More

    Votre guide de confiance au meilleur prix

    Culture Musique Kino THE groupe de rock soviétique

    Kino THE groupe de rock soviétique

    Le rock soviétique à son apogée

    Kino (en russe: Кино) était le groupe de rock soviétique le plus populaire des années 1980. Victor Tsoï reste invariablement le leader et l’auteur de presque tous les textes et de toutes les musiques. Après sa mort, le groupe, qui a produit plus de cent chansons sur une période de neuf ans sans compter ses lives et ses compilations, a cessé d’exister.

    Sur le plan stylistique, le groupe a abandonné de nombreux éléments traditionnels du rock russe, des effets programmables au moyen de boîtes à rythmes ont été utilisé au lieu d’une batterie traditionnelle, ce qui donne parfois une touche pop ou disco. Le groupe aborde des thèmes quotidien de l’adolescence, l’amour ou encore des sentiments dramatique ce qui à d’ailleurs valu aux membres du groupe le titre de « nouveaux romantiques ».

    La popularité de Kino n’a cessé de croître au fil des années tout en recevant de vives critiques de la part de la presse officielle et underground. Au début des années 90, leurs disques furent distribués à des millions d’exemplaires et leurs concerts remplissaient des stades entiers. Le groupe a engendré le phénomène de «kinomanie», qui s’est intensifié après la mort tragique de Viktor Tsoi, cette mode est toujours d’actualité, ainsi des « pèlerins » se déplacent jusqu’à l’ancien lieu de travail du musicien.

    Sommaire
    1. L'histoire du groupe Kino
    2. Les clips les plus connus

    L’histoire du groupe Kino

    L’émergence

    Kino a été formé par deux groupes de Saint-Petersbourg « Chamber № 6 » et « Pilgrim », le premier à la basse jouait Victor Tsoï (Виктор Цой), le second était composé du guitariste Alexei Rybin et du batteur Oleg Valinsky. En outre, Tsoï s’est produite plusieurs fois aux concerts des « Automatic Satisfiers », et Rybin a répété avec « Abzatz » pendant un certain temps. Durant l’été 1981, trois amis « sauvages » sont allés se reposer en Crimée, où ils ont pris la décision de créer un groupe commun appelé « Garin et les hyperboloïdes » (par analogie avec le roman fantastique d’Alexei Tolstoï « Garin, ingénieur hyperboloïde »). De retour à Leningrad, Valinsky fut appelé à l’armée et dû quitté le collectif. À l’automne 1981, les musiciens sont entrés dans le club de rock de Leningrad et ont fait la connaissance du représentant influent de l’underground rock Boris Grebenshikov qui a tellement aimé la créativité du jeune groupe qu’il leur a proposé de travailler ensemble en studio. Au début de 1982, le nom du groupe a été changé en Kino qui signifie Cinéma en russe.

    Le sens de ce nom est simple. Il est bref, vaste, et aussi « synthétique », c’est-à-dire artificiel. Lorsque le nom a été inventé, les principales conditions étaient la présence de deux syllabes au maximum, la prévalence et la facilité de prononciation. Ces conditions sont apparues parce que le prénom « Garin et les hyperboloïdes » était trop long. Le mot « cinéma », en plus de sa brièveté, a plu à Victor Tsoi par son artificialité, à l’image de la chanson « Concombres d’aluminium » (Алюминиевые огурцы), écrite en 1981 sous l’impression de travaux agricoles, que le musicien avait reçue pendant ses études à l’école.

    Get it on Google Play

    Le premier album a été enregistré à la Maison des Pionniers du district de Krasnogvardeyskiy, plus tard le studio « Antrop ». Comme le groupe Kino ne comptait alors que deux personnes, Grebenshikov demanda de l’aide à ses collègues du groupe « Aquarium » : Vsevolod Gakkel (violoncelle), Andrei Romanov (flûte) et Mikhail Feinstein-Vasilyev (guitare basse). En raison de l’absence d’un batteur, il a été décidé d’utiliser une boîte à rythmes soviétique « Electronics ». L’album qui en résulte contient 13 chansons, et est nommé d’après la durée totale prévue en minutes – « 45 ». L’album est passé presque inaperçu, mais a contribué à la popularité du groupe, y compris en dehors de Leningrad.

    Rybin quitte le groupe

    Fin 1982, dans le studio du théâtre Maly Drama, les musiciens ont tenté d’enregistrer le deuxième album avec la participation du batteur Valery Kirillov (futur membre de « Zoopark ») et du directeur du son Andrey Kuskov. Pendant le processus, Viktor Tsoï n’était pas satisfait du son des instruments de percussion et il décida d’arrêter l’enregistrement. Plus tard, des fragments de cette cassette ont été inclus dans l’édition intitulée « Chansons inconnues de Victor Tsoi » et sont sortis sur CD en 1992. En hiver 1983, le groupe a donné plusieurs concerts à Leningrad et à Moscou, et lors de certaines représentations de Kino, il était accompagné du batteur de « Aquarium » Peter Troschenkov. Rybin a commencé à faire venir aux répétitions le bassiste Maxim Kolosov et plus tard le guitariste Yuri Kasparyan. Selon Grebenshikov, Kasparyan ne jouait pas très bien de la guitare, mais il a progressé rapidement et est finalement devenu le deuxième participant le plus important du groupe. Le premier public était perplexe, Kino avait besoin d’une amélioration considérable.

    Les tâches entre Tsoï et Rybin étaient clairement réparties : le premier était responsable de la composante créative – écriture de textes et musique, le second effectuait tous les travaux administratifs, organisait les concerts, les répétitions et les séances d’enregistrement. En mars 1983, un grave conflit a éclaté entre eux, résultat de nombreux désaccords. Tsoï, en particulier, était agacé par le fait que Rybin, de son côté, interprétait ses chansons et n’écrivait pas les siennes, alors que Rybin n’aimait pas le leadership inconditionnel de Tsoï dans la prise de toutes les décisions. Finalement, ils ont simplement cessé de s’appeler et ne se sont jamais revus depuis. Après l’éclatement du groupe, Tsoï, faute de line-up, a cessé son activité musicale pendant un certain temps.

    Le seul document audio de cette période est un bootleg appelé « 46 » – des versions démo des nouvelles chansons de Tsoï, enregistrées dans le studio du port d’attache d’Alexei Cherry, un jeune ingénieur du son.

    Retour sur scène

    Début 1984, Tsoï et Kasparyan commencèrent à enregistrer le véritable deuxième album ; le rôle du producteur a été repris par Grebenshikov, qui a invité nombre de ses amis à enregistrer : Alexandre Titov (guitare basse), Sergey Kuryokhin (clavier), Peter Troschenkov (batterie), Vsevolod Gakkel (violoncelle), Igor Butman (saxophone) et Andreï Radtchenko (batterie). L’enregistrement a été réalisé au studio d’Andrey Tropillo et a été publié sous le titre « Le chef du Kamchatka » (Начальник Камчатки). Parmi d’autres musiciens, Georgy « Gustav » Guryanov est représenté sur la couverture, bien qu’il n’ait rejoint qu’à la toute fin du processus de travail et n’ait participé qu’à une seule chanson. Le style qui définit l’album est le minimalisme, qui se manifeste à la fois dans le laconisme des arrangements et dans l’équipement technique, lorsque, par exemple, le son de la guitare de Kasparyan est traité non pas par une surmultiplication, mais à l’aide d’un magnétophone soviétique « Note », qui à l’époque servait d’effet fuzz.

    Les musiciens se sont produits au IIe festival du Rock Club de Leningrad, où ils ont fait sensation avec le prix de la meilleure chanson. Depuis lors, le groupe acquis une certaine notoriété et a commencé à tourner régulièrement dans d’autres villes de l’Union soviétique.

    Au début de 1985, le collectif a tenté d’enregistrer un autre album, mais Tsoi n’a pas apprécié l’interférence excessive de Tropillo, qui a constamment tenté d’influencer la créativité, de sorte que ce projet est resté inachevé.

    Alexander Titov, tout en participant aux activités du groupe, était membre d’Aquarium, et chaque jour il lui était de plus en plus difficile de combiner son travail en deux groupes, c’est pourquoi en novembre 1985 il décida de quitter Kino en faveur de l’ensemble de Boris Grebenshikov. A sa place ont pris le guitariste de jazz Igor Tikhomirov (ex « Jungle »). Le groupe final était formé.

    En janvier 1986, Andrei Tropillo sort un enregistrement qu’il avait réalisé dans son studio quelques mois auparavant. L’album intitulé « Nuit » (Ночь) est devenu la première sortie officielle de Kino, publié par la société moscovite « Melody ». Deux millions de copies du vinyle ont été vendues ce qui a rendu le groupe célèbre bien au-delà de la communauté rock. Néanmoins, les musiciens eux-mêmes ont eu une perception extrêmement négative de la sortie de cet album, dont les ventes ne leur ont pas rapporté un centime. L’album « Red Wave » avec le groupe Aquarium sorti clandestinement d’URSS et distribué en Californie à 10 000 exemplaires, fut la première sortie de musique rock soviétique à l’Ouest.

    De 1986 à 1988, Victor Tsoï participe activement au tournage de films comme « Asset » (Ассе) de Sergei Solovyov et « Eagle » de Rashid Nugmanov. Il disparaissait constamment, partant longtemps au Kazakhstan. Yuri Kasparyan, désœuvré, répét avec Maxim Pashkov, et enregistre un album avec le groupe « Petlya Nesterov ». Tsoï, étant « dans les steppes », a continué à composer des chansons et en 1987 Kino enregistra l’album « Blood Group » (Группа крови), qui est considéré par la plupart des critiques comme l’œuvre la plus complète et la plus mature de Kino. Kasparyan était marié à l’Américaine Joanna Stingray, qui lui apportait du matériel de qualité de l’étranger – en particulier, ils possédaient une machine « Yamaha RX-11 », qui permettait de monter facilement non seulement le motif rythmique, mais aussi le timbre et le volume.

    Le groupe est apparu à la télévision d’état avec un concert dans le programme « Musical Ring », et en 1988, le film « Assa » est sorti sur les écrans des cinémas. Dans les dernières scènes, le groupe « s’adressant à un large public, interprète la chanson « Changement ! » (Перемен) Ce dernier épisode a eu un effet proche du choc culturel qui a couvert tout le pays. Le sentiment de paix du héros romantique des chansons de Tsoï s’est avéré très similaire à l’humeur des jeunes auditeurs de la génération des années 1980…

    Le pic de popularité

    Ayant gagné en popularité, le groupe a commencé à recevoir des invitations de différentes républiques socialistes et même de certains pays étrangers. Dans le cadre du mouvement « Next Stop », un concert de charité a été organisé au Danemark, dont les recettes sont allées aux victimes du tremblement de terre en Arménie, un concert a été donné au plus grand festival de rock français au Bourget, ainsi qu’au festival soviéto-italien « Back in the USSR » à Melpignano. En 1989, les musiciens se sont rendus à New York, où a eu lieu la première du film « Needle ». Après cela, le groupe s’est rendu à Paris pour enregistrer l’album « Last Hero » (Последний герой), qui est en faite une collection de vieilles chansons, réenregistrées en bonne qualité. L’enregistrement et la sortie de l’album ont été financés par le diplomate français Joel Bastener, un connaisseur de la culture russe, largement connu dans le cercle étroit de la bohème moscovite.

    Le 16 novembre, lors du concert commémoratif d’Alexandre Bachlachev au Palais des sports « Loujniki », le public, après que les musiciens aient été mis en sourdine, a osé s’asseoir dans le parterre et n’a pas voulu se disperser. Le 20 novembre, même réaction du public à un concert à la mémoire de Bachlachev. En conséquence, le groupe a interdiction de jouer à Moscou.

    En 1989, l’album « Une étoile appelée soleil » (Звезда по имени Солнце) sort avec les premiers clips vidéos.

    Le 24 juin 1990, les musiciens ont joué un set de 45 minutes à « Luzhniki » en conclusion de la fête annuelle du journal « Moskovsky Komsomolets ». Ce fut la dernière apparition de Victor Tsoi sur scène

    Le 15 Août 1990 Viktor Tsoï trouve la mort dans un accident de voiture près de Riga où il était en vacance. Le choc est tel que des fans se suicident. Pendant des mois, les fans dormaient dans des tentes à côté de sa tombe. L’album posthume est terminé par le groupe et sort avec un couverture noir (Чёрного альбома).

    Les clips les plus connus

    Кукушка

    Concert au stade olympique en 1990

    Пачка Сигарет

    Sortie en 1988

    Группа крови

    Sorti en 1988

    Кончится Лето

    Sorti en 1988

    Leto / Лето

    Été (Leto en russe) est un biopic sur la vie de l’icone du rock russe, Viktor Tsoï. Sur la musique de Kino, ce film vous emporte des le début dans les années 1980 et vous expose la niaque de jeunes artistes pour sortir d’un système oppressant avec leur musique rock & roll.

    blank
    Alexandrehttps://alexandrederussie.com/
    Premier portail francophone de Russie créé en 2013 par Sébastien et François, deux amoureux de la Russie après d’innombrables soirées dans leur auberge espagnole de la Place Pouchkine.

    Vous avez aimé cet article ?

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles et de nos bons plans.

    LAISSER UNE REPONSE

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    À LIRE

    Offres d’emploi en Russie pour francophones

    Toutes les offres d’emploi qu’Alexandre de Russie a reçu et trouvé sur les différentes plateformes. Elles sont toutes destinées à des francophones.

    Permis de séjour permanent (VNJ)

    Le permis de séjour permanent VNJ vous permet de rester d'une manière indéfinie en Russie mais pour cela il faut remplir les conditions d'obtention et surtout en faire la demande. Alexandre de Russie vous aide dans ses démarches administratives.

    Les fontaines de Peterhof

    Tous les jours à 11 heures du matin, 12 personnes mettent en marche les 176 fontaines de Peterhof afin que la magie puisse opérée.

    Îles Solovki et son Monastère Solovetski

    Les îles Solovki en Carélie constituent un archipel unique, patrimoine mondial de l’UNESCO, nature immaculée et tristement célèbre pour son goulag.

    Nos derniers articles

    Cours de russe intensif avec Ania

    Ania vous propose des cours de russe intensif à travers sa méthode en "mixed-learning". Vidéo, podcast, visuel, exercice et corrigé.

    Le parc de Kolomenskoye

    Kolomenskoye est un immense domaine avec un parc, un palais, des musées et des édifices classés par l'UNESCO. Une visite s'impose!

    Dates des jours fériés et vacances scolaires en Russie

    La Russie compte 9 périodes officielles de jours fériés accordées aux travailleurs chaque années. Nous vous précisons ici les dates de ces vacances.

    VDNH – Parc et complexe d’exposition

    Le VDNH est le plus grand complexe d'exposition, de musée et de loisirs au monde et l'un des espaces publics les plus populaires de la capitale russe avec chaque année plus de 25 millions de visiteurs.

    Articles similaires