Plus
    Saint PétersbourgAutour de Saint-PétersbourgPalais de Pierre Ier à Strelna

    Palais de Pierre Ier à Strelna

    Strelna est un village sur la rive sud du golfe de Finlande où Pierre Ier a fait construire son premier palais en bois. C’est la construction impériale la plus ancienne encore debout. Elle date du début du XVIIe siècle.

    Temps de lecture estimé : 11 minutes

    Infos pratiques

    Adresse
    Palais de Pierre Ier, Strelna

    Horaires
    Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h00 sauf le lundi

    Tarifs 2021
    400 RUB le palais de Strelna

    Histoire du palais de Pierre Ier

    Strelna est l’un des établissements les plus anciens de la rive sud du golfe de Finlande. Ce nom est dérivé de la rivière Strelka qui coule dans la région. Son nom vient de l’écoulement rapide de ses eaux. La racine slave « -str- » signifie « écoulement » ou « mouvement ». Les premiers habitants de ces lieux, au VIIe et VIIIe siècle, étaient des Finno-ougriens, des Izhoriens et des Votes. Les Slaves ont commencé à s’y installer plus tard.

    En 1617, en vertu des conditions de la « paix de Stolbovsky » avec la Suède, Strelna et d’autres colonies russes font partie du royaume suédois, et ces terres reçoivent le nom d’Ingermanlandia. Mais déjà en 1703, pendant la guerre du Nord, la Russie a racheté la rive sud du golfe de Finlande. La propriété de Strelna devint la propriété personnelle de Pierre Ier.

    Le 13 janvier 1711, Menshikov reçut l’ordre de l’empereur de construire à Strelna quelques maisons de paysans, des parcs à bétail et à volaille plus une « petite zone pour les poissons ». Rapidement apparurent la maison de campagne et le palais. Pierre Ier décida même de créer à Strelna un grand ensemble palais-parc avec des fontaines et des cascades. Il commença la construction du palais en pierre et du parc, mais se rendit vite compte que les conditions bien plus favorables à la réalisation de ce projet se trouvaient à Peterhof. La grande construction fut déplacée là-bas, et Strelna perdit pratiquement tout son financement. Le parc n’a pas reçu l’attention nécessaire et le palais de pierre est devenu impopulaire. Même les membres de la famille impériale préféraient le palais en bois, lorsqu’ils séjournaient à Strelna, sur le chemin de Peterhof. Strelna entra dans l’ère de la décadence.

    Cette époque s’est terminée en même temps que le XVIIIe siècle, lorsque, par décret de l’empereur Paul Ier, Strelna est devenue la propriété de son fils, le grand-duc Konstantin Pavlovitch. La reconstruction du palais de pierre et du parc avait commencé. Après la mort du grand-duc en 1831, Strelna a été hérité par le deuxième fils de l’empereur Nicolas – le grand-duc Konstantin Nikolaevich. Les postes de ministre de la Marine et de chef du Conseil d’État lui ont pris beaucoup de temps et d’efforts, si bien que les principales responsabilités de la gestion de la propriété de Strelna sont tombées sur les épaules de son épouse, Alexandra Iosifovna. Grâce à ses mains attentives, le domaine a commencé à prospérer. On agrandi la ferme et on organisa des réceptions luxueuses avec des soirées musicales où de brillants compositeurs comme N.A. Rimsky-Korsakov ou Johann Strauss pouvaient s’exprimer.

    Le dernier propriétaire de Strelna était le fils cadet de Konstantin Nikolaevich et Alexandra Iosifovna, le Grand Duc Dmitry Konstantinovich. L’hôpital et le corps de pompiers de Strelna étaient placés sous son patronage. Sur ses invitations, Strelna a reçu la visite du chanteur F. Shalyapin ainsi que des poètes A. Akhmatova et A. Block. Après la révolution, en 1919, Dmitry Konstantinovich a été arrêté et fusillé, dans la forteresse de Pierre et Paul. Avec l’arrivée de l’autorité soviétique, la résidence du grand-duc a accueilli une école pour les adolescents en difficulté.

    Après la Seconde Guerre mondiale, l’école arctique de Leningrad a été ouverte ici. Le destin du palais a changé radicalement en 2001. Par décret du président russe, l’ancienne propriété de Strelna a acquis le statut de complexe d’État du « Palais des congrès », combinant les fonctions de résidence d’État, de musée et de centre d’affaires. Les travaux de reconstruction ont été achevés en mai 2003, lorsque Saint-Pétersbourg a célébré solennellement son tricentenaire. Le palais Konstantin a revécu et Strelna est devenu une « fenêtre diplomatique sur l’Europe » acquérant une importance mondiale.

    Le palais de Pierre Ier

    À l’ouest du parc du palais Konstantin, sur une haute colline, se trouve la plus ancienne construction de Strelna – le petit palais en bois blanc-jaune d’architecture typique de l’époque de Pierre Ier. C’est la seule construction de banlieue de Pierre Ier, qui a été préservée. Il y séjournait lors de ses fréquentes visites à Cronstadt, Peterhof et Oranienbaum.

    La construction du domaine impérial a commencé ici, en 1711, mais le palais est apparu cinq ans plus tard. En 1719 – 1720, le palais a été reconstruit sur ordre du tsar : le bain de mousse avec une mezzanine est apparu.

    Les services domestiques conservés sur place étaient la serre, les ruches, les jardins de fruits et de tilleuls, le potager avec des plantes à parfum et diverses cultures de légumes. La particularité du jardin de Pierre Ier était la co-culture de plantes à épices et médicinales sur les mêmes planches. Cette tradition venait de Hollande, et a donc reçu son nom de « Jardin du goût hollandais ». Selon la légende, c’est précisément à Strelna que, sur l’ordre de Pierre, pour la première fois en Russie, des pommes de terre ont été plantées.

    La rivière Strelka, qui descendait du côté sud du domaine, a été utilisée pour la mise en place des étangs à poissons. Des carpes et des truites étaient élevés à Strelna pour servir à la table du tsar, notamment pendant les jours de jeûne.

    Le complexe du domaine comprenait l’église de la Transfiguration en bois, construite en 1708. Les reliques militaires de l’époque de Pierre Ier y étaient conservées ; c’est également ici que Natalia Nikolaevna, la veuve d’Alexandre Poushkin, a célébré son mariage à l’église avec le général Lanskoy. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le temple a brûlé. Aujourd’hui, on peut voir les restes des fondations de l’église et la croix commémorative en bois, installée après la guerre.

    Le palais en bois de Strelna, en souvenir de Pierre le Grand, a fait l’objet de soins et d’une attention particulière. Au milieu du XVIIIe siècle, à l’époque d’Elizabeth Petrovna, la restauration capitale du bâtiment en bois délabré a eu lieu sous la direction de l’architecte Rastrelli.

    strelna

    Les successeurs de Pierre Ier a utilisé le palais en bois plutôt pour de courts séjours lors de leurs déplacements de Saint-Pétersbourg à Peterhof. À différentes époques, les habitants du petit palais en bois étaient des personnalités célèbres telles que Grigory Potemkin, la duchesse E.R. Dashkova et A.V. Suvorov.

    À l’époque de Catherine II, le palais a été restauré de nouveau pour abriter un hôpital militaire. La restauration suivante a été effectuée en 1837-1840, par l’architecte H.F. Meyer, qui a démonté le bâtiment et l’a recréé en conformité avec le projet de F.B. Rastrelli, de 1750.

    Pendant longtemps, le palais, qui a miraculeusement survécu à la Seconde Guerre mondiale, a servi d’hopitale, puis de jardin d’enfants. En 1987, il a été transféré dans la réserve du musée d’État de Peterhof. Sur la base des matériaux préservés, les intérieurs du palais ont été recréés en 1999.

    Collection du palais

    Dans la collection du palais, on trouve des objets privés du premier empereur russe : le costume de vacances de Pierre Ier ; la couverture en patchwork qui, selon la légende, a été cousue pour le tsar par son épouse Catherine II et le paravent pour la chambre à coucher, peint dans le style « chinoiserie ».

    Parmi les objets intéressants exposés, citons le bas-relief en bronze de Pierre Ier, réalisé d’après le projet du sculpteur K. Rastrelli ; le moulage de l’empreinte de la main de l’empereur ; le grand portrait de Pierre Ier – une image rare du jeune tsar, œuvre d’un artiste inconnu. Le palais est sous la protection de l’État en tant que l’un des rares monuments de l’architecture russe du début du XVIIIe siècle, préservé jusqu’à nos jours.

    Les jardins de Strelna

    Le palais en bois était entouré de jardins avec des fermes, des étables, des étangs à poissons, des arbres fruitiers, des parterres de baies et de légumes, des serres, des orangeries et un rucher. Au XVIIIe siècle, les jardins de Strelna étaient considérés comme exemplaires en Russie. Les jardiniers locaux cultivaient de nouvelles variétés de pommiers et d’arbustes à baies en tenant compte des conditions locales.

    Le premier inventaire conservé des jardins date de 1733. À l’époque, sur le territoire du domaine de Strelna, on comptait 3 100 pommiers, 50 poiriers, 125 cerisiers, 200 groseilliers et 400 buissons de lilas, de jasmin et de roses. Au pied de la colline, il y avait des orangeries et des serres. Dans celles-ci, on cultivait des ananas, des melons, des pastèques, des concombres et d’autres légumes. Le potager était situé dans la vallée, près de l’étang Karpiev. Son eau était utilisée pour l’arrosage des légumes et le brouillard des nuits de printemps, s’élevant de l’étang, couvrait le jardin, le protégeant des premières gelées.

    Selon la légende, c’est à Strelna que furent plantées pour la première fois les « pommes de terre » rapportées par Pierre le Grand de ses voyages en Europe occidentale. Des radis, des artichauts et des laitues étaient également cultivés dans le jardin. On sait que Pierre Ier apportait avec lui ou demandait à son entourage d’acheter à l’étranger des variétés rares d’arbres, d’arbustes, de plantes en pots, de graines de fleurs et de légumes.

    strelna

    Le jardin de nos jours

    L’assortiment dans les cultures de jardin est actuellement représenté par les légumes russes traditionnels : choux, navets, panais, carottes, betteraves, oignons, ail, oseille, raifort, aneth, céleri, ainsi que pommes de terre, laitues, radis, artichauts, apportés par Pierre Ier d’Europe. En outre, des courgettes, des courges, des citrouilles et des tomates y poussent.

    L’une des caractéristiques du jardin, créé à l’époque de Pierre Ier, est la présence de plantes à épices et médicinales, cultivées sur le même lit de terre. Cette tradition vient des Pays-Bas, et c’est pourquoi il a reçu le nom de « Jardin au goût hollandais », en Russie. On y trouve des herbes aromatiques comme la menthe, la marjolaine, la mélisse, la livèche, le cumin, le thym, le basilic, la coriandre, le céleri et le persil. Le jardin médicinal est composé de valériane, de leonurus, de millepertuis, de myriophylle, de plantain, de souci et de salvia.

    À côté du jardin, il y a un rucher avec des ruches en paille, en bois et en verre. Selon la légende, Pierre Ier a créé ce rucher à Strelna pour prouver que les abeilles peuvent vivre près de la mer. Les premières ruches ont probablement été apportées par le tsar depuis Dorpat. Les paysans de Strelna, après les avoir vues, ont créé la version russe de la maison des abeilles – les nichoirs. En hiver, les ruches étaient déplacées à l’intérieur des granges en rondins. Les abeilles ont été élevées à Strelna pendant plus de cent ans. Aujourd’hui, sur le territoire du jardin fruitier, des planches de tilleuls rappellent l’ancien rucher qui se trouvait ici.

    Pendant l’été, des excursions séparées sont organisées autour du jardin potager, et les visiteurs ont l’occasion de sentir les parfums capiteux des herbes aromatiques, de voir sur les planches de terre la variété des couleurs et des cultures de légumes. Le jardin fruitier est particulièrement attrayant au moment de la floraison des arbres fruitiers, lorsque les pétales blancs des branches ressemblent à des flocons de neige.

    Parterres de fleurs

    strelna

    À l’est et à l’ouest du palais de Pierre Ier, on trouve des parterres de fleurs, dont la disposition a été recréée à partir des dessins de l’architecte F.B. Rastrelli, dans les années 1740. Les buissons d’épine-vinette taillés, sont plantés le long du périmètre des parterres de fleurs. Selon la tradition historique, l’assortiment de fleurs est représenté par des plantes bulbeuses, en premier lieu par des tulipes.

    En mémoire du premier propriétaire du palais en bois, l’une des variétés de tulipes qui ornent les parterres porte le nom de Pierre Ier. Les changements de saison apportent à chaque fois une certaine nouveauté dans la conception des parterres :

    • au printemps, l’éclat des tulipes et la tendresse des crocus, les arômes légers des narcisses et de la verveine
    • en été, c’est le temps des bégonias, de la perfection des lys, de la beauté solennelle des iris
    • en automne, un éparpillement de dahlias colorés, de chrysanthèmes et d’asters.

    En été, les énormes vases en céramique regorgent de plantes exotiques thermophiles. En automne, ils sont remplacés par des compositions de légumes cultivés dans le jardin de Strelna. La mode des collines de légumes et de fruits en Russie, a été apportée par Pierre Ier, empruntant l’idée au roi de France. De nos jours, cette belle tradition est ravivée à Peterhof – lorsque la récolte de courgettes, de courges et de citrouilles mûrit dans le potager de Pierre.

    4.9/5 - (42 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Broderie de Torjok

    Torjok, située à 240 kilomètres au nord de Moscou, est la ville de Russie où s’est développé l'artisanat populaire de la broderie d'or.

    Vous aimeriez lire également