perfectionnement pour enseignants du Fondements de la culture orthodoxe.

    Les ensembles architecturaux du Monastère Donskoï

    L’église en l’honneur de l’icône de la Mère de Dieu, appelée Donskoï

    Le premier bâtiment en pierre sur le territoire du monastère. L’église a été fondée en 1591 à l’emplacement de l’église du camp de l’armée russe, en l’honneur de saint Serge de Radonezh. La fin de la construction du temple remonte à 1593.

    La cathédrale en l’honneur de l’icône de la Mère de Dieu, appelée Donskoï

    La construction de la cathédrale a commencé sous le vicaire du monastère, l’archimandrite Nikon en 1683 et s’est poursuivie jusqu’en 1698. Cette majestueuse cathédrale à cinq dômes érigée en briques rouges, placée sur un socle élevé, est entourée d’une galerie à deux niveaux actuellement fermée. Ces rebords arrondis, situés aux points cardinaux, s’élèvent sur toute la hauteur du temple et portent les chapitres latéraux. Toute l’apparence architecturale de la cathédrale est une structure dite «pétale», assez rare à cette époque, qui lui confère une originalité et une beauté uniques.

    Porte sainte (nord) du monastère avec la porte de l’église en l’honneur de l’icône tikhvine de la mère de Dieu

    La construction de la porte nord débute après l’achèvement du mur du monastère, dont la construction a commencée en 1686. Les travaux ont débuté avec la bénédiction de l’abbé du monastère, l’archimandrite Anthony (Odinovich). Après la fin des travaux principaux, les portes ont été recouvertes d’un toit en «tuile verte». Avec la bénédiction de l’abbé Archimandrite Lavrentiy (Gabashvili) en 1713-1714, une église-portail (actuelle porte) fut érigée sur la base du portail en l’honneur de l’icône du Saint Théotokos de Tikhvine. Les fonds pour la construction ont été apportés par la reine Praskovya Fedorovna, veuve du tsar Ivan Alekseevich, frère de Peter Ier.

    Hôpital de l’Archange Michael

    Dans la partie sud du monastère se trouve un temple en l’honneur de l’archange Michel construit entre 1806 et 1809 sur le projet de l’architecte I. V. Egotov, élève de V. I. Bazhenov et M. F. Kazakov. Initialement, le temple est conçu comme une tombe-temple de représentants de la famille Golitsyn. Le temple est construit sur les fonds personnels d’Anna Alexandrovna Golitsyna, née Stroganova.

    Eglise en l’honneur de Saint Jean de Climacus

    À l’est de l’autel, une partie de la Grande Cathédrale abrite un petit temple en l’honneur de Saint Jean Climacus, construit en 1896-1897 aux dépens du général Major I.F. Tereshchenko. À l’origine, c’était une chapelle pour sa famille. En 1898, elle fut convertie en église.

    Eglise en l’honneur de Saint Jean Chrysostome et de Catherine la grande martyre

    Aux portes septentrionales du monastère se trouve une église en l’honneur de saint Jean Chrysostome et de la grande martyre Catherine. Le bâtiment des couchettes a été construit en 1888-1891 en tant que tombeau de la famille Pervushin et consacré sous le nom du patron céleste du chef de la famille du marchand de la première guilde, Ivan Pervushin et son épouse.

    La nécropole

    Dans le monastère se trouve l’une des plus belle nécropole de Moscou. Retrouvez plus d’information dans notre article ici.

    LAISSEZ UNE RÉPONSE, PARTAGEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Offres d’emploi en Russie pour francophones

    Toutes les offres d’emploi qu’Alexandre de Russie a reçu et trouvé sur les différentes plateformes. Elles sont toutes destinées à des francophones.

    Permis de séjour permanent (VNJ)

    Le permis de séjour permanent VNJ vous permet de rester d'une manière indéfinie en Russie mais pour cela il faut remplir les conditions d'obtention et surtout en faire la demande. Alexandre de Russie vous aide dans ses démarches administratives.

    Îles Solovki et son Monastère Solovetski

    Les îles Solovki en Carélie constituent un archipel unique, patrimoine mondial de l’UNESCO, nature immaculée et tristement célèbre pour son goulag.

    Les fontaines de Peterhof

    Tous les jours à 11 heures du matin, 12 personnes mettent en marche les 176 fontaines de Peterhof afin que la magie puisse opérée.

    Nos derniers articles

    Comment prendre le bus à Moscou ?

    A Moscou, le bus est le type de transport le plus populaire et le plus utilisé après le métro. Les premiers bus sont apparus dans la ville avant la Révolution de 1917. Aujourd’hui 18 flottes de bus exploitent plus d’un millier d’itinéraires différents, pouvant vous transporter dans toute la ville et sa banlieue.

    Turandot le palais panasiatique

    Andrey Dellos a conçu le Turandot comme un palais du XVIIIème. Cuisine subtile panasiatique dans un cadre aristocratique unique.

    Bolchoï

    Le restaurant Bolchoï est un classique du groupe Novikov qui a toutes ses chances pour rester au même endroit les 20 prochaines années.

    Mini-série: Comment je suis devenu russe

    Cette série c'est l'histoire d'un américain qui raconte comment il est devenu russe de cœur. Stéréotypes russe accentués d'une manière grotesque hilarante.

    Articles similaires