Plus
    MoscouArchitectureMaison blanche siège du gouvernement russe

    Maison blanche siège du gouvernement russe

    La maison blanche est le siège du gouvernement russe à Moscou. Ce bâtiment entouré de légendes (on dit qu’il abrite un souterrain avec accès au metro 2) est l’un des sites historiques les plus célèbres des temps modernes. Le siège du gouvernement ou, Maison Blanche comme on l’appelle communément, intéressera les touristes par son architecture avant-gardiste et son histoire fascinante. Le bâtiment est situé au cœur de la capitale. C’est pendant les jours du putsch d’août 1991, que la Maison du gouvernement est appelée « Maison Blanche », comme aux USA.

    Estimation du temps de lecture : 12 minutes

    Adresse :Krasnopresnenskaya Naberezhnaya 2
    Fin de construction :1979
    Architectes :Dmitry Tchechouline et Pavel Chteller
    Style :Avant-Garde

    Un peu d’histoire

    Construction de la maison blanche

    La décision d’ériger la Maison des Soviets à Moscou (la future Maison du gouvernement de la Fédération de Russie) a été prise au début des années 1960, lorsque tous les gratte-ciel staliniens étaient achevés. Les célèbres architectes Dmitry Tchechouline et Pavel Chteller ont utilisé le projet non réalisé de construction de la maison Aeroflot à Moscou comme base.

    La construction de la Maison des Soviets a commencé en 1965 et s’est achevée en 1979. Le bâtiment oblong, arrondi aux angles, mesure 102 mètres de haut, il est symétrique et se compose de trois parties : une base solide avec un revêtement en granit et un grand escalier, un large podium de sept étages avec des ailes latérales et une tour de 20 étages. Une tour carrée avec une horloge (remplacée en 1993 par un aigle bicéphale coulé en bronze) est placée sur le toit dans la partie centrale. Un mât de drapeau de 10 m de haut est érigé sur la tour. La superficie totale de la Maison des Soviets est de 172 000 mètres carrés.

    Putsch d’août

    En 1991, les fonctionnaires soviétiques et les députés du Soviet suprême se barricadent à l’intérieur de la Maison Blanche, essayant de préserver le système soviétique et l’État lui-même, en pleine désintégration.

    Les masses s’opposent aux putschistes : les Moscovites et les visiteurs de la capitale se rassemblent dans les rues et sur les places près de la Maison Blanche et demandent aux autorités d’arrêter le vice-président soviétique Guennadi Ianaïev et ses partisans. Ces événements sont connus sous le nom du « Putsch d’août ». Le ministre soviétique de la Défense, Dmitri Iazov, ordonne alors l’entrée d’unités de l’armée à Moscou.

    Toutefois, sous la pression des manifestants, l’armée se range en masse du côté de Boris Eltsine. Le discours du premier président de la Russie a lieu devant les murs du palais du gouvernement.

    La fusillade de la Maison Blanche

    En 1993, a lieu ce que l’Histoire appelle « la fusillade de la Maison Blanche ». Le Soviet suprême, dirigé par Rouslan Khasboulatov, vote la mise en accusation du président Eltsine. En réponse, le commandant en chef suprême ordonne aux militaires d’expulser les députés de la Chambre du gouvernement.

    Du côté du pont Novoarbatsky, les chars s’approchent du quai Krasnopresnenskaya et tirent plusieurs coups de feu sur le bâtiment. Un incendie se déclare à la Maison Blanche et les adjoints se rendent.

    Les événements de 1993 ont laissé le siège du gouvernement dans un état de délabrement avancé. Les étages supérieurs brûlés et le bâtiment ressemblant à des dominos, avec une partie blanche et l’autre noire.

    Les autorités de Moscou décident alors de restaurer entièrement la Maison Blanche et engagent un bureau d’architecture américain. La rénovation prend beaucoup de temps et coûte très cher : selon les estimations des historiens, plus d’argent est dépensé pour la rénovation que pour la construction du bâtiment. En 1994, après la fin des travaux, le bâtiment de la rue Krasnopresnenskaya Naberezhnaya abrite enfin le gouvernement de la Fédération de Russie.

    Tout le périmètre autour de la Maison Blanche est clôturé avec des barrières pour empêcher les grèves politiques d’avoir lieu à proximité.

    Aujourd’hui, rien dans l’apparence de la Chambre du gouvernement ne laisse transparaître la confrontation politique et sociale de 1993. Le bâtiment blanc comme neige, situé sur la rive de la Moskva, s’intègre magnifiquement à l’ensemble architectural du centre de la capitale.

    Politique et évolution du bâtiment

    Pendant l’ère soviétique, le Soviet suprême ne remplissait aucune fonction, mais était purement décoratif. Tout a changé à la fin des années 1980, lorsque Boris Eltsine a organisé les premières véritables élections au Soviet suprême, il a été élu à sa présidence en 1990, un an avant de devenir président de la Fédération de Russie. Soudain, le monde prenait conscience de l’existence de la Russie et de son système politique qui siégeait à Krasnopresnenskaya Naberezhnaya.

    Août 1991 et son coup d’état. Les revendications se faisaient à l’époque sur la place du Manège. Le bâtiment du Soviet suprême n’est devenu le centre reconnu de la résistance que lorsque Eltsine a pris la parole devant lui. Il y a fait plusieurs apparitions, d’abord avec peu de personnes, puis progressivement, la foule a grossi.

    Au matin du 20 août, des barricades antichars étaient posées autour du bâtiment, qui a alors acquis son nom officieux, court et distinctif – la Maison Blanche – au lieu de l’inénarrable Maison des Soviets. D’un des bâtiments les plus inintéressants de Moscou, il est devenu pendant trois jours le plus important du monde et est resté à jamais un symbole. Quatre mois après la défaite des putschistes, le 25 décembre 1991, naissait officiellement la Fédération de Russie. Désormais, le Soviet suprême et le Congrès des députés siègent à la maison blanche. Cette situation perdura jusqu’en d’octobre 1993…

    maison blanche

    Le système d’interaction entre les autorités en Russie était, comme nous le savons, mal défini et contradictoire. En conséquence, le président Boris Eltsine n’a pu partager le pouvoir avec le Congrès des députés et le Soviet suprême, dirigé par son ancien associé Ruslan Khasbulatov. Eltsine publie alors le fameux décret 1400 les dissolvant. Le Congrès des députés répond en le démettant de ses fonctions.

    Les députés se barricadent dans la Maison Blanche, rejoints par leurs différents compagnons d’armes, et le soir du 3 octobre, l’Hôtel de ville voisin est saisi et le centre de télévision Ostankino pris d’assaut. Au matin du 4 octobre, des tirs de chars s’abattent sur la Maison Blanche depuis le pont Novoarbatsky. La cible principale: le 12ème étage, là où se trouvent les bureaux de Khasbulatov et de Rutskoi. Des lance-grenades ripostent depuis la Maison Blanche. Un incendie se déclare dans le bâtiment et bientôt la moitié supérieure est noire de suie.

    La Maison Blanche a brûlé si longtemps et de façon si effrayante que tout le monde a craint que l’acier de la structure ne cède et qu’elle ne s’effondre comme un château de cartes (comme les tours jumelles de New York huit ans plus tard). Mais le bâtiment a tenu. Lorsque les équipes de pompiers sont entrées dans la Maison Blanche, les balles sifflaient encore dans les tuyaux d’eau. Au même moment, il y avait un autre type d’invasion: des foules de pillards faisaient littéralement irruption dans le bâtiment en flammes pour piller les bureaux vides. C’était une époque de grande pauvreté, et chaque bel objet fabriqué à l’étranger avait une grande valeur. Si vous pouviez mettre la main sur un téléphone de bureau ou un ordinateur, vous deviez le saisir sans réfléchir. Pour les témoins des événements, le pillage de la Maison Blanche était plus effrayant que l’attentat.

    L’architecture de la maison blanche

    dom aeroflot

    Lorsqu’il est sorti de terre, en 1979, c’était l’un des bâtiments les plus étranges et les plus insignifiants de la ville. Malgré sa taille énorme, personne ne le remarquait vraiment.

    L’histoire de sa création est longue et laborieuse. L’architecte soviétique Dmitry Tchechouline avait conçu un bâtiment administratif appelé « Aeroflot House » au milieu des années 1930. Il s’agissait d’une structure énorme et élancée qui devait être construite en face de la gare de Belorussky. Il s’agissait d’y accueillir et d’étonner les invités des pays occidentaux arrivant en Union soviétique.

    Le bâtiment de vingt étages aux bords arrondis et au toit se terminant par une pyramide en escalier devait ressembler aux gratte-ciels de Manhattan et aux structures romaines grandioses de l’ère mussolinienne, tandis que l’homme-aigle symbolique déployant ses ailes géantes au sommet, rappelait les oiseaux de Speer, l’architecte en chef d’Hitler. Le projet n’a jamais été réalisé et est resté dans le bureau de l’architecte pendant 33 ans. À cette époque, Tchechouline était l’architecte en chef de Moscou ; de nombreux bâtiments très célèbres ont été construits d’après ses plans, notamment la tour d’habitation sur la rive Kotelnicheskaya.

    Lorsqu’au début des années 1960, il a été décidé de construire un bâtiment administratif pour le Soviet suprême, le même Tchechouline et l’architecte Pavel Chteller, qui avait précédemment travaillé avec lui sur le projet de l’hôtel Rossiya, se sont chargés de cette tâche. Le bâtiment reposait sur un socle de granit, au centre duquel se trouvait un gigantesque escalier d’apparat, digne d’un temple babylonien. Les trois niveaux inférieurs menaient à un donjon avec des garages, des systèmes d’alimentation électrique autonomes et l’inévitable bunker en cas de guerre nucléaire. Cela a donné lieu à des légendes de passages menant des sous-sols aux stations de métro ou directement au Kremlin, et dans les jours d’octobre 1993, nombreux étaient ceux qui cherchaient désespérément à trouver ces tunnels secrets afin de s’échapper par là.

    Le design intérieur est sans prétention – des couloirs interminables bordés de tapis étroits et des rangées de portes à droite et à gauche. L’aspect standard d’un bâtiment gouvernemental de l’Union soviétique tardive, qu’il s’agisse d’un bâtiment administratif, d’un hôtel ou d’un hôpital. On a d’abord pensé que la maison serait érigée près de la place Taganskaya, mais un autre site a ensuite été trouvé – sur le quai Krasnopresnenskaya.

    En architecture, l’ère des projets de construction sans fin commençait donc. Les autorités se lançaient dans des projets grandioses qu’elles n’avaient plus la force de mener à terme. Alors que le projet était en cours d’approbation, Khrouchtchev a été démis de ses fonctions, et un an plus tard, en 1965, la construction a finalement commencé. Les flèches des grues tournent tranquillement au-dessus d’un morceau de terre arraché dans un coude de la rivière Moskva. Lentement, étage par étage, les murs s’élèvent, la neige leur tombe dessus en 1968, 1970 et 1975. Les enfants, qui regardent le chantier de construction depuis les fenêtres, grandissent, obtiennent leur diplôme universitaire, fondent une famille.

    Finalement, en 1979, le bâtiment est pratiquement terminé. Quelques années supplémentaires de travaux de finition et il était prêt à remplir ses fonctions : il abritait le Soviet suprême et d’autres structures administratives.

    Intérieurs

    Aux étages supérieurs du bâtiment, toutes les cloisons entre les pièces ont brûlées. Mais les dégâts ont été moins importants que ce à quoi on aurait pu s’attendre. Charles Jenks, le célèbre créateur de l’architecture postmoderne, a suggéré que les parties calcinées de la façade soient revêtues en permanence de marbre noir – en souvenir de l’incident. Les représentants de la mairie de Moscou ont rejeté le projet, et on peut les comprendre. Le bâtiment en noir et blanc sur la digue aurait été très audacieux et expressif, mais il était terriblement déprimant, et il y avait assez de dépression à l’époque.

    Quelques semaines plus tard, des ouvriers turcs nettoyaient méticuleusement les panneaux de marbre couverts de suie. Très vite, la Maison Blanche a retrouvé sa blancheur, et les intérieurs ont commencé à ressembler aux halls d’hôtels cinq étoiles.

    maison blanche

    Depuis de nombreuses années, la Maison Blanche, d’un blanc éclatant le jour et illuminée la nuit, est le deuxième plus important symbole du pouvoir après le Kremlin. Ses intérieurs ont subi plusieurs rénovations cosmétiques, dont une liée à l’arrivée de Vladimir Poutine au poste de Premier ministre en 2008. Au premier étage se trouve le bureau du président, conçu pour les moments où il travaille ici plutôt qu’au Kremlin.

    Au cinquième étage se trouve le bureau du premier ministre. Il s’agit d’une zone spécialement protégée, où vous ne pouvez entrer qu’avec un laissez-passer spécial. Les réunions du Cabinet se tiennent le jeudi dans une salle spécialement prévue à cet effet. Il y a également plusieurs salles de réunion pour les grandes réunions – avec de lourdes tables en chêne et un système de microphones. Des tables massives, de longues rangées de chaises, du bois sombre, du marbre brun avec des veines plus claires, des lustres géants tel est le nouveau décor.

    maison blanche

    Ce qui ressort de l’esthétique générale, c’est le centre de presse à deux niveaux, dans son état actuel, qui est apparu il y a quelques années ; l’entrée de celui-ci se trouve au premier étage, à côté du bureau du président. Le bâtiment est conçu avec beaucoup de métal et de bois, une salle de conférence de presse au rez-de-chaussée aux couleurs du drapeau russe et une salle pour les journalistes au deuxième étage. Ils ne sont pas autorisés à entrer directement dans les bureaux des ministres et dans la salle du gouvernement, mais ils suivent tout ce qui se passe sur Internet.

    Plusieurs buffets sont également disséminés dans les étages du bâtiment. Il y a deux cantines en libre-service, aux sixième et septième étages, qui servent une nourriture standard. Le « Cabinet 1237 » a été inauguré au 12e étage en septembre 2009. Il est conçu exclusivement pour les membres du gouvernement et leurs invités, avec un cabinet séparé pour les VIP, qui dispose de sa propre entrée sans avoir à traverser tout le hall.

    Les stands de souvenirs au rez-de-chaussée méritent également d’être mentionnés. Leur gamme est très différente de celle des kiosques d’Arbat. Ce sont surtout des articles très chers qui sont vendus ici: « Horloges d’intérieur de luxe », « Set de bureau de direction en cuir », « Set de bureau de direction en pierre », « Un set de verres à shot (bronze, serpentine) comme cadeau pour un cadre », « Verre à whisky pour un cadre ‘Lion' ». Et il y a beaucoup d’objets en bronze – St George, des ours et des sangliers et des troupeaux entiers de chevaux.

    Si vous vous posiez la question, sachez qu’il n’y a pas de visites guidées du bâtiment et il ne peut être vu que de l’extérieur et ce de plusieurs points de vue: bateau, depuis l’hôtel Ukraïna, depuis les berges. Vous pourrez néanmoins admirer les alentours et découvrir les statues commémoratives.

    4.9/5 - (70 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Fiodor Dostoïevski

    Dostoëvski est considéré comme l'un des plus grands romanciers russes. Il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

    Vous aimeriez lire également