Plus
    District SibérienRépublique de l'AltaïLe lac de Teletskoïe et la vallée de Tchoulychman

    Le lac de Teletskoïe et la vallée de Tchoulychman

    Lorsque vous regardez une carte de l’Altaï, il vous semble y voir une longue tête de dragon bleu qui cracherait le feu devant sa gueule… Eh bien, c’est à cela que ressemble le lac Teletskoïe, celui qu’on appelle parfois le « Baïkal de l’Altaï ».

    Le lac Teletskoïe est devenu un incontournable d’Altaï, bien qu’il devait être, il y a peu encore, contourné, si l’on voulait joindre sa rive nord et sa rive sud. Une bagatelle de 690 km qui selon Yandex prenait 11h27 minutes… Or est venue la possibilité de traverser les 70 km du lac grâce à un Ferry qui, chaque jour d’été, fait un aller-et-retour, le matin d’Artybach à Kyrsaï, et à 14 heures, de Kyrsaï à Artybach. Cela a ouvert évidemment des possibilités formidables, d’autant plus que les six heures de traversée seront un véritable émerveillement…

    Le lac Teletskoïe est à l’origine de la rivière Biïa, qui se joindra à la Katoun, peu après Biïsk, pour constituer le fleuve Ob. Mais le lac est essentiellement alimenté par la rivière Tchoulychman qui, elle, prend sa source dans un lac perché dans l’Est de la République d’Altaï, le lac Djouloukoul, à 2176 m d’altitude. Donc, nous verrons à tour de rôle les trois centres d’intérêts de cette zone orientale de la République d’Altaï, la station d’Artybach, vivant été comme hiver, le lac, ses villages, ses baies et ses cascades, et la vallée de la Tchoulychman qui forme une entité propre jusqu’à l’incroyable col qui la relie au restant du monde…

    Temps de lecture estimé : 13 minutes

    Artybach

    Artybach est une station de montagne qui a commencé son activité dans la période soviétique. Située à 160 km de Gorno-Altaïsk, elle est bien sûr très accessible, tout autant que depuis Barnaoul, à 420 km de bonne route. Cela explique son succès. Elle est très bien pourvue en hôtels confortables, chalets, et « tour baza » nombreuses et pour toutes les bourses. D’ailleurs, ce ne serait pas une mauvaise idée d’y passer la nuit dans un hôtel confortable, avant de se lancer vers le sud où les conditions seront souvent moins avantageuses, avec ces WC à l’extérieur qui ne plaisent pas à tout le monde ! …

    Teletskoïe

    Artybach vit l’été, mais aussi l’hiver. Son climat, tempéré par le lac qui ne gèle pas tous les hivers, permet une pratique du ski moins spartiate, avec une température supportable de moins 10° et de nombreux jours d’ensoleillement. Depuis 2017 a été ouvert un ensemble de pistes, à commencer par 5, qui vont d’année en année se multiplier pour exploiter tous les versants du mont Kokouya, qui se dresse à 1386 mètres d’altitude. La station de ski s’appelle Teletski, un jeu de mots presqu’à la française ! On ne risque pas de l’oublier ! Et la journée de ski commencera par une ascension en télésiège qui vous conduira à un point d’observation à 1050 m d’altitude. Évidemment le télésiège est aussi ouvert l’été, ce qui permet de prendre son envol pour de très agréables randonnées.

    On l’a compris, Artybach est une station familiale qui séduira les familles pour un séjour détente, avec promenades en bateau, randonnées locales, activités de pêche, même si la baignade sera un peu rude, les 10° de l’eau du lac, ici, étant réservés aux initiés…

    Les promenades sur le lac Teletskoïe

    L’origine du nom Teletskoïe a été donnée par les Cosaques qui l’ont découvert. Il y a environ 400 ans, des tribus de l’Altaï, les Teles (Teleouts) en habitaient les rives. Le nom Teletskoïe signifie donc « des Telets ». Heureusement qu’on n’a pas traduit le nom Teletskoïe en « lac des Telets » ! Cependant, il existe un autre nom que pratiquent les Altaïens de souche, dans leur langue turcique, « Altyn-Kol », et qui signifie « lac doré ». Ce nom est associé à une légende. Un paysan avait découvert une énorme pépite d’or. Survint une grave famine. L’homme, affamé, tenta d’échanger sa pépite contre de la nourriture. Hélas, personne n’avait les moyens de lui vendre même un de ces pains locaux qu’on appelle « Lepiochka ». Par dépit, l’homme jeta son trésor dans le lac et s’y jeta à sa suite. On croit encore que le lingot repose au fond du lac… Si l’on sait que sa profondeur va de 174 à 325 mètres – il s’agit d’un des plus profonds lacs de Russie ! – eh bien on comprend que personne ne l’a encore retrouvé ! …

    Le lac Teletskoïe est un long couloir de 70 km de long, d’une largeur variant entre 2,9 à 5,2 km de large. Bordé de montagnes, ses rives sont escarpées et criblées de nombreuses baies, ce qui lui donne une beauté profonde et tourmentée. Il est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et fait aussi partie d’une réserve naturelle régionale, où l’on veille soigneusement à la protection de ses espèces végétales et animales. C’est pourquoi sa partie orientale est interdite autant à la chasse qu’à la randonnée. Il bénéficie d’un microclimat qui a fait certains de ses villages se spécialiser notamment dans la culture des pommiers. Ce climat n’est pourtant pas des plus calmes. Le lac est réputé pour ses coups d’humeur, le temps peut changer brusquement et les orages soulever des vagues de plusieurs mètres ! Mais cette vie tourmentée contribue en même temps à la beauté du lac. Les ciels ne sont jamais monotones, et le mariage du minéral, de l’eau et des météores contribue à sa solennelle beauté.

    Le lac attire bien sûr les pêcheurs qui peuvent y pêcher hors de la période du frai. Il y a 18 espèces de poissons dans le lac. Les plus populaires étant le brochet, la perche, la brème, la lotte et le corégone, une sorte de saumon à chair blanche.

    Les cascades Korbou et Kichte

    Teletskoïe

    Les excursions sur le lac sont une des occupations favorites des touristes. On trouve les services de hors-bords ou de bateaux plus spacieux pour visiter quelques centres d’attraction réputés. Le plus populaire est sans doute la cascade Korbou. Elle se trouve à peu près au-dessus du cou du dragon dessiné par le lac. En hors-bord, il faudra moins d’une heure pour y aller. C’est un endroit extrêmement agréable pour une excursion d’une demi-journée. Depuis la plage, on va accéder à une petite vallée où des échoppes en bois vous proposent toute une gamme de produits artisanaux. L’une d’entre elle est d’ailleurs tenue par une Française, Eva, à qui l’on doit la renaissance de la culture des pommiers à Yaïliou. Yaïliou est un village au centre nord du lac Teletskoïe, ancien siège de la réserve, où se trouve une station météorologique qui prélève un air considéré en Russie comme l’étalon de mesure de la pureté ! Eva vous fera déguster ses glaces et ses jus délicieux. Plus loin, au fond d’une combe, se trouve la cascade, de 12 mètres de haut. Au printemps ou après des pluies abondantes, la cascade est d’une farouche beauté !

    70 cours d’eau se jettent dans le lac, ruisseaux et torrents. Avec sa bordure de montagnes, les cascades sont donc légion autour du lac. Une autre que l’on peut visiter est la cascade Kichte. Sa hauteur est de 12,5 mètres. Elle est située sur la rive orientale du lac Teletskoïe et fait donc partie de la réserve naturelle de la République d’Altaï.

    La baie des roches

    Deux autres sites attirent les touristes sur le lac Teletskoïe. La baie des roches, ou baie Kamenny, est située à trois kilomètres d’Artybash. Il est très difficile d’y aller sans bateau. D’énormes pierres recouvrent la rive et le fond du lac. La baie en elle-même est petite, mais elle est très pittoresque : eau turquoise, énormes rochers découpés et un rivage de végétation et de montagne. L’autre est une curiosité végétale, le pin Poklonnaya (parfois appelé « pin ivre »). Il est symbole du village de Yaïliou. Des écrits du XIXe siècle parlent déjà de lui ! Il s’agit d’un pin que les vents ont totalement couché, les branches trempant dans le lac, et qui a pu survivre en déployant un énorme réseau de racines.

    Teletskoïe

    La vallée de la Tchoulychman

    Le ferry vous déposera au sud du lac aux environs de 13 heures. Vous arriverez donc avec votre voiture près de la base de Kyrsaï. Ici, l’eau du lac a dix degrés de plus qu’au nord ! Il vous sera donc possible de vous baigner dans une eau à 20°. Nous choisissons ce sens de voyage uniquement par souci de présentation. On peut très bien choisir l’itinéraire en sens inverse, où l’on quitterait le village d’Aktach pour la route d’Oulagan vers la vallée de la Tchoulychman et, via le Ferry, vers Artybach. Mis à part les horaires, tout sera identique.

    Champignons de pierre

    Après un repas qui peut être pris dans un café, près de la base de Kyrsaï, on pourra se rendre, à quelques kilomètres, à une des perles de l’Altaï, les « champignons de pierre ». Il faudra payer la traversée de la rivière car les champignons se trouvent sur la rive opposée à la route. Là, vous devrez gravir un sentier qui va s’avérer de plus en plus pentu. On finira à la limite de l’escalade. Réservé donc à ceux qui ont le cœur et les jambes en pleine forme. Mais le spectacle, vu d’en haut, en vaut la peine. Un phénomène géologique a séparé des roches résistantes d’autres plus friables, pour constituer de grandes colonnes, hautes jusqu’à sept mètres, et recouvertes d’un rocher plus large. L’effet est saisissant. Une forêt d’immenses champignons de pierre au long cou ! D’autant que la vallée de la rivière, en bas, est d’une beauté féérique. La lumière est tellement saisissante, les formes si proches de la Fantasy qu’on se demande s’il n’y a pas d’effets spéciaux ! Eh bien non, rien que les caprices d’une nature bien aussi imaginatives qu’un Tolkien ou qu’un Peter Jackson…

    Teletskoïe champignons de pierre

    La vallée de la Tchoulychman est en soi un vrai joyau. Le microclimat qui l’abrite a permis de se développer une végétation tout à fait originale, qui ne ressemble à aucune autre en Altaï. Le lit de la rivière est bordé de falaises, certains évoquent le Grand Canyon américain. Non, nous sommes ici dans un autre monde, où la végétation a une luxuriance propre qui ne mérite aucune comparaison. Cette vallée a été ouverte au public il y a peu. D’ailleurs, on remarquera que les autochtones n’ont pas encore pris l’habitude de voir tant de voyageurs traverser leur pays. C’est un territoire qu’il faut respecter, et lui garder son intimité. La piste n’est pas encore facilement carrossable, mais des travaux ont lieu et elle devrait bientôt gagner un peu de confort. On trouvera dans cette zone si sauvage, récemment offerte au tourisme, quelques campings ou « tours bases », au confort parfois très rudimentaire. N’espérez pas non plus trouver ici une boutique. Même les cafés sont très rares. Il va falloir penser s’approvisionner à Artybach, et, pour ceux qui font l’itinéraire en sens inverse, à Oulagan.

    Les cascades d’Ouchar et de Kourkoure

    Un autre haut lieu de la vallée est la plus grande cascade de Sibérie, Ouchar. En fait, ce n’est pas à proprement parler une cascade, mais plutôt un déversoir. C’est un spectacle étourdissant et qui se mérite ! Compter une randonnée de 7 à 8 heures ! Avec, en plus, des passages difficiles et quelque peu périlleux, qui ne sont d’ailleurs pas praticables en toute saison. Seulement en plein été la traversée de certains ruisseaux sera possible. Mais le spectacle est réellement impressionnant. Sur 160 mètres le torrent dévale à travers des blocs colossaux de pierres. On se sent comme absorbé par le spectacle, par le bruit assourdissant de l’eau, enveloppés par les embruns.

    Teletskoïe

    D’autres cascades peuvent être aussi visitées, comme la cascade de Kourkoure, qui, si elle ne fait que 30 mètres, vaut déjà le coup d’œil, d’autant qu’elle est beaucoup plus facile d’accès, à quelques mètres de la route. Plus loin, près de Tchibit, on trouvera aussi la cascade de Karasou, moins connue, plus secrète, avec une chute de 12 mètres.

    Le col de Tchike-Taman

    Mais le clou de la vallée de Tchoulychman, notre canyon de 130 kilomètres de long, c’est le seul col qui en permet l’accès (un autre est en construction), le col de Tchike-Taman. Ceux qui arriveront de Tchibit et Oulagan seront véritablement saisis par la beauté soudaine de ce panorama visible en haut du col. Ce point de vue permet de voir la percée de ce canyon verdoyant, avec, visible, une cascade, un camp d’ayïl (sortes de yourtes en bois), et de l’autre le tracé en zigzags, comme tracé à l’épée, qui permet à la route de gravir une pente redoutable. Il va de soi que les véhicules se lançant dans l’ascension autant que dans la descente, devront être certains de leur bon fonctionnement. Le col de Katou-Yarik risque bien de vous laisser l’un de vos plus marquants souvenirs. Vieux de 30 ans, le col exprime aussi que cette vallée fut si longtemps isolée du monde, étant auparavant inaccessible. Le touriste s’y est déployé progressivement depuis, mais la vallée garde une authenticité rare qui laissera un souvenir marquant.

    Le col franchit, nous arriverons dans une zone que nous traiterons dans un chapitre à part. Un des grands avantage de cette traversée du lac en Ferry, c’est qu’elle permet d’éviter de revenir sur vos pas lorsque vous aurez traversé la Tchouïsky Trakt, ou route de la Tchouïa. Que vous fassiez la bouche dans un sens ou dans l’autre, elle vous ravira par sa richesse et répondra à toutes vos curiosités, quelque soit votre condition physique et vos intérêts.

    blank

    Réserver un séjour en Altaï

    Teletskoïe en groupe

    Voici un séjour « découverte » de l’Altaï en 8 jours tout compris avec un guide francophone spécialisé. Vous aurez la chance de voir tous les principaux points d’intérêts des montagnes de l’Altaï.

    Aucune difficulté, simplement des petites balades, excursions en bateau et confort en camp (Nuit sous les tentes).

    Transport prévu pour le voyage en véhicule russe tous terrains (GAZ, UAZ, KAMAZ, URAL) adapté à l’itinéraire. J’organise également vos transferts depuis et vers Barnaoul si besoin et vos visas.

    Séjour plus sportif en rafting le long de la Katoun.

    N’hésitez pas ! C’est le moment de découvrir les plus beaux paysages de Russie.

    Anneau d’or de l’Altaï

    à partir de 526€

    Petit groupe jusqu’à 8 personnes
    8 jours
    TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul

    Individuel

    Visite de l’Altaï en 10 jours avec un guide privé francophone qui vous fera découvrir cette région en profondeur.

    • Rencontres avec les communautés
    • Repas dégustation, concerts
    • Soirée avec un chaman

    Aucune difficulté, simplement des petites balades. Nuité confort dans les meilleures chambres de l’Altaï.

    l’Altaï en profondeur

    à partir de 1400€

    Individuel
    10 jours
    Prix par personne TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul
    4.9/5 - (56 votes)

    5 COMMENTAIRES

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Sibérie sauvage

    Des côtes couvertes de glace du Nord jusqu'aux profondeurs de la taïga en passant par les étendues infinies de la toundra, seuls les animaux les plus robustes sont capables de vivre en Sibérie.

    Vous aimeriez lire également