Plus
    Avant le départBon à savoirConduire une voiture en Russie

    Conduire une voiture en Russie

    Des transports en commun hyper-connectés

    Conduire une voiture dans le plus grand pays du monde c’est comme être un glaçon dans un shaker. La densité du trafic dans les mégalopoles est telle qu’il n’est pas rare de passer 2 heures pour faire 20 km. A contrario, en région, la vétusté des routes et l’abondance de neige fait de la conduite un vrai challenge. Une distance même courte devient vite problématique. Prenez votre mal en patience, lisez un livre, regardez un film, téléphonez à un ami ou chantez. Oui, en Russie ce n’est pas encore considéré comme une infraction. Dans le pire des cas, garez vous et prenez les transports en commun. Votre voiture ne saura comment vous remercier.

    Qu’est ce qui bloque la fluidité du trafic dans les grandes villes ?

    Les accidents de la route

    Outre le fait que le trafic soit très dense, la quantité d’accident de la route est impressionnante. Difficile d’avoir des chiffres officiels mais on estime à 35 000 par an le nombre de tués sur les routes de Russie contre environ 3500 morts en France (source: wikipedia). Rien qu’à Moscou, les chiffres officiels sont de 300 accidents par jour. C’est un triste record du monde. Malheureusement, les voitures embouties doivent rester sur place et attendre la police pour établir le constat créant facilement un énorme embouteillage. La police même avec gyrophare voit son accès difficile et nous arrivons vite à une situation qui peut durer plusieurs longues heures. La législation est à l’étude pour facilité ce point mais il va falloir du temps pour faire évoluer les mentalités.

    Conduire une voiture en Russie

    Le nombre de voiture

    Selon la police de la circulation en 2019 à Moscou, le nombre de voitures immatriculées est d’environ 7,2 millions de véhicules. 3,6 millions de voitures circulent quotidiennement dans Moscou. Il convient de noter que chaque année le nombre d’immatriculation augmente de 8 à 10% soit entre 350 à 400 000 véhicules. Une augmentation active du nombre de voitures a commencé au milieu des années 50 passant de 82 mille véhicules à 500 mille dans les années 70.

    Le nombre de voitures à Moscou affecte directement les embouteillages que les habitants détestent. Selon les experts, plus de 700 000 voitures roulent simultanément sur les routes de Moscou alors quepour un trafic sans embouteillages, le nombre de véhicules ne devrait pas dépasser 400 000 voitures. En toute honnêteté, nous pouvons dire que Moscou fait partie des dix villes du monde ayant le réseau routier le plus fréquenté.

    Les convois officiels

    Il arrive aussi que la circulation soit bloquée momentanément par la police pour laisser passer les voitures d’un convoi officiel. Ceux sont les fameuses voitures noires avec les gros gyrophares bleus. Aux abords du Kremlin de Moscou, cela peut durer une bonne heure.

    C’est comment conduire à Moscou et dans les grandes villes ?

    C’est agressif ! Il faut être prêt à se battre pour s’imposer tout en respectant le code de la route.

    Le zig et le zag

    De nombreux russes ont le permis mais n’ont pas forcément passé l’examen. Cette pratique tend à disparaître. Vu la taille des routes (jusqu’à 6 voies), il n’est pas rare de voir les voitures doubler par la droite et zigzaguer entre les lignes.

    Le feux orange rougeâtre

    Même si le feu est vert ou que vous avez la priorité, vérifiez que personne n’arrive avant de vous engager à pleine vitesse dans le carrefour. En effet, le feu orange n’est quasiment pas respecté et le orange rougeâtre n’arrête pas le conducteur arrivant un peu vite. Il est autorisé de passer à l’orange.

    En parlant de feu de signalisation, il arrive que le feu ne soit pas sur votre droite mais suspendu en face de vous comme aux états-unis. Vérifiez bien ce point car les surprises sont vite arrivées.

    La voiture, un bien précieux

    Il faut savoir que la voiture en Russie est considérée comme un bien précieux et une marque de « réussite sociale ». Par conséquence, la moindre égratignure pourra résulter d’un constat avec la police. Les français ont pour habitude de se garer en touchant légèrement les pare-chocs des voitures adjacentes car c’est ce qu’on nous enseigne à l’auto-école. Attention ceci est très mal vu en Russie.

    Le code de la route

    Ce qui est autorisé

    • Il est autorisé d’allumer les phares antibrouillard lors de mauvaises conditions météorologiques mais aussi la nuit
    • L’usage des avertisseurs sonores est toléré
    • Fumer, boire et manger

    Ce qui est interdit

    • Il est strictement interdit de franchir une double ligne blanche
    • Pour une conduite en état d’ébriété ou consommation de drogues, le montant de l’amende est d’un minimum de 30 000 roubles et peut aller jusqu’à 3 ans de la prison

    La plupart des contraventions vont de 300 à 3000 RUB (excès de vitesse, mauvais stationnement, pas de permis)

    L’autoroute russe

    Il n’y a pas d’autoroutes en Russie mais seulement quelques routes rapides avec une vitesse autorisée de 110 à 130 km/h mais dans la plupart des cas c’est 90 km/h. En agglomération, y compris Moscou, la vitesse maximale est limitée à 60 km/h (s’il n’y a pas de panneaux indiquant une autre vitesse).

    Depuis peu, une autoroute payante et très chère construite par Vinci relie Moscou à Saint-Petersbourg.

    Pourquoi les Russes filment-ils leurs accidents de voiture ?

    Parce qu’ils craignent les arnaques, la corruption policière et c’est une preuve supplémentaire pour l’assurance.

    Les Russes peuvent légalement enregistrer une conversation avec un policier et cette pratique est de plus en plus populaire (la France, pour le moment, ne connaît pas vraiment ce phénomène). L’installation de la caméra est légale (ce qui est également le cas chez nous), mais l’enregistrement ne peut toutefois pas être utilisé comme preuve principale, puisqu’une vidéo peut être trafiquée.

    Lorsque deux voitures ont un accident en Russie, un constat à l’amiable peut être établi entre les deux conducteurs, si ceux-ci se mettent d’accord sur les circonstances de l’accident et que les dégâts n’excèdent pas 25.000 roubles, soit environ 360 euros. Au-delà, il est obligatoire d’appeler la police. C’est à ce moment que certains conducteurs peu scrupuleux offrent un pot-de-vin à l’agent afin que celui-ci prenne leur parti. Le conducteur lésé et dont la voiture est munie d’une caméra pourra prouver les circonstances de l’accident et demander réparation.

    Les escroqueries organisées sont fréquentes en Russie. Trois arnaques touchant les automobilistes russes sont particulièrement courantes.

    Première d’entre elles: la victime s’arrête à un feu ou un stop derrière la voiture de l’escroc. Celle-ci percute la victime en reculant brusquement avant de l’accuser de lui être rentré dedans.

    Deuxième cas d’école, la victime est interpellée par un autre conducteur. Celui-ci lui annonce qu’il a percuté quelqu’un ou un véhicule quelques centaines de mètres plus tôt sans s’arrêter, ce qui constitue un délit puni d’une lourde amende voir du retrait du permis de conduire. Enfin, l’arnaqueur, piéton, prétend avoir été heurté par la victime, en se jetant devant sa voiture.

    A chaque fois, un accord est proposé à la victime: soit elle rembourse immédiatement les dégâts ou dédommage le préjudice, soit l’escroc appelle la police. Effrayées et sans aucune preuve de l’arnaque, la plupart des victimes acceptent l’accord, dont le montant dépend de l’habilité de l’arnaqueur.
    En installant une caméra, le conducteur se protège.

    Quelques conseils avisés pour conduire sereinement

    Utilisez Yandex maps et/ou Yandex navigator (GPS)

    Ces deux applications disponibles sur tous les appareils vous faciliteront la vie. Elles pourront vous donner le niveau du trafic, le meilleur itinéraire et tous les incidents sur les routes.

    Prévoir son trajet à l’avance

    Il n’est pas possible de faire demi-tour comme on veut sur les routes de Russie. Cela peut prendre quelques kilomètres avant d’en avoir la possibilité. Prévoir son trajet en utilisant les bons outils vous fera gagner beaucoup de temps.

    Toujours avoir ses documents et son kit

    Il est impératif d’avoir les documents de votre voiture (assurance, carte grise, procuration si nécessaire, permis de conduire). Le permis russe n’est pas nécessaire mais le permis international est préférable. Le plus simple est d’obtenir une traduction notariée de votre permis de conduire français.

    De cette manière il n’y aura pas d’ambiguïté. Si vous vous faites arrêter et que vos documents ne sont pas en règle, même sans infraction c’est fourrière assurée. Dans ce cas, on ne peut que vous souhaitez bonne chance pour récupérer votre voiture.

    Assurez vous aussi d’avoir un kit de premier secours, un extincteur et un triangle de signalisation avant de conduire.

    Le bakchich

    Courant il y a plusieurs années, il tend à disparaître. C’est bien entendu une pratique interdite mais si cela devait vous arrivez, décidez vous vite car plus de monde est impliqué plus la somme sera élevée.

    Prenez un chauffeur ou un taxi

    Si cela vous est possible, l’emploi d’un chauffeur russe est une solution. L’assurance de votre voiture devra le couvrir et vous aurez besoin d’une procuration.

    Le taxi reste aussi la solution pour ne pas avoir à conduire. Il reste relativement abordable comparer à l’Europe. Il existe des taxis francophones a des prix corrects.

    Prenez les transports en commun

    Le développement des transports en commun et l’efficacité des chemins de fer russes vous donne l’opportunité de laisser votre voiture au garage.

    1/5 - (1 vote)

    3 COMMENTAIRES

    1. « Les français ont pour habitude de se garer en touchant légèrement les pars chocs des voitures adjacentes car c’est ce qu’on nous enseigne à l’auto-école. Attention ceci est très mal vu en Russie. »

      Arrêtez de raconter n’importe quoi… nous n’enseignons pas ce genre de pratique en auto-école

      • Ce n’est peut-être pas un enseignement c’est vrai. Cela dit, je me souviens très bien de mon moniteur qui me disait de reculer jusqu’à toucher les pare-chocs. De plus, je vois cette pratique en France très souvent. Je ne dis pas que c’est bien ou mal mais en Russie c’est très mal vu.

    2. Bonjour,

       » Les français ont pour habitude de se garer en touchant légèrement les pare-chocs des voitures adjacentes car c’est ce qu’on nous enseigne à l’auto-école.  »

      Cela ne fait pas partie du cursus d’apprentissage dans les auto-écoles en France !

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également