Plus
    Saint PétersbourgDivertissementsMusée-appartement Dostoevsky

    Musée-appartement Dostoevsky

    Dostoevsky a vécu dans 7 lieux emblématiques à travers l’empire russe. Chaque endroit a organisé un musée autour de la maison ou du domaine où l’écrivain a résidé. Dans cet article, je vous présente ces lieux qui retracent la vie du célèbre auteur russe.

    Musée littéraire et commémoratif Dostoevsky à Saint-Pétersbourg

    Saint-Pétersbourg du vivant de l’écrivain

    Le nom de Dostoevsky est inextricablement lié à Saint-Pétersbourg. C’est la ville où il a vécu la majeure partie de sa vie, où il s’est développé en tant qu’écrivain et où ses personnages de fiction ont existé. Avec eux, il se promenait dans des rues fantastiquement réelles, sur des quais mystérieux et sur des places sans fin. Saint-Pétersbourg est devenue un personnage de ses romans : aucune autre ville à la surface de la terre n’a acquis une apparence aussi dostoïevskienne que cette ville « intentionnelle » et « folle » du monde. C’est là que Dostoevsky a créé des romans tels que Les Pauvres Gens, L’Insulté et le Blessé, Crime et Châtiment, L’Idiot et L’Adolescent, dans lesquels la ville elle-même est devenue le véritable héros de l’œuvre.

    Sa première rencontre avec Saint-Pétersbourg a lieu en mai 1837, au tout début des « nuits blanches », la période de l’année la plus poétique de la ville. Saint-Pétersbourg se présente au futur écrivain comme une ville magnifique et romantique : « Il y a quelque chose d’inexplicablement touchant dans la nature autour de la ville, quand, à l’approche du printemps, elle déploie toutes ses forces, tous les pouvoirs que lui a conférés le Ciel, quand elle éclate en feuilles, se pare de fleurs ». Cependant, sa perception joyeuse de la ville est assombrie par la nécessité d’étudier à l’Académie du génie militaire. Là, ses rêves et la réalité commencent à diverger. Le jeune romantique commence à étudier dans une académie située dans le bâtiment le plus mystérieux de Saint-Pétersbourg, le château Mikhailovsky. Cette ville l’entoure de ses secrets. La ville de rêve devient une ville fantôme, où tout est irréel et artificiel. Pour le jeune Dostoevsky, Pétersbourg ressemble à un théâtre de marionnettes : « Dissimulé derrière toute cette foule fantastique, quelqu’un me faisait des grimaces et tirait les ficelles : les fils et les marionnettes bougeaient tandis qu’il riait et riait ».

    Le père de Dostoevsky avait choisi pour son fils la profession sensée d’ingénieur militaire. Cependant, après avoir obtenu son diplôme, le fils n’a même pas servi une demi-année au bureau d’études. Plutôt qu’un poste stable et un salaire régulier, il a préféré une vie désordonnée, une dépendance constante à l’égard de ses éditeurs, un travail sans fin et les doutes angoissants de l’écrivain : « Je me suis retiré parce que je me suis retiré, c’est-à-dire que je vous jure que je ne pouvais plus servir. On déteste la vie quand on vous enlève le meilleur moment pour rien, je travaillerai comme un diable ». Plus tard, il a souvent comparé son travail à la prison. En 1880, il écrit :  » J’ai été aux travaux forcés en Sibérie pendant quatre ans, mais le travail et la vie y étaient plus supportables que ma vie actuelle « . Dostoevsky écrivait constamment, sans s’arrêter pour se reposer : « Je suis convaincu qu’aucun de nos écrivains, passés ou vivants, n’a écrit dans les conditions dans lesquelles j’écris constamment ».

    Lorsqu’il démissionne du service, ce nouvel écrivain, doit se faire connaître, ce qu’il fait avec vigueur et talent ; en 1846 paraît son premier roman, Les Pauvres gens, qui lui apporte un brillant succès. Tout Pétersbourg commence à parler de Dostoevsky. Il devient célèbre, continue à écrire et publie plusieurs autres ouvrages : Le Double, La Propriétaire, Netochka Nezvanova et Les Nuits blanches.

    Mais dans la nuit du 22 au 23 avril 1849, Dostoevsky est arrêté pour sa participation au cercle « révolutionnaire » Petrashevsky. Après le procès, lui et les autres membres du cercle sont exilés en Sibérie. L’écrivain est arraché au processus littéraire pendant dix ans. De retour à Saint-Pétersbourg à la fin de 1859, Dostoevsky est obligé de tout recommencer.

    Louant des appartements dans des quartiers bon marché de la ville, il déménage fréquemment et ne reste jamais plus de trois ans à la même adresse. Les amis qui lui rendent visite dans les différents appartements remarquent l’ascétisme de leur décor, la simplicité et la sobriété des intérieurs. La pièce principale de l’appartement de Dostoevsky était toujours son bureau. Un bureau, souvent placé au milieu de la pièce, y occupait toujours la place principale : « Le bureau de Fiodor Mikhaïlovitch était une grande pièce avec deux fenêtres. Au fond de la pièce, se trouvait un canapé moelleux recouvert d’une étoffe brune, assez usée ; devant lui se trouvait une table ronde avec une serviette en tissu rouge. Sur la table, il y avait une lampe et deux ou trois albums ; tout autour se trouvaient des chaises et des fauteuils moelleux. Les fenêtres étaient ornées de deux grands vases chinois d’une belle forme. Le long du mur se trouvait un grand canapé en maroquin vert, et près de lui une petite table avec une carafe d’eau. Du côté opposé, sur toute la longueur de la pièce, un bureau avait été tiré ». C’est ainsi qu’Anna Dostoïevskaïa, deuxième épouse de l’écrivain, a décrit le bureau de l’appartement.

    V. Soloviev a évoqué un autre bureau de l’écrivain (au 11, deuxième compagnie du régiment Izmailovsky) : « Tout droit, près de la fenêtre, se tenait une vieille table simple qui contenait deux bougies allumées, plusieurs journaux et livres, un vieil encrier bon marché, une petite boîte en fer-blanc avec du tabac et du papier à rouler. À côté de la table, se trouvait une petite armoire, sur l’autre mur, un divan bon marché tapissé d’une pauvre étoffe rougeâtre ; ce divan servait aussi de lit à Fiodor MIkhailovitch. Puis il y avait quelques chaises dures, une autre table, et rien d’autre ».

    musée dostoevsky

    Le bureau de l’appartement de Dostoïevski sur l’avenue des Grecques est reproduit dans les mémoires de M. Aleksandrov :  » Le bureau de Fiodor Mikhaïlovitch était unique par son extrême simplicité. Il n’y avait pas la moindre trace de la banale disposition moderne des bureaux, dont l’aspect ne permet généralement pas de connaître la profession de la personne qui l’utilise. Le bureau de Fiodor Mikhaïlovitch, à l’époque où je le décris (1876), était tout simplement sa chambre, son atelier, sa cellule. Il passait la plupart de son temps chez lui dans cette pièce, recevait brièvement ses connaissances, travaillait et dormait dans cette pièce. La superficie de la pièce était d’environ 6,5 mètres carrés. On y trouvait : un petit canapé turc garni de toile cirée, qui servait également de lit à Fiodor Mikhaïlovitch ; deux tables simples, du genre de celles que l’on peut voir dans les bureaux gouvernementaux, dont la plus petite était entièrement recouverte de livres, de revues et de journaux disposés en ordre sur toute la table ; sur l’autre, plus grande, se trouvaient un encrier avec une plume, un cahier assez épais avec du papier à lettres par quartiers, dans lequel Fiodor Mikhaïlovitch notait des pensées et des faits individuels pour ses futurs écrits, un paquet de papier à lettres de petit format, une boîte à tabac et une autre avec du papier à rouler et du coton – il n’y avait rien d’autre sur cette table ; tout ce qui était nécessaire pour écrire se trouvait à l’intérieur de la table, c’est-à-dire dans un petit tiroir bas placé, selon la vieille tradition, sous la dalle supérieure de la table. Sur le mur, au-dessus de cette table, se trouvait un fauteuil, vieux, comme tout le reste du mobilier, sans assise molle. Dans un coin, se trouvait une petite bibliothèque. Des abat-jour simples et lisses étaient suspendus aux fenêtres ».

    Le dernier bureau de l’écrivain dans son appartement de la ruelle Kouznechny, tout en conservant la simplicité et la modestie des précédents, est cependant plus spacieux et plus confortable. La situation financière des Dostoevsky était devenue plus stable, la popularité de Dostoïevski s’était accrue et, au cours de la journée, il recevait une grande variété d’invités. Avec certains, il passe du temps dans le salon, tandis que des amis proches viennent dans son bureau. Sa famille se souvient qu’il n’aimait pas que l’on dérange les choses dans son bureau – que l’on déplace des manuscrits ou des livres, ou que l’on déplace une chaise de l’endroit où il l’avait laissée. C’était son atelier de création, et personne ne devait en perturber l’atmosphère particulière. « Sur son bureau, – écrit Liuba, la fille de Dostoevsky, – le plus grand ordre régnait. Journaux, paquets de cigarettes, lettres qu’il recevait, livres qu’il consultait, – tout devait être à sa place. Le moindre désordre irritait mon père ».

    À l’intérieur du musée de Saint-Pétersbourg

    Le 12 novembre 1971, le Musée littéraire dédié F.M.Dostoïevski ouvre ses portes dans la maison du 5/2 de la ruelle Kouznechny. Dostoevsky avait loué un appartement dans ce bâtiment à deux reprises, une première fois pour une très courte période en 1846, puis d’octobre 1878 jusqu’à sa mort, le 28 janvier 1881. Le début et la fin de sa carrière d’écrivain se sont trouvés réunis en un seul endroit. C’est ici qu’il avait travaillé à son premier récit, Le Double, et c’est ici qu’il a écrit son dernier roman, Les Frères Karamazov. L’appartement des Dostoevsky a été recréé en grande partie à partir des mémoires de sa femme Anna :

    « Notre appartement du deuxième étage se composait de six pièces, d’un énorme débarras pour les livres, d’un hall d’entrée et d’une cuisine. Sept fenêtres donnaient sur la rue Kuznechny, et le bureau de mon mari se trouvait à l’endroit où se trouve aujourd’hui une plaque de marbre ».

    Le bureau de l’écrivain a été reconstitué à partir d’une photographie prise par le photographe V. Taube après la mort de Dostoevsky. Plusieurs objets personnels y sont exposés : sur le bureau, on trouve une plume, une boîte à pharmacie, un portefeuille et un porte-lettres et papiers ; sur le mur, dans le coin droit, est accrochée une icône encadrée d’argent intitulée  » Mère divine, joie de tous les douloureux « .

    blank

    Depuis les fenêtres du bureau, on peut voir les coupoles de l’église Vladimir, où Dostoïevski a assisté aux offices dans les dernières années de sa vie. Les anciennes bibliothèques contiennent des livres que Dostoevsky avait dans sa bibliothèque personnelle. Le musée recueille ces livres sur la base de listes établies par la seconde épouse de l’écrivain, Anna Grigorievna. Au fond de la pièce, se trouve un canapé, au-dessus duquel est accrochée une photographie de la Madone Sixtine de Raphaël, le tableau préféré de Dostoevsky. Sur la petite table près des fenêtres se trouve une horloge qui a été arrêtée le jour et l’heure de la mort de Dostoïevski : Le 28 janvier 1881, à 20 h 36. Deux pièces attenantes à l’appartement de abritent une exposition littéraire consacrée à la vie et à l’œuvre de l’écrivain.

    Saint-Pétersbourg est aussi le lieu de la dernière demeure de l’écrivain. Il est enterré dans le cimetière de Tikhvinskoe, au monastère Alexandre Nevsky.

    Musée-appartement Dostoevsky à Moscou

    Les années pendant lesquelles Dostoïevski a vécu à Moscou :

    dostoevsky
    • 1821 : entre le 30 octobre 1821 et la mi-mai 1837
    • 1859 : entre le 4 et le 9 novembre
    • 1860 : du 23 au 31 avril
    • 1861 : du 19 au 30 juin
    • 1862 : à la fin du mois d’août pendant quelques jours
    • 1863 : De la fin mai au 2 juin
    • 1863 : entre le 11 et le 25 novembre / fin décembre 1863 à 26 avril 1864
    • 1866 : du 21 au 27 mars / du 12 ou 13 juin au 3 septembre / du 12 décembre au 9 janvier 1867
    • 1867 : entre le 30 mars et le 8 avril
    • 1871 : du 29 juillet au 1er août environ
    • 1871 : du 29 décembre à la première semaine de janvier 1872
    • 1872 : du 6 au 13 octobre
    • 1873 : 3 avril à 3 jours / 19 à 24 mai
    • 1874 : du 24 au 28-29 avril
    • 1877 : 17 au 19 juillet
    • 1878 : du 17-18 juin au début juillet
    • 1880 : du 22 mai au 10 juin

    Moscou du vivant de l’écrivain

    Le 30 octobre 1821, dans un appartement annexe de l’hôpital moscovite Marinsky pour les pauvres de la rue Bozhedomka, où Mikhaïl Dostoevsky travaillait comme médecin salarié, sa femme Maria donne naissance à un fils, Fiodor. Le futur écrivain vit dans cette résidence jusqu’en mai 1837, date à laquelle son père l’envoie à Saint-Pétersbourg avec son frère aîné Mikhaïl.

    Les premiers et les plus heureux souvenirs de Dostoevsky sont associés à Moscou : sa mère, douce et aimante, ses frères et sœurs, avec lesquels il partageait une véritable amitié, les séances de lecture en famille, les promenades ensemble dans la ville, les visites d’églises, les fêtes, les foires, les premiers livres, les sorties au théâtre. Les images de son enfance resteront dans sa mémoire tout au long de sa vie : « Une personne ne peut même pas vivre sans quelque chose de sacré et de précieux de l’enfance à porter dans la vie ces souvenirs peuvent même être douloureux ou amers, mais la souffrance que l’on a subie peut-être transformée plus tard en quelque chose de sacré pour l’âme. En fait, les gens sont généralement créés au point d’aimer la souffrance qu’ils ont subie ». L’un des personnages préférés de Dostoevsky, Aliocha Karamazov, exprime les pensées les plus profondes de l’auteur à la fin du roman : « Tu dois savoir qu’il n’y a rien de plus élevé, de plus fort, de plus sain et de plus bon pour la vie future qu’un bon souvenir, et surtout qu’un souvenir d’enfance. Si un homme emporte avec lui de nombreux souvenirs de ce genre dans la vie, il est en sécurité jusqu’à la fin de ses jours ».

    La présence de Moscou est perceptible dans de nombreuses œuvres de Dostoevsky. Cependant, dans la plupart des cas, les événements de Moscou se produisent « en coulisses » – certains personnages passent leur enfance à Moscou, d’autres y séjournent pendant un certain temps. Dans les romans, cela n’est généralement que mentionné, et l’action n’est pas transférée à Moscou. La ville est toujours restée la « patrie lointaine » de Dostoevsky. Il y retournait sans cesse, parfois plusieurs fois par an. Après le camp de prisonniers et l’exil en Sibérie, Dostoevsky voulait vivre à Moscou. Toutes ses lettres de cette période se terminent par l’expression de son espoir d’y retourner. Cependant, son frère Mikhaïl, avec qui il s’apprête à entreprendre de nouveaux projets littéraires, réside ailleurs et le destin le ramène à Saint-Pétersbourg.

    dostoevsky

    Dostoïevski se trouve à Moscou pour la dernière fois six mois avant sa mort. En 1880, lors des célébrations de l’inauguration d’un monument à Alexandre Pouchkine, il prononce son célèbre discours sur le poète, qui devient en quelque sorte le testament spirituel de l’écrivain. Son discours fait une impression extraordinaire, comme Dostoevsky en informe sa femme par lettre : « J’ai finalement commencé à lire : J’ai été arrêté par un tonnerre d’applaudissements à absolument chaque page, et parfois même à chaque phrase… Des inconnus parmi le public ont pleuré, sangloté, se sont embrassés et se sont juré d’être meilleurs, de ne plus se haïr désormais, mais au contraire de s’aimer ». En 1837, Dostoïevski avait quitté Moscou en tant que jeune inconnu, et en 1880, il est parti en tant que grand écrivain, applaudi par la ville entière.

    Hommage de la ville à l’écrivain

    Le 11 novembre 1928, Moscou a vu l’ouverture du premier musée consacré à F.M. Dostoevsky, situé dans l’aile nord de l’ancien hôpital pour pauvres Marinsky, lieu de naissance et d’enfance de l’écrivain. Des objets de famille (livres, portraits et objets domestiques) fournis par les descendants de l’écrivain ont constitué la base de l’exposition.

    Le musée a reçu du domaine familial de Darovoe une partie du mobilier qui avait appartenu aux parents de Dostoevsky. Dans les années 1930, le fonds s’est enrichi d’une source unique et inestimable : les biens de la veuve de l’écrivain, Anna Grigorievna. L’ancien appartement des Dostoevsky n’a jamais été remodelé, mais de 1979 à 1982, après quelques travaux de réparation et de restauration, les pièces adjacentes ont également été reconstruites. L’intérieur de l’appartement a été recréé d’après les mémoires du frère cadet de Dostoïevski, Andreï, qui a décrit, avec beaucoup de détails, les années qu’il a passées avec ses frères aînés dans la maison de ses parents :

    Notre père, déjà père de famille, ayant à l’époque quatre ou cinq enfants, et jouissant du rang d’officier supérieur, occupait un appartement qui se composait, à proprement parler, de deux pièces formelles, en dehors de l’entrée et de la cuisine. À l’arrière de cette entrée assez profonde se trouvait un espace semi-éclairé pour la chambre des enfants, séparé à l’aide d’une cloison en bois qui n’atteignait pas le plafond. Vient ensuite l’espace de vie principal, une pièce assez grande avec deux fenêtres sur la rue et trois sur la cour d’entrée. Ensuite, il y avait le salon, avec deux fenêtres sur la rue, qui était également séparé par une cloison en bois pour former un espace semi-éclairé pour la chambre de mes parents.

    Andreï Dostoevsky

    C’était tout l’appartement !

    dostoevsky

    Par la suite, dans les années 1830, lorsque la famille s’est encore agrandie, une autre pièce, avec trois fenêtres sur la cour arrière, a été ajoutée à l’appartement. La cuisine, qui était assez grande, était située d’une manière particulière, par la porte extérieure froide. Le décor de l’appartement était également très modeste : le couloir d’entrée et la chambre des enfants étaient recouverts avec une peinture sombre de couleur perle, le salon en jaune canari, et le salon et la chambre à coucher en cobalt foncé. Le papier peint n’était pas encore utilisé à cette époque. Nos trois poêles hollandais étaient d’énormes proportions et étaient faits de ce qu’on appelait des carreaux en ruban (avec des bordures bleu foncé).

    L’ameublement était également très simple. Dans la salle de séjour, il y avait deux tables à cartes (entre les fenêtres). Ensuite, il y avait une table à manger au milieu de la pièce et une douzaine et demie de chaises en bouleau verni clair, avec des coussins souples en maroquin vert. (Les toiles cirées pour recouvrir le revêtement des meubles n’existaient pas non plus à l’époque. Les meubles étaient tapissés soit avec du maroquin, soit avec un matériau fait à partir de cheveux). Dans le salon, il y avait un canapé, quelques fauteuils, la coiffeuse de Mama, une armoire et une bibliothèque. Il n’y avait, bien sûr, ni rideaux pour les fenêtres ni rideaux pour les portes ; les fenêtres étaient équipées de simples abat-jour en calicot blanc sans décoration « .

    Maison en bois à Darovoe

    Voici les années pendant lesquelles Dostoïevski a vécu à Darovoe :

    • 1832 : fin avril – début automne
    • 1833 : fin juin – début juillet – jusqu’au 21 août
    • 1834 : été
    • 1835 : environ du 6 juillet au 19 août
    • 1836 : été
    • 1877 : 20-21 juillet

    Site officiel du musée ici

    La vie à Darovoe

    En 1831, le père de Dostoevsky achète au nom de sa femme Maria le domaine de Darovoe, dans la province de Tula. Le domaine se compose de 1700 acres de terre, comprenant des prairies de fauche, des terres arables, une forêt, un bosquet de tilleuls, un jardin et un petit village composé de vingt ménages, dont onze appartiennent aux Dostoevsky. Comme le rappelle le frère de l’écrivain, Andrei : « La région de notre village était très agréable et pittoresque. Une petite annexe pour notre arrivée, faite de chaume et tissée avec de l’argile à la manière des constructions du sud, comportait trois petites pièces et était située dans un bosquet de tilleuls assez grand et ombragé. De l’autre côté d’un petit champ, ce bosquet bordait un bois de bouleaux, très dense, au terrain assez lugubre et sauvage, criblé de ravins. Ce petit bois s’appelait Brykovo. Mon frère Fedya [Fiodor] a beaucoup aimé le petit bois de Brykovo, si bien que plus tard, dans notre famille, on l’a appelé le bosquet de Fedya ».

    Tout le domaine était traversé par un profond ravin, dont une partie était transformée en réservoir pour l’abreuvement du bétail, pour la pêche des poissons qui y avaient été spécialement stockés et pour la baignade. Après un incendie en 1832, au cours duquel la quasi-totalité du village a brûlé, les Dostoevsky ont construit une cabane en bois pour y installer leur grande famille.

    Grâce à l’acquisition du domaine voisin de Cheremoshnia en 1832, les Dostoevsky deviennent propriétaires de 3 270 acres de terre et de 100 serfs paysans. La famille Dostoïevski y passait les mois d’été. Après la mort de leurs parents, Darovoe devient la propriété du plus jeune frère, Andrei, puis de ses sœurs et de leurs enfants. En 1844, Fiodor décline sa part d’héritage à Darovoe et reçoit en compensation cinq cents roubles d’argent.

    dostoevsky darovoe

    Selon les mémoires d’Andreï Dostoevsky, tous les enfants de la famille aimaient passer leurs vacances à Darovoe et n’avaient aucune envie de retourner à Moscou à l’automne.  » Et je n’aimais rien dans la vie comme les bois avec ses champignons et ses baies sauvages, avec ses petits insectes et ses oiseaux, ses hérissons et ses écureuils, avec cette odeur crue des feuilles décomposées que j’aimais tant  » Fiodor passa des vacances à Darovoe pour la dernière fois en 1836. Après avoir déménagé à Saint-Pétersbourg et commencé sa « vie d’adulte », il n’a plus jamais réussi à passer un été aussi insouciant. Les impressions d’enfance qu’il a retirées du temps passé dans ce village russe authentique sont devenues une source qui a alimenté son écriture tout au long de sa vie. Dans la prose de Dostoevsky, on trouve peu de descriptions de la nature. Il était, sans conteste, un écrivain urbain. Cependant, dans ses rares descriptions de paysages, on peut ressentir une connexion profonde, vécue avec acuité, avec la nature. Dans les moments difficiles de solitude et de désespoir. Dostoevsky se remémorait des épisodes de sa courte période de fréquentation de la nature, les traduisant en images étonnamment vivantes et émotionnelles.

    Dostoevsky a écrit son histoire Le Petit Héros alors qu’il était incarcéré dans la forteresse Pierre et Paul (à Saint-Pétersbourg). Il ne sortait presque jamais de sa cellule solitaire, mais l’histoire écrite à cette époque est littéralement imprégnée de soleil et de joie, tandis que ses descriptions de la nature sont frappantes par leur fraîcheur, leur couleur et leur impression de tangibilité réelle : « Sur la rive opposée, on faisait la fenaison. Je regardais les longues rangées de faux tranchantes qui brillaient toutes ensemble à chaque mouvement de balayage des faucheurs, puis disparaissaient soudainement comme des serpents ardents, comme s’ils se cachaient quelque part, et l’herbe, coupée à la racine, qui volait d’un côté en tas denses et épais et était posée en longs sillons droits ». L’amour de la nature, la sensation du sol, de la terre et de tout ce qui est vivant s’est imprimé si fortement dans l’âme de Dostoïevski enfant que treize ans plus tard, lorsqu’il s’est retrouvé dans une cellule de prison, il a activement ressuscité les images de la nature au village en été. À cette époque de son enfance, le monde environnant lui avait semblé sans limites. Dans la forteresse Pierre et Paul, même la nature semblait être en prison : « On m’a de nouveau permis de me promener dans le jardin, dans lequel il y a près de dix-sept arbres. Et c’est un grand bonheur pour moi ».

    Dostoïevski était convaincu de la grande importance de l’influence esthétique de la nature sur l’âme humaine. La célèbre image des rayons de soleil obliques que l’on retrouve souvent dans sa prose, les « petites feuilles collantes » dont parle avec tant d’agitation le personnage intellectuel Ivan Karamazov, et la terre qu’Aliocha embrasse et enlace dans l’extase sont autant de signes symboliques de l’unité entre l’homme et la nature, perçue pour la première fois par l’écrivain dans son enfance.

    Darovoe et Cheremoshnia sont également associés à des souvenirs de tragédie. En juin 1839, Mikhaïl Dostoevsky meurt sur le domaine. Les circonstances de sa mort restent floues, bien que l’on soupçonne que ses paysans l’aient tué. Selon la version officielle, sa mort est due à une crise d’apoplexie. Dostoevsky a été très marqué par la mort de son père, et cela se reflète dans ses écrits, notamment dans Les Frères Karamazov. Le parricide est le thème central du roman, et il contient certainement une part de la propre tragédie familiale de Dostoïevski.

    Plusieurs fois, au cours des années suivantes, Dostoïevski a envisagé de visiter les lieux de son enfance, de voir Darovoe et ses habitants. Il n’y parviendra qu’une seule fois, en 1877. Anna, la femme de Dostoïevski, a écrit à propos de ce voyage :  » mon mari a revisité tous les différents endroits du parc et des environs qui lui étaient chers en mémoire, et il s’est même promené jusqu’au bosquet qu’il aimait dans son enfance, Chermashnya, à plus de deux kilomètres du domaine – nom qu’il a donné plus tard au bosquet dans Les Frères Karamazov. Il est également allé visiter les cabanes des paysans qu’il avait connus dans son enfance, et dont il se souvient encore de beaucoup d’entre eux. Les vieillards, les femmes et ceux de son âge, qui se souvenaient de lui depuis l’enfance, étaient très heureux de le voir, l’invitaient dans leurs maisons et lui offraient du thé ».

    Dans les années 1920, lorsque la famille Dostoevsky ne réside plus à Darovoe, la maison est transformée en bibliothèque de village. Les objets de la famille sont apportés rue Bozhedomka à Moscou, où le premier musée Dostoevsky est alors en cours de création. En 1955, une salle est créée à Darovoe, où sont exposés des documents photographiques provenant du musée de Moscou. En 1974, le domaine de Darovoe a été déclaré musée d’importance nationale, et en août 1990, il a été affilié au musée d’art et d’histoire de Zaraisk.

    Actuellement, la cabane qui a appartenu aux Dostoevsky contient une exposition représentant la période de leur séjour à Darovoe. Les anciens bâtiments de Darovoe et de Cheremoshnia ont été préservés, ainsi que l’allée de tilleuls, le verger et l’étang.

    Quoi voir à Darovoe ?

    Dorovoye
    • La petite foret (Losk) où on peut voir le ravin et un champ, est l’endroit où Fiodor Dostoïevski a rencontré le paysan, Marey. Le souvenir de cette rencontre qui a sauvé l’écrivain des travaux forcés en Sibérie, est décrit dans son histoire « The Malykh Marey ».
    • Le monument dédié à Dostoïevski a été érigé grâce à des dons privés en 1993. Le sculpteur est Y.F. Ivanov.
    • « Fligel » – La seule dépendance du manoir qui subsiste se compose d’un espace de vie et d’une cuisine, aujourd’hui disparue. Elle a vraisemblablement été construite en 1833 et reconstruit dans les années 1880.
    • « Mazanka » – Fouilles archéologiques préservées de 2009 ; marque les limites de la première habitation supposée des Dostoïevski après un incendie en 1832.
    • Le bosquet de tilleuls compte environ 300 arbres âgés de 250 ans et plus. C’était le terrain de jeu favori de Fedya Dostoevsky et de ses frères.
    • Le jardin se composait de plus de 600 arbustes et arbres fruitiers, principalement des pommiers.
    • La forêt de bouleaux, que la famille appelait Fedina Grove en raison de l’amour que lui portait le jeune Dostoïevski.
    • L’étang Mamenkin a été creusé et amélioré par la mère de l’écrivain. Ici, les enfants se baignaient et pêchaient.
    • Ancien cimetière où a été enterrée la sœur de l’écrivain Vera Dostoïevskaïa (Ivanova), propriétaire du domaine dans les années 1850-90.
    • L’église de la Descente du Saint-Esprit (1763) a été construite grâce aux dons du propriétaire terrien V.I. Khotiantsev. Les paroissiens de l’église étaient la famille Dostoiëvski. Non loin de là, dans le cimetière, est enterré Mikhail Dostoïevski, le père de l’écrivain.
    • Cimetière Monogarovskoe où Maria Ivanova, la nièce de Dostoïevski, dernier propriétaire de Darovoye, est enterrée ici. En 2011, un monument a été placé sur sa tombe.
    • Cheremoshnya, à 1,5 km de Darovoye, a été acheté par la famille Dostoiëvski en 1833. Au cours de l’été 1839, sur la route de Cheremoshnya, le père de Dostoevsky a été retrouvé mort dans des circonstances mystérieuses. Au début du XXe siècle, il y avait une école où O.A. Ivanova, la nièce de Dostoïevski, enseignait. Cheremoshnya est mentionné dans le roman Les Frères Karamazov.

    Omsk

    Les années pendant lesquelles Dostoevsky a vécu à Omsk :

    • 1850 : du 23 janvier à la fin février
    • 1854-1859 : Du 6 juillet 1854 au 9 juillet 1859

    À la fin des années 1840, Dostoevsyi se prépare à partir à l’étranger : « Combien de fois ai-je rêvé, depuis ma plus tendre enfance, de visiter l’Italie. En commençant par les romans de Radcliffe, que j’ai lus dès l’âge de huit ans, des Alphonse, des Catarina et des Lucia se sont logés dans ma tête et, aujourd’hui encore, je suis fou de Don Pedros et de Donna Claras. Puis vint Shakespeare – Vérone, Roméo et Juliette – le diable seul sait à quel point l’enchantement était grand. En Italie, en Italie ! Mais au lieu de l’Italie, je me suis retrouvé à Semipalatinsk, et avant cela, dans la Maison des morts ».

    Trop souvent, Dostoevsky s’est retrouvé dans un nouvel endroit en dépit de ses propres intentions. Il aimait Darovoe, mais à l’automne, tous les enfants ont été ramenés à Moscou. Il voulait vivre à Moscou et étudier à l’université, mais son père l’a envoyé à Saint-Pétersbourg. Il s’habitua à la ville qu’il associa à sa carrière d’écrivain, mais pour avoir lu à haute voix un seul texte interdit, il fut puni de façon monstrueuse, passant quatre ans dans un camp de travail et environ six ans en exil. Sa devise « rien n’est plus fantastique que la réalité » se vérifie constamment : sa réalité devient une farce tragique. Mais même enchaîné et privé de la liberté et de la solitude si nécessaires à son travail, Dostoïevski a su préserver non seulement son don d’écrivain, mais aussi son amour de l’humanité. Ainsi, chaque moment tragique de la vie de Dostoevsky a contribué à forger ses convictions personnelles.

    À dix-neuf ans, lorsqu’il apprend la mort de son père, il écrit dans une lettre à son frère : « L’homme est un mystère. Il faut le démêler, et si tu passes toute ta vie à le démêler, ne dis pas que tu as perdu ton temps ; j’étudie ce mystère parce que je veux être un être humain « . Dix ans plus tard, lorsqu’il sera envoyé dans le camp de prisonniers, Dostoevsky précisera sa tâche :  » La vie est la vie partout, la vie est en nous-mêmes, et non pas à l’extérieur. Il y aura des gens à mes côtés, et être un être humain parmi les gens et le rester pour toujours, quelles que soient les circonstances, ne pas se décourager et ne pas perdre courage – c’est cela la vie, c’est sa tâche « .

    Dans la nuit du 6 janvier 1849, Dostoïevski est envoyé de Saint-Pétersbourg en Sibérie dans un convoi pénitentiaire. Il devait passer quatre ans dans la prison d’Omsk :  » J’ai passé les quatre années entières en prison sans sortir, derrière les murs, et je ne sortais que pour travailler. Le travail qui nous incombait était difficile… et il m’est arrivé de m’épuiser par mauvais temps, dans l’humidité, dans la gadoue, ou en hiver dans un froid insupportable… Nous vivions entassés, tous ensemble dans une seule baraque.

    Imaginez un vieux bâtiment en bois, délabré, qui aurait dû être démoli depuis longtemps et qui ne peut plus servir. En été, l’étouffement est insupportable, en hiver, le froid est insupportable. Le sol est recouvert d’épaisse boue, on peut glisser et tomber. Les petites fenêtres sont couvertes de givre, si bien qu’il est presque impossible de lire pendant toute la journée. Des gouttes d’eau coulent du plafond – c’est tout plein de trous. Nous sommes comme des harengs dans un tonneau. …. Nous dormions sur des lits de planches nues. Un seul oreiller était autorisé. Nous nous couvrions de manteaux de fourrure courts et mi-longs et vos pieds sont toujours nus toute la nuit. Vous frissonnez toute la nuit. Des montagnes de puces, de poux et de cafards… Ajoutez à tous ces plaisirs la quasi-impossibilité d’avoir un livre, si vous en obtenez un, vous devez le lire furtivement, l’hostilité et les chamailleries constantes autour de vous, les jurons, les cris, le bruit, la clameur, toujours sous bonne garde, jamais seul, et quatre ans de cela avec un changement… »

    Les années passées par Dostoevsky dans ce camp de prisonniers ressemblaient à un terrible cauchemar. Il a écrit de lui-même qu’il était une « pierre tombée » ou une « croûte coupée » : « Et ces quatre années représentent un temps pendant lequel j’ai été enterré vivant et enfermé dans un cercueil….. C’était une souffrance inexprimable, sans fin, car chaque heure, chaque minute pesait sur mon âme comme une pierre. Pendant ces quatre années, il n’y a pas eu un seul moment où je n’ai pas eu l’impression d’être en prison ».

    À Omsk, l’écrivain a travaillé dans une usine de briques, en cuisant et en broyant de l’albâtre ; il a travaillé dans un atelier d’ingénierie et a également pelleté la neige dans les rues de la ville. Comme il était interdit d’écrire en prison, le principal travail créatif de Dostoevsky à Omsk consistait à planifier ses futurs romans. Tout autour de lui, il y avait une réserve illimitée de matériel pour de tels plans. Sa première œuvre, qu’il a absorbée tout au long de son expérience de quatre ans en prison, est un roman ouvertement consacré au thème de la prison russe, Souvenirs de la maison des morts. Aucune ville dans laquelle l’écrivain a vécu n’a été étudiée et décrite avec autant de détails qu’Omsk.

    Pour lui, la vie en prison était souvent insupportable. Lorsqu’il revint à la vie normale, il n’aimait pas se souvenir de ces années. En 1876, dans Journal d’un écrivain, Dostoevsky avouait :  » Jusqu’à ce jour, cette époque me revient parfois dans mon sommeil et je ne connais pas de rêve plus tourmentant « . Sa propre vie était devenue un matériau pour ses recherches. En prison, il se remémorait sa vie antérieure, et quinze ans après son retour de Sibérie, il analysait l’expérience spirituelle du camp de travail. Dans ses méditations sur la force morale du peuple russe, Dostoevsky se souvient d’un épisode de la vie carcérale où il était particulièrement fatigué de ses voisins prisonniers indisciplinés et de leurs soirées arrosées, et, comme d’habitude, il décida de « retourner en enfance » dans ses pensées. Il « se dirigea vers sa place en face de la fenêtre aux barreaux de fer et s’allongea sur le dos, les bras croisés sous la tête et les yeux fermés… » Cette fois, il « se souvint soudain d’un incident de la petite enfance : « A Darovoe, seul dans un buisson touffu, Fiodor, neuf ans, avait entendu le cri de quelqu’un : « Un loup arrive ! ». Le paysan Marej, qui labourait le champ, avait réconforté le garçon effrayé. Nous étions seuls dans ce champ lointain et vide, et Dieu seul a pu voir avec quel sentiment profond et éclairé, avec quelle tendresse délicate et presque féminine le cœur d’un rude serf russe sauvagement ignorant pouvait être rempli… « .

    « Cet épisode fugace avec le paysan Marej, insignifiant dans sa conscience d’adulte, fut un choc spirituel intense pour le jeune Dostoevsky. Ce souvenir l’a aidé à survivre en prison et à ne pas perdre la foi en son peuple : « Je me souviens que j’ai soudainement senti que je pouvais maintenant voir ces malheureux sous un jour tout à fait différent, que soudainement et miraculeusement toute haine et toute colère avaient disparu de mon cœur ».

    À Omsk, Dostoevsky vit derrière une solide clôture de prison : « En regardant par une fente de la palissade dans l’espoir d’apercevoir un peu du monde, je ne voyais rien d’autre qu’une bande de ciel et un haut remblai recouvert de hautes herbes de la steppe, et les sentinelles qui s’y promenaient nuit et jour. Et puis je me rendais compte que les années passaient et que je regardais toujours à travers cette fente, voyant le même terrassement, les mêmes sentinelles et la même bande de ciel, pas le ciel au-dessus de la prison, mais l’autre ciel, libre, loin, très loin… « . « Comme il associait Omsk au concept de prison, il ne pouvait pas aimer la ville :  » Si je n’y avais pas trouvé des gens, j’aurais complètement péri « .

    Heureusement, Dostoevsky s’est toujours trouvé près de personnes au cœur noble qui s’intéressaient activement à sa vie. À Omsk, il s’agissait de soldats et de plusieurs employés du gouvernement principal de la Sibérie occidentale. Dostoevsky a fait l’objet d’une attention particulière de la part d’Alexey de Grave – un commandant de la forteresse d’Omsk qui a essayé de protéger l’écrivain condamné des travaux difficiles et a tenté de rendre sa situation plus facile.

    En entrant en contact avec le monde criminel en prison, Dostoevsky s’est confronté à de nombreuses idées abstraites sur l’intelligentsia et les gens du peuple, sur le crime et la punition, sur la liberté et ses limites, ainsi que sur les problèmes d’une forte personnalité. Dostoevsky a décrit tout ce qu’il avait vécu pendant les années d’Omsk dans les Souvenirs de la maison des morts. Dans ce livre, il n’a pas seulement dépeint le monde mystérieux du camp de prisonniers, mais pour la première fois, il l’a dépeint de manière aussi profonde et intense à la lumière des problèmes auxquels est confrontée la société russe dans son ensemble. Toute son œuvre successive a été consacrée à l’interprétation de ces « questions existentielles ».

    Pendant qu’il vivait ici, sur les rives de l’Irtych, l’écrivain n’a jamais perdu son espoir de liberté. En prison, il était dans un état perpétuel d’attente, rêvant d’un nouvel avenir. L’écrivain transmet ces sentiments au héros de Crime et Châtiment, Rodion Raskolnikov : « La journée était à nouveau claire et chaude. Tôt le matin, vers six heures, il se rendit à son travail au bord de la rivière, où le gypse était calciné dans un four installé dans un hangar, puis broyé… Raskolnikov … s’est assis sur un tas de bûches et a regardé la rivière large et solitaire. De la haute hanche, un large paysage se révélait. De l’autre couchette, au loin, on entendait faiblement le son d’un chant. Là-bas, dans l’immensité de la steppe, inondée de soleil, les tentes noires des nomades étaient des points à peine visibles. La liberté était là, là vivaient d’autres gens, si différents de ceux de cette rive du fleuve qu’il semblait qu’avec eux le temps s’était arrêté, et que l’époque d’Abraham et de ses troupeaux était encore le présent. Raskolnikov s’assit et son regard inébranlable resta fixé sur la rive opposée ; son esprit s’était égaré dans des rêveries ».

    dostoevsky omsk

    L’un des plus anciens bâtiments d’Omsk est la maison construite en 1799 pour les commandants de la forteresse d’Omsk. En juillet 1859, Dostoevsky a visité la maison en tant qu’invité du dernier commandant, A.K. de Grave. Le 28 janvier 1983, le Musée littéraire a été inauguré ici. Le musée est consacré à l’histoire littéraire de la Sibérie dans son ensemble. La partie centrale de sa collection est toutefois consacrée à Fiodor Dostoevsky, et surtout à la période passée à Omsk (1850-1854). Cette exposition est située dans la salle principale, qui servait à l’époque d’Alexey de Grave de salon où le commandant recevait Dostoevsky. L’exposition contient la première édition des Souvenirs de la maison des morts, des numéros des revues Le Temps, Notes de la patrie et Le Messager russe avec les premières publications des romans de Dostoevsky, ainsi que d’autres documents.

    Semipalatinsk

    Actuellement situé au Kazakhstan mais anciennement dans l’empire russe.

    Site officiel du musée ici

    Après exactement quatre ans passés dans le camp de prisonniers d’Omsk, Dostoevsky sort et, le 2 mars 1854, il est enregistré comme simple soldat dans la première compagnie sibérienne du septième bataillon de ligne à Semipalatinsk. La période suivante de la vie de l’écrivain avait commencé – l’exil et le service dans l’armée. « Quand j’ai quitté ma prison mélancolique, je suis arrivé ici avec bonheur et espoir. Je ressemblais à un malade qui commence à se rétablir après une longue maladie, et qui, ayant été aux portes de la mort, ressent encore plus fortement le plaisir de vivre les premiers jours de sa guérison. J’avais beaucoup d’espoir. Je voulais vivre ».

    dostoevsky

    Cependant, Dostoevsky avait déjà éprouvé ce sentiment de « résurrection d’entre les morts » lorsqu’il se tenait avec ses amis sur la place Semynov, se préparant à la mort par exécution. Conformément à un scénario prévu par Nicolas 1er, leur peine fut soudainement commuée en travaux forcés et en exil à vie. « La vie est un don, la vie est le bonheur », écrit le jeune homme de vingt-sept ans en partant pour la Sibérie. Le cadeau de la vie était inattendu, mais pour le bonheur, il attendrait encore quatre ans, cochant les jours sur les bâtons de la clôture de la prison d’Omsk. Il ne regrette pas ses années perdues : « Ma constante concentration sur moi-même, où je fuyais l’amère réalité, a porté ses propres fruits ».

    Dostoevsky a appris à accepter la vie avec calme. Dès son enfance, le livre de Job l’avait impressionné – et était devenu le plus important pour lui. Après le camp de prisonniers, Dostoevsky écrit de Semipalatinsk : « Il me semble que le bonheur réside dans une vision radieuse de la vie et dans un cœur sans tache, et non dans les choses extérieures. »

    Les années que Dostoevsky a passées à Semipalatinsk ont marqué un retour à ses travaux littéraires. Il peut à nouveau écrire : « Mon âme est claire. C’est comme si j’avais tout mon avenir et tout ce que je ferai sous les yeux ». Cependant, son travail est difficile et son service militaire lui prend beaucoup de temps.

    Dostoevsky détestait les manœuvres et les parades, même lorsqu’il était à l’Académie du génie militaire. Six mois après avoir obtenu son diplôme, il démissionne, espérant ne plus jamais servir. Mais à Semipalatinsk, il est à nouveau obligé de revêtir l’uniforme : « Je pense que vous vous rendrez compte que le métier de soldat n’est pas une plaisanterie, que la vie de soldat, avec toutes les obligations qui en découlent, n’est pas une affaire tout à fait facile pour une personne ayant une telle santé et un tel manque d’habitude, ou pour mieux dire, une telle ignorance complète en la matière ».

    Lorsque Dostoevsky sort de prison, il reste à Omsk pendant un mois et rencontre un officier kazakh nommé Chokan Valikhanov. Valikhanov était un homme brillant et courageux, un ethnographe, folkloriste et voyageur érudit. Il appréciait les grands talents de son nouvel ami, et comprenait l’importance de ses activités d’éclaireur. Dans une lettre qu’il lui a adressée, il a écrit : « … n’est-ce pas un grand but, n’est-ce pas une mission sacrée que d’être pratiquement le premier de son peuple à expliquer en russe ce qu’est la steppe, sa signification et votre peuple par rapport à la Russie, et en même temps de servir votre patrie par une intercession éclairée en sa faveur auprès des Russes. N’oubliez pas que vous êtes le premier Kirghiz à être éduqué entièrement sur le modèle européen. Le destin lui-même a en outre fait de vous une personne excellente, en vous donnant à la fois une âme et un cœur.

    Au cours de ces années, Dostoïevski se rapproche également du célèbre géographe Piotr Semyonov (plus tard Tian-Shansky). L’écrivain en exil attachait une grande importance à son amitié avec le baron Alexandre Wrangel, qui est venu de Saint-Pétersbourg à Semipalatinsk en 1854 en tant que nouveau procureur de district. Il a connu Dostoevsky grâce au roman Les Pauvres Gens. Ils sont devenus des amis proches. « Alexandre Iégorovitch, une très jeune personne aux excellentes qualités d’âme, est arrivé en Sibérie directement à la sortie du lycée, avec le rêve généreux de connaître la région, d’être utile et de fils en fils. Il a servi à Semipalatinsk ; nous sommes devenus proches, et j’ai fini par l’aimer beaucoup ».

    Pendant deux ans, alors que Wrangel vivait à Semipalatinsk, Dostoevsky passait du temps avec lui presque tous les jours. Le jeune procureur instruit a introduit Dostoevsky, exilé privé de ses droits, dans la meilleure société de Semipalatinsk, et l’a aidé et soutenu en tout. Wrangel a laissé des mémoires intéressants sur la période de Semipalatinsk de la vie de l’écrivain. Dans la biographie de Dostoevsky, Semipalatinsk était une ville de changements ; ici, il attendait son amnistie et croyait qu’il retournerait bientôt en Russie européenne. On trouve dans ses textes de petites esquisses de la ville sibérienne. Souvenirs de la maison des morts commence par une description de Semipalatinsk : « Dans les régions reculées de la Sibérie, au milieu des steppes, des montagnes et des forêts infranchissables, on rencontre parfois de petites villes en bois, sobrement construites, d’un ou souvent deux mille habitants, avec deux églises – l’une dans la ville même, l’autre dans le cimetière à l’extérieur – des villes qui ressemblent plus aux villages de bonne taille du district de Moscou qu’à des villes ». Le récit Le rêve de l’oncle, qui se déroule à Semipalatinsk, fournit une caractérisation similaire : « Dans les rues, avec leurs rangées de petites maisons enfoncées dans la terre, il y avait un aboiement sauvage de chiens qui abonde dans les villes de province en nombre alarmant ».

    La description de la ville faite par Wrangel lui-même est similaire dans les détails et dans l’impression générale : « A cette époque, Semipalatinsk n’était ni une ville ni un village, mais quelque chose entre les deux. Il n’y avait que des cabanes en rondins à un étage et des clôtures interminables, pas une seule lanterne ni un seul gardien dans la rue, pas une seule âme qui vive, et si ce n’était l’aboiement désespéré des chiens, la ville aurait semblé morte. Elle grouillait de chiens, qui gardaient les habitants et remplissaient le service médical… »

    Dostoevsky a changé d’adresse quatre fois pendant son séjour à Semipalatinsk. Il a vécu environ un mois dans la caserne des soldats, puis il a emménagé dans une maison à la périphérie de la ville : « La cabane était située dans l’endroit le plus dépourvu de joie. Tout autour n’était que terrain vague, sable criblé, pas un buisson, pas un arbre. La cabane, faite de rondins, était ancienne et penchait d’un côté. Elle n’avait pas de fondation, et s’était enfoncée dans le sol. Pour se protéger des voleurs, elle n’avait pas de fenêtres… Dostoïevski n’avait qu’une seule pièce, faussement grande, mais extraordinairement basse ; la pénombre y régnait toujours. Les murs en rondins étaient maculés d’argile et avaient été blanchis à la chaux à une certaine époque ; le long de deux des murs courait un large banc. Çà et là sur les murs étaient accrochées des gravures populaires, grasses et tachées de mouches. À gauche de la porte d’entrée se trouvait un grand poêle russe, derrière lequel se trouvait le lit de Fiodor Mikhaïlovitch, une petite table, et à la place d’une commode, une simple caisse en bois. Toute cette zone de sommeil était séparée de tout le reste par une cloison.

    dostoevsky

    De l’autre côté de la cloison, dans la pièce principale, se trouvaient une table et un petit miroir encadré. Des pots de géraniums décoraient les fenêtres, et il y avait des rideaux, qui avaient probablement été rouges à un moment donné. Toute la pièce était couverte de suie et si sombre que, le soir, je pouvais à peine lire à l’aide d’une bougie de suif – à cette époque, les bougies de stéarine étaient un grand luxe, et la lumière au kérosène n’existait pas encore. Je ne comprends pas du tout comment Fiodor Mikhaïlovitch a pu écrire toute la nuit dans ce genre de lumière. Il y avait encore une autre caractéristique agréable de son logement : les cafards couraient en troupeaux sur la table, les murs et le lit, et surtout en été, les puces ne vous laissaient pas tranquille, comme cela arrive dans n’importe quel endroit sablonneux ».

    L’écrivain a passé le printemps et l’été 1855 avec Wrangel à la datcha, et en 1857, après son mariage avec Maria Isaeva, il a loué un appartement dans la maison du maître de poste Liapukhin.

    Quoi voir à Semipalatinsk ?

    Le 7 mai 1971, le musée Dostoïevski a été ouvert dans la maison en bois du maître de poste Liapoukhine, où Dostoevsky a loué un appartement de 1857 à 1859.

    Les intérieurs de l’appartement commémoratif ont été recréés, pour la plupart, à partir des mémoires de Z.Sytina, un habitant de Semipalatinsk :

    « La petite maison où Dostoïevski a vécu dans la ville de Semipalatinsk est mémorable pour moi. Elle se compose de quatre pièces : la première petite pièce était la salle à manger ; à côté se trouvait la chambre à coucher ; à gauche de la première pièce se trouvait le salon – une grande pièce anguleuse ; et la porte à gauche du salon menait au bureau. Les pièces étaient meublées simplement, mais très confortablement : dans le salon, le canapé, les fauteuils et les chaises étaient tapissés d’un imprimé chintz coûteux, avec des bouquets de fleurs. Devant le canapé, il y avait une table, et à gauche de la porte du bureau, un petit canapé en forme de S et plusieurs petites tables. À la fenêtre d’angle se trouvait un fauteuil, où Fiodor Mikhaïlovitch aimait s’asseoir, et près de la fenêtre se trouvait un buisson de géraniums sauvages dans un bac en bois. Des rideaux étaient accrochés aux fenêtres et aux portes ; les autres pièces étaient également décorées de façon simple, agréable et chaleureuse ».

    Musée Dostoevsky de Novokuznetsk

    Périodes du séjour de Fedor Dostoevsky à Novokouznetsk : 2 jours début juin 1856 puis du 26 au 30 Novembre 1856. Il y passa également quelques jours du 1re au 14 février 1857.

    Site internet du musée ici

    La vie à Novokouznetsk

    En tout, Dostoevsky a passé un peu plus de vingt jours à Novokouznetsk, une petite ville de la province de Tomsk, située à 530 kilomètres de Semipalatinsk. Le 6 février 1857, Fiodor Dostoevsky et Maria Isaeva se marient à l’église d’Odigitrievsk. Leur histoire d’amour de deux ans, pleine de drames et de souffrances, aboutit au mariage. En épousant Maria, Dostoevsky a également pris la responsabilité de son fils de six ans, Pavel (issu de son premier mariage avec Alexandre Isaev). Pour la première fois depuis qu’il a quitté la maison de ses parents, Dostoevsky a une famille. Il lui semble que désormais il ne sera plus jamais seul. De toutes les villes sibériennes où il a séjourné, Novokouznetsk est la seule à avoir été marquée par la joie et le sentiment d’une véritable liberté.

    Dostoevsky n’a rien écrit sur Novokouznetsk. Cette petite ville sans particularité n’a pas laissé d’empreinte concrète dans sa mémoire : elle n’était significative et attirante pour l’écrivain que parce que sa bien-aimée y vivait.

    Son amour pour Maria, cependant, a commencé quand il était à Semipalatinsk. En février 1854, à la sortie de la prison d’Omsk, Dostoevsky écrit :  » Je suis dans une sorte d’attente de quelque chose : il me semble que je suis encore malade maintenant, et il me semble que dans très, très peu de temps, quelque chose de très décisif doit m’arriver, que j’approche de la crise de toute ma vie, que je semble être mûr pour quelque chose, et qu’il y aura quelque chose, peut-être calme et clair, peut-être plus menaçant, mais en tout cas quelque chose d’inéluctable « .

    Au printemps, il rencontre la famille d’Alexandre Ivanovitch Isaev : « Dieu m’a envoyé la connaissance d’une famille que je n’oublierai jamais. C’est la famille Isaev… Il avait un poste ici, pas du tout mauvais, mais il n’a pas réussi à s’en sortir, et à cause de problèmes, il a pris sa retraite. Quand je l’ai rencontré, il était déjà à la retraite depuis plusieurs mois et il essayait toujours de trouver un autre poste. Il avait vécu de son salaire, n’avait pas de fortune, et donc, quand il a perdu ses postes, ils sont progressivement tombés dans une terrible pauvreté. Quand je les ai rencontrés, ils arrivaient encore tout juste à subvenir à leurs besoins. Il avait fait beaucoup de dettes. Il vivait de manière plutôt désordonnée. Passionné, têtu, un peu dur… Mais, par ailleurs, il avait une nature fortement développée et très gentille. Il était éduqué… Il était, en dépit de beaucoup de saletés, extraordinairement noble ».

    Dostoevsky a commencé à leur rendre visite presque tous les jours. Cependant, ce n’est pas Isaev qui intéresse l’écrivain, mais sa femme, Maria Dmitrievna :  » C’est encore une jeune femme de 28 ans, séduisante, très instruite, très intelligente, gentille, agréable, gracieuse, avec un cœur excellent, merveilleux. Elle a porté ce destin avec fierté, sans un murmure ». Le récent ouvrier de prison, qui s’était habitué aux privations et à la solitude, avait rencontré de manière inattendue une femme tout aussi solitaire que lui, qui était forcée de vivre un mariage malheureux avec son mari alcoolique. Constamment dans le besoin, elle acceptait au hasard des offres d’aide de personnes qu’elle connaissait à peine. Dostoevsky utilisera ces motifs tragiques de la vie de la famille Isaev plus d’une fois dans son œuvre – par exemple, dans les personnages de Marmeladov et Katerina Ivanovna dans Crime et Châtiment ou du général Ivolgin et de sa femme Nina Alexandrovna dans L’Idiot.

    Dostoevsky ne savait pas comment aider Maria Dmitrievna – lui-même n’avait presque rien pour vivre. Mais à l’âge de 32 ans, il a véritablement connu l’amour pour la première fois. Son ami de Semipalatinsk, A.E. Wrangel, se souvient : « Maria Dmitrievna avait plus de trente ans, une très belle femme blonde de taille moyenne, très mince, d’une nature passionnée et exaltée. Même à cette époque, on pouvait voir une rougeur inquiétante sur son visage pâle, et quelques années plus tard, la consommation l’a emportée dans sa tombe. Elle était très cultivée, assez instruite, avide d’apprendre, gentille, et extraordinairement vive et impressionnable. Elle s’intéressait beaucoup à Fiodor et en faisait un animal de compagnie. Je ne pense pas qu’elle l’appréciait profondément, mais qu’elle avait plutôt de la peine pour un malheureux qui avait été frappé par le destin. … Fiodor, cependant, a pris son sens de la pitié et de la compassion pour de l’amour mutuel, et s’est épris d’elle avec toute l’ardeur de la jeunesse. »

    Un an après avoir rencontré Dostoevsky, Isaev reçoit de nouveaux ordres. En mai 1855, il est envoyé à Novokouznetsk. Dostoevsky est tragiquement bouleversé par le départ de Maria Dmitrievna. « Le désespoir de Dostoevsky était sans limite, – se souvient A.Wrangel, – Il lui semblait que tout dans la vie s’était envolé… Dostoïevski sanglotait comme un enfant ». On apprit bientôt qu’Alexandre Isaev était mort.

    Maria est libre. À cette époque, Dostoevsky avait retrouvé son titre de noblesse et tous ses droits ; il avait atteint le rang d’officier subalterne et la possibilité de se marier était devenue une réalité. Dans la vie de Maria, cependant, un intérêt différent s’était manifesté. Le jeune instituteur Vergounov, qui enseignait à l’école de Novokouznetsk. L’écrivain ne pouvait pas imaginer une rupture définitive avec Maria :  » Je mourrai si je perds mon ange ! Je perdrai la raison ou j’irai à Irtych !  » Maria Dmitrievna et Vergunov étaient à Novokouznetsk, tandis que Semipalatinsk faisait des commérages.

    L’écrivain donnera plus tard un compte-rendu ironique d’un climat dans lequel les habitants de la province font volontiers circuler diverses rumeurs dans le récit Le rêve de l’oncle. Dostoevsky ne voulait pas attendre passivement le dénouement et, au péril de sa position, il se précipita à Novokouznetsk pour quelques jours, à l’insu de ses supérieurs. Après de longues discussions, des larmes et des déclarations d’amour, Maria et lui décident de se marier. Dans ses œuvres, Dostoïevski a utilisé plus d’une fois le thème de l’amour sacrificiel et abject, comme on peut le voir dans Ivan Petrovitch (L’Insulté et l’Injuré) et le prince Mychkine (L’Idiot).

    Le couple n’a pas vécu longtemps ensemble. Sept ans plus tard, en 1864, Maria meurt d’une consommation excessive d’alcool. « Elle m’aimait sans mesure, je l’aimais sans mesure aussi, mais elle et moi n’avons pas vécu heureux. Elle était la femme la plus honnête, la plus noble et la plus magnanime que j’aie jamais connue de toute ma vie. Quand elle est morte – bien que j’aie été tourmenté, en la voyant mourir, bien que j’aie apprécié et que j’aie été douloureusement conscient de ce que j’enterrais avec elle, je ne pouvais pas du tout imaginer combien ma vie allait devenir douloureuse et vide… » Pour Dostoevsky, Novokouznetsk restera à jamais associé à ces souvenirs.

    À l’intérieur du musée

    Le 18 mai 1980, le Musée littéraire et commémoratif F.M. Dostoïevski ouvre ses portes à Novokouznetsk. Situé au 40, rue Dostoïevski, la résidence où, de 1855 à 1857, Maria Isaeva avait loué un logement au tailleur M.D. Dmitriev. Les événements de la vie de Dostoïevski à Kouznetsk constituent la base de l’exposition littéraire présentée ici. Ses concepteurs ont imaginé une présentation en trois parties de la vie de l’écrivain, de son processus créatif et de sa philosophie. En s’affranchissant de la notion de temps, l’exposition du musée montre la « collision de Kouznetsk » de l’écrivain dans sa signification intemporelle et éternelle.

    dostoevsky

    Staraya Russa

    Site officiel des musées de Novgorod

    La petite et vieille ville provinciale de Staraya Russa, dans la province de Novgorod, a marqué de son empreinte la biographie et l’œuvre de Dostoevsky.

    Staraya Russa est pittoresquement située sur la rivière Polist, qui se jette dans les rivières Pererytitsa et Porus au centre de la ville. La ville est depuis longtemps célèbre pour ses sources minérales, qui ont attiré une population diversifiée de Moscou et de Saint-Pétersbourg. C’est l’endroit que la famille Dostoevsky choisissait pour passer ses vacances d’été avec ses enfants.

    Le 20 avril 1872, Dostoevsky écrit à sa sœur, V.M. Ivanova :  » Et comme la question d’une datcha est très importante pour nous, nous avons, sur le conseil des Vladislavlev, donné l’ordre de louer une datcha à Staraya Russa. Les Vladislavlev ne tarissent pas d’éloges sur l’endroit, sur les eaux, sur le bon marché et sur le confort. Certes, c’est une région de lacs et d’humidité, c’est bien connu, mais que faire… Je dirai seulement qu’il semble que le plus probable est que nous louerons à Staraya Russa, d’autant plus qu’il y a là beaucoup de commodités – le bon marché, la rapidité et la facilité des voyages, et, enfin, une maison avec des meubles, même avec des ustensiles de cuisine, une gare avec des journaux et des magazines. » Les Dostoevsky sont venus pour la première fois à Staraya Russa le 18 mai 1872. La fille de l’écrivain, Liuba, n’avait pas encore trois ans, et son fils Fedya n’avait pas encore un an. La ville, avec la verdure luxuriante de ses jardins et les cloches sonnant de ses nombreuses églises, était très réconfortante. À partir de ce moment-là, la famille se rendit chaque été à Staraya Russa.

    blank

    Le premier été, les Dostoevsky vivent dans la maison du père Johann Rumiantsev, le prêtre principal de l’église Saint-Georges, qui devient le confesseur de l’écrivain. « Le père Roumiantsev est mon vieil et véritable ami », écrira plus tard Dostoïevski dans une lettre. Pendant l’été, chez le père Johann, Dostoevsky travaille à la conclusion de son roman Les Diables. Plusieurs caractéristiques physiques de la ville et des observations sur de Staraya Russa ont trouvé leur place dans le roman.

    Malgré le fait que le premier été n’ait pas été un grand succès (Liuba et Anna Grigorievna étaient malades et l’été était froid), l’année suivante, les Dostoevsky ont de nouveau décidé de louer une maison à Staraya Russa. Cette fois-ci, ils ont emménagé dans une maison en bois à deux étages sur les rives de la rivière Pererytitsa qui appartenait à un lieutenant-colonel à la retraite, A.K. Gribbe. Les Dostoevsky ont tellement aimé la vie à Staraya Russa qu’ils ont même décidé d’y passer l’hiver 1874/75 (bien qu’ils aient déménagé pour l’hiver dans une autre maison plus chaude, plus proche du centre ville). C’est là, dans la solitude, que Fiodor Mikhaïlovitch travailla intensément à son roman L’Adolescent, dans lequel l’esquisse de la ville provinciale Afimevsk et l’image du marchand Skotobojnikov sont liées à Staraya Russa.

    En mai 1876, Dostoevsky acquiert la maison située au bord de la rivière Pererytitsa auprès des héritiers de feu A.K. Gribbe. Pour la première fois, l’écrivain, qui avait migré toute sa vie d’un appartement à l’autre et n’avait jamais possédé de propriété, avait une maison à lui. Trois enfants ont vécu dans cette maison – le 10 août 1875, leur fils Aleksei est né à Staraya Russa. Anna se souviendra plus tard : « Grâce à cet achat, nous avions, selon les mots de mon mari, notre propre nid, où nous allions avec joie au début du printemps et que nous avions horreur de quitter à la fin de l’automne. Fiodor considérait notre maison de Staraya Russa comme le lieu de son repos physique et moral ; je me souviens qu’il reportait toujours la lecture de livres intéressants et appréciés jusqu’à notre arrivée à Staraya Russa, où des visiteurs oisifs troublaient rarement la solitude qu’il désirait… La maison de Gribbe n’était pas une maison de ville, mais plutôt un domaine de propriétaire terrien, avec un grand bosquet ombragé, un jardin, des remises, une cave, etc. Fiodor appréciait particulièrement son excellent bain russe, situé dans le bosquet… Mon mari aimait aussi notre bosquet ombragé et la grande cour pavée, sur laquelle il se promenait… les jours de pluie, quand toute la ville se noyait dans la boue… Mais nous aimions tous les deux particulièrement les petites pièces de la maison, mais confortablement placées, avec leurs vieux et lourds meubles en bois rouge ; et toute l’installation, où nous vivions de façon si chaleureuse et douillette. »

    Dostoevsky a travaillé longtemps et dur à Staraya Russa. Une grande partie de son dernier roman, Les Frères Karamazov, a été écrite ici. La petite ville provinciale de Skotoprigonevsk, où se déroule l’action du roman, rappelle Staraya Russa à bien des égards, et les habitants de la ville reconnaîtraient plusieurs des personnages et des situations du roman. Staraya Russa est devenue pour de bon la ville des Frères Karamazov. Pour Dostoevsky, la Russie, ce n’est pas seulement Saint-Pétersbourg et Moscou, mais aussi, et peut-être surtout, les provinces, l’arrière-pays, les petites villes comme Staraya Russa. Ce n’est pas par hasard que Dostoevsky a décidé de dérouler l’action de son roman, qu’il concevait comme une vaste enquête artistique sur les vies et les destins des générations passées, présentes et futures de la Russie, sur la toile de fond du type de ville provinciale qu’il avait appris à bien connaître, Staraya Russa.

    blank
    La statue de Pouchkine sur la place du même nom existe toujours à Moscou, elle a simplement était déplacée de l’autre côté de la rue en 1948.

    L’été 1880, passé à Staraya Russa, fut extraordinairement riche en travail créatif. C’est là, en mai, que Dostoevsky écrit le Discours de Pouchkine en l’espace de deux semaines. Le 22 mai, il quitte Staraya Russa pour Moscou afin de participer aux festivités entourant l’inauguration du monument Pouchkine sur le boulevard Tverskoï (Strastnoï). L’inauguration a lieu le 6 juin, et le 8 juin, Dostoevsky prononce son discours lors d’une réunion officielle de la Société des amateurs de littérature russe. Son succès est énorme. Le public voit en Dostoevsky un maître spirituel et un prophète. Il retourne à Staraya Russa au zénith de sa gloire et de sa reconnaissance par la société.

    Dans le calme de la maison de Staraya Russa, le travail l’attendait : « … littéralement épuisé, je suis revenu à Staraya Russa. Là, je me suis mis immédiatement au travail sur Les frères Karamazov, j’ai écrit trois signatures, je les ai envoyées, puis tout de suite, sans prendre de pause, j’ai écrit un numéro du Journal d’un écrivain (dont mon discours fera partie), afin de le publier séparément comme seul numéro de cette année. » Les périodes de travail intense étaient entrecoupées de courtes pauses et de temps passé avec ses enfants. En août, Fiodor écrit à sa femme, qui s’est rendue à Saint-Pétersbourg pour un court séjour d’affaires : « Fedya et moi sommes partis en taxi pour le jardin municipal qui se trouve sur la rive rouge, à côté du jardin du palais. Il y avait beaucoup de monde, ils lâchaient un ballon, et les choristes militaires chantaient ».

    En 1880, la famille a profité d’un séjour prolongé à Staraya Russa. La famille quitta le domaine le 6 octobre. L’été avait été exceptionnellement productif. Cependant, ce sera le dernier été de la vie de l’écrivain. Le 28 janvier 1881, F.M. Dostoevsky s’éteint.

    Après la mort de Dostoïevski, Anna Grigorievna continue de venir à Staraya Russa, gardant soigneusement le souvenir de leur vie commune dans la maison. Elle y séjourne pour la dernière fois en 1914. La maison a survécu aux événements de la Révolution et aux guerres suivantes, et a été préservée jusqu’à aujourd’hui. En 1931, une plaque commémorative y a été apposée et en 1971, pour le 150e anniversaire de la naissance de Dostoevsky, une exposition, qui est devenue la base d’un musée, a été ouverte. Le concepteur de l’exposition, G.I. Smirnov, est devenu le premier directeur du musée.

    blank

    La maison-musée commémorative F.M. Dostoïevski a été inaugurée le 4 mai 1981. Au deuxième étage de la maison, dans les six pièces où vivait la famille de l’écrivain, les arrangements et le décor d’origine ont été recréés. On y trouve des objets authentiques appartenant à l’écrivain et aux membres de sa famille, des documents, des éditions des œuvres de Dostoevsky publiées de son vivant et des meubles de son époque. Les bureaux administratifs sont situés au premier étage et le salon inférieur accueille des expositions, des conférences scientifiques annuelles et des soirées de lectures littéraires et de musique. Dans les écoles de Staraya Russa, les enfants étudient les œuvres de leur grand compatriote dans le cadre d’un programme spécial et enrichi. Les invités de Staraya Russa peuvent se familiariser avec les lieux reflétés dans le roman Les Frères Karamazov.

    4.9/5 - (40 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également