Plus
    Saint PétersbourgAutour de Saint-PétersbourgOranienbaum ou la naissance des montagnes russes

    Oranienbaum ou la naissance des montagnes russes

    Le complexe de parcs et palais d’Oranienbaum est situé à Lomonosov, à 40 kilomètres de Saint-Pétersbourg sur le côté sud du golfe de Finlande.

    L’ensemble fut inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que partie du « Centre historique de Saint-Pétersbourg et des groupes de monuments associés », et est sous la juridiction du Musée d’État et de la Réserve artistique de Peterhof depuis 2007. Il a une grande valeur historique car c’est l’un des rares complexes qui ne fut pas détruit pendant la Seconde Guerre mondiale et qui conserva son architecture originale.

    Temps de lecture estimé : 22 minutes

    Histoire d’Oranienbaum

    La construction à Oranienbaum commença au XVIIIe siècle, lorsque le tsar Pierre Ier offrit ces terres au prince Alexandre Menshikov. En 1711, le prince décida de construire ici le Grand Palais, qui porte toujours son nom.

    En 1727, après l’exil de Menshikov, tous ses biens furent confisqués et en 1743, Oranienbaum devint la résidence du futur empereur Pierre III. C’est pour lui que fut construite la forteresse de Peterstadt, dont le palais et les portes d’honneur subsistent aujourd’hui. Au cours de ces années, la ville commença à se former autour de la résidence.

    Dans les années suivantes, le complexe changea de propriétaire à plusieurs reprises et fut reconstruit. En 1762, après l’accession au trône de Catherine II, la construction de la datcha de l’impératrice commença. Après elle, Oranienbaum appartint à Alexandre Ier, son frère Mikhail Pavlovich et leurs héritiers.

    Suite à la révolution de 1917, certains des bâtiments furent transformés en musées et en hôpitaux, tandis que d’autres furent donnés à des établissements d’enseignement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de défense était située à Oranienbaum, grâce à quoi l’ensemble souffrit moins que d’autres complexes. Cependant, après la guerre, Oranienbaum fut abandonné et tomba en ruine.

    En 1948, la ville fut rebaptisée Lomonosov, en l’honneur du célèbre scientifique. Ce n’est que dans les années 1990 qu’une restauration globale fut organisée.

    « Oranienbaum » signifie « oranger ». La légende relie l’histoire du nom à l’épisode de la guerre du Nord, lorsque, sur le territoire de la future grange de Menshikov, une petite serre d’orangers fut trouvée avec l’inscription : « ORANIENBAUM », écrite en grosses lettres sur chacun d’entre eux. Cette découverte plu tellement à Pierre Ier qu’il voulut donner ce nom à la ferme. On sait également qu’en 1703, il donna le nom d’Oranienburg à l’un des patrimoines de Menshikov dans les environs de Voronezh. L’image de l’oranger, avec ses fruits orange vif, est devenu l’emblème principal des armoiries d’Oranienbaum.

    Traduit de l’allemand

    Plan du parc d’Oranienbaum

    Oranienbaum

    Le grand palais d’Oranienbaum dit de Menshikov

    Le Grand palais Menshikov est la plus ancienne construction d’Oranienbaum. On y ressent l’esprit de cette époque, une époque de transformation et de lutte pour l’entrée de la mer Baltique. Il est situé presque au niveau de l’eau du golfe, relié à la mer, dirigé vers elle, comme s’il incarnait le but principal de tous les travaux de l’époque de Pierre Ier : l’affirmation de la Russie sur la côte de la mer libérée.

    La pièce maîtresse de la composition du palais est un bloc de deux étages sur lequel trône la couronne princière, auquel se joignent des galeries arrondies d’un étage, avec deux pavillons. À ses pieds, un jardin régulier fut créé, décoré de sculptures et de fontaines. Les invités arrivaient au palais par le canal de la mer, creusé en 1719.

    L’aspect somptueux du palais, sa grande étendue et ses riches intérieurs suscitaient l’admiration et l’étonnement. Dans la propriété, de nombreuses « merveilles » attendaient les invités. Par exemple, au centre de la galerie orientale, il y avait un « bain turc », avec un plafond en verre, qui fut visité par l’empereur Pierre Ier lui-même. Les halls et les salons étaient décorés de stucs, de peintures sur toiles, de tapisseries, de marbre, de cadres de fenêtres dorés au plomb et les murs de nombreuses pièces étaient revêtus de carreaux hollandais et allemands. Il y avait deux salles de repos spéciales, pensées pour l’empereur, la chambre à coucher et la salle d’entrée. Leur ornementation était relativement simple, seule la cheminée et les murs étaient revêtus de carreaux hollandais.

    Oranienbaum

    Mais après la proscription de Menshikov, tous ses biens furent confisqués au profit du trésor public. En 1743, l’impératrice Elisabeth Petrovna accorda Oranienbaum à l’héritier du trône de Russie, le grand-duc Pierre Feodorovitch, devenu par la suite l’empereur Pierre III. C’est précisément à l’époque de Pierre Feodorovitch qu’ici, le pavillon oriental du Grand Palais de Menshikov, reçut son nom actuel – « Japonais ». La légende raconte que c’est précisément dans le pavillon « japonais » que l’empereur signa, le 29 juin 1762, après avoir régné pendant 186 jours seulement, sa renonciation au trône, en l’honneur de sa femme, devenue l’impératrice Catherine II, et de la nouvelle propriétaire d’Oranienbaum.

    Après que la Grande Duchesse Elena Pavlovna, devint un véritable ange gardien de la résidence, Oranienbaum, fut transféré à sa fille Catherine Mikhailovna, et plus tard à ses petits-enfants – les ducs allemands, Mecklenburg-Strelitz.

    En 1918, le palais fut transféré sous la gestion du conseil local, et était sous la protection du comité des biens (« commissariat ») de la République. À l’intérieur du Grand Palais, à différentes époques, il y avait : l’hôpital, l’école d’agriculture, l’école de menuiserie et son dortoir. En 1934, les bâtiments du palais furent transférés à la Marine et l’espace du pavillon de l’Église fut divisé par des plafonds intercalaires. Ce n’est qu’en 1995 que le transfert du Grand Palais à la réserve muséale commença. Il ouvrit ses portes aux visiteurs, en tant que musée, en septembre 2011.

    Au cours des trois siècles d’histoire du Grand palais Menshikov, les périodes de prospérité furent souvent suivies de périodes d’oubli et de décadence. Néanmoins, le palais évita les destructions catastrophiques, les réaménagements radicaux et reste de nos jours, l’un des monuments les plus rares et authentiques de l’architecture russe de la première moitié du XVIIIe siècle.

    Exposition « Oranienbaum à travers les âges »

    À la fin de la restauration de l’aile ouest du Grand Palais Menshikov en 2017, le Musée-Réserve de Peterhof offrit aux résidents et aux invités de la ville un nouveau projet de musée historique – « Oranienbaum à travers les âges ». Des méthodes d’exposition traditionnelles et des technologies multimédias flambant neuves furent réunies dans plusieurs salles. Les visiteurs, qui voyagent dans l’espace et le temps, sont accompagnés par la voix du célèbre journaliste russe Vladimir Posner.

    Pour commencer, les invités du Grand Palais Menshikov découvrent de nombreux faits sur l’ancienne région d’Izhora, où se trouve Oranienbaum. Les technologies multimédia leur font remonter le temps jusqu’aux rives du golfe de Finlande à la fin de la période glaciaire, et leur montrent le processus de façonnage du paysage moderne.

    Les visiteurs du musée participent aux batailles palpitantes de la guerre du Nord (1700-1721), visitent le poste de commandement de Pierre le Grand et assistent au siège de la forteresse d’Oreshek. Dans la salle suivante, ils obtiennent une audience privée avec le gouverneur des terres finlandaises d’Ingrie, le « duc d’Izhora » – Alexandre Menshikov, comme s’ils étaient entrés dans le cabinet de travail de Son Altesse.

    Un modèle mécanique unique montre les changements architecturaux du palais au cours des décennies. Les mystères de la restauration et de la création de l’exposition du musée dans le Grand Palais Menshikov sont révélés dans la dernière salle. Les créateurs du musée n’ont pas oublié les plus jeunes visiteurs. Les parents peuvent confier leurs enfants à des éducateurs dans une salle spécialement équipée, qui convient à la fois pour le jeu et l’éducation.

    L’église de la cour

    La chapelle privée d’Oranienbaum (église de la cour), consacrée à Saint Panteleimon, est située dans le pavillon ouest du Grand Palais Menshikov et fut construite sur ordre du premier propriétaire d’Oranienbaum, le Grand-Duc Alexandre Menshikov.

    Oranienbaum

    La congrégation de l’église de Saint Panteleimon comprenait non seulement les locataires du palais et les estivants d’Oranienbaum, mais aussi le personnel du palais, les citadins et les villageois. C’est pourquoi, dès les années 1730, une salle spacieuse à trois fenêtres, reliée au pavillon de l’église par le sud, fut utilisée comme réfectoire, qui pouvait être chauffé pour le confort des fidèles en hiver. Elle fut changée en 1838 en une chapelle latérale, l’église d’hiver. La même année, le 16 décembre, elle fut consacrée au nom des saints Constantin et Hélène Égaux aux Apôtres. En 1848 et en 1914, l’Église d’hiver fut restaurée et agrandie.

    En 1858, l’iconostase usée de la partie nord-ouest de la chapelle latérale fut remplacée par une nouvelle, sculptée et dorée, réalisée par le peintre Titov et le menuisier Andreev. Dans les années 1920, suite à la fermeture de l’église Saint-Panteleimon, la décoration intérieure de sa chapelle latérale fut complètement perdue et il n’en reste aucune image.

    La seule pièce préservée de l’église d’hiver est exposée aujourd’hui : l’icône du XIXe siècle peinte de manière traditionnelle, intitulée  » La Résurrection, avec une sélection de saints, et Saint-Georges et le dragon « . Sont également exposées dans l’église d’hiver, deux icônes originales de la fin du XVIIIe siècle provenant de l’église de Saint-Panteleimon et de son autel : « Adrian et Natalia » et « La Dormition de la Theotokos de la Laure de Kiev Pechersk ».

    Le parc Oranienbaum

    L’aménagement du parc est un exemple remarquable de l’art du paysage des XVIIIe et XIXe siècles. Sa superficie est de 162 hectares et il est divisé en un parc inférieur et un parc supérieur paysager. La majeure partie du territoire est occupée par le parc supérieur, qui est divisé en deux ensembles – l’ensemble de Peterstadt et l’ensemble de la Datcha.

    Tout comme les fabuleux palais d’Oranienbaum, le parc qui les entoure a besoin de beaucoup de tendresse et d’amour pour retrouver sa splendeur d’antan. Si certaines parties de ce parc varié peuvent encore donner une bonne impression de l’aménagement paysager sous le règne de Catherine la Grande, d’autres sont tellement envahies par la végétation qu’elles sont devenues sauvages.

    Le parc supérieur, au sud-ouest du palais du Grand Menshikov, est la plus belle section du domaine, avec ses bois variés entrelacés de canaux, de ponts et d’étangs. Aménagé sous le règne de Catherine la Grande par Joseph Bush, ce parc vallonné abrite le palais chinois et la non moins fascinante colline de la Glisse d’Antonio Rinaldi, un pavillon baroque bleu et blanc de trois étages qui était autrefois le point de départ d’un « grand huit » de 500 mètres utilisant des luges ou des charrettes à roues.

    ATTENTION TOUS LES PAVILLONS SONT EN RESTAURATION JUSQU’EN MAI 2022.

    Le parc supérieur

    Le palais de Pierre III

    Les grandes résidences suburbaines du XVIIIe siècle étaient des sortes de constructions de « divertissement », conçues pour les loisirs insouciants du tsar et de son entourage, pour les « cérémonies d’été » et les réceptions. Les résidences d’été, les forteresses « jouets », étaient utilisées pour le divertissement des enfants et petits-enfants impériaux. À Oranienbaum, la forteresse « Peterstadt » fut construite pour le grand-duc Pierre Feodorovitch, le futur empereur Pierre III.

    La forteresse ressemblait à une étoile à douze branches, dont les rayons entouraient les remparts et le large fossé. On y trouvait des bâtiments militaires, une église luthérienne, ainsi que le palais impérial qui, contrairement aux autres bâtiments, avait deux étages. De toutes les constructions de « Peterstadt », seuls le palais et la porte Honorable furent conservés. Le palais miniature de Pierre III est l’une des œuvres les plus abouties de l’architecture du XVIIIe siècle en Russie, portant les caractéristiques du Rococo, un style non répandu à l’époque.

    Oranienbaum

    Les dimensions et la conception extérieure discrète du palais ont le caractère d’une résidence de campagne intime. Ce bâtiment n’était pas destiné aux réceptions et aux cérémonies, mais servait de lieu de détente après les exercices militaires. Dans ces intérieurs élégants régnait le monde merveilleux et amical de l’hôte lui-même – le monde d’un musicien et d’un collectionneur passionné. Le rez-de-chaussée est occupé par les locaux de service, qui ne présentent aucune décoration artistique. Au premier étage, il y a six pièces : le Salon d’entrée, le Garde-manger, la Salle des images, le Bureau, la Chambre à coucher et le Boudoir. Malgré la petite taille des locaux, le caractère de palais est souligné dans chacun d’eux – non pas par la somptuosité, mais par la subtilité et l’élégance des matériaux utilisés.

    Le Palais de Pierre III ne fut que très légèrement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, il apparaît aujourd’hui dans sa forme originale.

    Le musée expose les effets personnels de Pierre Feodorovich : le chapeau à coque, l’écharpe et l’uniforme du colonel du régiment d’infanterie de Holstein. En tant que commandant de la forteresse, il apparaissait souvent dans cette tenue sur le balcon du palais pour saluer son peuple.

    Aujourd’hui, le palais de Pierre III n’est pas seulement un rare monument architectural du XVIIIe siècle, c’est aussi le lieu de concentration d’œuvres d’art et d’artisanat russes et étrangers de premier ordre.

    Le pavillon des montagnes « russes »

    Parmi toutes les constructions du Parc Supérieur, la plus impressionnante est le Pavillon des montagnes « russes ». Se dressant comme un phare, sur la haute terrasse côtière, il est visible de loin. Son élégante silhouette se détache nettement sur le fond du ciel. Le Pavillon fait partie de ce qui était autrefois une vaste installation de divertissement, prototype des collines de glace, qui étaient créées pour les jours de fête du printemps.

    Le complexe des montagnes russes, comprenait le pavillon, des pistes de glissade et des galeries-colonnades couvertes s’étendant sur 532 mètres. Le site de la côte était situé à une altitude de 20 mètres. L’ingénierie sophistiquée et la construction technique de glissades comprenait une rampe droite et trois rampes ondulées en bois, dont la hauteur diminuait progressivement et qui étaient généralement complétées par l’inertie, ainsi que trois pistes : la centrale – pour la glissade, et les latérales – pour le levage des chariots. Le cabotage se déroulait sur des chariots sculptés et dorés, spécialement conçus par A. K. Nartov, en forme de « chars triomphaux, gondoles et animaux sellés ». La colline glissante fut utilisée jusqu’en 1801, date à laquelle elle commença à se désintégrer lentement. Finalement, en 1813, les colonnades se sont effondrées, et à la fin des années 1850, les ruines furent démantelées.

    Le concept de « montagnes russes » provient des courses de luges se déroulant sur des collines de neige spécialement aménagées pour celles-ci, particulièrement dans les environs de Saint-Pétersbourg. À la fin des années 1700, leur popularité fut telle que des entrepreneurs commencèrent à développer cette idée dans d’autres pays, en utilisant cette fois des voitures munies de roues solidaires d’une voie. En 1812, la compagnie « Les Montagnes russes » construisit et géra celles du quartier Belleville dans Paris. Le premier looping, intitulé sur le journal L’Époque « chemin de fer centrifuge », fut probablement construit à Paris en 1846, à partir d’un schéma anglais : le voyageur d’un traîneau est lancé dans une boucle d’environ quatre mètres de diamètre. Néanmoins aucune de ces voies ne formait un circuit complet. Le premier circuit complet en boucle apparait en 1884 à Coney Island. Un an plus tard, Phillip Hinkle introduit le lift hill, un système tirant le train sur la première côte du circuit.

    Source wikipedia

    De toutes les constructions, seul le pavillon fut préservé, avec ses façades laconiques qui contrastent avec l’élégance de la décoration intérieure. Chacun des intérieurs est unique. Le hall rond est décoré de peintures, de stucs et d’œuvres dorées de maîtres russes et italiens avec un sol recouvert de marbre.

    Oranienbaum

    Ces intérieurs ajoutaient au pavillon une fonction non seulement divertissante mais aussi représentative. Après l’achèvement de la construction du pavillon, Catherine la Grande y organisa des dîners de gala et des réceptions, notamment des rencontres avec des ambassadeurs étrangers. Par exemple à l’occasion du Conseil suprême privé du 28 juillet 1774, ou encore le 30 juin 1777, en l’honneur du roi de Suède, Gustav III.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, le pavillon de la Colline fut sérieusement endommagé. Sa restauration fut réalisée par M. M. Plotnikov. En 1959, le pavillon de la colline ouvrit de nouveau ses portes aux visiteurs, en tant que musée d’histoire et d’art.

    Le palais chinois

    Le palais chinois, situé au cœur du parc supérieur et entouré de verdure sur tous ses côtés, fait partie de la « Datcha privée », le grand complexe palais-parc de l’impératrice Catherine II.

    Érigé entre 1762 et 1768, sur le projet de l’architecte italien A. Rinaldi, le palais n’avait qu’un seul étage et ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle qu’il acquit de nouvelles caractéristiques. Le deuxième étage fut construit, la galerie fut réalisée en verre et prolongée sous un balcon nouvellement construit, reliant les deux corniches du côté sud.

    Pendant longtemps, le palais fut appelé « Maison hollandaise ». Ce n’est qu’en 1774 que le nom de « palais chinois » apparut dans le journal Kamer-Furjevskiy, en raison des quelques intérieurs du palais, qui étaient décorés dans l’esprit de l’esthétique chinoise ou avec l’utilisation d’œuvres d’art chinoises originales.

    Dans la partie centrale du palais, on trouve une enfilade de grandes pièces : le cabinet des paillettes, la chambre à coucher en tissu, la salle des muses, les salons bleu et rose et les grands et petits cabinets chinois. Elle est complétée par de petites enfilades : dans celle de l’ouest, on trouve les quartiers résidentiels de Catherine II, et dans celle de l’est – les chambres du grand-duc Paul. Chaque intérieur y est complètement indépendant.

    La principale célébrité du palais chinois est le cabinet à paillettes, qui conserva sa finition authentique des années 1760. Les murs de la pièce sont décorés de douze panneaux sur lesquels trouve des compositions complexes représentant des oiseaux de contes de fées, des plantes et des papillons qui voltigent. Les panneaux sont enfermés dans des cadres avec des sculptures dorées, imitant les troncs d’arbres, entrelacés de feuilles, de fleurs et de grappes de raisin.

    Pour la décoration intérieure du palais, des œuvres de première classe des beaux-arts et des arts appliqués furent acquises. Aucun autre palais russe préservé ne disposait d’une telle collection de plafonds. Le parquet du palais, d’une superficie totale de 722 mètres carrés, est unique par la richesse et la diversité de ses essences : bois rouge et bois d’ébène, amarante, buis, noyer de Perse, érable, bouleau et chêne. Dans certains endroits, on trouve jusqu’à quinze types de bois différents.

    Le palais chinois incarne les influences de la mode et les préférences esthétiques du XVIIIe siècle. La décoration intérieure du palais fut réalisée par des artistes et artisans européens et russes d’une compétence exceptionnelle. L’historien de l’art, Igor Grabar, en parla comme étant : « Le véritable miracle des miracles du XVIIIe siècle ».

    Pavillon de la cuisine chinoise

    Le pavillon de la « cuisine chinoise », est situé sur la rive orientale de l’étang, devant la façade sud du Palais chinois. L’histoire de sa création remonte à 1760-1770, lorsque A. Rinaldi construisait l’ensemble de la « Dacha privée ». Il prévoyait de construire deux pavillons de part et d’autre de l’étang, le Café et la Maison des Freulein (Maison des dames d’honneur), mais seul ce dernier fut construit. Dans les années 1852-1853, l’architecte L. Bonstedt, après la reconstruction du Palais chinois, reconstruisit le pavillon, et le bâtiment reçut le nom de « Cuisine chinoise ». Les repas étaient préparés ici, puis livrés dans le garde-manger du Palais chinois.

    Le toit du pavillon ressemble à une pagode chinoise. Le bâtiment de deux étages est peint d’une couleur rose pâle. Au centre du hall du premier étage, se trouve une cheminée avec deux fours russes, deux poêles hollandais avec un four, des fours à confiserie et des armoires à grillades, des appareils à brochettes et des chaudières.

    À côté, il y avait la cafétéria avec « un foyer anglais de grande taille avec une cuisinière et un four », ainsi qu’un four pour les tartes, une salle de service, un garde-manger pour la vaisselle, un garde-nappe, une confiserie, une salle de service, ainsi qu’une salle de bain avec « une machine à eau de trois robinets » et un espace pour laver la vaisselle. Le personnel de service vivait au premier étage – un chef et des barmans. Non loin de la cuisine chinoise, il y avait une glacière en briques aménagée pour le stockage des produits.

    Le bâtiment fut reconstruit plusieurs fois, et servit de cuisine, d’hôpital, de logement pour les écuries, de tribunal et de blocs pour les cavaliers. Son apparence et ses intérieurs changeaient. À l’époque soviétique, les fours furent démantelés et le pavillon fut aménagé en appartements communaux. Seule la cheminée, qui est restée au centre de la pièce, rappelle l’utilisation originale du pavillon. Actuellement, le hall inférieur, libéré de toutes les cloisons, est utilisé pour les expositions temporaires du Musée-Réserve d’État de Peterhof.

    Le parc inférieur

    La maison des tableaux

    Construite au milieu du XVIIIe siècle, l’architecture de la Pinacothèque fait écho au Palais Menshikov, au bâtiment des Douze Collèges et à d’autres bâtiments typiques du premier quart du XVIIIe siècle.

    Pierre Feodorovich, son premier propriétaire, était un collectionneur passionné et le bâtiment de la pinacothèque était destiné à conserver les collections du grand-duc. Dans le hall central, et dans l’aile ouest, les murs étaient entièrement recouverts de toiles de maîtres italiens, flamands, hollandais et allemands. À la demande de Pierre Féodorovitch, un petit cabinet de curiosités fut organisé, il rappelait par son contenu le cabinet de curiosités de Pierre Ier. Outre les curiosités zoologiques et anatomiques, il contenait également une collection de raretés, importées de Chine et du Japon, ainsi qu’un ensemble unique de minéraux, notamment de l’ambre.

    Dans l’aile orientale de la pinacothèque, se trouvait une salle d’opéra. Peter Feodorovich aimait la musique et le théâtre. Il accueillait des représentations d’opéra, des concerts, et y participait, jouant parfois le rôle de premier violon. Oranienbaum avait sa propre troupe de théâtre et école de ballet, qui admettait « les enfants des jardiniers et des paysans », et école de musique pour les enfants des soldats du régiment de Holstein.

    Les autres pièces de la pinacothèque abritaient une vaste bibliothèque. Peter Feodorovich lisait volontiers les descriptions de voyages, les livres de guerre, les ouvrages d’art et d’histoire. La base de sa collection de livres était la bibliothèque de son père, le duc Karl Friedrich Holstein. Mais le grand-duc allait au-delà de la bibliothèque familiale et veillait régulièrement à son réapprovisionnement. La pinacothèque témoignait des vastes intérêts artistiques et de la subtilité du goût de l’hôte d’Oranienbaum.

    Oranienbaum

    Après le coup d’État du palais en 1762, la Pinacothèque perdit sa fonction. Catherine II n’était pas intéressée par la préservation des collections rassemblées par Pierre Féodorovitch, elle signa donc un décret sur leur transfert vers diverses institutions.

    Ainsi au cours du XVIIIe siècle, toutes les collections furent dissoutes. Le bâtiment servit d’entrepôt pour les malades des hôpitaux militaires. À différentes époques, il abrita des appartements, un collège et un lycée. Seules les façades furent conservées jusqu’à nos jours, sans changements significatifs. Après l’achèvement des travaux de restauration, la pinacothèque sera ouverte au public en tant que centre culturel particulier, où il est prévu d’organiser des concerts et des visites guidées.

    La salle des pierres

    Un petit palais, connu dans les documents sous le nom de « Hall de pierre », fut construit sous la supervision du maître maçon, M. L. Hofmann. Le pavillon fut conçu pour accueillir des concerts, des mascarades et des danses pendant les séjours de la famille du grand-duc à Oranienbaum. Le plan de construction était en forme de U, la grande salle avec la scène était installée dans le bâtiment central en pierre. Les jours de fête, la place devant le pavillon était aménagée avec des tables dressées, éclairées par des lanternes colorées. L’allée, qui sortait du parc, était le théâtre de spectacles exquis.

    Oranienbaum

    Au cours des XIXe et XXe siècles, le pavillon fut reconstruit à plusieurs reprises. Les ailes en bois du Nouveau palais furent démantelées au XIXe siècle, et son espace central, la « Salle de pierre », fut conservé comme une structure indépendante. Au milieu du XIXe siècle, une église luthérienne, au nom de Sainte Elena, était organisée dans le bâtiment. À cette époque, l’hôtesse d’Oranienbaum était la grande-duchesse Elena Pavlovna. Elle naquit en Allemagne et fut élevée dans la foi luthérienne. Elle vint en Russie en tant qu’épouse du grand-duc Mikhail Pavlovitch, et accepta le baptême orthodoxe. Dans l’église, le dimanche, se trouvaient des services religieux et l’orgue jouait. Au début du XXe siècle, un clocher fut ajouté à l’église. Le bâtiment resta dans cette apparence jusqu’en 1960, lorsque l’architecte M. M. Plotnikov, lui offrit sa forme actuelle.

    Actuellement, la salle de pierre accueille des concerts. La musique de chambre comme la musique d’opéra y résonnent de manière étonnante. Il accueille également des festivals et des expositions, ainsi qu’un cinéma interactif.

    4.9/5 - (42 votes)

    3 COMMENTAIRES

    1. Très content d’avoir pu me promener au sein de l’Oranger. Le nom m’était connu, mais je n’avais pas la moindre idée où se trouve Oranienbaum. Je pensais quelque part du côté de Berlin !

    2. Alexandre, ce serait super d avoir en debut d article une carte, pour situer Oranienbaun par rapport a St Pet.

      Article super fouille comme d habitude. Tres beau travail

      • Bonjour, merci beaucoup 🙂
        Si vous cliquez sur les adresses dans les articles vous arriverez directement sur Yandex Map qui vous permettra de vous situer rapidement.

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Broderie de Torjok

    Torjok, située à 240 kilomètres au nord de Moscou, est la ville de Russie où s’est développé l'artisanat populaire de la broderie d'or.

    Vous aimeriez lire également