Plus
    CulturePeintureMarc Chagall le maître du surréalisme

    Marc Chagall le maître du surréalisme

    Marc Chagall est un peintre et graveur né le 7 juillet 1887 à Liozna près de Vitebsk en Biélorussie (alors intégrée à l'Empire russe), naturalisé français en 1937 et mort le 28 mars 1985 à Saint-Paul-de-Vence où il est enterré.

    Marc Chagall est un artiste majeur du XXe siècle, presque aussi célèbre que Picasso dont il fut l’ami. Son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Son œuvre, nimbée de sacré, s’inspire de la tradition juive qui a baigné son enfance. Exilé de Russie, Chagall s’installe en France en 1925. Il s’est essayé, outre la peinture sur toile, à la gravure, à la sculpture, à la poésie, à la peinture sur vitrail et sur émail. Ses toiles, hautes en couleur, sont à la fois oniriques et poétiques, en dépit d’une vie marquée par le déracinement et le traumatisme des deux guerres.

    Temps de lecture estimé : 15 minutes

    Biographie de Marc Chagall

    L’odeur de l’enfance

    Marc Chagall voyait le monde différemment. Cela ne fait aucun doute. Lorsqu’il est né dans la petite ville de Vitebsk en Biélorussie, la maison voisine était en feu. Plus tard, dans son autobiographie, simplement intitulée « Ma vie« , il écrit : « C’est peut-être pour cela que je suis toujours aussi nerveux ». En effet, en regardant des photos de lui, on peut remarquer une étincelle d’agitation omniprésente dans ses yeux. À travers ces yeux, il voyait le monde bouillonnant de vie, de couleurs, de tendresse et de bonheur. C’est ce monde qui transparaît dans ses œuvres, toujours inévitablement bucoliques et colorées.

    Enfant, il dessinait ses tableaux sur des sacs suspendus au-dessus de son lit. Ses nombreuses sœurs les volaient secrètement et les utilisaient comme paillassons. Faire des choses en secret était généralement une chose facile dans une famille aussi nombreuse – Marc était l’un des neuf enfants. Se souvenant de son enfance, Chagall a écrit que « ça sentait le hareng fumé ». Le hareng était partout, sur la table du dîner et dans le garde-manger.

    Il remplissait l’épicerie de sa mère et était le principal produit de l’usine dans laquelle travaillait son père. Les parents de Chagall espéraient que leur fils ferait quelque chose d’utile de sa vie. « Deviens comptable ou intendant », disaient-ils, « ou, au moins, photographe ! » Mais le jeune Chagall ne voulait pas de ça. Il passait son temps à dessiner tout ce qu’il voyait et ignorait joyeusement tout ce qui se disait dans l’école synagogale qu’il fréquentait.

    L’étudiant « capable »

    Finalement, en 1906, cédant aux promesses de son fils, la mère de Chagall lui permet de suivre des cours de dessin avec le célèbre artiste local Yehuda Pen. Marc était rempli d’espoirs et de rêves, il s’attendait à ce que le célèbre maître s’incline devant la beauté de ses œuvres. Mais son maximalisme se heurte à un rejet sévère : Pen ne pensait pas que Chagall avait du talent. Il était, au mieux, « capable », disait-il.

    L’artiste en herbe perd rapidement tout intérêt pour l’art classique formel. Il ne comprenait pas pourquoi il devait dessiner les têtes froides en marbre des Grecs anciens alors que tout ce qui l’entourait était tellement plus coloré, tellement plus vivant. Il a vraiment essayé, mais les Grecs anciens qu’il dessinait avaient l’air indubitablement juifs. Deux mois plus tard, Chagall quitte les cours de Pen, malgré l’immense respect qu’il porte à son professeur. Il se sent déçu, mais reste déterminé, toujours déterminé à montrer au monde comment il le voit, ou peut-être comment il devrait être…

    Reportage sur la vie de Chagall et son oeuvre

    La Bella vita

    L’enfance se terminait rapidement, peut-être trop rapidement au goût de Chagall. Il était temps de passer à autre chose, de quitter le foyer parental, de grandir… Mais elle s’est vraiment terminée par une vision. Le nom de la vision était Bella. Elle est apparue devant Marc, littéralement au milieu de la rue, et, malgré des années de séparation, ne l’a jamais quitté depuis. L’artiste a écrit que lorsqu’il l’a vue, tout le reste a disparu. « Elle était seule, toute seule… J’étais entré dans une nouvelle maison et maintenant elle était à moi pour toujours ». Bella était la seule muse de Chagall. Avant même leur mariage, il la peignait nue, à la grande horreur de sa mère religieuse.

    Il la peignait presque constamment : en blanc, en noir, nue, avec un bouquet de fleurs, survolant la ville… C’est elle qui a inspiré des chefs-d’œuvre tels que L’Anniversaire, La Promenade et Bouquet avec les amants volants. Mais tout cela, c’était pour plus tard. Pour l’instant, Chagall était jeune, amoureux et déterminé à conquérir la capitale du pays – Saint-Pétersbourg.

    Le style de ne pas abandonner

    Saint-Pétersbourg n’apprécie guère le futur artiste d’avant-garde de renommée mondiale. Chagall a tenté de s’inscrire dans une académie de dessin technique, dans l’espoir de rencontrer enfin des artistes partageant les mêmes idées et, plus concrètement, d’obtenir un permis de séjour sans lequel les Juifs n’étaient pas autorisés à vivre dans la capitale. Il est encore idéaliste et est vraiment surpris lorsque l’académie, conçue pour la riche aristocratie, rejette un juif issu d’une famille pauvre.

    Ce rejet ne l’a pas beaucoup affecté psychologiquement – bien sûr, il était encore totalement confiant dans la valeur de sa vision. Le côté pratique, en revanche, n’était pas aussi bon. Chagall est contraint de vivre dans des pièces miteuses, dont les toits fuient souvent. Il a même été arrêté brièvement pour ne pas avoir de permis de séjour. Cependant, ne pas abandonner est devenu son style et, finalement, en 1910, il a été accepté dans une école d’art. Et là encore, il s’est senti mal à l’aise. L’éducation artistique classique, axée sur le redécoupage de statues anciennes, exigeait le réalisme. Chagall, en revanche, voulait changer le monde à sa guise : s’il voit un visage vert avec un paysage sur le front, pourquoi ne pas le peindre ?

    Les couleurs de son monde

    Ainsi, à l’âge de vingt ans, Chagall était tout à fait convaincu qu’il ne pourrait jamais tirer quoi que ce soit d’utile d’une école d’art. À quoi bon, si tout le monde peut finalement dessiner un Grec mort en plâtre ? Il a dit que malgré les louanges qu’il entendait, il savait qu’il voulait quelque chose de différent, un peu comme dans la prière qu’il a inventée lorsqu’il était enfant :

    Entends-moi, Dieu, toi qui te caches dans les nuages ou derrière la maison du cordonnier, aide mon âme à remplir son but… Montre-moi mon destin. Je ne veux pas être comme les autres. Je veux voir le monde à ma façon.

    Le souhait a été exaucé. Leon Bakst, un célèbre décorateur de théâtre de l’époque, est le premier à remarquer le talent de Chagall. C’est également lui qui a parrainé Chagall pour qu’il se rende à Paris pour la première fois en 1910.

    À Paris

    Par la suite et tout au long de sa vie, Chagall a parlé de Paris comme de son « second Vitebsk ». Elle n’est jamais devenue sa première. Malgré la longue séparation avec sa lointaine patrie, il l’a gardée partout où il est allé dans son cœur et, par conséquent, dans son art.

    Et vous pouvez le voir très clairement : les petites chèvres, les harengs (tant de harengs dans ses tableaux !), les belles personnes aux cheveux bouclés, les violoneux, les marchands, les amoureux et, à nouveau, les harengs… Tous ces éléments rappellent si clairement les années de son enfance. Certains de ses amis ont dit en riant que, quoi qu’il peigne ou qui qu’il peigne, il en ressort inévitablement une autre version de Chagall.

    Il avait une énergie phénoménale. Pendant les trois années qu’il a passées à Paris, il a réalisé des centaines de tableaux et rencontré des dizaines de personnes. De célèbres poètes d’avant-garde, qui ont rapidement formé le cercle des amis de Chagall, ont inventé de nombreux termes pour désigner son œuvre. Ils l’ont appelé « surnaturel », « coloriste », « surréaliste ». Les surréalistes français et les expressionnistes allemands ne manquèrent jamais de l’accueillir dans leurs clubs. Chagall, cependant, se contente de hocher la tête : il ne s’associe à aucune école particulière.

    Il apprend des autres, s’inspire de leurs œuvres, mais surtout, il veut créer. Sa popularité en Europe grandit – en 1914, sa première exposition individuelle a lieu à Berlin – mais quelque chose le pousse à rentrer chez lui. Était-ce Bella ? Ou bien la série Vitebsk sur laquelle il travaillait ?

    J’ai choisi la peinture, elle m’était aussi nécessaire que la nourriture. Elle me paraissait comme une fenêtre à travers laquelle je m’envolerais vers un autre monde.

    Marc Chagall

    L’amour en temps de guerre

    Quoi qu’il en soit, à la veille de la Première Guerre mondiale, Chagall retourne en Biélorussie. Il travaille inlassablement à ses gravures, quittant à peine sa chambre, mais, finalement, comme s’il était frappé par la foudre, il offre sa main à Bella. Elle rit d’abord : « J’ai passé quatre ans à attendre un artiste ! » Ses parents sont fermement opposés à cette union

    La fille de riches bijoutiers, épousant un pauvre artiste, le fils de quelques marchands de harengs… Que diront les voisins ? Mais ni Marc ni Bella ne s’intéressent à ce que les voisins ont à dire et, en 1915, le couple se marie.

    Après la révolution bolchevique

    Chagall a bien accueilli la révolution de 1917. Il était enthousiasmé par la rapidité avec laquelle les choses changeaient, par le sentiment de libération qu’elle procurait. Il est nommé commissaire aux arts de la province de Vitebsk et met à profit son énergie apparemment inépuisable. Chagall voyait sa ville natale comme une immense toile vide. Il voulait décorer ses maisons de bannières lumineuses et de peintures murales célébrant le début d’une nouvelle ère.

    Il voulait apprendre à ses habitants à aimer l’art. Et c’est ce qu’il fit : le premier anniversaire de la révolution, la ville était remplie de vaches et de chèvres peintes, à la grande surprise des responsables du parti communiste. Déçu par son poste à Vitebsk, Chagall déménage avec sa femme et sa fille de quatre ans à Moscou pour s’occuper de la décoration du Théâtre de chambre juif.

    Enfin célèbre

    Pendant toute l’année suivante, il enseigne le dessin dans une école internationale pour orphelins de guerre. Mais il se lasse du régime communiste toujours plus strict et du mode de vie toujours plus pauvre. En outre, Paris l’appelle. Il se rend donc à Paris.

    Ce qui suit est une avalanche de gloire. Ses tableaux sont exposés dans le monde entier, notamment dans les plus grandes galeries de Paris, Berlin, Cologne, Dresde, New York, Budapest, Amsterdam, Bâle, Prague et Londres. Sa femme et sa fille n’avaient plus à se battre pour joindre les deux bouts, essayant désespérément de trouver du pain et de coudre leurs bas.

    Interview de Marc Chagall à Saint-Paul de Vence en 1967

    La célébrité, apparemment, n’a pas affecté Chagall : il ne pouvait pas rester immobile, tant sur le plan géographique que dans son travail. Il a dit une phrase célèbre : « Je travaille dans le médium qui me plaît le plus à ce moment-là ». C’était un homme populaire : il a travaillé sur des illustrations, des costumes et des décorations de théâtre, des gravures, des essais critiques et des poèmes. Il a visité l’Italie, le sud de la France, l’Allemagne, l’Angleterre, avant de s’installer à New York en 1941 pour échapper à la menace du nazisme.

    Paralysé par la perte

    En 1944 survient le plus grand choc de la vie de l’artiste. Sa bien-aimée Bella, sa seule inspiration, meurt. Puis, la nouvelle suit : son Vitebsk bien-aimé est occupé par les troupes nazies.

    Le 15 février 1944, un hebdomadaire new-yorkais publie la lettre de Marc Chagall « À ma ville de Vitebsk ».

    Ma chère Vitebsk, il y a longtemps que je ne t’ai pas vue et entendue, que je n’ai pas parlé à tes ciels et reposé mes bras sur tes clôtures. Toutes ces années, comme un vagabond attristé, je n’ai pu que peindre ton souffle sur mes tableaux. C’est ainsi que je t’ai parlé, en te voyant dans mes rêves. Ma chère ville, avec toute ta douleur, tu ne m’as jamais demandé pourquoi je t’avais quittée et ce que je cherchais à la place. Nous étions séparés, mais chacune de mes photos incarnait ton esprit et ton visage.

    Je suis heureux et fier de voir avec quelle fermeté tu t’es dressé contre le pire ennemi de l’humanité, je suis fier de ton peuple, de sa créativité et de la vie que tu as construite. Le mieux que je puisse me souhaiter est de t’entendre dire que je t’ai toujours été fidèle, sinon je ne serais jamais devenu un artiste !

    Pendant plus d’un an, Chagall n’a pas trouvé l’inspiration. Il commençait sans réfléchir à peindre le tableau inachevé dans le coin de son atelier.

    Le monde pour la toile

    En 1947, Marc Chagall rentre en France pour y rester jusqu’à la fin de ses 98 ans, à la villa La Colline, dans les environs de Saint-Paul de Vence, sur la côte azuréenne de la Méditerranée. À 65 ans, il épouse Valentina Brodsky, qu’il appelle tendrement « Vava ». Elle n’était pas de taille pour Bella, bien sûr, et n’apparaissait que dans une seule de ses peintures : simple, étrangement réaliste, ne survolant pas une ville mais assise.

    Après que Chagall eut quitté l’URSS en 1922, on le qualifia de Français, mais Chagall aimait tellement sa Vitebsk qu’il représentait sa ville natale dans presque tous ses tableaux, voire dans toute autre œuvre. Chagall était doué pour toutes les activités artistiques : il peignait, dessinait, sculptait, incrustait. Il a réalisé des illustrations pour la Bible et des vitraux pour des temples chrétiens en Suisse, en Grande-Bretagne et en Allemagne.

    Il a conçu la façade du bâtiment de l’ONU à New York, il a créé une nouvelle décoration intérieure pour l’Opéra de Paris, il a travaillé sur les peintures murales du Metropolitan Opera de New York. Travaillant sur le projet d’illustration de la Bible qu’il a mené toute sa vie, il a visité des édifices religieux dans le monde entier, peignant des peintures murales et concevant des vitraux. Le monde entier était sa toile. Il l’a rempli de couleurs.

    Où voir les œuvres de Marc Chagall ?

    Les oeuvres de Chagall sont maintenant un peu partout sur la planete. Néanmoins, on en trouve beaucoup en Europe et aux Etats-Unis.

    En France, vous pourrez en voir à Pairs, au Centre Pompidou mais aussi au musée Chagall de Nice et bien sur à Saint-Paul de Vence.

    En Russie, elles sont principalement regroupée à la Galerie Tretyakov.

    Pour aller plus loin dans le monde de Chagall

    Les fables de La Fontaine illustrées par Chagall

    Une de mes plus tenaces ambitions d’éditeur avait été de publier les Fables de La Fontaine dignement illustrées. C’est au peintre russe Marc Chagall que je demandai l’illustration du livre. On ne comprit pas ce choix d’un peintre russe pour interpréter le plus français de nos poètes. Or c’est précisément en raison des sources orientales du fabuliste, que j’avais songé à un artiste à qui ses origines et sa culture rendaient familier ce prestigieux Orient. Mes espérances ne furent pas déçues  : Chagall fit une centaine de gouaches éblouissantes.

    Ambroise Vollard

    Ainsi se souvient Ambroise Vollard, le célèbre marchand d’art qui, en 1925, confie à Marc Chagall ce projet. L’artiste réalise une centaine de gouaches en couleurs pour préparer le travail de gravure en noir et blanc, s’inspirant de sa culture russe et de la richesse des paysages français. Bien plus qu’un projet éditorial, cette commande est pour Marc Chagall un passeport vers la France, qui l’inscrit et l’enracine dans les pas des artistes et des écrivains français. Pendant la création des gouaches, sa femme Bella lui lit à haute voix les Fables, parlant à son imaginaire et à son inspiration. Le décès d’Ambroise Vollard en 1937 interrompt la publication de l’ouvrage, qui ne paraîtra qu’en 1952, à l’initiative de Tériade.

    Ce coffret célèbre ce dialogue entre deux artistes exceptionnels, La Fontaine, d’une part, aujourd’hui le plus connu des poètes français du XVIIe siècle, styliste éblouissant et moraliste de la nature humaine  ; et Marc Chagall, d’autre part, qui livre sa vision onirique et personnelle des Fables, nourrie par les paysages enneigés de Vitebsk et par un animisme hérité des traditions hassidiques d’Europe de l’Est, ponctuée des couleurs et des atmosphères de la Bretagne, de l’Auvergne et du midi de la France.

    Réalisé en collaboration avec le Comité Marc Chagall, ce coffret rend hommage à cette rencontre artistique originale, à travers une soixantaine de gouaches magnifiques, accompagnées pour la première fois de leurs gravures. Il est complété d’un livret explicatif qui relate la genèse et le sens de ce dialogue entre les deux artistes.

    La base de donnée du Centre Pompidou

    Le Centre Pompidou dispose d’une gigantesque base de données dans laquelle on retrouve des milliers d’œuvres extrêmement bien documentées. Vous y trouverez 641 œuvres de Marc Chagall.

    227 tableaux de Marc Chagall

    5/5 - (7 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Fiodor Dostoïevski

    Dostoëvski est considéré comme l'un des plus grands romanciers russes. Il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

    Vous aimeriez lire également