More

    Votre guide de confiance au meilleur prix

    Saint Pétersbourg Divertissements Les collections de l'Ermitage de Saint-Petersbourg

    Les collections de l’Ermitage de Saint-Petersbourg

    400 salles , 66.000m² & 60.000 œuvres exposées

    Le musée de l’ermitage se compose de plus de 400 salles réparties dans 4 bâtiments sans compter les annexes que nous avons traité dans notre guide complet sur l’Ermitage ici. Dans cet article nous allons voir toutes les collections. La taille de celles-ci étant immense nous avons fait au mieux pour avoir le plus important mis en avant. Encore une fois, si vous visitez l’Ermitage, faites des choix, vous ne pourrez pas tout voir. Nous vous proposons un itinéraire dans notre guide ci-dessus.

    Sommaire
    1. Les bâtiments du complexe muséal de l'Ermitage
    2. Premier étage
    3. Culture préhistorique
    4. Salles d’or
    5. La culture et l’art de l’Asie centrale pré-islamique
    6. L’art du Caucase
    7. L’art dans l’antiquité
    8. Deuxième étage
    9. Culture russe
    10. Les chambres d’état
    11. L’art italien
    12. La peinture espagnole
    13. La peinture flamande
    14. La peinture hollandaise
    15. L’art allemand du XVème au XVIIIème siècle
    16. L’art des Pays-bas
    17. L’Europe occidentale : l’art appliqué du XIe au XVe siècles
    18. L’art français des XVe – XVIIIe siècles
    19. L’art anglais
    20. Troisième étage
    21. L’art oriental
    Tsar Visit

    Les bâtiments du complexe muséal de l’Ermitage

    Les 4 bâtiments sont tous reliés les uns aux autres. Le billet d’entrée vous donne accès à l’ensemble mais il n’y a qu’une seule entrée générale via le palais d’hiver. Nous allons donc traiter les 4 bâtiments puis toutes les salles dans l’ordre de numérotation proposé par le musée de l’Ermitage.

    blank

    Le palais d’hiver de l’Ermitage

    Ce palais élégant et monumental est un remarquable monument du style baroque dans l’art russe du milieu du XVIIIe siècle. Le palais est un brillant exemple de la synthèse de l’architecture et de l’art plastique décoratif. Toutes les façades sont embellies par une colonnade à deux niveaux. Formant un rythme complexe de verticales, les colonnes s’élancent vers le haut, et ce mouvement embrasse les nombreuses statues et vases sur le toit. L’abondance de la décoration moulurée – corniches et encadrements de fenêtres fantaisistes, mascarons, cartouches, rocailles et divers frontons – crée un jeu d’ombre et de lumière extrêmement riche qui investit l’apparence du bâtiment avec magnificence.

    Développant un seul et même motif architectural, Rastrelli a donné à chacune des quatre façades du palais un rythme structurel différent. La façade sud, qui donne sur la place, a une grandeur formelle. Ici, l’architecte a percé le bâtiment de trois arcs pour créer une grande entrée dans la cour et l’a accentuée avec les éléments verticaux des colonnes jumelées. La majestueuse façade nord, qui donne l’impression d’une colonnade sans fin, fait face à la vaste étendue de la Neva. La façade ouest, en face de l’Amirauté, rappelle la composition d’un palais de campagne avec une petite cour. La façade orientale monumentale, avec ses blocs latéraux massifs formant une grande cour d’honneur, est tournée vers la rue Millionnaya, où se trouvaient les demeures de la noblesse.

    Pendant 150 ans, le palais a servi de résidence impériale. En novembre 1917, après la révolution d’octobre, il a été déclaré musée. L’exposition placée dans le palais comprend des grandes salles et des chambres, des collections d’antiquités d’Eurasie et d’Orient, ainsi que des collections de peintures, de sculptures et d’œuvres d’art décoratif européennes et orientales.

    Le petit Ermitage

    Sur ordre de l’impératrice Catherine II, le pavillon sud du petit Ermitage a été érigé en 1765-66 d’après un projet de l’architecte Yury Velten. L’apparence de ce bâtiment combinait organiquement les caractéristiques du style baroque tardif et du classicisme précoce. Plus tard, en 1767-69, l’architecte Jean Baptiste Vallin de la Mothe a construit le pavillon nord sur la rive de la Neva en utilisant le style du classicisme précoce. Les deux structures sont reliées au niveau du premier étage par le Jardin suspendu, qui comporte des galeries de chaque côté. Cet ensemble architectural a été appelé le « Petit Ermitage », car dans le Pavillon Nord, Catherine II organisait des fêtes avec des jeux et des spectacles qui étaient connus sous le nom de « petits ermitages ». Les œuvres d’art étaient logées dans les galeries latérales, ce qui a permis de commencer les collections du musée impérial. Au milieu du XIXe siècle, Andrei Stakenschneider a construit la salle du pavillon dans le petit ermitage, un exemple vivant du style éclectique dans la décoration intérieure.

    Le Grand Ermitage

    En 1771-1787, un nouveau bâtiment à côté du Petit Ermitage a été construit par ordre de l’impératrice Catherine II sur les berges de la Neva. Plus grand que le Petit Ermitage, il fut nommé le Grand Ermitage et était censé abriter les collections du palais et la bibliothèque. Yuri Velten, l’architecte, a réussi à intégrer le nouveau bâtiment dans le complexe existant du palais. L’austérité et la simplicité du Grand Ermitage ont suivi les canons du classicisme du XVIIIe siècle. Le bâtiment ne comporte aucun élément indiquant l’ordre comme des colonnes ou des pilastres, mais sa structure est entièrement déterminée par les proportions de l’ordre classique. La partie inférieure du bâtiment, massive et rustique, est équilibrée par la partie supérieure, plus légère. Le schéma décoratif de la façade est basé sur la combinaison rythmique de divisions horizontales et d’ouvertures de fenêtres verticales.

    En 1792, Giacomo Quarenghi a construit une extension du Grand Ermitage pour abriter les Loggias de Raphaël, copies du XVIIIe siècle des fresques originales du Vatican, à Rome.

    Le nouvel Ermitage

    Le nouvel Ermitage a été le premier bâtiment de Russie construit spécialement pour abriter les collections du musée. L’empereur Nicolas Ier a invité l’architecte allemand Leo von Klenze, dont les travaux ont largement contribué à l’image de l’architecture des musées en Europe, à venir en Russie pour construire l’Ermitage impérial. Les architectes Nikolay Yefimov et Vasily Stasov, chargés d’exécuter le projet de Klenze, y ont apporté quelques modifications essentielles afin d’adapter la nouvelle construction à l’environnement architectural existant.

    blank

    Le nouvel Ermitage construit en 1842-1851 dans le style de l’Historicisme se caractérise par l’austérité et la monumentalité de la structure et l’équilibre des volumes architecturaux. L’entrée du musée est accentuée par un magnifique portique soutenu par les figures atlantes taillées dans du granit gris dans l’atelier d’Alexandre Térébenev. Le bâtiment est également décoré de statues et de bas-reliefs représentant des artistes, des architectes et des sculpteurs célèbres du passé. Des ornements classiques, Renaissance et baroques animent les surfaces massives des façades du bâtiment.

    Les salles du musée ont été conçues en fonction des collections qui y seront exposées ; par exemple, les salles du premier étage, équipées de lucarnes lumineuses, abritaient la galerie de peintures, tandis que les salles du rez-de-chaussée, décorées dans le style de l’architecture classique, abritaient les collections d’antiquités et de sculptures, ainsi que plusieurs bibliothèques. La cérémonie d’ouverture du premier musée d’art en Russie a eu lieu le 5 février 1852. Aujourd’hui, les salles historiquement préservées abritent les collections d’art ancien, ainsi que des peintures, sculptures et arts décoratifs européens.

    Premier étage (RDC en français)

    Premier étage collection de l'Ermitage

    Culture préhistorique (rose, salles 11 à 33, premier étage)

    Anciennes reliques de la culture et de l’art d’Eurasie (Salles 11 à 14)

    Les reliques anciennes exposées couvrent la période allant du paléolithique au début de l’âge du fer et ont été découvertes sur les territoires du Caucase, de la Crimée, de la Russie européenne et de l’Asie centrale. Parmi les objets les plus anciens, on trouve des outils de travail et des statuettes féminines provenant des anciens campements du paléolithique. Les pétroglyphes découverts dans le district de Prionezhskiy (Carélie) datent de 4 000 à 3 000 ans avant J.-C. Divers matériaux archéologiques décrivent les cultures agricoles de la fin de l’an 4 000 au début de l’an 2 000 avant J.-C. Les objets en bronze découverts lors des travaux de fouille près du village de Koban en Ossétie (début de l’an 1 000 avant J.-C.) donnent une image générale du phénomène culturel de Koban.

    La culture scythe du VIIe au IIe siècle avant J.-C. (Salles 15 à 17)

    L’exposition est consacrée à la culture nomade primitive dite « scythe », qui existait au premier millénaire avant J.-C. dans les steppes d’Eurasie. J.-C., de nombreux objets proviennent des tumulus découverts sur les terres de Crimée, du Kouban et du Dniepr. Dans les salles de l’exposition permanente sont exposés des exemples d’armement, de harnachement de chevaux et d’objets ménagers utilisés par les Scythes. Divers matériaux archéologiques représentent la culture des tribus agricoles scythes de la zone forêt-steppe.

    La culture des peuples de la Sibérie du Sud (Violet, Salles 26 à 32)

    L’exposition permet au visiteur de découvrir la culture des peuples de Sayano-Altaï, du Transbaykal et de la Sibérie du Sud de l’époque scythe au Moyen Âge (8e siècle avant J.-C. – 13e siècle après J.-C.). Les objets trouvés lors des fouilles archéologiques dans la région de l’Altaï et Тuva occupent une place importante dans les salles consacrées à l’époque scythe. Ils sont complétés par les matériaux relatifs à la culture tagare, qui s’est répandue sur le territoire de la dépression de Minusinsk. Le matériel consacré aux nomades Huns explore leur vie quotidienne. Les objets culturels des États de langue turque, que l’on pouvait trouver sur le territoire de l’Altaï et de la Sibérie du Sud aux VIe et XIIIe siècles, complètent l’exposition. Le tumulus de Pazyryk, situé sur le versant sud de la chaîne Chulishmanskiy dans l’est de l’Altaï, est l’un des monuments archéologiques les plus remarquables de l’époque « scythe ».

    La salle 26 présente les objets de grande valeur découverts dans le cimetière du cinquième tumulus (IVe-IIIe siècle avant J.-C.), le dernier des tombes « impériales » de la haute vallée montagneuse de Pazyryk. Dans la chambre funéraire, on a trouvé une cabane en bois de mélèze, un catafalque en bois, un tapis en feutre avec les scènes rituelles exécutées selon la technique de l’appliqué et le plus ancien tapis à poils du monde.

    L’Europe à l’époque des migrations et au début du Moyen Âge (Salle 33, couloir de Koutouzov)

    Le 1er décembre 2017, dans le cadre des Journées de l’Ermitage 2017, la nouvelle exposition permanente du musée « L’Europe à l’époque des migrations et au début du Moyen Âge » a été inaugurée au Palais d’Hiver.

    Seize vitrines présentent des objets archéologiques qui racontent la période de migration de la fin du IVe au VIe siècle après J.-C., une époque historique importante et mouvementée qui a constitué une étape de transition entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge (VIe – Xe siècles). Pour de nombreux peuples européens, c’est à cette époque qu’est née leur propre culture, issue d’une synthèse de traditions ethniques « barbares » et de divers éléments de l’héritage gréco-romain. Le développement des premières civilisations médiévales en Europe commence précisément après l’achèvement des processus migratoires turbulents de cette période et peut être considéré comme une conséquence de ceux-ci.

    blank

    Salles d’or (Jaune, Salles 41 à 45)

    Le Salon d’or abrite une remarquable collection d’objets inestimables, allant d’anciens objets en or scythes et grecs à la collection sibérienne de Pierre le Grand. En outre, vous y verrez de splendides objets qui ont été donnés en cadeau à la famille impériale.

    La culture et l’art de l’Asie centrale pré-islamique (Salles 46 à 54)

    L’exposition présente la culture de l’Asie centrale depuis les États les plus anciens jusqu’au début de l’Islam. L’exposition s’ouvre avec les objets culturels des nomades Saka (1er millénaire avant J.-C.) et les objets d’art des États hellénistiques – l’Empire Parthien (3e siècle avant J.-C.-2e siècle après J.-C.) et le Royaume Gréco-Bactrien (3e-1e siècle avant J.-C.). La célèbre frise – un relief de pierre du 1er siècle après J.-C. avec des figures de musiciens – provient du monastère bouddhiste d’Ayrtam. Les exemples de sculpture et de peinture trouvés à Pendjikent, les peintures murales découvertes à Varaksha familiarisent le visiteur avec la culture de la Sogdiane (5e – 8e siècles après J.-C.).

    La collection d’argenterie sogdienne et khorezmienne est de renommée mondiale. Les fouilles de la forteresse de montagne d’Abgar (l’actuelle montagne de Mug) ont permis de découvrir les matériaux qui sont exposés dans le département séparé de l’exposition consacrée au Dévastich, le dernier souverain de la Pendjikent (début du 8e siècle).

    L’art du Caucase (Orange, salles 55 à 66, premier étage)

    La culture du Caucase. L’Antiquité et le Haut Moyen Âge (Salles 55 à 57)

    L’exposition présente les découvertes archéologiques des différentes régions du Caucase couvrant une période allant de la fin du 2e – début du 1er millénaire avant J.-C. jusqu’aux 8e – 9e siècles, y compris les objets culturels de l’ancien État d’Urartu des 9e – 7e siècles avant J.-C. et les découvertes archéologiques uniques provenant du cimetière (8e – 9e siècles) dans le ravin de Moshchevaya Balka dans le Caucase du Nord.

    L’exposition s’ouvre sur les découvertes archéologiques (fin du 2e millénaire – 1er millénaire avant J.-C.) des différentes régions du Caucase du Sud. La salle suivante est consacrée à la culture de l’ancien État d’Urartu (IXe – VIIe siècles avant J.-C.) situé sur le territoire adjacent aux lacs Van, Urmia et Sevan. La majorité des objets datent des VIIIe et VIIe siècles avant J.-C. et proviennent de l’ancienne ville de Teishebaini, où l’expédition archéologique dirigée par B.B. Piotrovsky de 1939 à 1971 a effectué des fouilles sous une colline à Karmir Blur. Les figurines en bronze de créatures fantastiques, qui proviennent de l’ancienne ville de Rusakhinili (aujourd’hui Toprakkale), sont particulièrement intéressantes. Une galerie séparée expose les découvertes archéologiques uniques du cimetière des 8e et 9e siècles situé sur les terrasses de haute montagne dans le ravin de Moshchevaya Balka dans le Caucase du Nord. Elle comprend une collection unique de tissus, de pièces de vêtements, d’objets en bois et en cuir, remarquables par leur état de conservation.

    L’art du Daghestan médiéval (Salles 58 à 60)

    La majorité des objets d’art représentés dans l’exposition sont associés au phénomène culturel unique qui a émergé au Moyen-Âge dans le village de montagne de Kubachi (la partie centrale de la région aujourd’hui habitée par les Dargins) au Daghestan. La collection de reliefs en pierre et de chaudrons en bronze est exposée dans les salles 58-59. Créés à Kubachi, ces objets d’art ont été exécutés dans deux styles traditionnels caractéristiques de cette culture. Au XIXe siècle, les habitants de Kubachi se consacraient à la décoration d’armes et à la fabrication de bijoux, comme en témoignent les objets exposés dans les vitrines de la salle 60.

    L’art de l’Arménie et de la Géorgie (Salles 62 à 63A)

    L’exposition consacrée à la culture de l’Arménie et de la Géorgie illustre l’histoire culturelle de la Transcaucasie depuis les temps les plus anciens jusqu’au XIXe siècle.

    L’art de l’Arménie dans la salle 63 est représenté par les monuments d’art du 1er au 19ème siècle. Le plus grand nombre d’objets reflétant la culture de l’Arménie médiévale comprend les œuvres toreutiques du royaume arménien de Kilikan des XIIe et XIIIe siècles, des fragments d’ornementation architecturale des XIe au XIVe siècles et un « khachkar », également appelé croix de pierre arménienne. Les exemples de peintures murales médiévales et la collection de manuscrits enluminés occupent une place importante dans l’exposition.

    Dans la salle 62 consacrée à la culture et à l’art de Géorgie, connue dans l’Antiquité sous les noms d’Iberia-Kartli et de Colchis, sont exposés les anciens objets d’art trouvés dans le cimetière du village de Bori (IIe – IIIe siècles), les œuvres des orfèvres médiévaux de Géorgie, y compris les détails des cadres d’icônes et de la croix de procession du XVe siècle, ainsi que les exemples de sculpture sur pierre architecturale des XIe au XVe siècles. Les objets exposés comprennent également les récipients à vin originaux en argent et les armes artistiques du XIXe siècle.

    L’art de l’armurerie au Moyen-Orient du XVe – XIXe siècle (Salle 65, le hall aux colonnes blanches)

    L’exposition présente des armes provenant d’Arabie, de l’Empire ottoman, d’Afrique du Nord et d’Iran, ainsi qu’un certain nombre d’objets créés par des forgerons du Caucase et d’Asie centrale.

    Une partie importante de la collection d’armures de l’Ermitage a été constituée dans la première moitié du XIXe siècle sur la base de l’arsenal privé de l’empereur Nicolas Ier conservé à Tsarskoïe Selo. Sa constitution dépendait des cadeaux offerts par les souverains, diplomates et chefs militaires étrangers, ainsi que du butin des guerres du Caucase, d’Asie centrale et du Proche-Orient.

    L’histoire et la culture de la Horde d’or (Salles 61 et 66)

    L’exposition permet au visiteur de découvrir la diversité culturelle de la Horde d’or, l’État qui occupait la vaste étendue de la steppe en Eurasie du XIIIe au XVe siècle. À partir de matériaux provenant de plusieurs collections archéologiques, l’exposition présente des objets en pierres précieuses, qui représentent les principales étapes du développement de la culture des cavaliers du XIIIe au XIVe siècle. Les matériaux archéologiques fournis par les fouilles menées à Fort Gulistan, dans la région de la Moyenne-Volta, donnent une bonne idée de la culture des villes de la steppe de la Horde d’Or. Les matériaux de la collection Belorechenskaya (Caucase du Nord) et de la collection Solkhatskaya (Crimée orientale) permettent de révéler les contacts et les relations commerciales entre la Crimée orientale et le Caucase du Nord pendant la période de la fin du XIVe – XVe siècle.

    L’art dans l’antiquité (moutarde, Salles 100 à 131, premier étage)

    La culture de l’Égypte ancienne (Salle 100)

    L’exposition présente au visiteur les principales étapes de l’histoire culturelle de l’Égypte ancienne de la fin de l’an 4 000 à 1 000 avant J.-C. . Les fragments de reliefs muraux provenant des tombes des nobles des Ve et VIe dynasties remontent à la période de l’Ancien Empire. Les matériaux caractéristiques des pratiques cultuelles de la culture égyptienne du Moyen Empire, notamment les stèles, les figurines en bois des serviteurs et les statuettes de particuliers, permettent de se faire une idée de cette période.

    La statue représentant le pharaon Amonemhat III de la XIIe dynastie, qui date du XIXe siècle avant J.-C., est un bel exemple du portrait royal officiel. L’art du Nouvel Empire est représenté par la sculpture, les stèles et l’artisanat d’art. L’un des chefs-d’œuvre de la collection, la statue de Cléopâtre VII, dernière reine de la dynastie ptolémaïque, remonte à la domination de la dynastie macédonienne, qui a cessé d’exister en 30 avant J.-C.

    L’art de la Rome antique (Salles 101 à 110 et 127 à 129)

    blank
    Salle Jupiter

    La collection d’art romain couvre la période chronologique allant de la République (1er siècle avant J.-C.) à la fin de l’Empire (4e siècle avant J.-C.). Elle comprend des sculptures, des reliefs, des sarcophages en marbre, des autels, des mosaïques et des objets d’artisanat d’art. La place la plus importante dans la collection de l’Ermitage est occupée par les portraits sculptés romains. Parmi les chefs-d’œuvre figurent le portrait de l’empereur Lucius Verus (IIe siècle avant J.-C.), le portrait d’une jeune femme, dite syrienne (IIe siècle avant J.-C.) et deux monuments d’art du IIIe siècle : les portraits des empereurs Balbinus et Philippe l’Arabe.

    L’art de la Grèce antique (Salles 111 à 114)

    L’art de la période archaïque et du début de la période classique est représenté par les objets de céramique peinte sur verre provenant de différents centres importants de l’artisanat grec, notamment Athènes, Corinthe et les villes d’Ionie. Parmi les objets exposés figurent des œuvres de peintres de vases tels qu’Epictète, Euphronios et Durios. Les vestiges de l’Antiquité trouvés à Chypre (fin du troisième millénaire – 5e siècle avant J.-C.) sont exposés ici. Les monuments grecs originaux, tels que les tombes avec des reliefs datant du 5e siècle avant J.-C., et les copies romaines des œuvres des célèbres sculpteurs de la Grèce antique familiarisent le visiteur avec l’art des périodes du Haut et du Bas-Classique. L’exposition se termine par les œuvres d’origine romaine reproduisant les chefs-d’œuvre de Scopas, Praxitèle, Lysippe et d’autres sculpteurs de la période classique tardive (IVe siècle avant J.-C.).

    La culture des anciennes villes de la région nord de la mer Noire (Salles 115 à 117)

    L’exposition est basée sur la collection de monuments datant du 7e siècle avant J.-C. au 3e siècle après J.-C. découverts à la suite de fouilles archéologiques sur le territoire de la région du nord de la mer Noire. La partie principale de l’exposition intitulée « Les tumulus du Bosphore » est consacrée aux célèbres sépultures du royaume du Bosphore. Elle présente trois sarcophages en bois uniques, les objets trouvés dans les tumulus de Nimfei et de Semibratniy, ainsi que dans les tumulus de Kul-Oba et de Yuz-Oba. Les sarcophages en bois et peints ainsi qu’un groupe d’objets trouvés dans les tombes du Bosphore sont d’origine romaine, parmi lesquels il convient de noter le masque en or des IIIe et IVe siècles. Une section distincte de l’exposition illustre les caractéristiques distinctives de la décoration des habitations antiques au cours de l’ère archaïque, classique et hellénistique.

    L’art de l’ère hellénique (Salle 121)

    L’exposition est consacrée à l’art hellénistique issu de la campagne d’Alexandre le Grand à la fin du IVe siècle avant J.-C. Les sculptures exposées sont principalement des copies romaines des originaux hellénistiques. Une section séparée est consacrée à l’art plastique classique en terre cuite des IVe et IIIe siècles avant J.-C. Parmi les objets exposés, on trouve la statuette d’Aphrodite jouant avec Éros ainsi que les gracieuses figurines créées dans la ville de Tanagra en Béotie.

    La chambre des diamants (Salles 122 à 126)

    L’exposition présente des joyaux inestimables et des objets de luxe qui ont appartenu à la famille Romanov et des cadeaux diplomatiques à la cour russe. Vous verrez la célèbre vitrine qui présente deux harnais de chevaux somptueusement décorés de pierres précieuses, ainsi que des décorations exquises créées par Carl Faberge.

    L’art de l’Italie ancienne (Salles 130 à 131)

    L’exposition représente l’art de l’Italie pré-romaine de la fin du IXe – IIe siècle avant J.-C. La majorité des objets exposés sont représentés par des céramiques provenant des différentes régions d’Italie. La pièce la plus belle est l’hydrie laquée noire dont les épaules représentent les divinités et le corps portant la bande avec les figures en relief de gryphons, lions et panthères sur le corps (IVe siècle avant J.-C.). Une section distincte de l’exposition est consacrée aux objets culturels étrusques datant du VIIIe au IIe siècle avant J.-C., notamment les céramiques et les bronzes. L’urne cinéraire représentant la figure couchée d’un jeune est un exemple rare de sculpture étrusque en bronze.

    Deuxième étage (premier étage en français)

    Deuxième étage collection de l'Ermitage

    Culture russe (Violet, salles 151 à 187, deuxième étage)

    La galerie de portraits des représentants de la dynastie des Romanov (Salles 151 à 153)

    De 1840 à 1918, la galerie Romanov a été installée dans la galerie du Petit Ermitage. Basée sur le riche héritage iconographique de la dynastie royale Romanov de Russie dans la collection de l’Ermitage, elle a été recréée dans l’une des galeries du Palais d’hiver du musée actuel. On y trouve les portraits de tous les couronnés de la dynastie Romanov et des membres de leur famille.

    La culture et l’art russes de la première moitié du XVIIIe siècle (Salles 157 à 167)

    L’exposition historique et culturelle intitulée « La culture russe de la première moitié du XVIIIe siècle » raconte une histoire fascinante du développement de la culture russe depuis l’époque de Pierre le Grand jusqu’au règne d’Elizabeth Petrovna.

    Une collection unique de souvenirs provenant de l' »Étude de Pierre le Grand » permet de se faire une idée à la fois de la culture de l’époque de Pierre et de la personnalité de Pierre le Grand. Elle se compose d’outils, d’instruments et de tours provenant de l’atelier de Pierre. Les portraits des personnalités publiques qui se sont distinguées sous le règne de Pierre le Grand et d’Élisabeth méritent une mention spéciale. Une partie considérable des objets exposés représente les œuvres d’art décoratif et appliqué de la première moitié du XVIIIe siècle. On y trouve notamment des meubles, des décorations d’intérieur, des objets d’art en métal, des objets en verre, des émaux, des exemples de mosaïques, etc. Les premiers exemples de porcelaine produits à la Manufacture de Porcelaine Impériale sont exposés, y compris les rares exemples de porcelaine russe du père de la porcelaine artisanale D.I. Vinogradov.

    La culture et l’art russes de la seconde moitié du XVIIIe siècle (Salles 168 à 174)

    L’exposition se concentre sur le règne (1762 – 1796) de Catherine II et de ses successeurs immédiats.

    Les peintures exposées sont pour la plupart des portraits, notamment des œuvres de Vladimir Borovikovsky, Dmitry Levitsky, Fyodor Rokotov et d’artistes étrangers tels qu’Alexander Roslin, Johann Baptist von Lampi, Jean-Louis Voille, Angelica Kauffmann et d’autres. L’exposition présente également des objets d’art décoratif et appliqué, tels que des costumes, des meubles, de la porcelaine, de la verrerie, des textiles et des œuvres d’art en métal. La salle 171, qui était le bureau d’Alexandre II combiné à la chambre à coucher, abrite une plaque commémorative et un buste en marbre de l’empereur, qui est mort ici des suites de ses blessures le 1er mars 1881.

    La décoration intérieure russe du XIXe – début du XXe siècle (Salles 176 à 187)

    Classée par ordre chronologique, de l’époque d’Alexandre Ier jusqu’au règne de Nicolas II, l’exposition retrace l’évolution des intérieurs, de l’Art Nouveau aux styles Empire.

    L’exposition permanente intitulée « La décoration intérieure russe du XIXe siècle » est basée sur les matériaux collectés par le département de l’histoire de la culture russe et comprend près de 400 pièces datant du XIXe – début du XXe siècle. Une partie considérable des objets a été utilisée pour la décoration du Palais d’hiver. L’exposition complète des objets, caractéristiques de leur période historique spécifique et extrêmement variés tant dans leurs fonctions que dans leurs techniques respectives, permet de montrer de façon vivante les traits les plus distinctifs de l’art décoratif et appliqué russe. Classée par ordre chronologique, de l’époque d’Alexandre Ier jusqu’au règne de Nicolas II, l’exposition présente différentes tendances stylistiques reflétant l’évolution des intérieurs, allant du style Art nouveau au style Empire.

    Collection de l'Ermitage - le boudoir
    Le boudoir

    Chaque partie de l’exposition porte la marque de son époque. Les objets présentés dans l’exposition recréent partiellement le panorama du mode de vie de l’aristocratie, de la noblesse et de la classe moyenne de la société russe. Chaque fonction a reçu sa propre pièce : le salon, le salon de musique, le bureau privé, le boudoir et autres. L’une des salles (salle 178) représente l’intérieur original du palais. Il s’agit de la bibliothèque de Nicolas II, dont les salons privés étaient situés dans cette partie du palais d’hiver.

    La place prépondérante dans l’exposition est occupée par le mobilier qui joue un rôle important dans toute décoration intérieure. La riche collection de meubles russes de l’Ermitage permet de montrer l’impressionnante diversité des formes, du design et de la décoration artistique, ainsi que le rôle important des principaux architectes et maîtres de l’art décoratif et appliqué qui les ont créés.

    Les chambres d’état (Vert clair, salles 155, 156, 188 à 197, 204, 270 à 271 et 304 à 308)

    La suite de chambres Nevsky, la chambre Malachite et la rotonde (Salles 155 à 156 et 188 à 192)

    collection de l'Ermitage
    La Malachite

    S’étendant le long de la Neva, la suite de chambres Nevsky du Palais d’hiver commence à partir du palier de l’escalier Jordan. Elle comprend trois salles d’état : l’Antichambre, la Salle Nicolas et la Salle de concert. Conçu par Giacomo Quarenghi à la fin du XVIIIe siècle, l’intérieur de la suite Nevsky a été gravement endommagé par le grave incendie de 1837. Il a été restauré par V.P. Stasov conformément à la tendance architecturale dominante du milieu du XIXe siècle. Au-delà de la salle de concert se trouve la salle Malachite (architecte A.P. Brullov), dont les portes s’ouvrent sur la petite salle à manger et la salle à manger Blackamoor. De cette dernière, on peut se rendre dans la salle ronde au plafond en dôme appelée Rotonde (architecte Auguste Montferrand). La Rotonde est située à l’endroit où deux bâtiments se rejoignent.

    La suite des salles de l’État dans le palais d’hiver (Salles 193 à 197, 270 à 271 et 282)

    Commençant près de l’escalier du Jourdain, la suite des salles d’état du Palais d’Hiver mène à la salle St George (la grande salle du trône) et à la grande église. Les salles, qui ont conservé leur décoration d’origine, offrent un aperçu fascinant des intérieurs de palais du XIXe siècle.

    collection de l'Ermitage
    Salle Saint-Georges

    La grande suite de pièces du palais d’hiver commence près de l’escalier du Jourdain et mène à la salle Saint-Georges (la grande salle du trône). La suite commence dans la salle des feld-maréchaux. Adjacente à celle-ci se trouve la salle commémorative de Pierre le Grand. Plus loin se trouve l’Armorial Hall, la deuxième salle intérieure du palais par sa taille. De la Salle d’Armes, on peut entrer dans la Galerie de la Guerre créée comme un monument à la gloire militaire de la Russie, qui a gagné la guerre contre l’armée napoléonienne. Les portes de la partie centrale de la Galerie de la Guerre s’ouvrent sur la Salle Saint-Georges, l’ancien lieu des cérémonies d’accession impériale. Juste après la Galerie de la Guerre, à l’approche de la grande église du Palais d’Hiver, se trouve une petite antichambre. À côté se trouve la salle des piquets de grève et la salle adjacente d’Alexandre, ainsi nommée en l’honneur de l’empereur Alexandre Ier.

    Les chambres privées de l’impératrice Maria Alexandrovna dans le palais d’hiver (Salles 289 et 304 à 308)

    collection de l'Ermitage
    La chambre bleue

    Les salons privés de l’impératrice Marie-Alexandrovna, épouse de l’empereur Alexandre II. La salle blanche, le salon doré, le salon vert, le bureau cramoisi, le boudoir et la chambre bleue étaient les salons privés de l’impératrice Marie-Alexandrovna, épouse de l’empereur Alexandre II. La décoration intérieure a été recréée en 1841 par A.P. Briullov. Selon les souhaits de l’impératrice, A.I. Stackenschneider et G.A. Bosse ont rénové les salons privés dans les années 1850-60. Après les travaux de restauration des années 50 – 60, la décoration actuelle des salons privés de Maria

    L’art italien (Vert foncé, salles 207 à 238)

    Art de la Renaissance italienne du XIIIe – XVIe siècle (Salles 207 à 216)

    L’art de la Renaissance italienne, qui couvre une période allant de sa naissance au XIIIe siècle jusqu’au XVIe siècle, est représenté dans la Grande Suite des chambres du premier étage de l’Ancien Ermitage. L’exposition présente les œuvres des maîtres de diverses écoles italiennes, la première place étant occupée par l’école florentine.

    Datant de la seconde moitié du XIIIe siècle, l’une des plus anciennes œuvres de l’exposition est intitulée « Croix avec le Christ crucifié » par Ugolino di Tedice, le maître de Pise. Il convient de mentionner en particulier l’exemple remarquable de l’art du début de la Renaissance italienne – le panneau diptyque droit de petite taille – qui représente la Madone dans une scène de « L’Annonciation », l’œuvre du grand artiste de la Renaissance italienne Simone Martini (salle 207). L’art florentin du XVe siècle est représenté par les peintures de Fra Beato Angelico, Fra Filippo Lippi, ainsi que par les œuvres des sculpteurs et céramistes de la famille della Robbia (salles 209-210).

    L’exposition contient les peintures des principaux artistes italiens des XVe et XVIe siècles, notamment Sandro Botticelli, Filippino Lippi, Pietro Perugino, Andrea del Sarto et Francesco Franchi. Deux tableaux de Léonard de Vinci – « La Madone de Benois » et « La Madone de Litta » – sont considérés à juste titre comme les joyaux de la collection de l’Ermitage. Les tableaux des disciples et des adeptes du grand maître de Vinci, dont Francesco Melzi, Bernardino Luini et Giampietrino (salle 215), ainsi que les toiles des artistes maniéristes Jacopo Pontormo, Angelo Bronzino et Giulio Romano complètent l’exposition.

    L’école d’art vénitienne de la Renaissance italienne (Salles 217 à 223)

    La cour-enfilade du premier étage du Grand Ermitage est consacrée à l’école de peinture vénitienne représentée par les œuvres des maîtres des XVe et XVIe siècles Cima da Conegliano, Giorgione et Sebastiano del Pjombo, ainsi que par les portraitistes Palma l’Ancien, Domenico Capriolo et Lorenzo Lotto (salles 217-218). Les peintures de Titien caractérisent les différentes étapes de son œuvre. La plus ancienne, le tableau monumental « La fuite en Égypte », a été réalisée au début du XVIe siècle (salle 217), tandis que les célèbres tableaux de la collection de l’Ermitage – « Danaé », « La Madeleine pénitente » et « Saint Sébastien » – (salle 221) représentent la période tardive de l’œuvre de Titien. Les tableaux de Paolo Véronèse et de Jacopo Tintoretto illustrent la dernière étape du développement de l’art à la Renaissance (salle 222). L’exposition est complétée par des objets d’art appliqué : verre vénitien, heurtoirs de porte en bronze, tissus et dentelles (salle 223).

    Les loggias de Raphaël (Salle 227)

    collection de l'Ermitage

    Commandées par l’impératrice Catherine II à la fin des années 1780, les loges de Raphaël sont la copie exacte de la galerie du palais papal au Vatican. Les fresques des loggias ouvertes du Palais papal ont été peintes d’après les croquis de Raphaël. Leurs copies réalisées en Italie par un groupe d’artistes sous la supervision de Christopher Unterberger, ont pris place dans la galerie d’un bâtiment séparé érigé par Giacomo Quarenghi. Les voûtes des Loggias sont décorées de scènes tirées de récits bibliques, les murs sont couverts de peintures avec des motifs d’ornementation, appelés « grotesques ».

    L’art italien des XVIe – XVIIIe siècles (Salles 229 à 238)

    L’exposition d’art italien des XVIe et XVIIIe siècles au premier étage du Nouvel Ermitage occupe les salles dites des Petites et Grandes lucarnes italiennes (salles 237-238), les salles de l’Enfilade de la Cour, « les Cabinets italiens » (salles 230-236) et la salle de la Majolique italienne (salle 229).

    Deux peintures anciennes de Raphaël – « La Vierge aux Conestabile » et « La Sainte Famille » – ainsi que l’énorme dessin animé de Giulio Romano intitulé « Le triomphe de Scipion l’Africain » sont exposés dans la salle 229. On y trouve également des objets d’art décoratif et appliqué de la Renaissance, notamment des exemples de majoliques, de cassones et de tapisseries du XVIe siècle. La cour s’ouvre sur la salle des fresques réalisées au XVIe siècle par les artistes de l’école Raphaëlite sur les thèmes des « Métamorphoses » d’Ovide. On y trouve également une petite sculpture de Michelangelo Buonarroti intitulée « Le garçon accroupi », acquise pour la collection impériale sur ordre de Catherine II, ainsi qu’une partie de la collection de sculptures de Farsetti et des œuvres du grand maître du style baroque Gian Lorenzo Bernini.

    L’Académie de Bologne est représentée par les tableaux des frères Carracci, Guido Reni, Guercino et Domenichino (salles 237,231), et une autre division de la collection connue sous le nom de Caravagisme italien (salles 237,232,233) est représentée par « Le joueur de luth » (salle 237), le seul tableau en Russie de Michelangelo Merisi da Caravaggio. La grande salle italienne des lucarnes présente des toiles de grande taille réalisées par des artistes italiens des XVIIe et XVIIIe siècles (salle 238).

    Sont exposées ici les peintures dans le genre de la veduta, les œuvres du grand artiste baroque italien Luca Giordano, ainsi que les peintures de Salvator Rosa et Giovanni Maria Crespi. Des toiles décoratives à grande échelle peintes par Tiepolo sur des thèmes de l’histoire romaine ancienne ont été créées par le maître pour le Palais des Dauphins à Venise. Au centre de la salle se trouve la sculpture intitulée « La mort d’Adonis » de Giuseppe Mazzuola.

    La peinture espagnole (Saumon, Salles 239 à 240, deuxième étage)

    La collection de peinture espagnole occupe deux salles au premier étage du Nouvel Ermitage : la petite salle de la lucarne espagnole et le Cabinet espagnol (salles 239-240).

    L’exposition s’ouvre avec les œuvres des maîtres représentant les différentes écoles d’art du XVe siècle. La peinture espagnole du XVIe siècle est illustrée par les toiles de Luis de Morales et Francisco Ribalta, ainsi que par les maîtres du portrait de cour Alonso Sanchez Coello et Juan Pantoja de la Cruz. L’un des joyaux de la collection de l’Ermitage est « Les Apôtres Pierre et Paul » du Greco. L’art espagnol du XVIIe siècle est associé aux noms de maîtres tels que Jusepe de Ribera, Francisco de Zurbaran et Diego Velazquez. Un grand nombre de tableaux de Bartolomé Esteban Murillo donnent une image générale de l’œuvre du célèbre artiste sévillan. Le « Portrait de l’actrice Antonia Zarate » de Francisco de Goya, daté du début du XIXe siècle, clôt l’exposition de manière chronologique.

    La peinture flamande (Bleu, Salles 245 à 247, deuxième étage)

    La peinture flamande occupe quatre salles au premier étage du Nouvel Ermitage (salles 245-247). Il s’agit de l’une des plus grandes collections au monde, qui contient les œuvres de Peter Paul Rubens, Anthony van Dyck, Jacob Jordaens et FransSnyders, les célèbres artistes du XVIIe siècle.

    Le XVIIe siècle a marqué l’âge d’or de la peinture flamande. Les tableaux de Peter Paul Rubens (salle 247) constituent le point central de l’exposition. Son œuvre, en tant qu’artiste principal de l’école de peinture flamande, est représentée par différents genres : paysage, portrait, sujets bibliques et mythologiques. Parmi les œuvres les plus remarquables figurent « L’union de la terre et de l’eau », « Persée et Andromède » et « Bacchus ». L’œuvre du célèbre portraitiste flamand Anthony van Dyck est représentée à l’Ermitage par 24 tableaux, dont la plupart sont exposés dans la salle attenante (246). Les peintures de grand format de FransSnyders de la série « Shops », les peintures de scènes de chasse de Paul de Vos et « The Bean King » de Jacob Jordaens donnent un aperçu de la diversité des genres de sujets pratiqués par les maîtres flamands du XVIIe siècle (salle 245).

    La peinture hollandaise (Bordeau, Salles 248 à 254, deuxième étage)

    L’exposition de peinture hollandaise est l’une des plus importantes de la collection de l’Ermitage. Elle occupe six salles au premier étage du nouvel Ermitage (salles 249-253).

    Étant la plus grande en superficie, la Salle de la Tente (249) représente la diversité des genres pratiqués dans l’art néerlandais du XVIIe siècle. On y trouve les œuvres des célèbres paysagistes Jan van Goyen et Jacob van Ruisdael, des peintres de genre Jan Steen, Gerard Terborch, Pieter de Hooch, Adriaen et Isaac van Ostade, de l’animalier Paulus Potter, des maîtres de la nature morte Willem Claesz Heda et Willem Kalf. Les portraits de Frans Hals sont également exposés. Une salle séparée présente les œuvres de Rembrandt Harmensz van Rijn (salle 254). L’Ermitage possède la plus grande collection d’œuvres du grand artiste néerlandais, qui est représentée par des peintures sur des sujets bibliques et mythologiques, ainsi que par des portraits.

    L’art allemand du XVème au XVIIIème siècle (bleu clair, Salles 255 à 257, deuxième étage)

    La collection d’art allemand de la Renaissance comprend cinq peintures de Lucas Cranach l’Ancien, les portraits de Brain Bartholomeus l’Ancien, Ambrosius Holbein et Georg Pencz. Les tableaux de Hans von Aachen (le peintre de la cour de l’empereur Rodolphe II Habsbourg), Johann Schonfeld et Christopher Paudiss donnent un aperçu de la peinture du XVIIe siècle. La collection de peinture allemande du XVIIIe siècle est représentée par les œuvres d’Angelica Kauffman, d’Anton Raphael Mengs et d’Antoine Pesne. La collection de portraits allemands de la seconde moitié du XVIIIe siècle comprend les toiles de Johann Friederich Tischbein et d’Anton Graff. L’exposition présente des œuvres de sculpture et des objets d’art décoratif et appliqué.

    L’art des Pays-bas (Rose, Salles 258 à 261, deuxième étage)

    L’exposition d’art des Pays-Bas se trouve au premier étage du Petit Ermitage où elle occupe une partie du pavillon sud adjacent (salle 258), une des galeries (salles 261 – 262) et la salle d’angle du bâtiment du Nouvel Ermitage (salle 248).

    Loin d’être de grande taille, la collection de peinture néerlandaise contient les œuvres d’artistes remarquables, qui ont atteint le plus haut sommet de leur art national. L’une des premières peintures néerlandaises, qui remonte au début du XVe siècle, est le diptyque « Trinité ». La Vierge à l’enfant près d’une cheminée » de Robert Campin. C’est ici que le visiteur peut voir les peintures des principaux artistes du 15e siècle : « Saint Luc dessinant la Vierge » de Rogier van der Weyden et le triptyque de Hugo van der Goes.

    Parmi les joyaux de la collection se trouve le triptyque « La guérison de l’aveugle de Jéricho » de Lucas van Leyden, ainsi que les tableaux de Jan Gossaert, Dirck Jacobsz, Pieter Aertsen, Joachim Patinier et Adriaen Thomas Key. Sont également exposés des sculptures, des tapisseries et des objets d’art appliqué créés par les maîtres néerlandais.

    L’Europe occidentale : l’art appliqué du XIe au XVe siècles (Violet foncé, Salle 259)

    La collection de monuments d’Europe occidentale d’art appliqué du Moyen Âge est exposée dans la galerie Romanov du Petit Ermitage. Elle présente les objets de la plaque d’église, notamment les coffrets de reliquaire, les ostensoirs, les croissants, les croix de procession, les plaques d’os sculptées dont les scènes forment des sujets séculiers et religieux, la sculpture en ivoire de la Vierge à l’Enfant. Une place importante dans la collection des maîtres de Limoges est occupée par un cercueil portant des scènes de la vie de Sainte Valérie. Un exemple très rare est le vase Fortuny en céramique du XIVe siècle, exécuté dans le style hispano-mauresque. L’exposition contient également des pièces de mobilier, des tapisseries, des vitraux et des œuvres d’art en métal.

    L’art français des XVe – XVIIIe siècles (Bleu foncé, Salles 272 à 281 et 283 à 297, deuxième étage)

    L’art de la seconde moitié du XVe – début du XVIIe siècle est représenté par des toiles d’artistes tels que Pierre Dumonstier et Jacques Bellange (salles 272-275), des émaux de Limoges (salle 274), des céramiques produites à St Porcheres et la célèbre « poterie rustique », pour laquelle Bernard Palissy était célèbre (salle 273). L’exposition présente au visiteur les œuvres des artistes les plus célèbres du XVIIe siècle, dont Simon Vouet, qui fut le premier peintre du roi Louis XIII, son disciple Eustache Le Sueur, les frères Le Nain, Sébastien Bourdon et d’autres (salles 275 -276). Il y a 12 tableaux de Nicolas Poussin, le principal maître du classicisme dans la peinture française du XVIIe -сentury (salle 279). Une salle séparée présente les tableaux du peintre paysagiste Claude Gellee (ou Le Lorrain), le disciple de Nicolas Poussin (salle 280). L’exposition illustrant l’école française de peinture du XVIIIe siècle est remarquable par les œuvres d’Antoine Watteau, François Boucher, Jean Siméon Chardin, Jean-Honoré Fragonard et Hubert Robert (salles 283-288). Les œuvres sculpturales de Maurice Falconet et de Jean-Antoine Houdon se distinguent avant tout.

    L’art anglais (bleu clair, Salles 298 à 301, deuxième étage)

    Peintures, objets en argent, porcelaine, faïence de Wedgwood, camées et médailles sont exposés dans les quatre salles de la cour de l’Enfilade au premier étage du Palais d’hiver (salles 298-301).

    Une partie considérable de la collection de peinture anglaise comprend des portraits, dont les plus anciens remontent au XVIe siècle. Le genre de la peinture de portrait de la fin du 17e et du 18e siècle est représenté par les œuvres de William Dobson, Godfrey Kneller, George Romney, Henry Raeburn et Thomas Gainsborough. C’est ce dernier qui a créé le « Portrait d’une dame en bleu » (salle 298). Trois œuvres de Joshua Reynolds, dont « L’Hercule infantile étranglant les serpents », commandées par Catherine II, illustrent le travail du maître (salle 300). L’exposition contient des objets d’art appliqué. L’attention est attirée par le refroidisseur en forme de bac en argent créé par Charles Kendler et les pièces du « Green Frog Service » fabriquées à l’usine Wedgwood. La peinture du XIXe siècle est représentée par les œuvres des éminents portraitistes Thomas Lawrence, Christina Robertson et George Dawe (salles 300 -301).

    Troisième étage (deuxième étage en français)

    Troisième étage collection de l'Ermitage

    L’art oriental (rouge, 351 à 397, troisième étage)

    La culture et l’art de l’Asie centrale (Salles 359 à 367)

    L’exposition donne une image générale de la diversité des cultures des peuples qui ont habité les différentes régions de l’Asie centrale et de la Mongolie depuis les temps anciens jusqu’au Moyen Âge.

    Parmi les objets exposés dans la galerie séparée, on trouve des peintures murales, des sculptures et des matériaux archéologiques mis au jour lors des travaux de fouille dans les temples-cavernes bouddhistes des oasis de la route de la soie. Les œuvres d’art bouddhiste sont également représentées par les reliques des temples rupestres de Mogao (près de Dunhuang) et par les œuvres d’art de la dynastie Tang, notamment par la peinture et la sculpture bouddhistes de Hara-Hoto, l’un des centres de l’État Tangut du Xia occidental. Le musée d’État de l’Ermitage possède un grand nombre de pièces archéologiques provenant des tumulus de Noin-Ula, le complexe archéologique de la culture nomade des Huns d’Asie centrale (Hsiung-nu) dans le nord de la Mongolie. La collection d’art tibétain, qui suit la tradition des formes tibétaines et mongoles du bouddhisme, comprend des exemples d’art plastique bouddhiste en bronze, de peinture (tangka tibétain) et d’objets rituels.

    L’art de l’Inde du 1er au 19ème siècle (Salles 368 à 370)

    L’art de l’Inde ancienne et médiévale est représenté par des sculptures bouddhistes, jaïnes et hindoues en pierre, en bronze et en bois. L’exposition de peintures miniatures indiennes fournit une introduction aux différentes écoles de peinture, y compris des exemples de l’art des écoles d’Inde occidentale, des Mogols, du Deccan et du Rajputu. Il convient également de noter les feuilles créées dans les écoles musulmanes provinciales. Sont également exposées les miniatures sur ivoire associées à l’école de la Compagnie. La plus belle collection d’armes et d’armement indiens de Russie occupe une place importante dans l’exposition. Parmi celles-ci, on peut voir les haches rituelles pour faire des sacrifices, les épées Kunda pour les batailles impliquant des éléphants, les boucliers d’acier faits de peau de rhinocéros, les canons décorés de peinture décorative, les chakras (disques de combat de missiles), ainsi que l’armure complète qui appartenait à un noble guerrier Rajput.

    L’art du Japon (Salles 358, 375 et 376)

    L’exposition présente des œuvres d’art qui familiarisent le visiteur avec différents aspects de la culture traditionnelle japonaise, notamment des objets d’art bouddhiste des 14e et 15e siècles, des objets pour la cérémonie du thé, ainsi que des exemples d’armes et d’armes défensives japonaises. Un certain nombre d’expositions présentent des genres de théâtre traditionnel japonais tels que le Bugaku, le Noh et le Kabuki. On peut également y voir les estampes ukiyo-e du 18e au 20e siècle qui reflètent la vie quotidienne, la routine et les fêtes des citadins. Des objets en métal, en laque, en ivoire et des œuvres d’art émaillées permettent de se faire une idée des différentes formes d’art appliqué. L’exposition présente 240 netsukes créés de la seconde moitié du 18e siècle jusqu’au début du 20e siècle par les maîtres célèbres représentant les écoles de Yedo, Osaka, Kyoto, Nagoya, Ivami et Tsu.

    L’art du XIXème et XXème siècle a été déplacé au bâtiment de l’état-major général.

    LAISSEZ UNE RÉPONSE, PARTAGEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Offres d’emploi en Russie pour francophones

    Toutes les offres d’emploi qu’Alexandre de Russie a reçu et trouvé sur les différentes plateformes. Elles sont toutes destinées à des francophones.

    Permis de séjour permanent (VNJ)

    Le permis de séjour permanent VNJ vous permet de rester d'une manière indéfinie en Russie mais pour cela il faut remplir les conditions d'obtention et surtout en faire la demande. Alexandre de Russie vous aide dans ses démarches administratives.

    Îles Solovki et son Monastère Solovetski

    Les îles Solovki en Carélie constituent un archipel unique, patrimoine mondial de l’UNESCO, nature immaculée et tristement célèbre pour son goulag.

    Les fontaines de Peterhof

    Tous les jours à 11 heures du matin, 12 personnes mettent en marche les 176 fontaines de Peterhof afin que la magie puisse opérée.

    Nos derniers articles

    Turandot le palais panasiatique

    Andrey Dellos a conçu le Turandot comme un palais du XVIIIème. Cuisine subtile panasiatique dans un cadre aristocratique unique.

    Bolchoï

    Le restaurant Bolchoï est un classique du groupe Novikov qui a toutes ses chances pour rester au même endroit les 20 prochaines années.

    Mini-série: Comment je suis devenu russe

    Cette série c'est l'histoire d'un américain qui raconte comment il est devenu russe de cœur. Stéréotypes russe accentués d'une manière grotesque hilarante.

    Visite de l’Anneau d’or de Moscou – Guide privé en voiture

    Alexandre de Russie vous propose de découvrir les splendeurs de l'anneau d'or dans un excursion de 2 jours et une nuit qui vous conduira à Vladimir, la première capitale de Russie puis à Souzdal, la perle de l'anneau d'or et enfin à Serguiev Possad, le haut lieu de pèlerinage orthodoxe.

    Articles similaires