Monastère de Novodievitchi

/ , Religion / Monastère de Novodievitchi

Le couvent de Novodievitchi (en russe : Новодевичий монастырь) qui veut dire « le couvent des Vierges » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004. Situé dans la partie sud-ouest de la ville historique de Moscou près de la Moscova, ce monastère représente à lui seul toute l’architecture orthodoxe de l’époque.
Fondé en 1524 par le grand-duc Vassili III, le couvent de Novodievitchi est appelé le « Kremlin miniature de Moscou ». À l’intérieur des murailles, un complexe composé de 8 cathédrales, un sanctuaire, des églises, des chapelles, de bâtiments résidentiels et de service ainsi qu’un immense cimetière où reposent bon nombre de personnalité de la Russie. L’entrée du couvent est à 300 RUB.

Liste des personnes enterrées au cimetière de Novodievitchi: www.novodevichye.com

Une vraie forteresse religieuse

Le bâtiment du couvent de Novodievitchi le plus ancien est la grande cathédrale Notre-Dame de Smolensk aux cinq clochers, dédiée à l’icône sainte Notre-Dame de Smolensk. Ses fresques sont parmi les plus raffinées, elles évoquent des épisodes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Une iconostase dorée fut installée en 1683. Ses cinq loges contiennent certaines des icônes réalisées par les plus grands peintre russes du XVIIe siècle, dont Simon Ouchakov et Constantin Zoubov.

La cathédrale est le point central de l’ensemble monastique qui comprend également de très nombreux autres édifices important. La plupart furent construits dans les années 1680, lorsque le couvent fut rénové sous l’impulsion de la régente Sophie (qui, ironie du sort, y fut plus tard emprisonnée). Les impressionnantes murailles de briques rouges et les 12 tours montrent bien l’aspect défensif du monastère. Deux églises surplombant les portes, le réfectoire et les quartiers résidentiels sont tous construits dans le pur style baroque moscovite.
Mais le bâtiment le plus impressionnant reste probablement le clocher. D’une hauteur de 72 mètres, c’était l’édifice le plus élevé après le clocher d’Ivan le Grand.

  • Clocher du couvent
  • cathédrale de la transfiguration

L’histoire du couvent

Le couvent de Novodievitchi fut fondé en 1524 par le Grand-prince Vassili III pour commémorer la conquête de Smolensk en 1514 qui était au mains des polonais. Bâti comme une forteresse, il devint une des pièces importantes de la partie sud de la ceinture défensive de Moscou. Dès sa fondation, des villages et des paysans travaillaient pour le couvent et en dépendaient.
Le couvent est célèbre pour avoir « abrité » de nombreuses dames de l’aristocratie russe telle que Sophie, la demi-sœur de Pierre le Grand, qui avait fomenté un complot contre le Tsar et Eudoxie, sa première épouse, enfermées dans ce haut lieu de spiritualité russe après sa répudiation.
En 1610, le couvent de Novodievitchi tomba aux mains des polonais. Une fois repris, le Tsar décida d’y affecter des gardes permanents dont le nombre ne fit qu’augmenter au fil des années tant la place était importante pour la défense de la ville. Plus de 100 soldats y était affectés en 1616, pour 400 en 1618. Le nombre de paysans affectés s’est lui aussi multiplié passant d’une centaine de paysans dans les années 1530 à plus de 14 000 en 1740.

Couvent de Novodievitchi
Couvent de Novodievitchi

Période impériale

Pendant cette période, le couvent atteignit une telle renommée que des religieuses de toute l’Europe orthodoxe venaient y trouver refuge. Le monastère était une place forte de Moscou, il abritait un hôpital militaire, un orphelinat pour jeunes filles et bien entendu l’immense complexe religieux.
Pendant les guerres napoléoniennes, l’armée française tenta de détruire le couvent mais les religieuses parvinrent à le sauver en désamorçant les explosifs placés sur les murailles.
En 1871, fut établi à l’intérieur du monastère une école pour orphelins d’origine non-noble ainsi que deux hospices.

Le couvent a aussi inspiré de grands auteurs de la littérature russe tel que Léon Tolstoï, qui imaginait certains de ses personnages passant un moment important de leurs vies près ou à l’intérieur du monastère (Guerre et Paix et Anna Karénine)

Période soviétique

En 1922, le couvent de Novodievitchi fût fermé par les Bolcheviques qui le transformèrent en Musée de l’Émancipation de la Femme puis en musée d’art et d’histoire en 1926. Dans l’optique soviétique de l’époque, le monastère aurait du être détruit mais la plupart des bâtiments furent transformé en appartement.
En 1943, Staline fit quelques concessions à l’Église orthodoxe russe, il autorisa l’ouverture de cours théologiques au couvent. L’année suivante, les cours se transformèrent en un Institut théologique et les Soviets rendirent la cathédrale au culte en 1945. Les religieuses revinrent au couvent en 1984 mais certaines des églises et autres bâtiments monastiques sont toujours associés au Musée historique d’État.

Couvent de Novodievitchi

Le cimetière du Monastère

Comme d’autres monastères moscovites (dont le monastère de Danilov et le monastère de Donskoï), le couvent de Novodievitchi fut choisi par la noblesse russe comme lieu de sépulture. Dans le cimetière, sont enterrés les écrivains Nicolas Gogol, Anton Tchekhov, Vladimir Maïakovski, Léon Tolstoï, le metteur en scène de théâtre Stanislavski, le cinéaste Eisenstein, les compositeurs Scriabine et Prokofiev et aussi Khrouchtchev.
À l’époque soviétique, les plus hautes personnalités de l’État, telles que Pierre Kropotkine, Nikita Khrouchtchev, Serge Prokofiev, Dmitri Chostakovitch, Constantin Stanislavski, Fédor Chaliapine y ont été inhumées.
Le cimetière vaut une visite, vous y trouverez des statues typiques de l’ère soviétique ainsi que les représentations des personnes entérrées.

Couvent de Novodievitchi




2018-01-21T14:52:10+00:00 1 février 2017|Parcs, Religion|