Métro Plochtchad Revolioutsii

/ / Métro Plochtchad Revolioutsii
Métro Plochtchad Revolioutsii

La station de métro Plochtchad Revolioutsii, située sur la ligne 3 (bleu foncée) est l’une des plus spectaculaires de Moscou. Elle est très appréciée des touristes comme des locaux. Et pour cause, c’est la station la plus proche de la Place Rouge ! Sa construction remonte à 1938, ce qui fait d’elle l’une des plus anciennes stations de la capitale. Son concepteur est l’architecte A. N. Dushkin, le père du métro moscovite. Le hall central est pavé de granit noir et gris.

Métro Plochtchad Revolioutsii



Plochtchad Revolioutsii et ses 76 statues en bronze

L’accès aux quais se fait à travers plusieurs arches de granit rouge, aux pieds desquels trône la véritable attraction de la station : 76 statues en bronze à la gloire du prolétariat russe. Les statues sont grandeur nature, et mettent en scène les habituelles figures de l’art soviétique : paysans armés du fusil, ouvrier avec son marteau-piqueur, écoliers studieux, athlètes bien découplés, marins, parachutistes, etc. De par leur emplacement au creux de chaque arche, presque tous les personnages sont représentés à genoux ou assis. Plusieurs officiels critiquèrent d’ailleurs cet agencement, estimant qu’il n’était pas digne de représenter le peuple soviétique dans de pareilles postures. Mais Staline lui-même fit taire les critiques en visitant la station en 1938, et en affirmant que ces statues étaient « les plus réalistes et les plus vivantes qu’il ait jamais vu ».

Toutes ces sculptures ont été réalisées par l’atelier de fonderie de Saint-Pétersbourg, dirigé par Matvey Manizer. Manzier, est d’ailleurs le créateur de nombreuses autres statues exposées dans les stations de Moscou (Elektrozavodskaya, Partizanskaya). Plusieurs œuvres s’inspirent de modèles vivants. L’étudiant en bronze reprend par exemple le trait d’un ancien champion de saut en hauteur, Arkady Hydrat. Pour mettre en valeur ces 76 sculptures, l’architecte Dushkin a installé non pas une, mais deux rangées de lustres, excentrées vers les pylônes, qui jettent leur lumière sur les murs du hall.

Avec le temps, une multitude de superstitions ont vu le jour autour des statues de la station Plochtchad Revolioutsii. En toucher certaines porterait bonheur, en toucher d’autres porterait malheur. Chacun y va de son interprétation. Par exemple, le matin on peut effleurer le drapeau tenu par le marin en bronze, pour s’assurer une bonne journée. Pour un rendez-vous amoureux, touchez plutôt la chaussure de la jeune écolière. Les étudiants s’en remettent au garde-frontière et à son chien, dont il caresse le museau avant les examens. On peut aussi caresser le coq de la paysanne, mais jamais sur le bec ou la crête, selon certains ! On remarque d’ailleurs que la couche de bronze est patinée aux endroits les plus frottés.

Ces superstitions sont tellement vivaces, que des morceaux de statues sont régulièrement volés et doivent être remplacés par les services du métro !

En remontant dans le hall Est, on pourra aussi admirer une imposante mosaïque aux armoiries de l’URSS, accompagnée des premières strophes de l’hymne national de 1943.



2019-06-30T20:25:42+00:00 28 juin 2019|Transports|