Plus
    CultureCoutumes & TraditionsChâles d'Orenbourg

    Châles d’Orenbourg

    Le châle d’Orenbourg, avec le samovar de Toula, la matriochka, la céramique de Gjel, la miniature de Palekh, sont des symboles de l’artisanat et du savoir-faire russe.

    La conception unique des châles d’Orenbourg leur donne la particularité d’être à la fois doux et légers tout en étant chaud. En effet, ils sont tricotés par entrelacement d’un fil de soie et d’un fil de duvet de chèvre. Ils sont confectionnés à Orenbourg, ville du sud de l’Oural, située à la frontière de l’Asie et de l’Europe, à un peu plus de 1000 kilomètres au sud-est de Moscou.

    Temps de lecture estimé : 8 minutes

    Les chèvres d’Orenbourg

    Le principal secret du châle d’Orenbourg (En russe : Оренбургский платок) réside dans le duvet utilisé pour sa fabrication. Ce dernier provient de la race des chèvres d’Orenbourg. Le duvet de ces chèvres est le plus fin du monde. Son épaisseur est de 16 microns, alors que le duvet des célèbres chèvres angora, par exemple, est généralement de 22 ou 24 microns. La finesse du duvet des chèvres d’Orenbourg le rend particulièrement doux et tendre mais également très résistant. Ce duvet est donc idéal pour la conception de vêtements chauds et légers.

    Ces chèvres au duvet si particulier, paissent uniquement dans les steppes montagneuses du sud de l’Oural dans la région d’Orenbourg. Elles se sont adaptées au climat ainsi qu’à la végétation de la région, ce qui rend leurs poils et leur duvet uniques. Les chèvres d’Orenbourg sont endémiques et supportent mal les températures plus douces. C’est pourquoi on les élève uniquement dans la région d’Orenbourg en Russie et qu’il est impossible d’obtenir ce duvet ailleurs dans le monde.

    Châles d'Orenbourg

    Les différents types de châles d’Orenbourg

    Il existe différents types de châles d’Orenbourg, mais les deux plus célèbres sont :

    • Le châle duveteux, plus épais et chaud, adapté à un usage quotidien
    • La toile d’araignée ajourée, qui est le modèle le plus célèbre et le plus luxueux, se distingue par sa légèreté et sa finesse. La toile d’araignée ajourée est une véritable démonstration du talent et du savoir-faire de ses créateurs.

    Elle est généralement de forme carrée, avec des motifs travaillés et complexes, remplissant l’entièreté du tissu. La toile d’araignée ajourée peut être portée aussi bien sur la tête que sur les épaules. Fine, légère, et en même temps, incroyablement chaude, la toile d’araignée ajourée s’intègre à n’importe quelle garde-robe. Sa finesse offre la possibilité de les glisser ou de les ranger très facilement dans de petits sacs à main. Dans le passé, pour vérifier l’authenticité et la finesse des toiles d’araignées ajourées, la tradition voulait que ces dernières dussent pouvoir passer au travers d’une bague de fiançailles.

    Châles d'Orenbourg

    Les origines du châle d’Orenbourg

    La popularisation du châle féminin remonte au XVIIIe siècle, quand les Cosaques (populations en majorité slaves d’Europe orientale) se sont installés à Orenbourg, dans la région du sud de l’Oural.

    Les Cosaques furent impressionnés par les Kalmuks et des Kazakhs, peuples vivant dans les steppes de l’Oural, et qui supportaient étonnamment bien les hivers rigoureux de la région, grâce à des vêtements d’apparence très légers. Le secret de ces vêtements : ils étaient matelassés en duvet de chèvre d’Orenbourg, une espèce particulière qui possède un très doux et résistant.

    C’est en s’inspirant de ces peuples et de leurs vêtements que les cosaques ont commencé à confectionner les premiers châles d’Orenbourg en utilisant le duvet des chèvres de la région.

    La légende raconte que le tout premier châle d’Orenbourg, confectionné par un Cosaque, fut offert à la Tsarine Catherine II et que cette dernière fut impressionnée par la finesse et la qualité du tissu.

    Châles d'Orenbourg

    Le châle est un vêtement iconique de la culture russe. Dans le passé, le châle était un élément invariable de la tenue des femmes, car il était un symbole de piété. Selon les traditions orthodoxes, la tête des femmes doit toujours être couverte d’un foulard. Les châles d’Orenbourg, fabriqués à la main, ont remporté de nombreux prix lors d’expositions internationales et font la fierté des Russes. Ils furent présentés au public parisien et européen pour la première fois, au milieu du XIXe siècle, lors d’une foire internationale. Leur beauté, leurs motifs originaux ainsi que la qualité du tissu, les ont rendu célèbres dans le monde entier. Ils coûtaient alors très chers et étaient souvent imités. À l’époque, certains fabricants anglo-saxons mentionnaient même les châles d’Orenbourg sur leurs étiquettes afin de mieux vendre les leurs.

    Déclin et renaissance

    Après la Révolution russe de 1917, les couturières se sont réunies dans des coopératives et des artels et c’est sur la base de l’un deux qu’a été créée la fabrique des châles en duvet d’Orenbourg en 1960. Pendant la période soviétique, la production devient plus industrielle grâce aux machines à tricoter, mais conserve cependant un savoir-faire manuel.

    Malheureusement, avec la chute de l’URSS, la production a commencé à décliner et les ventes se sont effondrées.

    Il faudra attendre le début des années 2000 pour que cet artisanat se relance et que le châle redevienne un accessoire tendance et populaire en Russie et dans le reste du monde. Aujourd’hui, cet accessoire fait la fierté d’Orenbourg et des Russes.

    Un accessoire indémodable

    Aujourd’hui, le châle en duvet est un accessoire de garde-robe polyvalent qui semble intemporel. Il est universel dans la mesure où il peut être porté à tout moment de l’année. Dans les froids d’hiver, il apportera une douce chaleur et une protection, malgré sa finesse et sa légèreté, et dans les chaudes soirées d’été, il protégera du vent et procurera une incomparable sensation de confort.

    Le châle d’Orenbourg est également polyvalent, car il peut être porté avec presque toutes les tenues. En Russie, il est porté par des femmes de toutes les générations. Il donne un charme particulier, à la fois chic et original.

    Avec quoi porter un châle d’Orenbourg ?

    Le châle d’Orenbourg peut être associé à différents types de tenue. Il se marie à merveille avec un manteau ajusté ou un manteau de fourrure.

    Il existe de multiples façons de porter le châle et vous pouvez également y épingler une belle broche pour le décorer.

    Acheter un châle d’Orenbourg

    Les châles d’Orenbourg sont des œuvres d’art uniques et d’authentiques souvenirs de Russie, mais ce sont également de véritables accessoires de mode pouvant vous accompagner pour de multiples occasions.

    Le prix des châles varie énormément selon leur processus de fabrication et leurs dimensions.

    Tous ne sont pas faits à la main et certains sont fabriqués dans la région d’Orenbourg à l’aide de machines. Ces châles sont moins chers, mais le tissage est moins fin et les motifs perdent leur unicité.

    Les châles faits à la main n’existent que dans un nombre limité de couleurs naturelles, à savoir, le blanc, le marron et le gris.

    Comptez entre 50 et 1500 euros selon la qualité, la méthode de fabrication et le type et les dimensions du châle.

    Entretenir votre châle

    Le châle d’Orenbourg est un accessoire que l’on peut garder toute sa vie. Dans les familles russes, il se transmet même de mère en fille. 

    Leur qualité exceptionnelle exige cependant un entretien attentif et délicat. On le lave en général une ou deux fois par an, à la main et avec de l’eau froide. Vous savez maintenant tout ce qu’il faut savoir pour acheter votre premier châle d’Orenbourg et donner un air de Russie à votre garde-robe !

    Bannière N1

    Où trouver votre châle ?

    C’est dans le village de Semionov, qu’il est possible de retrouver cet art dans deux fabriques.

    La fabrique officielle

    La fabrique d’Orenbourg a commencé son activité en 1945 pour s’industrialiser en 1960. Elle a repris l’artisanat du célèbre châle qui a fait fureur lors de la foire internationale de Paris en 1857. Aujourd’hui c’est le premier producteur de Russie.

    Il y a deux points de vente à Moscou : dans le centre commercial « Tagansky passage » et dans l’Europeiskiy à Kievskaya.

    Sinon il y a une dizaine d’adresses à Orenbourg ici.

    Dom Puha

    Dom Puha est une petite fabrique dans la région d’Orenbourg tenu par un jeune couple. Ils ont une branche à Moscou à l’adresse : Aviakonstruktora Mila ul., 7

    Orenbourg Shawl

    Enfin Orenbourg Shawl propose une belle selection avec deux adresses à Moscou.

    • Centre commercial « Russkoe razdolye », place Sokolnicheskaya (devant le magasin Mir Kozhi), 4a, 3ème étage, pavillon 312.
    • Kashirsky proezd, maison 17, bâtiment 1
    5/5 - (8 votes)

    1 COMMENTAIRE

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également