Mikhaïl Boulgakov

/ , Littérature / Mikhaïl Boulgakov
Mikhaïl Boulgakov

Récit sur la vie de M. Boulgakov sur France Culture

Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov (en russe : Михаил Афанасьевич Булгаков) né en 1891 à Kiev – mort en 1940 à Moscou

Mikhaïl Boulgakov est un célèbre homme de lettres et dramaturge russe, né à Kiev le 3 mai 1891 et mort à Moscou le 10 mars 1940.

Après ses études secondaires, Boulgakov entre à la faculté de médecine de l’Université de Kiev, dont il est diplômé en 1916. Lors de la Première Guerre Mondiale, il est d’abord envoyé au front, où il officie dans les hôpitaux militaires, avant d’être muté dans un hôpital civil de la région de Smolensk. Durant ces années de guerre, il contracte une addiction à la morphine qui marquera certains de ces futurs écrits (Morphine, 1927).

Sa carrière d’écrivain commence véritablement à Moscou, à parti de 1921. En 1926, sa pièce Les Jours des Tourbine est présentée au Théâtre d’art de Moscou où elle obtient un franc succès. Boulgakov continue d’écrire pour le théâtre jusqu’en 1930, mais se heurte de plus en plus violemment à la censure. Il est fréquemment forcé de couper et de remanier ses pièces. Son appartement est plusieurs fois perquisitionné par la Guépéou (ГПУ – Administration politique d’Etat) et ses manuscrits sont confisqués. Staline lui-même en vient à critiquer ses œuvres, et Boulgakov devient un indésirable du monde des Lettres. Interdit de publier, il travaille pendant six ans comme assistant réalisateur pour le Théâtre d’Art, il œuvre également en tant que traducteur ou comme librettiste pour le Bolchoï.

Durant la décennie 1930-1940, Boulgakov continue néanmoins d’écrire même si ses œuvres ne sont plus éditées. Il consacre en particulier plusieurs ouvrages et biographies à Molière, dont il est un fervent lecteur. Il rédige aussi son chef-d’œuvre le Maître et Marguerite. Il est inspiré et soutenu par sa muse, Elena Sergueïevna Chilovskaïa, qu’il a rencontré quelques années plus tôt, alors qu’il s’apprêtait à fuir la Russie. Mais son état de santé s’aggrave peu à peu et Boulgakov décède le 10 mars 1940, d’une maladie rénale, à l’âge de 48 ans.

A Moscou l’appartement de Boulgakov où il a vécu 3 ans a été transformé en musée (lire la suite ici).

Cœur de chien (Собачье сердце) – achevé en 1925 (publié en URSS en 1987)

La nouvelle Cœur de chien a été écrite pour le journal littéraire Nedra (Les Entrailles) en 1925, mais elle ne sera pas publiée alors car elle est jugée contre-révolutionnaire. Publiée à l’étranger, elle le sera pour la première fois en URSS dans le numéro 6 du journal Znamia (Знамя) en 1987. – Wikipedia

Nouvelle satirique, dans laquelle un scientifique greffe les organes d’un homme sur un chien. L’animal finit par se métamorphoser en un communiste ivrogne et fanatique.

Le Maître et Marguerite (Мастер и Маргарита) – dernières corrections du 13 février 1940 (publié en URSS, de manière intégrale, en 1973)

Version revisitée du mythe de Faust, transposé à Moscou dans les années 1930, c’est à la fois une histoire d’amour, une comédie burlesque et un conte fantastique, considérée comme l’une des œuvres majeures de la littérature russe du XXème siècle.

Boulgakov commença la rédaction de son roman en 1928. Trois versions virent le jour avant que sa femme peaufine la quatrième et dernière version après sa mort en 1940.

La Garde blanche (Белая Гвардия) – 1925 (publié en URSS en 1966)

La Garde blanche paraît d’abord sous une forme périodique dans une revue littéraire de la période soviétique Rossia en 1926. Le volume devait constituer la première partie d’une trilogie, mais sa publication a été interrompue par l’arrêt de la revue sur décision du gouvernement soviétique. Ne pouvant obtenir la publication en volume de son roman avant la mort de Staline, Boulgakov adapte pour le Théâtre d’art de Moscou La Garde blanche, qui devient Les Jours des Tourbine. Un temps interdite, la pièce est finalement autorisée sur l’intervention de Staline et devient l’un des plus grands succès théâtraux de Boulgakov. – Wikipédia

Le Roman de monsieur de Molière (Мольер) – achevé en 1933 (publié en URSS, de manière expurgée, en 1962, de manière intégrale en 1989)

Le livre exprime sa passion pour l’œuvre et le personnage du grand dramaturge français Molière. Dans le titre de l’œuvre, la juxtaposition du mot roman et du nom du personnage dont on raconte le roman pose problème : il s’agit en effet d’un « personnage » historique, réel, dont la vie a pu être reconstituée à travers différents documents considérés comme fiables. – Wikipédia

Pour les amoureux de l’auteur de passage à Moscou 

Moscou endiablé, sur les traces de Maître et Marguerite est une bande dessinée consacrée à M. A. Boulgakov et son romanclé, Maître et Marguerite. Ce reportage en BD emmène le lecteur en promenade à travers le Moscou de cet illustre roman et de son non moins illustre auteur. De lieux en lieux, des histoires courtes en BD content la vie de Boulgakov et la genèse de son roman à une époque charnière de l’Union Soviétique en s’appuyant sur des interviews et des reportages, adoptant des points de vue insolites et nouveaux sur un chef d’oeuvre de la littérature russe.

Dans le City Guide Louis Vuitton sur Moscou vous pouvez retrouver une balade qui vous fera découvrir tous les lieux emblématiques de l’univers de Boulgakov.

2019-03-11T14:34:40+00:00 23 février 2019|Culture russe, Littérature|