KGB : le sabre et le bouclier

/ / KGB : le sabre et le bouclier
  • Chaîne: ARTE

  • Titre de l’épisode : KGB : le sabre et le bouclier

  • Date de diffusion : Avril 2019

  • Durée : 160 minutes

  • Réalisateur : Jamie Doran

KGB : le sabre et le bouclier

SYNOPSIS
De 1917 à l’ère Poutine, l’histoire violente des services du renseignement russes, racontée par certains de leurs membres et quelques-unes de leurs victimes.

Retrouvez le reportage sur le replay de ARTE

Notre Avis

Impressionnant, nous sommes restés bouche bée! Rien d’autre à dire.



1.Dzerjinski & Co

Ce premier volet couvre les trente premières années de l’URSS, de 1917 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et rappelle la part prise par les services du renseignement dans les massacres successifs qui ont marqué ces trois décennies. Jamie Doran y retrace l’émergence de la police politique en 1917, à l’aube de la guerre civile, avec à la clé les premières exécutions de masse sous l’égide de Félix Dzerjinski. Il montre ensuite comment la GPU a joué un rôle central dans la terreur stalinienne (« dékoulakisation » à partir de 1929, puis grandes purges de 1937 et 1938). Il rappelle aussi comment, après avoir contribué à affaiblir l’Armée rouge en décimant son commandement, les services secrets furent en première ligne dans la résistance à l’avancée nazie.



2. Beria & Co.

Du coup de maître joué par Beria pour acquérir la bombe atomique, grâce aux renseignements du physicien allemand Klaus Fuchs recruté par le NKVD en 1941, à l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, en passant par Alexandre Feklissov, l’espion oublié qui sauva le monde d’une guerre nucléaire lors de la crise des missiles de 1962, cet épisode résume plus de quarante ans de guerre froide au sein du KGB – sigle de Comité de sécurité d’État, créé en 1954. Dans la continuité du premier volet, il souligne que ce corps d’élite, exaltant la force et la patrie, n’a pas seulement terrifié, mais aussi fasciné des générations de jeunes Soviétiques, notamment par le biais du cinéma.



3. Poutine & Co.

« Ce n’est plus un État doté d’un service de sécurité, c’est un service de sécurité doté d’un État » : cette dernière partie raconte l’ascension de Poutine et de ses proches, et la manière dont ils ont profondément transformé la nature des « services » (aujourd’hui le FSB) et l’exercice du pouvoir. Des attentats meurtriers, et à ce jour inexpliqués, qui ont servi de prétexte à la deuxième guerre de Tchétchénie à la longue liste des journalistes, politiciens et dissidents (dont nombre d’anciens agents, comme Sergueï Litvinenko) assassinés, de la collusion des intérêts sur le plan intérieur à l’expansionnisme extérieur, un bilan glaçant des bientôt trois décennies, dont deux de pouvoir exercé par Poutine, écoulées depuis la chute de l’URSS.



Pour aller plus loin

2019-04-10T18:30:36+00:00 10 avril 2019|Reportage|