Plus
    MoscouDivertissementsPavillon Cosmos

    Pavillon Cosmos

    Centre de la cosmonautique et de l'aviation

    Au printemps 2018, le parc VDNKh a ouvert un nouveau complexe muséal de classe mondiale, le Centre de la cosmonautique et de l’aviation, dans le pavillon Cosmos fraichement rénové. Cet immense espace d’exposition, consacré à l’histoire russe de l’exploration spatiale, est devenu une étape importante du renouveau de l’Exposition.

    Temps de lecture estimé : 20 minutes

    excursion moscou

    Histoire du pavillon Cosmos

    Avant la restauration

    blank

    Le pavillon « Espace & Génie Mécanique » aussi connu sous le nom court de « Cosmos » est le 32e pavillon de VDNKh, construit en 1939 pour l’exposition « Mécanisation et Électrification de l’Agriculture en URSS » par les architectes Viktor Andreev, Ivan Taranov et Nadezhda Bykova. Initialement, le pavillon a été construit sous la forme d’un hangar à bateaux, qui ressemblait au débarcadère de la gare Kievsky à Moscou. La structure était décorée d’arcades vitrées en acier et de galeries-escaliers à deux niveaux.

    En 1954, le pavillon Cosmos a été entièrement reconstruit pour acquérir son apparence actuelle. Le pavillon a été agrandi en ajoutant un hall de deux étages avec un dôme en verre. L’intérieur de la salle était orné d’une composition sculpturale dorée « La procession du peuple soviétique vers le communisme » avec une bannière volante (sculpteur – Nikolai Tomsky). L’entrée du pavillon depuis la place était desservie par un arc décoré de deux piédestaux-tours, ornés de bas-reliefs sur le thème de la mécanisation et de sculptures de mécanicien et de tractoriste. A

    u centre de l’arc, se trouvait un bas-relief représentant les armoiries de l’URSS et, au-dessus, les profils de Lénine et de Staline, entourés de fleurs et de rubans. La composition centrale n’a pas survécu. Dans les années 50, l’image de Staline a été retirée de la composition, laissant Lénine seul. Au début des années 1970, le bâtiment avait perdu cette composition, ainsi que la frise de couronnement avec des représentations en stuc d’exemples de machines dans des médaillons. Lors de la restauration de 2018, la frise et le groupe central ont été restaurés (mais sans les images des dirigeants).

    cosmos

    En 1956, le pavillon est consacré à la construction mécanique : parmi les objets exposés, on trouve des détails de turbines à vapeur géantes, des laminoirs et des modèles de fours à ciel ouvert. Puis en 1961, le pavillon a accueilli une exposition temporaire intitulée « Urbanisme ». De 1967 à 1991, deux expositions ont été organisées au pavillon et dans les environs : l’une s’intitulait « Cosmos et l’autre Génie mécanique ». Les années 90, ont été une période difficile pour le pavillon. En effet, l’exposition a fermé et au lieu des maquettes et des stands, on installa des étals vendant des plantes. Cependant, en 2014, l’idée de rénover l’exposition spatiale a été soutenue par les habitants de Moscou lors d’enquêtes, et, en 2017, des travaux de restauration à grande échelle ont commencé, qui ont été réalisés en un temps record, et achevés en mars 2018.

    Ouverture pour la coupe du monde de football 2018

    Au printemps 2018, dans le pavillon Cosmos reconstruit, le centre de la cosmonautique et de l’aviation a été inauguré. Cette exposition à grande échelle est consacrée à l’histoire des réalisations de l’industrie spatiale russe. L’espace d’exposition se compose de trois parties.

    • KB-1. Le boulevard de l’espace, avec des expositions et des maquettes d’engins spatiaux grandeur nature, présente les projets mis en œuvre au XXe siècle et les réalisations de la cosmonautique russe
    • KB-2. Le département des constructeurs raconte les recherches en médecine, biologie et astronomie dans le domaine spatial
    • KB-3. Le port spatial du futur montre l’exploration spatiale moderne et le développement de la technologie, les prédictions intergalactiques des auteurs futuristes et de science-fiction.

    En outre, vous pouvez y essayer des simulateurs de jeux et le cinéma 5D Sphere.

    Expositions du Centre de la Cosmonautique et de l’Aviation

    Le pavillon Cosmos vous emmène en voyage depuis la première idée de conquête de l’univers jusqu’aux projets d’exploration spatiale du futur. Non seulement, vous pouvez faire le tour du système solaire, mais vous pouvez également voir plus de 120 échantillons uniques d’avions et de technologies spatiales, des expositions d’entreprises militaro-industrielles, plus de 2 000 documents d’archives, des photographies et des vidéos sur l’histoire des réalisations spatiales.

    Zone KB-1. Le boulevard de l’espace

    C’est la plus grande exposition du pavillon Cosmos. La plus impressionnante est un modèle grandeur nature de la station orbitale Mir, pesant plus de 30 tonnes. Les autres objets exposés ne sont pas moins spectaculaires : la station orbitale automatique Diamond, l’un des moteurs de fusée RD-170 les plus puissants du monde, le véhicule de descente KK Union, le booster H-1, le vaisseau spatial GLONASS-K, le vaisseau spatial Express-1000, et bien d’autres encore.

    Zone KB-2. Département des Constructeurs

    Cette partie du pavillon Cosmos ressemble à un laboratoire scientifique. Ici, adultes et enfants peuvent s’informer sur l’agriculture et les infrastructures spatiales. Ils se familiariseront avec les dernières recherches sur le système solaire, ainsi qu’avec les réalisations de la médecine et de la biologie dans le secteur spatial. Enfin, la section « Les gens de l’espace » racontera aux visiteurs les exploits des cosmonautes russes.

    Zone KB-3. Le port spatial du futur

    La dernière section du pavillon Cosmos est située sous le dôme du pavillon et les espaces d’exposition environnants. Ici, les invités du VDNKh pourront aller dans l’espace à l’aide de simulateurs interactifs uniques. En outre, ils pourront y découvrir la structure de l’univers et les perspectives de développement des sciences spatiales grâce au module d’exposition Monolith. Sous le dôme du pavillon Cosmos, vous trouverez le cinéma unique 5D Sphere, où vous pourrez assister à l’histoire de la conquête de l’univers par l’homme, de la théorie du Big Bang aux perspectives de colonisation de Mars.

    La zone éducative du Centre de la Cosmonautique et de l’Aviation

    cosmos

    La fonction éducative est l’une des parties les plus importantes du pavillon Cosmos. Son concept permet non seulement de présenter des expositions uniques, mais aussi d’étudier conjointement le passé, le présent et les sciences connexes. La zone éducative du pavillon Cosmos s’étend sur plus de 1 000 mètres carrés, avec un large éventail d’expositions éducatives interactives modernes pour les enfants et les adolescents. Dans cette zone, les visiteurs peuvent découvrir l’histoire et le développement de la fusée spatiale, de l’aviation et des industries de défense de la Russie.

    Les programmes éducatifs sont divisés en deux groupes d’âge :

    • pour les enfants de 4 à 10 ans, il y a le Centre éducatif pour enfants
    • pour les adolescents de 11 à 16 ans, le Centre éducatif pour adolescents.

    Note

    Je préconise de ne pas négliger cette dernière partie où de revenir que pour celle-ci. Elle est vraiment très intéressante et même les adultes apprendront énormément de chose. Les écrans sont en deux langues (anglais et russe). Vous l’avez compris, le pavillon Cosmos est énorme. Il vous faudra au moins une demi-journée pour en profiter pleinement.

    Exposition « Entre le ciel et la terre »

    L’exposition « Entre le ciel et la terre » est consacrée à l’histoire et à l’architecture de l’un des pavillons les plus célèbres du VDNH. L’exposition dévoile les riches facettes architecturales, techniques et artistiques du bâtiment et aide les visiteurs du VDNH à déchiffrer le contexte culturel à plusieurs niveaux du pavillon ; elle raconte également les personnalités et les destins des architectes et des artistes qui ont participé à sa création. Quelques centaines de documents uniques, comme des photographies et des dessins, dont beaucoup sont montrés au public pour la première fois, font découvrir aux visiteurs l’histoire du bâtiment légendaire de 1939 à nos jours.

    A ne pas manquer au pavillon Cosmos

    Le complexe orbital « Mir »

    Le pavillon Cosmos présente l’unité de base et trois des six modules du complexe orbital Mir : Kvant, Kvant-2, Kristall. Le poids du complexe original est de plus de 120 t et celui de la maquette grandeur nature est de 30,9 t.

    Le complexe orbital « Mir » est une exposition unique, un record du 20e siècle créé par le génie de la conception et de l’ingénierie. Il a été utilisé pour des expéditions de longue durée, diverses expériences scientifiques dans des conditions de vol spatial. L’unité de base Mir a été la première à être mise en orbite le 20 février 1986. On ajouta progressivement des modules sur une période de dix ans : « Kvant », « Kvant-2 », « Crystal », « Spectrum », « Nature » et la baie d’amarrage. Les différentes parties de la station ont été mises en place à l’aide d’un manipulateur spécial.

    mir pavillon cosmos

    Le développement et la création de la station spatiale Mir constituent la plus grande réussite de la cosmonautique, de la science et de l’industrie soviétiques. À cette époque, plus de 100 000 personnes et des centaines d’entreprises travaillaient pour l’industrie spatiale soviétique, faisant de l’Union soviétique l’un des leaders mondiaux de la course à l’espace. Au cours de son existence, la station a été visitée par 104 cosmonautes de 12 pays ; 29 cosmonautes ont effectué 70 sorties dans l’espace, passant au total 330 heures à l’extérieur de la station spatiale Mir ; et de nombreux records ont été établis.

    Les modules sont restés en orbite pendant 5 511 jours.

    Depuis 1978, les cosmonautes ont pour tradition de fêter la nouvelle année dans l’espace. Il provient de Salyut-6. La station orbitale Mir avait toujours un costume de Père Noël et un sapin artificiel pour le Nouvel An.

    En 1989, avec le module « Kvant-2 », un sauna mobile, pour une personne, a été livré au complexe orbital. Il a été spécialement conçu en fonction des demandes des astronautes. Le sauna consommait une grande quantité d’énergie, il n’était donc utilisé que du côté ensoleillé de l’orbite. Il a été démantelé en 1995 et, malheureusement, n’a plus été reconstruit. Il a été remplacé par un dispositif permettant de maintenir l’orientation de la station.

    Le 25 mars 1992, le cosmonaute Sergueï Krikalev, qui avait quitté l’Union soviétique, est rentré en Russie. Après son retour sur Terre, il est devenu le premier héros de la Fédération de Russie.

    Le 23 mars 2001, la station a été désorbitée. À 05h23, heure de Moscou, les moteurs du cargo « Progress M1-5 », qui était spécialement amarré au « Mir », ont reçu l’ordre de freiner. Vers six heures du matin GMT, le Mir est entré dans l’atmosphère à quelques milliers de kilomètres à l’est de l’Australie. La majeure partie de la structure de 140 tonnes a brûlé pendant la rentrée dans l’atmosphère. Seuls des fragments de la station ont atteint l’eau.

    Combinaisons spatiales

    Au pavillon Cosmos, vous pourrez suivre l’évolution des combinaisons spatiales au cours des quelque 60 ans d’histoire des vols spatiaux habités.

    • La combinaison spatiale SK-1 (version masculine) a été utilisée sur les vaisseaux spatiaux Vostok (il y en a eu six au total). Le premier a emmené Youri Gagarine dans l’espace, et le dernier a été utilisé par Valentina Tereshkova, pour laquelle une combinaison spéciale SK-2 a été créée. La combinaison de vol Vorkuta, qui était destinée aux pilotes de chasseurs-intercepteurs Su-9, a servi de base à cette combinaison spatiale.
    • Le costume « Berkut » a été rendu célèbre par Alexey Leonov. C’était la première combinaison de sortie dans l’espace. En plus d’être sûr à l’extérieur du vaisseau spatial, il était également destiné à secourir l’équipage en cas de dépressurisation du vaisseau spatial. Il s’agit d’une combinaison souple qui n’a pas de cadre rigide. Le sac à dos contenant les bouteilles d’oxygène était enfilé par un cosmonaute dans le véhicule de descente avant de quitter le vaisseau spatial et était attaché à la combinaison spatiale par un système de suspension. Alexey Leonov a passé 12 minutes dans l’espace avec cette combinaison.
    • La combinaison spatiale « Hawk » est le successeur de la « Berkut ». Il n’a été utilisé qu’une seule fois, en 1969, lorsque les astronautes Alexei Eliseev et Evgeny Khrunov ont été les premiers au monde à s’arrimer à Soyuz-4 et Soyuz-5 dans une combinaison spatiale ouverte dotée d’un système de survie autonome.
    • La combinaison semi-rigide Krechet-94 était destinée à une expédition sur la Lune. La combinaison avait une conception assez particulière : un homme n’était pas obligé d’enfiler la combinaison, mais d’y entrer, ce pour quoi une trappe était prévue dans la partie arrière de la construction. En outre, la combinaison disposait de ses propres systèmes de communication radio, de télémétrie, d’approvisionnement en eau potable et d’évacuation des déchets liquides. Cependant, la combinaison spatiale n’a pas été utilisée aux fins prévues car le programme lunaire a été clôturé.
    • La combinaison spatiale Orlan-MKS a été développée en 2006. Sa masse, avec le système de survie, est d’environ 110 kg. « Aujourd’hui, l’Orlan-MKS est une combinaison de survie spatiale parfaite pour travailler dans l’espace. La conception des pantalons et des manches permet de les ajuster à n’importe quelle hauteur. Trois copies de l' »Orlan-MKS » (deux en état de marche et une de rechange) sont stockées en permanence sur la station. La ressource de la combinaison spatiale : jusqu’à 15 sorties dans l’espace. Elle est si confortable qu’elle dispose même du dispositif dit « gratte-nez ».
    • Les combinaisons spatiales Sokol KV-2 font partie de l’équipement des équipages des vaisseaux spatiaux Soyouz lors du décollage et du retour en orbite, ainsi que lors de l’amarrage et du désamarrage avec la station spatiale. Elle est relié au système de ventilation de bord, et lorsque le vaisseau spatial est dépressurisé, le système d’alimentation passe d’un mélange oxygène-air à de l’oxygène pur. Cette combinaison spatiale a une autonomie de 30 heures en mode normal et jusqu’à 2 heures en mode d’urgence autonome. Enfin chaque combinaison est fabriquée individuellement pour chaque cosmonaute depuis 1973. On les utilise encore de nos jours.

    Véhicule de descente du vaisseau spatial Soyouz TMA-10M

    blank

    Ce véhicule a atterri le 11 mars 2014 près de la ville de Zhezkazgan au Kazakhstan. Les cosmonautes de Roscosmos Oleg Kotov et Sergei Ryazansky et l’astronaute de la NASA Michael Hopkins sont revenus de la Station spatiale internationale. L’équipage était dans la station spatiale depuis environ six mois.

    Le concept de « véhicule de descente » n’est apparu que pendant la phase de développement de l’astronautique. Il n’est pas commun aux formes de transport déjà inventées. Les voitures, les trains, les navires et les avions arrivent à destination dans le même état qu’ils sont partis, et non en pièces détachées. Mais les choses sont différentes lorsqu’on voyage à des vitesses spatiales. Le corps qui tombe est chauffé à des températures énormes en raison de la conversion de l’énorme énergie cinétique en chaleur. Il est plus facile de résoudre le problème du sauvetage en protégeant thermiquement une partie seulement du vaisseau spatial, que l’on appelle un véhicule de descente.

    Le véhicule de descente est recouvert d’une épaisse couche d’un matériau spécial qui permet de maintenir une température acceptable à l’intérieur du véhicule. Pendant certaines phases de la descente, la température peut atteindre 4 000 degrés Celsius.

    Le module de descente comporte des sièges pour trois astronautes, des systèmes de survie, des commandes de vol et un système de parachute. En plus des astronautes, il est possible de ramener sur Terre 100 kg de fret.

    Les astronautes disent qu’un vol en descente contrôlée est comme conduire sur une chaussée pavée, en raison des vibrations et des secousses qu’il provoque. Dans la haute atmosphère, il y a toujours des courants d’air ascendants et descendants, des vents qui soufflent, et des zones individuelles de basse ou haute pression.

    Le ralentissement de la capsule se fait par une séquence déclenchant successivement les parachutes d’échappement, de freinage et le principal. Un parachute de réserve est disponible en cas de défaillance du système. À une altitude de 5,8 km, le bouclier thermique est largué et à une altitude d’environ 1,5 m du sol, les moteurs à réaction pour un atterrissage en douceur sont déclenchés.

    Si les astronautes ont de la chance, l’impact au sol est pratiquement insensible. Si ce n’est pas le cas, le vaisseau spatial risque de heurter le sol violament et éventuellement de basculer sur le côté. Les astronautes sont assis dans des sièges rembourrés, disposés de manière à ce que la direction des surcharges pendant l’orbite et la descente soit optimale en termes de tolérance.

    Lunokhod 2 avec étage d’atterrissage

    Dans la zone « Exploration des planètes », vous pouvez voir une maquette du Lunokhod 2, un véhicule planétaire conçu pour explorer notre satellite naturel, la Lune. Il s’agit d’un laboratoire scientifique entier, qui a été contrôlé à distance depuis la Terre.

    En janvier 1973, le Lunokhod-2 a été livré à la surface lunaire par la station spatiale interplanétaire automatique Luna-21. Il a atterri dans le cratère de Lemonje, sur le bord est de la mer de clarté.

    Le rover était équipé d’instruments scientifiques pour étudier le régolithe du sol lunaire, de trois caméras de télévision, d’antennes pour transmettre des images, collecter des données scientifiques et recevoir des commandes pour contrôler le mouvement du rover depuis la Terre, ainsi que d’un réflecteur d’angle laser pour mesurer la distance entre la Terre et la Lune à un mètre près. Le rover lunaire était également équipé d’un grand panneau solaire et d’une source de chaleur à radio-isotopes, ce qui lui a permis de fonctionner en continu à des températures élevées et basses, puisque la température moyenne de jour sur la Lune est de +127 degrés Celsius, tandis que la température moyenne de nuit est de -173 degrés Celsius.

    cosmos

    Le véhicule a fonctionné à la surface de la Lune de janvier à mai 1973. Le 9 mai, le « Lunokhod-2 », en essayant de sortir du cratère, a « ramassé » la poussière de la paroi du cratère avec un panneau solaire…

    Le rover a établi un certain nombre de records : il a réussi à parcourir plus de 39 km en cinq jours lunaires, des records ont été atteints pour la durée d’existence active, la masse de l’automoteur, la vitesse et la durée des opérations actives.

    À côté du rover lunaire, vous pouvez voir un véritable morceau de la lune – un échantillon de régolithe livré à la Terre par la station interplanétaire automatique Luna 20 en 1972. L’Union soviétique a pu livrer du sol lunaire à la Terre à trois reprises à raison d’un peu plus de 100 grammes à la fois.

    Le dôme du Pavillon du Cosmos

    La plus belle partie du Pavillon Cosmos et sa carte de visite est sans doute le majestueux dôme. Sa hauteur est de 60 mètres. Malgré sa taille énorme, il est très léger grâce à sa construction unique : d’étroites nervures métalliques et des vitrages pleins créent une sensation d’aération et n’empêchent pas la pénétration de la lumière à l’intérieur du pavillon. Le tambour de la coupole est également percé de fenêtres ; il y en a 24 au total.

    Le dôme est couronné d’une étoile à cinq branches recréée en 2018. À l’origine, lorsque le dôme a été construit en 1954, une étoile de la plus haute tour du Kremlin de Moscou, la tour Troitskaya, y a été intégrée.

    dôme pavillon cosmos

    Le satellite répétiteur Luch-5A

    Sous le dôme du pavillon Cosmos, à une hauteur d’environ 30 mètres, on peut voir une maquette grandeur nature du satellite répétiteur Luch-5A. La série de satellites Luch est nécessaire pour maintenir une communication continue avec la station spatiale internationale, en transmettant les signaux du vaisseau spatial au centre de contrôle de la mission. Ces satellites ont été développés sous la direction de Mikhail Reshetnev, disciple et associé de Sergei Korolev.

    Le satellite a été lancé le 11 décembre 2011 depuis le cosmodrome de Baïkonour et placé sur une orbite géostationnaire à une altitude de 36 000 mètres au-dessus de l’équateur. Il fait partie d’un système spatial qui comprend plusieurs autres satellites similaires. Ensemble, ils communiquent avec le segment russe de la station spatiale internationale, et contribuent également à la retransmission du système GLONASS et du système hydrométéorologique de Roshydromet. C’est grâce au système satellitaire Luch que nous pouvons voir et entendre les cosmonautes russes depuis l’ISS, et que les cosmonautes eux-mêmes peuvent utiliser l’internet dans la station.

    cosmos

    Espaces interactifs et multimédia du pavillon Cosmos

    L’espace interactif dans le module Monolith sous le dôme, vous pouvez parler à un extraterrestre, voir un robot humanoïde, vous retrouver parmi les étoiles scintillantes et faire un voyage lunaire.

    Zone interactive du centre de contrôle de la mission (MCC)

    blank

    À côté du Monolithe se trouve le centre de contrôle de la mission et le stand dédié au satellite VDNKh-80. Bien sûr, la taille et les tâches du MCC sont inférieures à celles du principal centre russe de contrôle des missions à Korolev, mais chacun peut y faire l’expérience d’un expert en astronautique.

    Trois écrans géants montrent en temps réel la position de l’ISS en orbite et d’autres informations importantes nécessaires au contrôle de la mission. Mais surtout, ici, assis devant l’écran, chacun peut concevoir son propre vaisseau spatial, construire lui-même une orbite et voir comment il s’y déplace. Et pour ceux qui veulent dépasser les limites de l’espace proche de la Terre, il y a une tâche plus difficile : pouvoir se mettre en orbite autour de la Lune ou de Titan et même envoyer une station interplanétaire sur la surface martienne.

    Zone multimédia  » Petit vaisseau spatial « VDNKh-80 » « .

    Au cosmodrome du futur, il y a une zone multimédia qui raconte l’histoire du satellite « VDNKh-80 » lancé dans l’espace à la veille du 80e anniversaire de l’exposition principale du pays. Le 5 juillet à 8 h 41, heure de Moscou, le satellite a été lancé dans l’espace depuis le site Vostochny, dans la région de l’Amour. Après avoir atteint l’orbite cible, le petit vaisseau spatial s’est séparé de l’étage supérieur en orbite terrestre basse à une altitude de 530 km.

    Il va maintenant se déplacer autour de la planète, envoyant des signaux radio vers la Terre avec des informations sur la principale exposition du pays. Le satellite effectuera 16 révolutions autour de la Terre au cours d’une journée, transmettant des signaux dans la gamme des radioamateurs vers différentes parties de la planète. Le vaisseau spatial est en orbite basse depuis un an et envoie chaque jour des données sur la météo spatiale au centre de contrôle de la mission.

    En outre, le 1er août 2020, il a transmis un signal audio sur l’anniversaire du VDNKh aux stations de radio amateur du monde entier. La zone multimédia comprend une réplique exacte du satellite et trois moniteurs, sur lesquels les visiteurs peuvent s’informer sur l’appareil et la météo spatiale.

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Valenki les bottes feutrées russes

    Symbole de la Russie les valenki russes sont des chaussures d'hiver traditionnelles. Inutile de vous dire que leur fonctionnalité est indispensable quand la température devient critique.

    Vous aimeriez lire également