More

    Votre guide de confiance au meilleur prix

    Andreï Zviaguintsev, THE réalisateur russe

    Andreï Petrovitch Zviaguintsev (en russe : Андрей Петрович Звягинцев) est un cinéaste russe né le 6 février 1964 à Novossibirsk.

    Andrei Zviagintsev est un réalisateur et scénariste russe. Ses films sont généralement des drames violents et émotionnellement très forts. Ils montrent la dure réalité de la vie en générale mais plus particulièrement celle en Russie. Gagnant de nombreux prix dont les plus prestigieux, Andrei Zvyagintsev est sans nul doute l’un des meilleurs cinéaste russe si ce n’est le meilleur.

    En décembre 2019, le drame familial de Zvyagintsev, Elena (2011), a été le seul film russe à figurer dans la liste des 50 meilleurs films mondiaux de la deuxième décennie du XXIe siècle, compilée par le magazine américain Rolling Stone.

    Alexandre de Russie a eu l’honneur de rencontrer et de discuter avec Andrei Zviagintsev lors d’une diffusion privée d’Elena à Moscou. Quand il nous a expliqué la recherche du personnage d’Elena, on a tout de suite compris la profondeur de l’oeuvre et l’attention portée aux micro-détails. Nous sommes des fans incontestés.

    Sommaire
    1. Biographie
    2. Récompenses
    3. Dans la presse
    4. Filmographie

    Biographie de Andreï Zviaguintsev

    Né en Siberie, Andrei Zvyagintsev obtient son diplôme d’art dramatique à l’âge de 20 ans. D’abord acteur, il a étudié à l’institut de théâtre de Novossibirsk avec Lev Belov jusqu’en 1984, puis travaille à Moscou avec Evgueni Lazarev à l’Académie russe des arts du théâtre (GITIS). Dans les années 1990, il obtient des rôles secondaires dans des productions télévisées ainsi qu’au cinéma. Sa première expérience de metteur en scène s’effectue en 2000, lorsqu’il réalise 3 nouvelles (BoussidoObscure et Le Choix) pour la série Black Room de la chaîne REN-TV.

    En 2000, Andrei Zvyagintsev est embauché par la chaîne REN TV et dirige trois épisodes de la série The Black Room. Trois années plus tard il met en scène son premier long-métrage Le Retour qui reçoit par la suite plusieurs récompenses dont un Lion d’Or au Festival de Venise.

    Avec Le Bannissement, il accède à la sélection officielle du Festival de Cannes 2007 où son comédien Konstantin Lavronenko, déjà présent dans Le Retour, obtient le Prix d’interprétation masculine. L’année suivante il participe au film collectif New York, I Love You (son segment fut coupé au montage mais est disponible sur la version DVD).

    En 2011, Andrei Zvyagintsev met en scène le drame Elena, sur les difficultés d’une famille recomposée. Le film est présenté en clôture de la sélection Un Certain Regard du 64ème Festival International Du Film De Cannes 2011 et y obtient le Prix spécial du Jury Un Certain Regard.

    Il revient en compétition officielle à Cannes en 2014 avec Leviathan qui reçoit le Prix du scénario. Le même film remporte le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère lors de la 72e cérémonie des Golden Globes.

    En 2015 il est président du jury du 18e Festival international du film de Shanghai.

    En janvier 2016, il est l’objet d’une rétrospective spéciale à l’occasion du festival de cinéma Premiers plans d’Angers au cours de laquelle ses quatre longs-métrages sont projetés.

    Lors du Festival de Cannes 2017 son film Faute d’amour est en compétition pour la Palme d’or.

    Parmi ses récompenses

    2003 : Lion d’or et Lion du meilleur premier film à la Mostra de Venise pour Le Retour
    2003 : Aigle d’or à Moscou pour Le Retour
    2011 : Prix spécial du jury lors du Festival de Cannes (sélection Un certain regard) pour Elena
    2014 : Prix du scénario au 67e Festival de Cannes pour Léviathan
    2015 : Golden Globe du meilleur film en langue étrangère lors de la 72e cérémonie des Golden Globes pour Léviathan
    2017 : Prix du jury lors du Festival de Cannes pour Faute d’amour
    2018 : César du meilleur film étranger pour Faute d’amour

    Filmographie de Andreï Zviaguintsev

    2017 : Faute d’amour (Нелюбовь)

    Le film raconte l’histoire d’une famille contemporaine moscovite qui va bientôt divorcer. Les personnages principaux (Mariana Spivak et Alexeï Rozin) sont encore mariés, mais chacun a commencé un nouveau chapitre romantique, et c’est pourquoi ils ont hâte d’en finir avec les formalités et de divorcer. Dans le même temps, ils oublient leur fils de 12 ans Aliocha qui se sent mal-aimé. Un matin, Aliocha part à l’école et ne revient plus. Les recherches commencent.

    2014 : Léviathan (Левиафан)

    Kolia habite une petite ville au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage qui jouxte la maison où il vit avec sa jeune femme Lylia et son fils Roma qu’il a eu d’un précédent mariage.
    Vadim Cheleviat, le Maire de la ville, souhaite s’approprier le terrain de Kolia, sa maison et son garage. Il a des projets. Il tente d’abord de l’acheter mais Kolia ne peut pas supporter l’idée de perdre tout ce qu’il possède, non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Alors Vadim Cheleviat devient plus agressif…

    2012 : Elena 
    (Елена)

    Elena et Vladimir forment un couple d’un certain âge. Ils sont issus de milieux sociaux différents. Vladimir est un homme riche et froid, Elena une femme modeste et docile. Ils se sont rencontrés tard dans la vie et chacun a un enfant d’un précédent mariage.
    Le fils d’Elena, au chômage, ne parvient pas à subvenir aux besoins de sa propre famille et demande sans cesse de l’argent à sa mère. La fille de Vladimir est une jeune femme négligente, un peu bohème, qui maintient son père à distance.
    Suite à un malaise cardiaque, Vladimir est hospitalisé. A la clinique, il réalise qu’il pourrait mourir prochainement. Un moment bref mais tendre partagé avec sa fille le conduit à une décision importante : c’est elle qui héritera de toute sa fortune. De retour à la maison, Vladimir l’annonce à Elena. Celle-ci voit soudain s’effondrer tout espoir d’aider financièrement son fils.
    La femme au foyer timide et soumise élabore alors un plan pour offrir à son fils et ses petits-enfants une vraie chance dans la vie.

    2007 : Le Bannissement (Изгнание)

    Un homme, sa femme et leurs deux enfants, quittent une cité industrielle pour la campagne d’où est originaire le mari et s’installent dans la vieille maison du père de celui-ci.
    En contraste avec le lieu d’avant (la ville qui enjolive les rapports entre les personnages), le nouveau lieu est donc la Nature, une nature envoûtante.
    Et personne ne retiendra la main du père levée sur son fils. Aucune voix ne sera entendue, le fils ne sera pas remplacé par l’agneau. Car celui qui brandit le couteau n’entend pas, ses yeux ne voient pas, son cœur est sec. Mais sa foi en la « loi » de la fierté humaine est aussi violente qu’insatiable.
    Comme n’importe quel film, Le Bannissement parle, quelle qu’en soit la manière, de nous tous : de gens beaux et charitables plongés dans des circonstances tragiques et sans issue.

    2003 : Le Retour (Возвращение)

    La vie de deux frères est soudain bouleversée par la réapparition de leur père, dont ils ne se souvenaient qu’à travers une photographie vieille de douze ans. Est-il vraiment leur père ? Pourquoi est-il revenu après tant d’années ? Les enfants chercheront des réponses à leurs questions sur une île déserte et désolée, après un voyage avec cet homme dont ils ne savent
    rien. La beauté rude des lacs et forêts du Nord ajoute une dimension particulière au drame humain qui se déploie sous nos yeux.

    Alexandrehttps://alexandrederussie.com/
    Premier portail francophone de Russie créé en 2013 par Sébastien et François, deux amoureux de la Russie après d’innombrables soirées dans leur auberge espagnole de la Place Pouchkine.

    Vous avez aimé cet article ?

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles et de nos bons plans.

    LAISSER UNE REPONSE

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    À LIRE

    Les fontaines de Peterhof

    Peterhof abrite 176 fontaines. Chaque jour, à 11 heures du matin, plusieurs milliers de touristes se rendent...

    Les collections de l’Ermitage

    Le musée de l'ermitage se compose de plus de 400 salles réparties dans 4 bâtiments sans...

    Offres d’emploi en Russie pour francophones

    Retrouvez sur cette page toutes les offres d’emploi qu’Alexandre de Russie a reçu et trouvé sur les différentes plateformes. Elles sont toutes destinées à des francophones. Veuillez lire attentivement la description de l’offre avant de postuler.

    VDNH – Parc et complexe d’exposition

    Le VDNH est le plus grand complexe d'exposition, de musée et de loisirs au monde et l'un des espaces publics les plus populaires de la capitale russe avec chaque année plus de 25 millions de visiteurs.

    Les derniers articles

    Altaï – Les montagnes dorées au cœur de l’Eurasie

    Les Montagnes Dorées est le nom donné à l'Altaï traduit des langues turciques. La diversité des paysages naturels, de la faune et de la flore, la richesse des ressources minérales et la nature préservée de ce vaste territoire sont simplement extraordinaire.

    Manoir de Marfino

    Le manoir de Marfino est situé dans un domaine d’anciens nobles à 25 km au nord de Moscou. Il a acquis son aspect caractéristique pseudo-gothique au milieu du XIXème siècle grâce aux efforts de la comtesse Sofya Panina et de l’architecte Mikhail Bykovsky .

    Cathédrale du Saint-Sauveur sur le Sang Versé

    Cette cathédrale de la Résurrection du Christ, plus connue sous le nom de « Cathédrale du Saint-Sauveur sur le Sang Versé » fut érigée en mémoire de la mort tragique de l’empereur Alexandre II. C’est une incroyable combinaison de mosaïque et de décorations en pierre.

    Articles similaires