Appartement-musée Mikhail Boulgakov

/ / Appartement-musée Mikhail Boulgakov

Un peu d’histoire

Mikhail Afanasyevich Boulgakov est arrivé à Moscou à l’automne 1921. C’est alors que commence son amour pour la ville. De 1922 à 1924, ses récits sur la ville via une série d’essais intitulée «La capitale dans un cahier» connurent un grand succès. Boulgakov adorait marcher, il parcourait Moscou de long en large. Il connaissait toutes les places principales, les rues et les ruelles tortueuses. Il adorait également skier entre amis le long des rives du fleuve Moskva et dans le jardin Neskuchny.

L’auteur à Moscou c’est avant tout le quartier des étangs patriarcaux et, plus tard, Prechistenka . La première adresse permanente de l’écrivain à Moscou était la maison numéro 10 de Bolshaïa Sadovaïa où il vécut presque trois ans (1921-1924). Aujourd’hui, dans l’ancien appartement communal numéro 50, se trouve le musée national M.A. Boulgakov .

En 1927, Mikhaïl Boulgakov, alors célèbre auteur dramatique, loua un appartement sur Bolchaïa Pirogovskaïa . Toute la seconde moitié des années 1920 se déroule sur cette prolongation de la rue Prechistenka et dans les rues adjacentes – de nombreux amis vont y vivre. Non loin de là, en 1934, Boulgakov acquit pour la première fois son propre logement – un appartement séparé sur la pereulok Nashchokinsky . La maison, malheureusement, n’a pas été préservée.

Boulgakov est toujours l’écrivain le plus moscovite du XXème siècle – Moscou prend vie dans sa prose. En plongeant dans ses livres, nous pouvons voir dans la ville moderne, déformée par les bâtiments en retard, les vieilles rues, les maisons et les places de Moscou, sur laquelle il aimait marcher. Ses livres sont remplis de signes des lieux moscovites et Moscou, à son tour, est remplie d’histoires de Boulgakov.



Au numéro 10

L’immeuble 10 de Bolshaya Sadovaya a été construit dans les années 1903-1904 dans un style moderne conçu par l’architecte Edmund Yuditsky. La conception de la façade avant donnant sur la Bolchaïa Sadovaïa et comportant cinq étages a été conçue par l’architecte Antonin Milkov. L’arcade mène au puits de la cour, entouré de bâtiments de quatre étages. Le donneur d’ordre était le célèbre marchand karaïte, fabricant de tabac et philanthrope Ilya Pigit. Il occupa le luxueux appartement n ° 5 de dix pièces situé au troisième étage. C’est ici qu’en 1918, à la veille de l’assassinat de Lénine, que Fanny Kaplan, amie avec la nièce d’Ilya Pigit, résidait.

Avant la révolution, les appartements étaient loués par de riches Moscovites tels que des chanteurs d’opéra , les employés de la banque des frères Jamgarov, des docteurs etc…

En 1918, la maison fut nationalisée et devint une commune de travail de l’ancienne imprimerie d’Ivan Mashistov. Dans les années 1920, les appartements communaux (Kommunalka) de la maison étaient occupés par des ouvriers, principalement des imprimeries de Moscou, ainsi que des employés de l’usine Dukat, des vendeurs, des nettoyeurs, des couturiers, des mécaniciens et autres. En 1920, l’artiste de théâtre d’avant-garde George Yakulov occupa l’atelier n° 38. En 1921, Mikhaïl Boulgakov pris l’appartement No.50 avec son épouse Tatiana Lappa. Presque tous les voisins de la kommunalka prirent formes dans la prose de Boulgakov comme Anna Goryatchev a servi de prototype à Annouchka dans le Maître et Marguerite. En 1924, Boulgakov réside brièvement dans l’appartement 34 avant de quitter la maison définitivement.



2019-03-11T14:35:15+00:00 23 février 2019|Musées|