Plus

    Mont Beloukha

    La montagne sacrée de l'Altai

    La fascination pour le mont Beloukha ne remonte pas à hier… Au Xe siècle, un sage est venu trouver le prince Vladimir Krasnoé pour lui rapporter qu’il se trouvait, à l’Est, un pays où personne n’a besoin de rien, où le blé pousse tout seul, et où le bétail paît dans les prairies sans aucun danger. De grandes cascades blanches tombent des montagnes, pour former des rivières où les poissons vivent en abondance. Il ajouta même que vivaient là des sages qui connaissent la réponse à toutes les questions. Ainsi était née la tradition chrétienne orientale des légendes de « la terre des blanches eaux » ou de « l’île blanche » ou encore de « Bélovodié » (russe : белую воду). Une légende qui fera plus tard pendant au mythe bouddhiste de Shambhala, – à tel point qu’elle va parfois s’y confondre… 

    De nouvelles mentions de Bélovodié sont apparues après la scission de l’Église orthodoxe. Les adeptes de l’ancienne foi, les « Vieux Croyants », sont partis en Sibérie, où ils ont soi-disant trouvé un pays où il n’y a pas de pouvoir humain et où tout le monde est égal. L’un des Vieux Croyants, Marc, a écrit un livre, « Les Voyageurs », décrivant le chemin vers Bélovodié à partir de Moscou : par Ekaterinbourg, puis en Sibérie, jusqu’au village d’Ouïmon. On ne sera pas surpris que, quelques siècles plus tard, le peintre mystique Nicholas Roerich et sa femme Helena, aient dirigé en 1928 des expéditions à la recherche de Shambhala vers la vallée d’Ouïmon  et le mont Beloukha qui y surgit ! Et nous comprendrons pourquoi le mont Beloukha attire des voyageurs du monde entier, puisqu’il est à la croisée de plusieurs légendes mystiques, du bouddhisme au légendes slaves, sans oublier le chamanisme, et qu’il offre de façon incontestable une nature primitive véritablement fascinante…

    Temps de lecture estimé : 18 minutes

    Plan du sud de l’Altaï

    Voici le plan avec tous les points d’intérêts que je vais souligner ci-dessous.

    Grotte de Denisova

    grotte denisova

    Pour aller visiter le mont Beloukha, nous allons suivre le parcours emprunté par Roerich. Car déjà à l’époque le peintre et philosophe avait été attiré par la grotte de Denisova où il avait fait escale. Cette grotte s’est avérée par la suite un lieu déterminant pour les archéologues et les paléoanthropologues du monde entier. En effet, tous les textes actuels sur les origines de l’homme citent la grotte et l’homme de Denisova qui y a été découvert. On dit que 20 souches culturelles ont été découvertes dans la grotte de Denisova et qu’elle aurait été habitée pendant 250 milles ans… La grotte de Denisova se trouve le long d’une piste permettant de passer d’une région d’Altaï à l’autre, puisqu’il y a deux régions d’Altaï, l’une qu’on appelle le kraï de l’Altaï, située au nord-ouest, et l’autre s’allongeant vers le sud-Est et qu’on appelle la République d’Altaï. Cette piste a été parcourue par des savants du monde entier, venus prêter main forte à ceux qui chaque été continuent de fouiller la grotte. Pourquoi ? Parce que la grotte de Denisova a livré une découverte majeure pour l’histoire de l’humanité. Il s’agit d’une nouvelle espèce humaine, cousine de Neandertal, qui s’est révélée après l’analyse ADN de la phalange d’une petite fille. Un ADN encore inconnu, d’un homme qu’on a appelé le Dénisovien, et dont on a retrouvé des traces dans les gènes de nombreux groupes humains actuels, et notamment dans tout le sud-est asiatique… Nicolas Roerich ne pouvait pas savoir à l’époque tout le potentiel de cette grotte mais déjà au début du XXème siècle il en avait pressenti l’importance. 

    Vers les monts de l’Altaï

    La piste demandera des carrosseries robustes mais le paysage en toute saison vaut le détour. On a l’impression d’atteindre le bout du monde. Nul village, des troupeaux de chevaux laissés à eux-mêmes, on pourra imaginer sans peine cette même nature immaculée que traversait Roerich en 1928…

    On passera Oust-Kahn qui se présente toujours comme une étape pour se restaurer, que vous ayez courageusement suivi la piste de Denisova, ou que vous ayez pris la route de la Tchouïa, puis tournez à droite après le col Seminsky. Après Oust-Kahn, on reprendra la route menant maintenant plein sud, et notamment en direction de la petite ville d’Oust-Koksa, un endroit idéal pour passer la première nuit, avant de s’élancer vers les monts et les lacs d’altitude…

    Avant d’aller plus loin, il est utile de rappeler un avertissement important. Nous sommes proches du Kazakhstan, et plus loin nous serons dans des zones frontalières de la Chine. Et en Russie, l’accès à ces zones frontalières est contrôlé. C’est pourquoi vous avez l’obligation de demander une autorisation d’accès à des zones frontalières à adresser aux services du FSB local. Cette autorisation demande en moyenne deux mois de traitement. C’est pourquoi il faudra préparer votre voyage au moins deux mois en amont..

    Verkh-Ouïmon

    D’Oust-Koksa, il faudra environ 20 minutes pour vous rendre dans le village de Verkh-Ouïmon, où se trouve le musée Nicolas Roerich. C’est dans cette maison qui appartenait à un vieux-croyant nommé Atamanov, que Nicholas Roerich a vécu pendant près de deux semaines avec les autres membres de son expédition – et notamment avec sa femme Elena et son fils Youri.  Son séjour a laissé une empreinte forte dans l’esprit des villageois et la maison est devenue, depuis 2001, un musée aujourd’hui très prisé par les touristes de toutes nationalités. Le musée ne possède pas de peintures originales de Roerich mais un fond intéressant de reproductions et de photographies relatant la vie et les expéditions scientifiques du peintre mystique et aussi de son fils, lui-aussi peintre réputé.

    On trouvera par ailleurs à Verkh-Ouïmon un musée des vieux-croyants. Le musée comporte quelques outils de la vieille culture slave ainsi que des accessoires en tissus et des parures anciennes, mais tout son intérêt repose sur le talent de conteur de sa fondatrice, Raïsa Pavlovna. La visite nécessitera donc de connaître la langue russe ou la présence d’un interprète. Raïsa Pavlovna a réalisé depuis plus de quarante ans un travail de collecte de connaissances sur les vieux-croyants de la vallée d’Ouïmon. Elle y a collecté nombre d’histoires individuelles, de ces personnages hauts en couleurs qui permettent, par l’ensemble de leurs vécus, de se faire une idée de la vie des vieux croyants dans la région.

    Frontière naturelle entre la Russie et le Kazakhstan

    Depuis Verkh-Ouïmon, la prochaine destination sera le village de Tougour puisque c’est de là que vont partir les randonnées vers le mont Beloukha. On passera un ancien pont suspendu en bois, remontera une piste de moins en moins praticable, où seules passeront les voitures 4×4, avant d’arriver au lieu de rassemblement de tous les départs vers le mont Beloukha. La course des véhicules s’arrête là et là commencent les treks à pied ou à cheval vers le mont Beloukha et les lacs d’altitude.

    mont beloukha

    La randonnée vers Beloukha, la plus haute montagne de l’Altaï, est une destination touristique populaire. Les yogis et les ésotéristes s’y rendent pour trouver des réponses à leurs questions et acquérir une nouvelle expérience spirituelle, les alpinistes y vont pour se mesurer à un massif de caractère et les touristes ordinaires viennent y contempler une nature d’une incroyable beauté. 

    Le mont Beloukha marque la frontière entre la Russie et le Kazakhstan. Jusque dans les années 50, le mont Beloukha était mis en concurrence, pour le titre de plus haute montagne de l’Altaï, avec le pic Naïramdal sur le plateau d’Oukok. Mais ce dernier s’est avéré être moins haut de 132 mètres. Le massif du Beloukha présente plusieurs sommets. Les deux principaux, en forme de pyramides irrégulières, sont appelés Beloukha oriental et Beloukha occidental. Leurs altitudes sont respectivement de 4509 et de 4435 mètres. Le troisième sommet est le pic Delaunay (4260 m).

    La montagne sacrée

    En raison de ces trois sommets, le Beloukha est appelé la montagne à trois têtes. Bien qu’il y en ait un de plus dans son massif – la Couronne de l’Altaï, qui est située un peu à l’écart. La montagne a été nommée Beloukha parce qu’elle est blanche toute l’année – les glaciers et la neige sur ses sommets ne fondent jamais.

    Les habitants considèrent la montagne comme sacrée. C’est un autre endroit des montagnes de l’Altaï où les ésotéristes ont cherché l’entrée de Shambhala. Les habitants de l’Altaï croient que la déesse Oumaï, divinité féminine suprême des peuples turcs, patronne des mères et assistante à l’accouchement, réside sur le mont Beloukha.

    Le mont Beloukha abrite le plus grand nombre de glaciers de la région. On lui connaît aujourd’hui 169 glaciers. Les glaciers sont la source de nombreuses rivières qui se jettent dans la rivière Katoun. Tous se distinguent par des torrents avec de nombreux rapides et une abondance de cascades. On y trouve également plusieurs lacs pittoresques. La flore et la faune de la région sont variées et parfois uniques.

    Le mont Beloukha est une destination de vacances agréable et variée. Il y a beaucoup de bases et de complexes touristiques, de fermes et de maisons d’hôtes dans les environs. Il y a également un complexe de santé avec des bains de bois de cerf et des jardins d’herbes aromatiques. Ceux qui ne veulent pas vivre dans un ayïl (l’ancêtre de la yourte, en bois), un chalet ou une chambre d’hôtel peuvent loger dans une tente. Vous pouvez faire du feu presque partout, y cuire de la viande ou des légumes, et les paysages majestueux ne feront qu’aiguiser votre appétit.

    Certaines bases proposent des services supplémentaires tels que du rafting sur les rivières de montagne, des visites spéléologiques, de l’escalade vers les sommets du Beloukha et bien d’autres choses encore. Il existe plusieurs sentiers pédestres qui s’approchent du pied de la montagne ou la contournent, et certains réservés aux alpinistes.

    blank

    À ne pas manquer dans la région

    Le lac Akkem

    Un endroit très populaire pour sa beauté. Le lac est situé sur le côté nord de la montagne et des conditions de lumières permettent de faire des photographies du lac où les sommets du mont Beloukha se reflètent. L’effet est saisissant et nombreux sont les visiteurs qui souhaitent repartir avec cette merveille enregistrée dans leur appareil photo. 

    Le glacier Akkem

    Il est situé sur le versant nord du Beloukha. Sa superficie est de 10,4 kilomètres carrés et sa longueur de 7,8 km. Il est plat et n’a pas de fissures, mais sa surface est accidentée, c’est pourquoi il n’est pas facile d’y marcher. Le glacier est entouré du célèbre mur d’Akkem. Le mur fait partie du Beloukha dont il constitue l’un des versants. De loin, la paroi semble raide, mais en fait, son angle d’inclinaison est seulement de 50 degrés. Des itinéraires de randonnée de difficultés variables sont proposées à travers le mur d’Akkem.

    mont beloukha

    La Cascade de Tekeliou

    L’une des plus hautes cascades des montagnes d’Altaï. Sa hauteur est de 60 mètres. On peut l’apercevoir depuis le sentier Akkem, un itinéraire de randonnée menant au lac Akkem. Il est impossible de voir l’ensemble de la cascade car elle s’écoule dans une cuvette étroite. Tekeliou est un monument naturel d’importance nationale.

    La vallée de la rivière Yarlou

    yarlou beloukha

    L’une des parties les plus mystiques des montagnes de l’Altaï est la vallée de Yarlou. Les couleurs vives des forêts locales, les fleurs rares et les immenses parois rocheuses sont capables d’émerveiller n’importe qui. On y trouve notamment une pierre blanche énorme et inhabituellement lisse dans cet environnement. Elle est appelée la pierre du maître ou la pierre du chaman et elle est vénérée par les adeptes de Roerich. On y voit souvent des voyageurs en train de méditer assis ou allongés sur la pierre, les yeux fermés. Une enceinte de roches, que les russes appellent une « ville » de pierres, a été construite autour de la pierre du Chaman.

    La vallée elle-même est extraordinairement belle. Les montagnes qui l’entourent sont pour la plupart de couleur bleue ou grisâtre, violette à certains endroits. Il y a une section de roche rougeâtre, appelée le Cœur de la Mère. Et dans le contour d’une des crêtes, on peut voir le profil d’une femme.

    La vallée des sept lacs

    Elle est située à 10 km du Beloukha. Elle est formée de trois niveaux sur lesquels sont répartis les sept lacs. Leur eau est de différentes couleurs. Le troisième niveau (supérieur) est le plus pittoresque. De là, vous pouvez voir trois plans d’eau très intéressants :

    • Le lac noir, dont la couleur est donnée par les pierres du fond,
    • Le lac Turquoise dont l’eau est d’une profonde teinte turquoise,
    • Le lac de Brides avec des petites fleurs sur les berges et des petites îles.

    Le lac des esprits de la montagne

    Les guides disent que ce lac est remarquable pour son eau claire qu’on peut à peine discerner de l’air… Parfois, les gens ne voient pas la frontière entre l’eau et l’air. Lorsque la brise souffle, l’eau « apparaît » en quelque sorte grâce aux ondulations de la surface. La transparence du lac crée un effet magique. Pour cette raison, des légendes sont nées selon lesquelles des esprits vivent ici.

    La chapelle de l’Archange Michel

    La plus haute chapelle d’altitude de Russie. Elle est située près de la source de la rivière Akkem, sur sa rive. La chapelle a été construite en 2006 à la mémoire des alpinistes disparus. Les fonds ont été collectés dans le monde entier. Il a été difficile de choisir un emplacement pour la chapelle en raison du terrain montagneux. Le projet a été conçu par l’architecte Kirill Khromov, qui avait déjà construit des églises en bois en Antarctique et à Valday. La cabane en rondins a été fabriquée dans le village de Iogatch.

    Le service religieux dans la chapelle est assuré une fois par an par un prêtre de Maïma.

    koucherla mont beloukha
    Lac Koucherla

    La rivière et le lac Koutcherla

    Le long de la rivière Koutcherla se trouve un des sentiers les plus pratiqués pour se rendre au pied du Bekoukha. En amont de la rivière Koutcherla, le lac Koutcherla a une profondeur maximale de 55 m. Il est l’un des plus grands lacs de la chaîne de Katoun et est situé sur son versant nord. Il est souvent utilisé comme nuit d’étape pour les treks vers le Beloukha.

    Les lacs de Multinskiye

    (profondeur maximale : 20 m ; village de Moulta, vallée d’Ouïmon)

    Les lacs Multinskiye sont une série de trois beaux lacs dans la partie occidentale de la chaîne Katoun, dont l’un, le lac Multinskoye inférieur, est le troisième plus grand lac de la chaîne Katoun après les lacs Taimen et Koutcherla.

    Les lacs de la montagne rouge

    Lacs de la Montagne Rouge (profondeur maximale : 11 m)

    Les lacs de la montagne rouge sont un groupe de lacs de haute montagne situés près de la ville de Krasnaïa, à 50 km du village d’Ust-Koksa. Beaux et différents, situés de manière compacte, les lacs constituent une destination touristique attrayante.

    Le col de Kara-Tiourek

    (Altitude au-dessus du niveau de la mer : 3060 m ; vers mont Beloukha et lacs Koutcherla)

    Le col de Kara-tiourek est un col accessible en randonnée, cheval ou à pieds et offrant une vue magnifique sur la chaîne de montagnes de Beloukha et de Katoun, ainsi que sur la vallée de la rivière Akkem. Le col est accessible aux personnes robustes sans aucune expérience de la randonnée en montagne. Cela vaut la peine de passer par là pour aller vers le Beloukha et admirer le magnifique panorama depuis son sommet. Mais il est fortement conseillé de s’y faire accompagner par un guide de montagne.

    Pétroglyphes de la grotte de Kouïliou

    La grotte Kouïliou est un lieu qui ne manquera pas de soulever en vous d’intéressantes interrogations et imaginations à propos de nos lointains ancêtres ! Les rites sacrés qui y ont sans doute eu lieu ont été préservés dans les images gravées sur les pierres. Plus de 100 pétroglyphes s’y trouvent, avec principalement des animaux et quelques images de créatures anthropomorphes. Les pétroglyphes sont disposés en ceinture sur les rochers, ainsi que sur une grande pierre triangulaire. Cette pierre, qui se trouve au centre de la grotte, ne pouvait qu’attirer l’attention des hommes. Il semble que la nature elle-même l’ait prédestiné à être l’ »autel » d’un ancien sanctuaire païen : divisée par une fissure en deux moitiés, la pierre d’autel pouvait être perçue comme une image miniature du Beloukha.

    Vous avez compris l’intérêt de cette région qui a de multiples raisons d’attirer tous ceux qui ont de l’intérêt pour les loisirs actifs. C’est une des plus belles régions pour les treks d’été, et c’est aussi une destination pour tous ceux qui aiment mêler leurs loisirs et leurs recherches spirituelles. Car ici la recherche spirituelle connaît une longue tradition à travers les siècles…

    Réserver un séjour en Altaï

    En groupe

    Voici un séjour « découverte » de l’Altaï en 8 jours tout compris avec un guide francophone spécialisé. Vous aurez la chance de voir tous les principaux points d’intérêts des montagnes de l’Altaï.

    Aucune difficulté, simplement des petites balades, excursions en bateau et confort en camp (Nuit sous les tentes).

    Transport prévu pour le voyage en véhicule russe tous terrains (GAZ, UAZ, KAMAZ, URAL) adapté à l’itinéraire. J’organise également vos transferts depuis et vers Barnaoul si besoin et vos visas.

    Séjour plus sportif en rafting le long de la Katoun.

    N’hésitez pas ! C’est le moment de découvrir les plus beaux paysages de Russie.

    Anneau d’or de l’Altaï

    à partir de 526€

    Petit groupe jusqu’à 8 personnes
    8 jours
    TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul

    Individuel

    Visite de l’Altaï en 10 jours avec un guide privé francophone qui vous fera découvrir cette région en profondeur.

    • Rencontres avec les communautés
    • Repas dégustation, concerts
    • Soirée avec un chaman

    Aucune difficulté, simplement des petites balades. Nuité confort dans les meilleures chambres de l’Altaï.

    l’Altaï en profondeur

    à partir de 1400€

    Individuel
    10 jours
    Prix par personne TOUT COMPRIS
    Départ et retour : Barnaoul
    4.9/5 - (57 votes)

    1 COMMENTAIRE

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact !

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Location de trottinette

    Louez une trottinette electrique dans les plus grandes villes de Russie pour faciliter vos déplacements et la découverte des plus beaux lieux.

    Vous aimeriez lire également