Plus
    Avant le départLivreHélène Carrère d'Encausse - Historienne

    Hélène Carrère d’Encausse – Historienne

    Académicienne spécialiste de la Russie

    Historienne de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse est membre de l’Académie française depuis 1991, où elle a été élue secrétaire perpétuel en 1999.

    Biographie d’Hélène Carrère d’Encausse

    Extrait de France Culture

    Née à Paris dans une famille que l’esprit cosmopolite et la révolution russe ont de longue date dispersée à travers l’Europe. Compte parmi ses ancêtres de grands serviteurs de l’Empire, des contestataires du même Empire, le président de l’Académie des sciences sous Catherine II et trois régicides.

    Cette hérédité la prédisposait naturellement à l’étude de l’histoire et de la science politique, qu’elle a enseignées à la Sorbonne avant de transférer sa chaire professorale – l’esprit nomade de la famille aidant – à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle a aussi enseigné durant plusieurs années au collège d’Europe de Bruges. Professeur invité dans de nombreuses universités étrangères, en Amérique du Nord et au Japon surtout, elle est docteur honoris causa des universités Laval et de Montréal au Canada, de l’université de Louvain et de l’université de Bucarest. Président de Radio Sorbonne-Radio France de 1984 à 1987, membre de la Commission des sages pour la réforme du Code de la nationalité en 1986-1987.

    Durant l’année 1992, elle occupa le poste de conseiller auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, participant ainsi à l’élaboration d’une politique d’assistance à la démocratisation des anciens États communistes. Élue au Parlement européen en juin 1994, elle fut vice-président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense. Vice-président de la commission des Archives diplomatiques françaises ; elle a aussi présidé la commission des Sciences de l’homme au Centre national du livre de 1993 à 1996.

    Nommée en 1998 membre du Conseil national pour un nouveau développement des sciences humaines et sociales. En 2004, elle devient président du conseil scientifique de l’Observatoire statistique de l’immigration et de l’intégration.

    Elle a reçu le prix Aujourd’hui pour L’Empire éclaté en 1978, le prix Louise Weiss en 1987, le prix Comenius en 1992 pour l’ensemble de son œuvre, et le prix des Ambassadeurs en 1997 pour Nicolas II. Elle est membre associé de l’Académie royale de Belgique, membre étranger de l’Académie des sciences de Russie, membre d’honneur de l’Académie des beaux-arts de Russie, de l’Académie de Géorgie et de l’Académie de Roumanie.

    Élue à l’Académie française, le 13 décembre 1990, au fauteuil de Jean Mistler (14e fauteuil). Élue secrétaire perpétuel le 21 octobre 1999.

    Décorations

    • Grand-croix de la Légion d’honneur (30 décembre 2011)
    • Officier de l’ordre national du Mérite Officier de l’ordre national du Mérite
    • Commandeur de l’ordre des Palmes académiques Commandeur de l’ordre des Palmes académiques
    • Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres (17 février 1996)
    • Insigne Commandeur de l’ordre de Léopold Commandeur de l’ordre de Léopold (Belgique)
    • Commandeur de l’ordre national de la Croix du Sud Commandeur de l’ordre national de la Croix du Sud (Brésil)
    • Ordre de l’Honneur (Russie) 16 octobre 2009
    • Commandeur avec étoile de l’ordre du Mérite Commandeur avec étoile de l’ordre du Mérite (11 novembre 2011)
    • Commandeur de l’ordre du Mérite culturel Commandeur de l’ordre du Mérite culturel (Monaco) (1999)

    Ses dernières publications

    La Russie et la France : de Pierre le Grand à Lénine

    Dictionnaire géopolitique de la Russie et de l’Eurasie postsoviétiques.

    La Russie et la France De Pierre le Grand à Lénine

    Paru le 20 novembre 2019 aux Éditions Fayard. 448 pages.

    La Russie, État-continent qui s’étend en Europe et en Asie, s’est toujours revendiqué puissance européenne. Et l’Europe, pour la Russie, fut d’abord et toujours la France. Celle de Louis XIV, des Lumières, de la Révolution et de l’Empire, des idées, de la langue, de la culture, de la liberté et de la puissance. Durant trois siècles, cette France a fasciné tous les souverains Romanov, acharnés à s’en faire reconnaître, accepter, aimer, à se voir accorder le statut de puissance égale de la France.

    La France y opposa durablement méfiance et hostilité, voyant dans la Russie un pays attardé, barbare, étranger à l’Europe et dangereux, avant de s’y allier lorsque le puissant Empire allemand lui imposa ce tournant. Durant trois siècles, la relation heurtée de ces deux pays a constitué une part essentielle de l’histoire européenne avant de sombrer dans le grand cataclysme de la Première Guerre mondiale.

    Cet ouvrage reconstitue cette longue relation franco-russe, il a aussi pour but d’en rechercher les constantes et peut-être un éclairage pour un présent inquiétant et difficile.

    Le Général de Gaulle et la Russie

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru le 15 novembre 2017 aux Éditions Fayard. 288 pages

    Nul autre homme d’Etat n’a été autant fasciné par l’Histoire que le général de Gaulle. Sa très sûre et immense connaissance du passé européen, de la culture de l’Europe et de ses mythes, et la relation intense entre la France et la Russie étaient chacune partie intégrante de son univers mental et de son imaginaire. Le général de Gaulle voyait la Russie comme cet «  allié de revers  » indispensable à sa sécurité, mais plus encore parce qu’elle participait à sa conception de l’équilibre de l’Europe et de la place de l’Europe dans le monde.
    La politique franco-russe du Général s’est étendue sur trois décennies, marquées par des ruptures impressionnantes  : la guerre, la guerre froide et les tentatives d’ouverture des blocs Est-Ouest. Nul autre homme d’Etat n’a eu une expérience aussi grande et diverse des dirigeants de l’URSS. Or, s’agissant d’un système politique totalement dominé par celui qui se trouvait au sommet, la familiarité du général de Gaulle avec Staline, Khrouchtchev et Brejnev est une donnée exceptionnelle de son action politique. C’est pourquoi son action et son expérience, considérées dans leur totalité, dans la durée et avec le recul du temps, constituent, au moment où la carte du monde se recompose et que le monde n’est plus exclusivement américain, un précieux apport à la réflexion géopolitique actuelle.

    Six années qui ont changé le monde : 1985-1991, la chute de l’Empire soviétique

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru le 1 janvier 2015 aux Éditions Fayard. 418 pages

    En six années, de 1985 à 1991, une révolution inimaginable  a bouleversé le monde et l’Europe : l’utopie communiste,  le système totalitaire, l’Empire soviétique se  sont écroulés.  Étrangement, un quart de siècle plus tard, la mémoire  collective défigure cette extraordinaire série d’événements.  Ce qu’elle retient avant tout, c’est la chute du mur  de Berlin, en novembre 1989. Mais, comme le résume  Hubert Védrine, « la chute du mur de Berlin, c’est l’émotion  ; l’Histoire, c’est la chute du système soviétique ».
    C’est cette histoire qu’Hélène Carrère d’Encausse, qui  en fut le témoin privilégié, raconte dans ce livre. À l’aide  d’archives et de témoignages d’acteurs de premier plan, l’éminente historienne donne à lire avec fluidité et précision  le récit de cette révolution, et éclaire bien des questions  de géopolitique d’une actualité brûlante.

    Les Romanov : une dynastie sous le règne du sang

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru en 2013 aux Éditions Fayard. 442 pages

    La dynastie des Romanov a régné sur la Russie trois siècles durant, de 1613 à 1917. Quinze souverains, dont trois femmes, ont construit un empire devenu le pays le plus étendu du monde, ce qu’il est encore aujourd’hui. Certains dirigeants -Pierre le Grand, Catherine II, Alexandre II- comptent parmi les personnalités les plus brillantes de l’histoire universelle et ont permis à la Russie de devenir une grande puissance européenne, puis mondiale. Pourtant, le sang n’a cessé de couler au pied du trône… De là, peut-on dire que le pouvoir, conquis et transmis par la violence, a scellé le destin funeste de cette famille ? Pire, conduisait-il inéluctablement à la tragédie finale et au système totalitaire que nous connaissons ?

    Publications plus anciennes

    Alexandre II : le printemps de la Russie

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru le 17 mars 2010 aux éditions Le Livre de poche. 416 pages.

    Le 1er mars 1881, Alexandre ii, empereur de Russie depuis un quart de siècle, est assassiné. Ses meurtriers prétendront avoir rendu la justice au nom du peuple. C’est pourtant lui qui, en 1861, arrache les paysans au servage, tandis que, presque au même moment, aux États-Unis, Lincoln abolit l’esclavage. Mais le règne d’Alexandre ii est surtout une période d’exception pour une Russie arriérée. Le souverain entreprend de rattraper l’Europe dans tous les domaines par un programme général de réformes, sorte de perestroïka du xixe siècle, qui préfigure celle de Gorbatchev à la fin du xxe siècle et qui se heurtera aux mêmes difficultés. il restaure également la puissance russe et agrandit l’Empire. Révolutionner par le haut plutôt que par le bas, tel a été le projet d’Alexandre ii, même s’il n’a pu le mener jusqu’à son terme.

    Catherine II : un âge d’or pour la Russie

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru en 2002 aux éditions Fayard. 656 pages.

    En 1762, un coup d’État transforme une petite princesse allemande en impératrice de Russie : Catherine II. Décidée à gouverner par elle-même, y consacrant une énergie et des dons exceptionnels, elle est aussi une disciple des Lumières et de la culture française, acharnée à exercer une royauté de l’esprit et à faire de son pays un véritable centre intellectuel européen. Malgré des épidémies, soulèvements et guerres en chaîne, elle légua à son successeur une Russie puissante et installée sur la scène internationale. Pourtant, que de malentendus autour de la « Grande Catherine » ! De cette vie où la légèreté et la volonté de bonheur tinrent tant de place, nombre de biographes ont conclu que son règne se réduisait à celui de ses favoris. L’ambition de ce livre est de retrouver dans le dédale des faits, des archives, des jugements contraires, le vrai visage et surtout le véritable apport de Catherine II à la Russie.

    Lénine

    Hélène Carrère d'Encausse

    Paru en 1998 aux éditions Fayard. 684 pages.

    La vie de Lénine, mort en 1924 à cinquante-quatre ans, couvre deux périodes distinctes. D’abord vingt ans d’exil passés à rêver la révolution et à forger son instrument : le Parti bolchevique. En Février 1917, le rêve débouche sur un échec : la révolution russe se fait sans lui. Mais, en octobre, elle prend le visage de Lénine. Ce dernier s’empare du pouvoir. En l’espace de seulement quatre ans au cours desquels il parvient à se maintenir contre toute une société qui le rejette, il édifie un Etat tout-puissant, reconstruit l’Empire, crée le Parti mondial de la révolution, installe le communisme dans l’histoire pour soixante-dix ans.
    Comment expliquer, dans un pays d’alors cent quarante millions d’habitants, la conquête puis la conservation du pouvoir à l’aide d’un parti qui ne compte à l’origine que quelques milliers de membres ? Comment expliquer la pérennité et le rayonnement mondial du léninisme ?
    En dépit du bilan terrible du régime qu’il a institué – plus de cent millions de morts -, le constat s’impose : génie politique, Lénine a été l’inventeur d’un système de pouvoir sans équivalent dans l’histoire de ce siècle.

    Autres publications d’Hélène Carrère d’Encausse

    • Russie, la transition manquée, Paris, Fayard, collection « Les Indispensables de l’histoire », 2005
    • L’Empire d’Eurasie : une histoire de l’Empire russe de 1552 à nos jours, Paris, Fayard, 2005
    • La Russie inachevée, Paris, Fayard, 2000
    • L’URSS de la Révolution à la mort de Staline : 1917-1953, Paris, Le Seuil, coll. « Points : histoire », 1993
    • Victorieuse Russie, Paris, Fayard, 1992
    • La Gloire des nations ou La Fin de l’Empire soviétique, Paris, Fayard, 1990
    • Le Malheur russe : essai sur le meurtre politique, Paris, Fayard, 1988
    • Le Grand Défi : bolcheviks et nations, 1917-1930, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1987
    • Ni paix ni guerre : le nouvel Empire soviétique ou du bon usage de la détente, Paris, Flammarion, 1986
    • La déstalinisation commence : 1956, Bruxelles, Complexe, coll. « La Mémoire du siècle », 1984
    • Le Grand Frère : l’Union soviétique et l’Europe soviétisée, Paris, Flammarion, 1983
    • Le Pouvoir confisqué : gouvernants et gouvernés en URSS, Paris, Flammarion, 1980
    5/5 - (8 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Fiodor Dostoïevski

    Dostoëvski est considéré comme l'un des plus grands romanciers russes. Il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

    Vous aimeriez lire également