Plus
    MoscouDivertissementsMusée de l’aéronautique russe à Monino

    Musée de l’aéronautique russe à Monino

    Le paradis pour les fans d'aviation

    Monino, situé à 38 km au sud-est de Moscou dans le vert des forêts de conifères est un des premiers musées du pays qui recense d’authentiques échantillons d’équipements de l’armée de l’air russe. Au musée central des forces aériennes de la Fédération de Russie, vous pouvez trouver plus de 100 appareils et équipements dont des avions, des hélicoptères, des moteurs d’avion, des armes, des équipements de sauvetage, relatifs à toute l’histoire de l’aviation russe de 1909 à nos jours. En outre, des maquettes d’avion, du matériel photographique et des documents rares sont exposés dans les différentes salles du musée.

    Ce musée de l’armée de l’air est essentiellement tourné sur l’histoire de l’aviation nationale, de la difficulté de sa création à son glorieux développement. En se déplaçant d’une exposition à l’autre, vous pouvez retracer toute l’histoire de l’aviation. N’hésitez pas à faire une visite virtuelle via le site du musée.

    Il est à noter que les expositions du musée ne comprennent pas seulement des vestiges de l’armée de l’air de l’URSS et de la Russie, elles reflètent également le passé de l’aviation civile et de l’aéronautique nationales.

    Infos pratiques

    Adresse
    Monino, district de Schelkovski de la région de Moscou

    Tarifs
    Adultes: 250 RUB
    Enfants: 150 RUB

    Horaires
    Mercredi, jeudi, vendredi de 9h30 à 17h00 avec une pause technique de 13h30 à 14h15. Samedi et dimanche de 09h00 à 14h00. Lundi, mardi – jours de congé.

    Site internet
    Site officiel du musée

    Avis d’Alexandre de Russie

    Même si le musée est vieillot, la quantité d’engins exposé vous permettra de découvrir tous les constructeurs russes.

    L’histoire du musée de l’aéronautique russe à Monino

    L’installation était une base aérienne opérationnelle de 1932 à avril 1956. Le musée central des forces aériennes fut fondé en 1958 à l’emplacement de l’aérodrome.

    La zone était interdite aux civils pendant l’ère soviétique ce qui la rend difficile d’accès. Pendant de nombreuses années, une autorisation préalable pour visiter le musée été requise pour les citoyens non russes. Malgré cela, il s’agit du meilleur musée de l’aviation russe.

    Les installations sont en grande partie d’origine et la majorité des avions est exposée aux rudes conditions météorologiques russes. Le musée est géré depuis longtemps par le gouvernement russe et il n’existait donc aucun moyen légitime d’apporter une contribution monétaire au musée au moment de la visite. De nombreux bureaux d’études de l’aviation russe (Tupolev, Ilyushin, Antonov, Mikoyan, etc.) ont fourni au musée les ressources nécessaire à son entretien.

    Malgré ces conditions, les appareils sont dans un état « irréprochable » et la plupart reposent sur leurs pneus d’origine avec lesquels ils ont atterri à l’aérodrome de Monino. Ceci prouve que les employés du musée veulent absolument préserver ce grand héritage historique.

    En 2001, le musée est devenu indépendant du gouvernement et un site Web officiel a été créé.

    Musée de l’aéronautique russe à Monino

    Quelques avions à retrouver au musée de l’aéronautique de Monino ?

    DB-3 bombardier à longue portée

    Le DB-3 (troisième bombardier à longue portée) a vu le jour au sein du Bureau central de la conception (TsKB) via la brigade dirigée par S.V. Ilyushin. L’avion a été produit en série et a participé à la Seconde Guerre Mondiale. Au total, 6 734 appareils ont été mis en service.
    Exposé dans le musée, le DB-3 a été retrouvé dans la taïga Ussuri, à 120 km de Komsomolsk-na-Amour. En septembre 1988, il a été emmené à Irkoutsk. Restauré dans une usine d’avions, il fut transporté au musée de l’armée de l’air le 21 décembre 1989 dans un avion de transport An-22.
    L’assemblage a été réalisé les 22 et 23 décembre 1989 par des représentants de l’usine aéronautique d’Irkoutsk, dirigée par V. Zelenkov.

    Yak-9U

    Le Yak-9u est l’un des derniers chasseurs à propulsion de l’A.S. Yakovlev. Le Yak-9 fut entre autre, l’appareil du Groupe de chasse Normandie-Niémen et du 1er régiment de chasse polonais. Il servit de monture à de nombreux as, comme Alexandre Pokrychine titulaire de 59 victoires, Grigori Retchakov de 56 et Dimitri Glinka de 50. Le musée expose une version améliorée du Yak-9U avec un moteur VK-107a de 1 650 ch, produit en 1943. Cet avion a été construit à l’usine de Novossibirsk le 27 mars 1944 sous le numéro 0257. Il a participé à des opérations de combat de la Grande Guerre patriotique et a été restaurée par la suite. Son entrée au musée de Monino date du 14 janvier 1980.

    Bombardier stratégique Tupolev Tu-95

    Le premier vol de ce bombardier Tupolev Tu-95 équipé de quatre turbopropulseurs NK-12 a eu lieu le 16 février 1955. L’avion a été testé avec succès lors de certains vols long-courrier. C’est un exemple marquant de la longévité des appareils. Une quarantaine de Tu-95 sont toujours en activité dans le monde.
    Le Tu-95 exposé a été transformé en laboratoire volant en 1960, c’est aussi la même année qu’il a été admis au Musée aéronautique de Monino.

    Avion d’attaque IL-10M

    S’appuyant sur l’efficacité exceptionnellement élevée de l’avion d’attaque IL-2 montré dans les batailles, OKB S.V. Ilyushin crée en 1944 un avion d’attaque IL-10 plus avancé.
    Depuis l’automne 1944, environ 5 000 IL-10 ont été construits, qui ont été utilisés avec succès au stade final de la Seconde Guerre mondiale.  Il pouvait non seulement mener des opérations pour détruire des cibles terrestres, mais aussi mener une bataille aérienne avec des chasseurs ennemis. Armes d’IL-10: deux mitrailleuses ShKAS et deux mitrailleuses VY installées dans les consoles d’ailes (plus tard, seuls des canons ont été installés – quatre NS-23), une tourelle défensive avec une mitrailleuse UB ou (plus tard) avec une mitrailleuse B-20, des bombes (jusqu’à 600 kg ), quatre RS-132. En 1951, une modification améliorée de l’IL-10M est apparue.
    Exposé au musée, l’IL-10M y est entré le 17 juin 1959.

    Avion d’attaque Su-25

    Le développement de cet avion d’attaque monoplace a commencé en 1975. Le 15 septembre 1990, le Su-25 est exposé à Monino après plus de 600 vols.

    Le Sukhoï 25 est avion d’attaque monoplace tout en métal avec deux turboréacteurs (de la série – R-95Sh), conçu pour soutenir directement les forces terrestres. La facilité de pilotage, la grande maniabilité, le rapport poids-poussée relativement élevé permettent au Su-25 de toucher des cibles dès la première approche. La survie est assurée par un ensemble de mesures constructives. L’avion est armé de bombes pesant de 100 à 500 kg, d’un calibre NAR de 57 à 370 mm et d’un canon mobile calibre 23 mm. La charge maximale au combat est de 4,4 tonnes. L’avion est construit en série et exporté.

    Amphibiens anti-sous-marins de patrouille Be-12

    En 1957, ale Bureau de G.M. Beriev développe un l’avion amphibie pour la Marine. Le premier vol a eu lieu le 18 octobre 1960. Le Be-12 est en service dans la Marine, est utilisé pour patrouiller au-dessus des mers et fait partie du complexe de défense anti-sous-marin. L’avion présenté au musée a passé 809 heures dans le ciel, a effectué 170 vols. Il est arrivé au musée le 5 juin 1974.

    5/5 - (1 vote)

    1 COMMENTAIRE

    1. La RUSSIE a toujours été un pionnier dans le domaine de l’aéronautique et de l’aérospatiale .Louange à tous ceux qui ont contribué à cette grandeur et bonne continuation .

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également