Musée de la Guerre Patriotique de 1812

/ / Musée de la Guerre Patriotique de 1812

Situé sur la Place de la Révolution à gauche de la porte de la résurrection, vous ne pouvez pas manquer ce remarquable bâtiment rouge, qui abrite le musée de la Guerre Patriotique de 1812 (en russe: музей Отечественной войны 1812 года). En plus de pouvoir visiter les lieux, le complexe des musées d’histoire de Moscou a mis en place un catalogue en ligne regroupant 16 collections et plus de 200.000 objets. Un travail juste titanesque que vous pouvez voir ICI.

Avis d’Alexandre de Russie
En 2019, il n’y avait pas d’audioguide, apparemment il était en « rénovation ». Tous les écrans et bandes sonores sont en russe sans traduction. Les objets présenté ne sont pas numérotés ce qui rend leur localisation très difficile. Enfin, encore des pancartes non traduites en anglais.
Malgré ça nous avons aimé le fameux portrait de Kutuzov, l’écran intéractif de la bataille de Borodino qui explique les positions et les stratégies, le porte-document de Kutuzov, la cuisine portable de Napoléon, l’écran explicatif du feu de 1812 étape par étape, les vétements du général Davout, la mèche de cheveux de Napoléon et la cocarde de son bicorne.



Un bâtiment historique

Initiée en 1890 par le maire de la ville, Nikolai Alekseev, la conception du bâtiment fut confiée au célèbre architecte Dmitry Chichagov afin d’accueillir l’organe de gestion urbaine, le bureau du maire et la Douma.

Le bâtiment est un exemple exceptionnel du style néo-russe, apparu au cours du deuxième quart du XIXème siècle. Le rez-de-chaussée et le sous-sol servaient de salons, au premier étage se trouvait un vaste hall où étaient organisées réceptions et élections, ainsi que le bureau du maire.

Durant la période soviétique, (1936-1993), le bâtiment abritait le musée Lénine. Celui-ci comptait environ 100 000 pièces et était entièrement dédié au leader soviétique. De nos jours, le musée Lénine fait partie de la collection du musée historique d’Etat.

Au début du XXIème siècle, un pavillon d’une superficie totale de près de 2 000 m² a été ajouté au bâtiment, devenant la principale zone d’exposition du Musée de la guerre patriotique de 1812.

Maintenant, ce musée fait parti intégrante du GIM, le musée d’histoire d’état au même titre que le musée d’histoire, la cathédrale Saint Basil et la chambre des boyars Romanov

Musée de la Guerre Patriotique de 1812

Une collection exceptionnelle

Le musée a été ouvert en 2012 à l’occasion du 200ème anniversaire de la guerre, et se distingue par sa muséologie moderne. L’exposition retrace l’invasion française de 1812 et raconte l’une des étapes les plus compliquées de l’histoire russe: sa victoire sur Napoléon et son rôle dans la libération de l’Europe de ses occupants.

Le musée est divisé dans l’ordre chronologique en deux parties, l’une détaillant les relations entre la Russie et la France de 1801 à 1812 et l’autre couvrant la campagne de 1812 et les guerres qui ont suivi en Europe. Les objets exposés illustrent le changement de dirigeants et de régimes, l’ascension et la chute de l’empire fondé par Napoléon et les guerres qui ont redessiné la carte de l’Europe. Certaines salles couvrent les courtes périodes de paix et les tentatives des deux empires pour rétablir les relations, les personnalités des empereurs, la structure de leurs armées et leurs tactiques de combat.

Le lieu comprend 13 salles abritant plus de 2 000 pièces : collections d’armes, uniformes et récompenses militaires, objets militaires, documents authentiques, ainsi que des effets personnels ayant appartenu à Alexandre Ier et à Napoléon.

Assurément, la visite du musée vaut le détour, rien que pour admirer quelques-unes des pièces exceptionnelles qu’il renferme : une mèche de cheveux de Napoléon, son masque de mort, ou encore le traîneau qui l’a conduit de Moscou jusqu’à Vilna, l’ancienne capitale de la Lituanie.

Toutes les informations du musée sont traduites en anglais, des audioguides et des visites guidées sont également disponibles.

Afin de profiter pleinement de la visite, nous vous conseillons de prendre un audio-guide surtout si vous n’êtes pas un mordu d’histoire.



2019-09-29T18:15:28+00:00 20 septembre 2019|Musées|