Plus
    Saint PétersbourgArchitectureLe pavillon de l’Ermitage de Peterhof

    Le pavillon de l’Ermitage de Peterhof

    Au XVIIIe siècle, une mode s’est répandue parmi les riches Européens de construire des pavillons retirés, appelés « Ermitages ». Il s’agissait de bâtiments à deux étages. Le premier Ermitage (en russe : Павильон « Эрмитаж ») russe a été créé à l’ouest du parc de Peterhof, par décret de Pierre Ier. Retrouvez plus d’information sur Peterhof et le grand palais ici.

    Infos pratiques

    Adresse
    Jardin inférieur du Grand palais de Peterhof

    Tarifs
    Palais : 400 RUB par personne
    Gratuit pour les moins de 16 ans.

    Horaire
    Ouvert en été tous les jours de 10h30 à 18h.
    Fermé en hiver (du 15 octobre au 24 avril)

    Architecture du pavillon de l’Ermitage

    Le pavillon de l’Ermitage de Peterhof

    L’empereur russe a chargé l’architecte de la cour Johann Friedrich Brownstein de concevoir le nouvel Ermitage. L’architecte allemand expérimenté est venu en Russie en 1714 et a supervisé pendant plusieurs années toutes les constructions à Peterhof. La construction du nouveau pavillon a commencé en 1721 et a duré plusieurs années. Le sculpteur de la cour Johann Conrad Osner a réalisé quatre statues en albâtre représentant les saisons pour la décoration des frontons du bâtiment, tandis que la décoration de l’Ermitage a été achevée après la mort de Pierre le Grand.

    Le pavillon de bord de mer de Peterhof a servi de prototype à tous les « ermitages » russes construits par la suite. Sa construction a été confiée à l’architecte Johan Braunstein. Un petit bâtiment de deux étages, reposant sur un pied-podium massif, est entouré d’un fossé large et profond. Le fossé était autrefois rempli d’eau et, dans la première moitié du XVIIIe siècle, il était enjambé par un pont-levis. Les vastes fenêtres et portes vitrées donnent de la légèreté et de l’aération aux façades. De ce fait, le palais semble transparent.

    Le pavillon de l’Ermitage de Peterhof

    Quoi voir dans le pavillon de l’Ermitage ?

    L’étage inférieur était destiné aux serviteurs, qui y préparaient des plats exquis pour les fêtes, organisées dans la salle supérieure. L’attraction principale est un mécanisme de levage, actionné par une traction manuelle. La partie centrale de la table était descendue du premier étage dans le garde-manger, par une ouverture ovale. Et après avoir servi, elle était remontée par les serviteurs.

    Les invités arrivaient dans le hall du premier étage, à l’aide d’un ascenseur spécial : la chaise élévatrice. Mais en 1797, pendant le séjour de l’empereur Paul à l’Ermitage, une des haussières de la chaise s’est cassée. On ordonna de détruire l’appareil de levage, et de construire un escalier qui existe encore aujourd’hui.

    Le pavillon de l’Ermitage de Peterhof

    D’énormes fenêtres, donnant sur les quatre côtés, créent l’effet d’une perspective panoramique. La vue s’ouvre sur le Golfe avec Kronstadt, le parc et ses ruelles. Les murs sont recouverts de 124 tableaux, séparés uniquement par des moulures dorées. La collection d’œuvres est composée des toiles des artistes des écoles néerlandaise, flamande, italienne, allemande et française des XVII-XVIII siècles. Un seul tableau est consacré au thème de la Russie. Il s’agit de « La Bataille de Poltava », actuellement attribué à Ivan Nikitin.

    Catherine I et sa fille, Elizabeth Petrovna, aimaient beaucoup y organiser les repas du soir. Catherine II a transmis aux réunions de l’Ermitage son génie intellectuel. Les affaires d’État importantes étaient discutées à l’Ermitage, et des salons littéraires étaient organisés. Ainsi, un soir de 1796, en présence de l’impératrice, Denis Ivanovitch Fonvizin y a lu sa comédie « Le Forman », après avoir été surnommé par Alexandre Sergueïevitch Pouchkine, « le souverain satirique et courageux ».

    Les allées devant le pavillon de l’Ermitage

    blank

    Trois allées permettent de rejoindre la pavillon de l’Ermitage. La première vient directement du Palais Marly, la seconde passe par la somptueuse cascade aux lions et la troisième passe les fontaines Adam et Eve.

    Vous pouvez retrouver plus d’information sur toutes les fontaines de Peterhof dans notre article dédié ici.

    5/5 - (2 votes)

    SOUTENEZ NOUS, METTEZ DES ETOILES, PARTAGEZ L'ARTICLE ET DONNEZ VOTRE AVIS

    Veuillez écrire votre commentaire!
    Veuillez entrer votre nom ici

    Restons en contact

    Recevez toutes les semaines un condensé de nos meilleurs articles.

    Envie d'aventure ?

    Venez découvrir la Russie grâce à nos excursions avec un guide privé

    À LIRE

    Nos derniers articles

    Vallée de Karakol

    La vallée de Karakol est un site authentiques de l'Altaï qui constitue l’un des épicentres ethnographiques, historiques de la République et un lieu véritablement sacré que les habitants défendent activement contre toute influence pouvant en altérer sa pureté.

    Vous aimeriez lire également