Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine

/ / Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine

« Je t’aime, toi, ô Ville de Pierre,

J’adore ton air harmonieux,

Les quais de la Néva sévère

Et son courant majestueux (…) »

Voilà comment Alexandre Pouchkine, célèbre poète russe, s’adressait à Saint-Pétersbourg en 1833. C’est ici qu’il a acquis sa renommée. Pouchkine en est passionnément tombé amoureux, y a connu de grandes joies créatives. Et c’est malgré tout ici qu’il a dû faire face à l’amer jugement de l’empereur Alexandre Ier qui le condamna à l’exil.

Sa dernière demeure

Le poète n’a jamais eu sa propre maison dans la capitale du Nord. Il louait généralement des appartements. L’appartement du 12 Quai de la Moïka, où se sont installés Pouchkine et sa famille en 1836, a été le dernier de sa vie. Le poète avait l’intention de vivre ici au moins deux ans. Mais le 27 janvier 1837 se répandait dans la ville la triste nouvelle que Pouchkine s’était battu en duel et avait été sérieusement blessé. Il mourra deux jours plus tard.

Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine
Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine

Des souvenirs menacés

Au cours de nombreuses années, les propriétaires de la maison et les institutions qui s’y trouvaient ont changé à plusieurs reprises. Parce que le gouvernement tsariste cherchait à dissimuler tout ce qui était associé à Pouchkine, ce n’est qu’en 1925 que le musée a été inauguré. Souvent reconstruit, malmené, c’est en 1987, après des recherches archéologiques, que des travaux de restauration ont permis de lui redonner la splendeur qu’on lui connaît aujourd’hui.



Un appartement reconstitué à l’identique

Actuellement, l’appartement commémoratif du poète est recréé dans sa forme originale, à partir du plan de V.A. Zhukovsky et de preuves de contemporains et autres documents historiques. Le musée présente des objets uniques appartenant à Pouchkine et aux membres de sa famille, ainsi qu’à ses amis et à ses connaissances.

À l’entrée du musée, au sous-sol, on trouve une exposition sur l’histoire de la vieille maison, sur la vie de Pouchkine à Saint-Pétersbourg en 1836, sur les circonstances de l’histoire antérieure au duel et sur les réactions des contemporains à la mort de ce grand poète de Russie.

L’aspect de son cabinet de travail est déterminé par les livres. Pouchkine possédait environ quatre mille livres en quatorze langues. Il aimait et appréciait les anciennes éditions rares qu’il recherchait constamment dans les librairies.

Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine

Mort tragique et immortalité poétique

Le dernier appartement d’Alexandre Pouchkine est lié à la conscience nationale non seulement par la conséquence de ce duel fatal, mais également par l’affirmation de son immortalité poétique. Anna Akhmatova* a déclaré à propos de Pouchkine : « … sa maison est devenue un sanctuaire pour sa Patrie, et jamais l’on a vu autant de lumière, une victoire plus complète et plus radieuse. Toute l’époque … commença peu à peu à s’appeler Pouchkine … Il a vaincu et le temps et l’espace. »

Une visite poignante

Situé à deux pas de l’Ermitage, laissez-vous tenter et mettez-vous dans la peau de Pouchkine. La visite de ce lieu émouvant vous plongera dans l’intimité du célèbre poète, retraçant sa vie, mêlée de révolte et de résignation. Même les personnes les plus réfractaires à la littérature ne pourront rester de marbre face à l’atmosphère aussi captivante que tragique de cet appartement. Appartement dont la pendule de cheminée affiche toujours 2 heures 45, heure de la mort d’une légende.

* Anna Akhmatova, poétesse russe du XXème siècle, l’une des plus grandes figures féminines de la littérature russe.

Musée-appartement d’Alexandre Pouchkine

Cet article vous est proposé par Clémentine Aubry-Dubourg

2019-09-05T12:27:13+00:00 30 août 2019|Saint-Pétersbourg|